Paris Is Burning (film)

Un article de Wikipédia, l'encyclopédie libre.
Aller à : navigation, rechercher
Page d'aide sur l'homonymie Pour la chanson de Ladyhawke, voir Paris Is Burning.
Paris Is Burning
Réalisation Jennie Livingston
Pays d’origine Drapeau des États-Unis États-Unis
Genre Documentaire
Durée 78 minutes
Sortie 1991

Pour plus de détails, voir Fiche technique et Distribution

Paris Is Burning est un film documentaire américain réalisé et produit par Jennie Livingston (en), sorti en 1991.

Sujet[modifier | modifier le code]

Filmé à partir du milieu des années 1980, le documentaire s'intéresse à la ball culture (en) new-yorkaise. Pendant sept ans, Jennie Livingston (en), se rend à des « bals » organisé par la communauté LGBT afro-américaine et hispanique. Au cours de ces soirées, les participants s'affrontent dans des défilés ou à travers la danse. C'est dans ces bals qu'est née la vogue (voguing)[1].

Paris Is Burning alterne entre les scènes de bal et les interviews avec des participants sur les problèmes de santé, de racisme, d'orientation sexuelle, etc.[2].

Fiche technique[modifier | modifier le code]

Distribution[modifier | modifier le code]

  • Dorian Corey
  • Pepper LaBeija
  • Venus Xtravaganza
  • Octavia St. Laurent
  • Willi Ninja
  • Angie Xtravaganza
  • Freddie Pendavis
  • Junior Labeija

Sortie et accueil[modifier | modifier le code]

Le film est pour la première fois diffusé durant le Festival international du film de Toronto 1990. Il sort en salles au mois d'août 1991[4].

Paris Is Burning a rapporté 3 779 620 dollars au box-office américain, dont 496 356 dollars la semaine de sa sortie[3]. Face au relatif succès du film, plusieurs participants engagent des poursuites judiciaires pour obtenir une rémunération. Un accord amiable est finalement trouvé et les producteurs accordent 55 000 dollars à 13 participants[5],[2].

En 1991, il remporte le Grand prix du jury du Festival de Sundance[1].

Vingt-cinq ans après sa sortie, le film est restauré[1]. Il est souvent cité pour son influence dans la culture populaire, ayant notamment popularisé des expressions autrefois limitées au milieu des balls[2].

Notes et références[modifier | modifier le code]

  1. a, b et c (en) Brian Moylan, « Paris Is Burning sizzles again at the Sundance film festival », sur theguardian.com, (consulté le 5 juillet 2017).
  2. a, b et c (en) Ashley Clark, « Burning down the house: why the debate over Paris is Burning rages on », sur theguardian.com, (consulté le 5 juillet 2017).
  3. a et b (en) « Paris is Burning », sur boxofficemojo.com (consulté le 5 juillet 2017).
  4. (en) Shon Faye, « Looking at Paris Is Burning 25 years after its release », sur dazeddigital.com, (consulté le 5 juillet 2017).
  5. (en) Jesse Green, « Paris Has Burned », sur nytimes.com, (consulté le 5 juillet 2017).

Voir aussi[modifier | modifier le code]

Liens externes[modifier | modifier le code]