Kayl

Un article de Wikipédia, l'encyclopédie libre.
Sauter à la navigation Sauter à la recherche

Kayl
(lb) Keel, Käl
(de) Kayl
Kayl
Le village et ses environs.
Blason de Kayl
Blason
Drapeau de Kayl
Logo
Administration
Pays Drapeau du Luxembourg Luxembourg
Circonscription Sud
Canton Esch-sur-Alzette
Bourgmestre
(Buergermeeschter)
John Lorent (LSAP)
Code UAL 2 0206
Indicatif téléphonique (+352)
Démographie
Population 9 098 hab.[1] ()
Densité 612 hab./km2
Géographie
Coordonnées 49° 29′ 00″ nord, 6° 02′ 00″ est
Altitude Min. 274 m
Max. 425 m
Superficie 14,86 km2 [2]
Localisation

Géolocalisation sur la carte : Luxembourg

Voir sur la carte administrative du Luxembourg
City locator 14.svg
Kayl

Géolocalisation sur la carte : Canton d'Esch-sur-Alzette

Voir la carte administrative du Canton d'Esch-sur-Alzette
City locator 14.svg
Kayl

Géolocalisation sur la carte : Canton d'Esch-sur-Alzette

Voir la carte topographique du Canton d'Esch-sur-Alzette
City locator 14.svg
Kayl
Liens
Site web kayl.lu

Kayl (luxembourgeois : Keel ou Käl) est une localité luxembourgeoise et le chef-lieu de la commune portant le même nom située dans le canton d'Esch-sur-Alzette. Il s'y trouve un petit lieu de pèlerinage en l'honneur de la Vierge Marie et des mineurs morts au fond.

Histoire[modifier | modifier le code]

2017-fr.wp-orange-source.svg
Cette section ne cite pas suffisamment ses sources (mars 2011)
Pour l'améliorer, ajoutez des références vérifiables [comment faire ?] ou le modèle {{Référence nécessaire}} sur les passages nécessitant une source.

La commune de Kayl, dans sa forme actuelle, s’est constituée en 1891. Elle se compose de deux villages, Kayl et Tétange. Elle se situe entre les communes de Schifflange, Rumelange, Dudelange, Bettembourg et Esch-sur-Alzette. Elle est traversée par le Kaylbach et a gardé jusqu’à ce jour son caractère rural et villageois. Les premières sources d’informations qu’on peut trouver au sujet de Kayl remontent au XIIIe siècle, mais on peut estimer que la vallée de Kayl a déjà été peuplée 3000 ans av. J.-C.[réf. nécessaire]

Avant 1891, Rumelange appartenait à la commune de Kayl. À un moment donné, Rumelange avait plus d'habitants que Kayl et Tétange ensemble et s'est ainsi détachée de Kayl. Par ce fait, Rumelange est devenue une commune à elle seule. En 2009, 118 ans plus tard, la commune de Kayl a une population de 8 080 habitants qui se répandent sur une surface de 1 486 ha. Ainsi, la densité de la population est de 5,43 habitants par ha. Au long du XIXe siècle, le nombre d’habitants était toujours plus élevé dans le village de Kayl, que dans les deux autres villages, Tétange et Rumelange. Par ce fait, Kayl devenait le siège de ces trois sections. Plus tard, la répartition de la population dans les différents villages a changé. À partir de 1868, Rumelange avait déjà plus d’habitants que Kayl et Tétange réunis.

En 1910, la population était composée de 2 398 habitants. Pendant la période de 1931 à 1935, le nombre d'habitants était en baisse, plus précisément de 3 313 à 2 984, pour franchir à nouveau la limite des 3 000 habitants, seulement 3 ans plus tard, en 1938.

En 1873, Jean Massard, un mécanicien, acquérait un terrain qui était la base pour sa fonderie et son atelier de construction, que l'on connaît encore aujourd’hui. Dans cette fabrique, on construisait des couvercles et des plaques d'égout. Ces produits très connus étaient vendus sur le marché luxembourgeois, mais aussi sur le marché international. La firme Hannus, qui livre du matériel de construction, a été fondée en 1945. Elle est spécialisée dans la vente et la livraison de produits d'outillage, de quincaillerie, de peinture et de tout ce qui est sanitaire. Elle a actuellement[Quand ?] un effectif de 30 personnes[réf. nécessaire].

Une autre industrie, très connue et très populaire dans la commune de Kayl, était notamment la « Schungfabrik », qui a été ouverte par Mathias Hubert en 1913. Ce dernier avait installé dans son bâtiment, comme le nom « Schungfabrik » le laisse déjà deviner, une fabrique de chaussures. Le personnel de la « Schungfabrik » produisait des chaussures solides et robustes pour les mineurs, les paysans et les « Gamaches » pour l’armée. Ceci était un commerce florissant, car en 1917 l'industrie employait 70 personnes. Malheureusement la production ne dura qu’un demi-siècle. Comme la demande diminuait, la production s’arrêta en 1966. En mars 1980, la commune acquit le bâtiment et dix ans plus tard l'on procédait à l'ouverture du centre culturel de la commune de Kayl

Une autre grande entreprise, bien connue au Luxembourg, s'est aussi installée dans la commune de Kayl. Il s'agit de la société Cactus qui a ouvert une succursale à Kayl.

En 2015, la commune de Kayl compte environ 8 100 habitants, dont 4 686 peuplant la localité de Kayl et 3 394 habitants la localité de Tétange. La population des deux localités se répartit entre 1 843 ménages pour Kayl et 1 238 ménages pour Tétange. Ce qui fait en moyenne 2,54 personnes par ménage pour Kayl et 2,74 habitants par ménage pour Tétange.

La population luxembourgeoise domine dans la commune de Kayl. Ainsi, 34 % des habitants sont de nationalité étrangère, dont la majorité sont des Portugais (20,20 %), Italiens (3,18 %) et Français (2,99 %)[réf. nécessaire].

Les groupes d'âge sont différemment représentés dans la population[Quand ?]. 21,46 % de la population sont des enfants et adolescents, âgés de moins de 18 ans. Le groupe d’âge le plus représenté est la population entre 18 et 50 ans, avec 47,47 % et 31,07 % de la population ont 50 ans et plus. Dans la commune de Kayl, il y a plus ou moins 1 600 retraités. 60,96 % de la population ont une occupation salariée.[réf. nécessaire]

Entre le 1er novembre et le 30 décembre 1947, une enfant de 10 ans, Milly Winandy[3] aurait eu des apparitions de la Sainte Vierge, parfois accompagnée d'êtres célestes tels que l'enfant Jésus, des anges ou des saints. La même enfant affirma pendant une extase voir sœur Lúcia de Jesus dos Santos[4], l'une des voyantes de Fátima (Portugal), qui vivait à cette époque en Espagne. À ce jour, l’Église n'a jamais reconnu l'authenticité de ces faits[5].

Géographie[modifier | modifier le code]

Sections de la commune[modifier | modifier le code]

  • Kayl (siège de l’administration communale)
  • Tétange

Communes limitrophes[modifier | modifier le code]

Population et société[modifier | modifier le code]

Démographie[modifier | modifier le code]

L'évolution du nombre d'habitants est connue à travers les recensements de la population effectués dans la commune depuis 1821. Les recensements décennaux de la population permettent de caler les chiffres sur la composition de la population par sexe, âge, nationalité et commune de résidence. Entre deux recensements, la population au 1er janvier de l’année x est évaluée en ajoutant à la population au 1er janvier de l’année x-1 les soldes naturel (naissances-décès) et migratoire (arrivées-départs) de l'année. La même méthode est appliquée pour la répartition par âge au 1er janvier et les effectifs totaux par nationalité. Au , le Grand-Duché de Luxembourg dénombre 102 communes.

En , la commune comptait 8 982 habitants.

Évolution démographique de Kayl depuis 1821.
1821 1851 1871 1880 1890 1900 1910 1922 1930 1935
7241 1151 9491 9452 8954 0694 5554 2245 8015 415
1947 1960 1970 1978 1979 1981 1983 1984 1985 1986
5 4716 5056 6916 3906 4066 3546 4006 3706 3206 310
1987 1988 1989 1990 1991 1992 1993 1994 1995 1996
6 3006 2746 3226 3466 2926 3376 3826 4646 6436 746
1997 1998 1999 2000 2001 2002 2003 2004 2005 2006
6 8156 8486 9817 0117 0507 1507 3207 3177 3447 438
2007 2008 2009 2010 2011 2012 2013 2014 2015 2016
7 6417 7967 7947 8217 7677 8877 9348 0218 1218 247
2017 - - - - - - - - -
8 982---------
Jusqu'en 1970 et pour les années 1981, 1991, 2001 et 2011 : date du recensement général de la population ; pour les autres années : situation au 1er janvier.
(Sources : STATEC depuis 1821 et CTIE à partir de 2017[1].)

Héraldique, logotype et devise[modifier | modifier le code]

Curiosités[modifier | modifier le code]

La localité de Kayl abrite, sur une colline, le monument national des mineurs, érigé en 1957 pour commémorer tous les mineurs qui ont perdu leur vie lors de l'exécution de leur lourde tâche.

À quelques mètres du monument, on découvre la chapelle Notre-Dame, dit Léiffrächen, qui est un lieu de pèlerinage connu régionalement.

Le Mont Saint-Jean (Dudelange), où se déroule chaque année une procession le long d'un chemin de croix, s'étend en partie sur la commune de Kayl.

Article détaillé : Mont Saint-Jean (Dudelange).

Notes et références[modifier | modifier le code]

  1. a et b « Population par canton et commune », sur http://www.statistiques.public.lu, STATEC, (consulté le 5 mai 2018).
  2. « Superficie par canton et commune », sur http://www.statistiques.public.lu, STATEC, (consulté le 5 mai 2018).
  3. Die "Erscheinungen" von Kayl. Tageblatt 1947, Nr. 268 (21. November), p. 3. [1] Voir aussi: J.A. Massard: Wunder in Luxemburg. In: Lëtzebuerger Almanach 1986, Luxemburg 1985, p. 133-135. [2]
  4. http://cartemarialedumonde.org/fr/sanctuaire/kayl
  5. http://campus.udayton.edu/mary/resources/aprtable.html

Voir aussi[modifier | modifier le code]

Sur les autres projets Wikimedia :

Lien externe[modifier | modifier le code]