Bettendorf (Luxembourg)

Un article de Wikipédia, l'encyclopédie libre.
Sauter à la navigation Sauter à la recherche
Page d'aide sur l'homonymie Pour les articles homonymes, voir Bettendorf.

Bettendorf
(lb) Bettenduerf
(de) Bettendorf
Bettendorf (Luxembourg)
Vue de Bettendorf.
Blason de Bettendorf
Héraldique
Administration
Pays Drapeau du Luxembourg Luxembourg
Circonscription Nord
Canton Diekirch
Bourgmestre
(Buergermeeschter)
Pascale Meyers-Hansen (DP)
Code UAL 2 0601
Indicatif téléphonique (+352)
Démographie
Population 2 821 hab.[1] ()
Densité 121 hab./km2
Géographie
Coordonnées 49° 53′ 00″ nord, 6° 13′ 00″ est
Altitude Min. 180 m
Max. 422 m
Superficie 23,24 km2 [2]
Localisation

Géolocalisation sur la carte : Luxembourg

Voir sur la carte administrative du Luxembourg
City locator 14.svg
Bettendorf

Géolocalisation sur la carte : Canton de Diekirch

Voir la carte administrative du Canton de Diekirch
City locator 14.svg
Bettendorf

Géolocalisation sur la carte : Canton de Diekirch

Voir la carte topographique du Canton de Diekirch
City locator 14.svg
Bettendorf
Liens
Site web bettendorf.lu

Bettendorf (en luxembourgeois : Bettenduerf) est une localité luxembourgeoise qui est le chef-lieu de la commune de même nom située dans le canton de Diekirch.

Géographie[modifier | modifier le code]

Localisation[modifier | modifier le code]

La commune est traversée par la Sûre, un affluent de la Moselle. La commune fait partie de la Nordstad.

Sections de la commune[modifier | modifier le code]

Toponymie[modifier | modifier le code]

Histoire[modifier | modifier le code]

Située dans la vallée étendue de la Sûre, partiellement dans le parc naturel belgo-luxembourgeois, Bettendorf a toujours bénéficié d’un climat particulièrement agréable, qui a permis le développement d’une agriculture prospère. La qualité du sol et la situation géographique idéale expliquent pourquoi Bettendorf figure parmi les plus anciens sites habités du Luxembourg.

Occupé dès l’époque gallo-romaine, le site de Bettendorf n’est pas épargné au Ve siècle par les grandes migrations. La tribu des Francs ripuaires s’installe sur les bords de la Sûre. C’est le descendant de cette tribu — Betto — qui donnera son nom à un grand nombre de localités, dont celle de Bettendorf. Inévitablement, les graphies du nom changent au cours des siècles : appelé Betonis Villa en 816, le site ne reçoit sa graphie définitive qu’en 1371.

Sous la tutelle de Diekirch jusqu’en 1330, Bettendorf est alors placé sous l’égide de Hanry de Betandorffe par le Comte de Luxembourg. A cette époque, Bettendorf est déjà une localité d’une certaine importance, dont témoignent les 48 ménages que comptait la localité en 1473 (98 à Diekirch à la même époque). La localité compte alors deux châteaux. Le plus important, situé sur la rive gauche, voit ses derniers restes détruits au XIXe siècle. C’est à l’endroit de l’autre château féodal qu’a été érigé le château actuel en 1728. Dans les siècles qui précèdent la construction de ce nouveau château, Bettendorf voit se succéder différentes familles seigneuriales. Ce n’est qu’au XVIIIe siècle que tout le territoire de Bettendorf revient à la famille d’Olimart, puis à la famille von Puttkamer.

La commune de Bettendorf a été formée en 1795, mais ce n’est qu’en 1823 qu’elle englobe également la localité de Gilsdorf. Le territoire de la commune de Bettendorf s’étend alors sur 2324 hectares.

Population et société[modifier | modifier le code]

Démographie[modifier | modifier le code]

L'évolution du nombre d'habitants est connue à travers les recensements de la population effectués dans la commune depuis 1821. Les recensements décennaux de la population permettent de caler les chiffres sur la composition de la population par sexe, âge, nationalité et commune de résidence. Entre deux recensements, la population au 1er janvier de l’année x est évaluée en ajoutant à la population au 1er janvier de l’année x-1 les soldes naturel (naissances-décès) et migratoire (arrivées-départs) de l'année. La même méthode est appliquée pour la répartition par âge au 1er janvier et les effectifs totaux par nationalité. Au , le Grand-Duché de Luxembourg dénombre 102 communes.

En , la commune comptait 2 753 habitants.

Évolution démographique de Bettendorf depuis 1821.
1821 1851 1871 1880 1890 1900 1910 1922 1930
1 2591 8851 9301 9441 7901 7931 8731 7871 693
1935 1947 1960 1970 1978 1979 1981 1983 1984
1 6811 4571 4591 5591 6721 7241 7481 7801 780
1985 1986 1987 1988 1989 1990 1991 1992 1993
1 8001 8401 8501 9061 9081 9232 0192 0892 129
1994 1995 1996 1997 1998 1999 2000 2001 2002
2 1592 2232 2812 2822 3442 3312 2962 3142 300
2003 2004 2005 2006 2007 2008 2009 2010 2011
2 3132 3122 4002 4402 4392 4802 5162 5062 489
2012 2013 2014 2015 2016 2017 - - -
2 5052 6142 6332 6302 6592 753---
Jusqu'en 1970 et pour les années 1981, 1991, 2001 et 2011 : date du recensement général de la population ; pour les autres années : situation au 1er janvier.
(Sources : STATEC depuis 1821 et CTIE à partir de 2017[1].)

Culture locale et patrimoine[modifier | modifier le code]

Lieux et monuments[modifier | modifier le code]

Le château.
  • Le château : ses origines remontent au XIIIe siècle. Le bâtiment actuel, de style baroque, date de 1728. Endommagé pendant la Deuxième Guerre mondiale, il est restauré en 1962.

Héraldique, logotype et devise[modifier | modifier le code]

Blason de Bettendorf Blason Coupé d'or et d'argent à la fasce vivrée de gueules brochant sur la partition, accompagnée en chef d'une croix ancrée de sable, en pointe de deux fleurs de lis du même posées 2 et 1.
Détails
Armoiries de la commune luxembourgeoise de Bettendorf.

Le territoire de l'actuelle commune de Bettendorf sise à cheval sur la Sûre se constitue des trois sections de Bettendorf, de Moestroff et de Gilsdorf. Deux châteaux féodaux, encore en bon état à Moestroff et à Bettendorf donnent preuve d'un passé remarquable des deux localités qui au Moyen-âge formaient des seigneuries jouissant des droits justiciers et fonciers.

Tandis que pour Bettendorf, les armes des seigneurs primitifs sont connues depuis le . Jean l'Aveugle défera la basse et moyenne justice à Jean de Bettendorf, les armes des premiers seigneurs de Moestroff n'ont pu être découvertes hors le fait qu'au XIVe siècle Margarethe de Horesdorf épousa Théodore de Kerpen qui devient seigneur de Moestroff et y implanta ses armes.

Gilsdorf, connu pour avoir hébergé les templiers dont les biens furent donnés à l'église en 1314 lors de la dissolution dudit Ordre, est néanmoins mentionné depuis 793 (Gilesdorf). Appartenant au XIIIe siècle aux seigneurs d'Esch-sur—Sûre, la localité dépendit dans la suite des seigneurs de Folkendange qui, à leur Folkendinger Fo (tel qu'ils avaient dénommé Gilsdorf), exerçaient les droits fonciers et autres privilèges.

Hauts-justiciers â Gilsdorf et à Bettendorf étaient les voués du bourg de Diekirch.

Ces armoiries symbolisent les trois sections communales moyennant les armes dans anciens seigneurs féodaux, en réservant le chef à Bettendorf (croix ancrée) comme chef-lieu, la pointe à Gilsdorf (fleur de lys) et entre les deux Moestroff (fasce vivrée)

Notes et références[modifier | modifier le code]

  1. a et b « Population par canton et commune », sur http://www.statistiques.public.lu, STATEC, (consulté le 5 mai 2018).
  2. « Superficie par canton et commune », sur http://www.statistiques.public.lu, STATEC, (consulté le 5 mai 2018).

Voir aussi[modifier | modifier le code]

Sur les autres projets Wikimedia :