Vampire: The Masquerade - Bloodlines

Un article de Wikipédia, l'encyclopédie libre.
Sauter à la navigation Sauter à la recherche
Page d'aide sur l'homonymie Pour les articles homonymes, voir Vampire (homonymie), Masquerade et Bloodline.

Vampire
The Masquerade
Bloodlines
Vampire: The Masquerade - Bloodlines est inscrit sur trois lignes en lettres couleur or sur fond noir.
Logo du jeu.

Éditeur Activision
Développeur Troika Games
Concepteur Réalisateur
Jason Anderson
Leonard Boyarsky
Producteur
Tom Decker
David Mullich
Musique Rik Schaffer
Chansons sous licence (Ministry, Tiamat, Lacuna Coil…)

Début du projet
Date de sortie
  • États-Unis Canada 16 novembre 2004
  • Europe 19 novembre 2004
Franchise Vampire : La Mascarade
Genre Jeu vidéo de rôle, à la première ou à la troisième personne
Mode de jeu Solo
Plate-forme PC (Windows)
Média CD-ROM
Contrôle Clavier, Souris

Moteur Source

Vampire: The Masquerade - Bloodlines (ou simplement Bloodlines, parfois abrégé VTMB) est un jeu vidéo de rôle aussi bien affiché à la première qu'à la troisième personne, orienté narration, faisant la part belle à l'action et à des phases d'infiltration, développé par Troika Games et édité par Activision sur PC (Windows) en novembre 2004 en Europe et en Amérique du Nord. C'est la deuxième adaptation du jeu de rôle originel Vampire : La Mascarade, après Vampire : La Mascarade - Rédemption sorti en 2000.

Le jeu prend place dans l'univers du Monde des ténèbres de White Wolf Publishing, et plus précisément du jeu Vampire : La Mascarade. Le joueur incarne un personnage masculin ou féminin qui est tué, puis ramené à la vie en tant que vampire. Le jeu met en scène le parcours de ce débutant du monde vampirique dans un Los Angeles du XXIe siècle, qui se trouve obligé d'enquêter sur un mystérieux sarcophage récemment découvert contenant une relique, qui est sensée provoquer la disparition de tous les vampires. Le joueur choisit le clan du personnage joueur, si bien que celui-ci se voit doté de pouvoirs et capacités spécifiques et uniques en fonction du choix, ce qui influence la façon dont l'avatar est perçu dans l'univers du jeu. Grâce à des points d'expérience gagnés en réalisation des missions, le joueur fait progresser ses capacités, aussi bien au combat, grâce à des caractéristiques comme la force ou la manipulation, que dans la persuasion, dans son aspect, dans son érudition, ou certaines techniques comme sa maîtrise de l'informatique ou l'effraction. En fonction des capacités de son avatar, le joueur use de méthodes violentes ou non-violentes, parfois avec intimidation, d'autres avec séduction. Le joueur peut avancer dans l'intrigue principale ou effectuer des quêtes secondaires en établissant des relations avec les personnages non-joueurs, en se déplaçant librement entre les différents quartiers ou banlieues de Los Angeles, que sont Santa Monica, Downtown, Hollywood et Chinatown.

Troika Games débute la production du jeu en , après s'être rapproché d'Activision avec l'idée de réaliser un jeu vidéo de rôle à la première personne. L'éditeur suggère d'utiliser la franchise Vampire: La Mascarade, puisque le jeu Rédemption développé par Nihilistic Software un an plus tôt connait un succès suffisant pour mériter une suite. Troika Games obtient sous licence le droit d'utiliser le moteur de jeu Source auprès de Valve, alors en développement pour le jeu Half-Life 2 également en pleine conception. Le processus de création de Bloodlines s'avère tourmenté, puisque le projet initial dépasse les capacités de production de l'équipe et que cette dernière se retrouve sans producteur pendant presque une année, jusqu'à la nomination par Activision de David Mullich à ce poste. Au bout de trois années de développement avec dépassement de budget et un jeu non-terminé, Activision fixe une date butoir, conduisant à la publication incomplète du jeu en .

Lors de sa sortie, Bloodlines reçoit une accueil mitigé restant bon, les critiques appréciant la qualité de la narration et la palette de choix à disposition du joueur, mais soulevant des problèmes techniques. C'est le dernier jeu développé par Troika Games avant sa faillite en 2005. Par la suite, le jeu bénéficie d'une meilleure considération, vu comme un chef-d'œuvre imparfait et obtient un statut de jeu culte aussi bien auprès des joueurs que de la presse[1],[2], grâce à un gameplay et une narration rarement imitée. Depuis sa publication initiale en 2004, Bloodlines a connu de nombreuses publications non-officielles réalisées par des fans, produisant des correctifs, des traductions et en rajoutant du contenu inutilisé. Une suite, Vampire: The Masquerade - Bloodlines 2, est prévue pour 2020.

Trame[modifier | modifier le code]

Univers[modifier | modifier le code]

Bloodlines prend place dans l'univers du Monde des ténèbres de White Wolf Publishing, et plus précisément du jeu originel Vampire : La Mascarade. Le jeu décrit un univers dans lequel des vampires, des loups-garous, des démons et d'autres créatures façonnent l'histoire humaine.

L'intrigue se déroule dans un Los Angeles du XXIe siècle, où le joueur peut naviguer plus ou moins librement entre les différents quartiers ou banlieues de la mégalopole, que sont Santa Monica, Downtown, Hollywood et Chinatown[3],[4].

Contexte[modifier | modifier le code]

Cependant, les vampires vivent cachés parmi les humains depuis plusieurs siècles, sans que personne ne s'en rende compte, n'ayant la possibilité d'utiliser des capacités vampiriques devant eux[5],[6]. Appelé La Mascarade, ceci leur permet d'éviter de tuer inutilement et préserve les derniers lambeaux d'humanité de tout vampire[7],[8]. Le monde vampirique est divisé en clan dont les vampires de chacun d'entre eux possèdent des capacités et un physique spécifique. Les clans sont regroupés en sectes, ou suivant différents courant de pensée[I 1].

La Camarilla, qui dirige le monde des vampires, est une secte composée de sept clans. Les Toreadors sont les plus proches de l'humanité, avec une passion pour la culture. Les Ventrue sont des chefs nobles et puissants. Les Brujahs sont des idéalistes qui excellent au combat. Les Malkaviens sont soit maudits et fous, soit bénis et perspicaces, mais ils possèdent tous une intelligence vive et souffrent de diverses formes de démence. Les Tremeres, secrets et indignes de confiance, utilisent la magie du sang. Les monstrueux Nosferatus sont condamnés à une vie dans l'ombre pour éviter l'humanité. Les Gangrels sont des solitaires, en phase avec leur nature animale ; c'est un clan historique de la Camarilla, mais qui vient de la quitter. Les Anarchs sont quant à eux des vampires qui se retrouvent dans le courant de pensée de la Camirilla, puisqu'ils rejetent la bête en eux et s'attachent à conserver le peu d'humanité qui leur reste. Cependant, leurs idées diffèrent fondamentalement sur la façon d'y parvenir. Ces idéalistes sont donc indépendants, fermement en désaccord avec la structure politique telle qu'elle est, et croient en la redistribution du pouvoir entre tous les vampires. Cet aspect est en perpétuel débat au sein même de la communauté Anarchs[I 1].

Les clans de la Camarilla sont vaguement unis par leur croyance aux objectifs de la secte et à leur opposition au Sabbat, une secte de vampires qui se délectent de leur nature, embrassant la bête qui les habite[I 1].

Chinatown est contrôlé par les Kuei-Jin, des vampires d'origine asiatique dirigés par Ming-Xiao, qui n'ont pas besoin de boire du sang et se considèrent comme supérieurs aux autres vampires[9].

Personnages[modifier | modifier le code]

Trois femmes déguisées en vampire des clans de Bloodlines lors de l'E3 2003.
Trois cosplay officiels de plusieurs clans issus de Bloodlines lors de l'E3 2003.

Le personnage principal de Bloodlines est transformé en vampire en préambule du jeu. Il est donc novice et découvre ce monde et ses codes et coutumes. Le nom, le sexe masculin ou féminin, et le clan parmi les sept de la Camarilla, restent au choix du joueur en début de partie[10]. Il est au service du Ventrue Sebastian Lacroix, Prince de Los Angeles, qui domine la ville, et dirige les opérations de la Camarilla[10],[11]. Les pérégrinations de ce novice à travers le monde des vampires le mettent en contact avec de nombreuses autres créatures telles que l'Anarch Smiling Jack, les Malkaviennes Therese et Jeanette Voerman, ou la Toreador Velvet Velour[12].

Therese et Jeanette Voerman sont en réalité une seule et même vampire souffrant de troubles schizophréniques et de dédoublement de personnalité, les deux personnages sont très influant à Santa Monica[13].

Synopsis[modifier | modifier le code]

Le héros, un jeune vampire, est obligé de remplir des missions pour le dirigeant de la Camarilla, le Prince LaCroix qui dirige la ville de Los Angeles. Le protagoniste enquête sur un sarcophage originaire d'Ankara récemment découvert, qui contiendrait le corps d'un Antédiluvien (un vampire puisant et très ancien), qui serait endormi depuis de nombreux siècles. Plusieurs clans de vampires conspirent pour obtenir le sarcophage et la relique censée apporter de puissants pouvoirs qu'il contient. Le joueur doit enquêter sur cette affaire, retrouver l'artefact, et décider à quel clan accorder sa confiance ou de garder son indépendance. En outre, de nombreuses quêtes annexes permettent au joueur de lier des relations avec des personnages non-joueurs secondaires et remplir des missions en parallèle de l'intrigue principale.

Scénario[modifier | modifier le code]

Le personnage principal est vampirisé à son insu lors d'une soirée. Cependant, ce nouveau vampire et son « Père » sont capturés et présentés à la Camarilla, puisque cet action n'est pas permise sans autorisation. Le Père est exécuté sur les ordres de LaCroix, mais l'Anarch Nines Rodriguez intervient pour épargner le héros et réussit à convaincre LaCroix. Ce dernier lui impose ainsi d'appendre les coutumes et à vivre comme un vampire, en remplissant une mission pour lui.

LaCroix envoie ainsi le héros à Santa Monica pour aider sa goule, Mercurio, à détruire un entrepôt de Sabbat. Au cours de ce périple, le héros noue des liens avec différents acteurs du monde vampirique le conduisant au centre-ville de Los Angeles, où il rencontre tour à tour les Anarchs Smiling Jack puis Rodriguez, ainsi que LaCroix. Ce dernier lui demande d'enquêter sur un navire amarré au port appelé Elizabeth Dane, pour obtenir des informations sur un sarcophage qu'il transporte, retrouvé à Ankara et censé contenir le corps d'un antédiluvien, l'un des vampires les plus anciens et les plus puissants qui serait endormi depuis de nombreux siècles, dont l'arrivée serait annonciatrice de l'apocalypse des vampires, la Géhenne. Le novice découvre que le sarcophage est vide, et semble avoir été ouvert de l'intérieur.

L'activité accrue du Sabbat attise les soupçons de LaCroix et de son jeune vampire, et coïncide avec la disparition du chef Malkavien, Alistair Grout. Le héros enquête sur l'absence de ce primogène (membre du conseil des sages de la ville). Au manoir de celui-ci, le héros voit Rodriguez en partir, découvre le corps sans vie de Grout et rencontre le chasseur de vampires Grunfeld Bach, qui nie toute implication dans sa mort. Apprenant la présence de Rodriguez chez Grout, LaCroix propose l'exécution de celui-ci à la Camarilla. Le héros est envoyé au Musée d'histoire naturelle pour récupérer le sarcophage, mais constate qu'il a été volé. Par la suite, Smiling Jack suggère au protagoniste que LaCroix recherche le sarcophage pour boire le sang de l'antédiluvien, et par la sorte en acquérir ses pouvoirs.

L'enquête du novice suivant son cours, tout laisse à penser que le chef des Nosferatu nommé Gary a volé le sarcophage. Cependant, un autre Nosferatu que le sarcophage a été volé par le clan vampire des Giovannis. Le héros infiltre le manoir Giovanni et trouve le sarcophage gardé par les Kuei-Jin, qui prétendent que leur chef, Ming-Xiao, a scellé un accord avec LaCroix. Le sarcophage est sécurisé à la tour Ventrue auprès de LaCroix, et Beckett, un vampire érudit, mais celui-ci est scellé. Ce dernier dévoile que la seule personne capable de l'ouvrir a été enlevée par Bach pour attirer LaCroix. Ainsi, le héros se tourne vers Bach et l'élimine, et apprend que la clef a été volée.

Le héros apprend que le Sabbat a tenté de dérober le sarcophage pour le détruire et empêcher la géhenne, et tue ainsi son dirigeant dans le but de déstabiliser la secte. Le héros est rencontre par Ming-Xiao à Chinatown, qui lui propose de former une alliance. Celle-ci révèle être en possession de la clé et que LaCroix a en réalité tué Grout dans le but de l'empêcher de dévoiler ses plans consistant à obtenir la puissance de la relique. Elle dévoile que c'est elle qui a pris l'apparence de Rodriguez au manoir pour le tromper. Lorsque le héros lui confie les révélations de Ming-Xiao, LaCroix nie les faits et annule la mise à mort de Rodriguez et concède avoir recruté les Anarchs pour punir les Kuei-Jin d'avoir assassiné Grout. L'enquête mène alors le héros au Griffith Park où il retrouve Rodriguez, mais ceux-ci sont attaqués par un loup-garou, ce dernier étant grièvement blessé par la bête. Le héros réussit à quitter les lieu avec Smiling Jack, qui révèle que LaCroix a émis un ordre d'exécution contre lui, pour avoir tenté d'éliminer Rodriguez pour le compte de Ming-Xiao.

— Plusieurs fins différentes sont envisageables, en fonction des choix du joueur —
L'épilogue voit le héros prendre le taxi et prendre ses dernières décisions sur les conseils avisés du mystérieux chauffeur. Si le héros prend partie pour LaCroix ou Ming-Xiao, chacun d'entre-eux l'envoie tuer l'autre. LaCroix ouvre le sarcophage, piégé par des explosifs et est tué. Ming-Xiao trahit le héros, l'enchaîne au sarcophage et le jette au fond de l'océan. Si le héros soutient les Anarchs, ou décide de rester indépendant, il retourne à Chinatown récupérer la clef et doit tuer Ming-Xiao ; il investit ensuite la tour Ventrue, tuant le shérif et blesse LaCroix, qui est tué après avoir ouvert le sarcophage, piégé par des explosifs. Si le héros ouvre le sarcophage, il est tué par les explosifs cachés dedans. Le héros peut quitter la tour sans ouvrir le sarcophage et repartir ; LaCroix ouvre seul le sarcophage, piégé par des explosifs et est tué. Si le héros est un Tremere, il tue Ming-Xiao, LaCroix est présumé condamné à mort, remplacé par Maximillian Strauss, le chef du groupe Tremere, et le sarcophage est conservé. Lors de chaque fin, Smiling Jack apparait sur une hauteur à l'extérieur de la ville en la contemplant, avec la momie à ses côtés, alors que le chauffeur de taxi s'approche depuis l'arrière et adresse quelques mots.

Système de jeu[modifier | modifier le code]

Généralités[modifier | modifier le code]

Bloodlines est un jeu vidéo de rôle affiché aussi bien à la première qu'à la troisième personne, orienté narration faisant la part belle à l'action et à des phases d'infiltration[3]. La totalité du jeu se déroule en temps réel et le personnage se déplace librement dans chaque ville en monde ouvert, celle-ci étant progressivement accessibles. Le joueur peut avancer dans l'intrigue principale ou effectuer des quêtes secondaires en établissant des relations avec les personnages non-joueurs, en se déplaçant librement entre les différents lieux. Le joueur réalise des missions, qui consiste à éliminer des personnages, récolter des objets ou obtenir des informations[14]. Le scénario suit une narration non linéaire et permet au jouer de se déplacer de villes en villes autant de fois que nécessaire. Le héros doit pour cela se rendre auprès du chauffeur de taxi qui le conduit où il le désire. Celui-ci permet d'achiffer une carte routière sur laquelle le joueur choisi sa destination. Le joueur peut omettre certaines parties du scénario sciemment ou inconsciemment (par la conséquence de ses choix), aussi bien de l'intrigue principale que des branches annexes. Le joueur peut sauvegarder à tout moment. Le personnage principal possède un appartement à Santa Monica, puis un à Downtown, où il peut entreposer des objets, consulter ses messages électroniques, ou utiliser sa boîte aux lettres pour avancer dans certaines missions. Réussir des missions permet de gagner de l'argent, qui sert à acheter des équipements de protection, des armes et des munitions, ou du sang. Le joueur peut ramasser des objets, comme des auto-radio, des montres, mais aussi trouver de l'argent qu'il peut revendre aux magasins de type pawn-shop ou revendeurs de chaque ville.

Au cours des dialogues avec les personnages non-joueurs, le joueur peut choisir parmi plusieurs réponses, parfois en utilisant la séduction, l'intimidation, la persuasion, ou la domination. Chaque réponse prend alors une couleur particulière, respectivement en violet, en vert, en bleu et en rouge[8].

Le jeu intègre plusieurs mécanismes de jeu d'infiltration. Certaines lieux, bâtiments ou phases de jeu imposent la discrétion. Le joueur ne peut être détecté s'il est dans l'ombre, et est accroupi. un jauge indique alors le niveau de dangerosité de la situation, lui indiquant s'il est sur le point d'être repéré, impliquant un arrêt de la séquence ou l'hostilité des adversaires. En fonction de ses capacités, le personnage peut crocheter des serrures pour infiltrer des bâtiments ou pièces clos. Il peut pirater des ordinateurs pour désactiver des caméras de surveillance pour faciliter son infiltration. Certaines phase lui oblige à gérer les caméras et choisir ses déplacements en fonction de ceux de celles-ci, pour ne pas être repéré[3]. L'inspection des différents disques durs d'ordinateur permettent au personnage d'en apprendre sur les différents évènements et d'influer sur les dialogues mais aussi d'avancer dans certaines quêtes.

Tous les lieux de l'univers du jeu sont divisés en trois types de zone. Dans les zones de mascarade, le héros ne doit pas enfreindre l'ordre, utiliser des armes ou la violence et les lois de la Camarilla. Les personnages non-joueurs n'ont pas conscience de sa condition de vampire. En public, il ne doit pas tuer, ni humain ni monstres, il ne doit pas mordre pour boire le sang des humains en présence de personnes vivantes et ne doit pas être démasqué en tant que vampire. Le joueur peut toutefois enfreindre les lois de la Camarilla, mordre des humains s'ils sont seuls, et tuer un personnage non-joueur alerte la police qui le traque et l'attaque pendant un certain temps. Il peut cependant fuir et se faire oublier. Certains lieux peuvent également faire partie de l'Elysium. C'est une zone neutre où aucune violence n'est permise, aucune œuvre d'art ou artiste ne doit périr, et où les lois de la Camarilla doivent être respectées. Cette zone ne permet pas techniquement l'utilisation de disciplines ou d'armes[15]. Le dernier type de zone est celle des combats, dans lesquelles le personnage peut faire absolument tout ce qu'il veut, tuer, ou mordre toutes les créatures.

Le personnage peut obtenir une goule féminine, Heather, qui est au service du héros, lui donner du sang, des cadeaux et de l'argent[16].

Gestion du personnage, clans, aptitudes et caractéristiques[modifier | modifier le code]

En début de partie, le joueur crée un personnage vampire masculin ou féminin en sélectionnant un clan et en configurant quelques points disponibles (déterminé par le clan) dans trois domaines appelés « attributs », « capacités » et « disciplines » (pouvoirs vampiriques). Le joueur peut également utiliser un questionnaire déterminant le sexe du personnage et le clan, parmi ceux de la Camarilla : Brujah, Toreador, Malkavian, Ventrue, Nosferatu, Tremere, et Gangrel[3],[17],[14],[18],[7],[I 1].

Le joueur fait progresser son personnage en assignant les points acquis pour améliorer ses caractéristiques dans les trois domaines. Les points consacrés aux attributs et aux capacités se combinent pour déterminer différentes aptitudes regroupées en thèmes appelés « combat », « discrétion », « mental » et « absorption »[12],[19]. Ceux-ci permettent de déterminer le succès ou l'efficacité du personnage dans l'exécution de tâches telles que l'utilisation d'armes à feu, le combat, la persuasion, et le piratage informatique ou le crochetage de serrure. Par exemple, les niveaux détermine la précision ou la distance à laquelle le personnage peut tirer, ou s'il peut découvrir le mot de passe d'un ordinateur. Les attributs sont composés de trois types de caractéristiques : l'aspect « physique » (comme la force ou la dextérité), l'aspect « social » (comme le charisme ou l'apparence) et l'aspect « mental » (comme la perception ou l'intelligence)[19]. Les capacités sont composées de caractéristiques également divisées en trois domaines : les talents (comme l'esquive ou l'intimidation), les compétences (comme le corps à corps ou la furtivité) et des « connaissances » (comme l'informatique ou les finances)[3]. Chaque caractéristique peut être augmentée jusqu'à cinq points. Chaque point supplémentaire nécessite un certain nombre de points d'expérience, dont le coût augmente à mesure que le jeu avance[I 1],[3]. Le joueur ne peut acquérir suffisamment de points d'expérience pour compléter chaque compétence, ce qui permet au joueur de se spécialiser ou d'équilibrer son personnage[12],[3]. Les points d'expérience sont gagnés en accomplissant des quêtes, en trouvant des objets ou en déverrouillant des éléments secrets, plutôt qu'en tuant des ennemis[I 1],[5]. Ainsi, le jeu propose une intrigue principale et des quêtes secondaires facultatives pouvant être complétées à tout moment. Le joueur peut se déplacer à son gré dans les zones à sa disposition pour revoir des lieux, des personnages non-joueurs ou des marchands[14].

Le clan du personnage influe sur ses compétences et sur ses pouvoirs. Les attirants Toreadors reçoivent des bonus de séduction et de persuasion, si bien que des options de dialogue supplémentaires leurs sont proposés. Ils sont cependant physiquement faibles. Les Nosferatu sont contraints de voyager dans l'ombre ou dans les égouts pour ne pas alerter les humains, mais reçoivent des bonus pour leur intelligence et leurs compétences en informatique, ce qui leur permet d'accéder à plus d'informations. Les Malkaviens possèdent des options de dialogue spécifiques, reflétant la folie qui leur est propre[12]. L'amélioration de certaines compétences offre des options de dialogue supplémentaires. Les personnages attirants et charismatiques séduisent pour parvenir à leurs fins, les personnages agressifs menacent et d'autres persuadent leurs interlocuteurs de coopérer[14],[17].

L'avatar peut également progresser grâce à des livres ou des documents détaillant certaines techniques que le joueur peut trouver, qui lui permettent d'apprendre des compétences. Il peut également trouver des reliques ou des objets qui augmentent les caractéristiques du personnage, et équiper le personnage de vêtement de protection.

Combats[modifier | modifier le code]

Les combats en temps réel peuvent se réaliser à la première ou à la troisième personne, comme durant tout le reste du jeu. Dans certains lieux ou à certains moments précis, la caméra peut changer de position. En combat au corps à corps, le personnage peut utiliser ses poings, un couteau, une masse, des épées ou des sabres. Le joueurs disposent aussi de toute une panoplie d'arme pour le combat à distance, comme des armes de poing, des fusils, des mitrailleuse, des arbalètes et des lance-flammes[3],[12],[5],[I 2]. Chaque type d'arme et les différentes situations dans l'espace au moment de la mort provoque une animation spécifique[5]. Si le personnage peut se faufiler derrière un adversaire, il peut tuer instantanément[I 2]. Le joueur peut utiliser un bouton pour bloquer les attaque, mais aussi en laissant le personnage immobile.

Disciplines et sang[modifier | modifier le code]

Chaque clan possède des disciplines spécifiques, en plus de celles qui sont communes à tous, qui peuvent être utilisées en combat[3],[I 2]. Celles-ci sont de deux types. Certaines s'applique au personnage joueur et augmentent temporairement ses capacités, sa puissance, sa rapidité ou se rendre invisible pour se cacher de la détection[3]. Une jauge s'affiche temporairement lorsque la discipline est lancée et se vide rapidement. Les autres nécessitent des cibles. Ces disciplines permettent d'invoquer un esprit allié pour attaquer les ennemis, de dominer mentalement les ennemis ciblés pour forcer leur coopération, ou d'autres peuvent lancer des nuées d'insectes sur les adversaires ou faire bouillir leur sang[7]. Plusieurs disciplines peuvent être actives en même temps[15]. Chaque utilisation de discipline coûte du sang au personnage principal, qui voit sa barre de sang descendre. Le joueur peut l'alimenter en buvant le sang de rats qu'il peut trouver ça-et-là, en buvant le sang des humains, de force, en payant ou en les séduisant, mais aussi celui de ses ennemis, ou bien en utilisant des poches de sang achetées à l'hôpital[3],[7],[I 2]. Vider un innocent de tout son sang et provoquer sa mort coûte un point d'humanité au personnage joueur[7].

Santé, humanité et Mascarade[modifier | modifier le code]

Le personnage est pénalisé s'il utilise certaines capacités vampiriques devant des témoins. Il perd alors un point de Mascarade à chaque entorse. Des points de Mascarade peuvent cependant être gagnés en réalisant des quêtes secondaires. Violer la Mascarade à cinq reprises déclenche la colère des chasseurs de vampires et entraîne l'arrêt de la partie[7],[5]. Le personnage possède également des points d'humanité, représentant l'humanité du vampire. Certaines actions coûtent des points d'humanité, comme tuer un humain ou un vampire innocent sans raison. Un total de points d'humanité faible modifie les options de dialogue disponibles, les rendant plus agressif, et augmente les chances d'entrer dans un état frénétique et de se lancer dans une tuerie, lorsque le sang du vampire est bas. Cette frénésie peut également être déclenchée par une grande quantité de dégâts subie. Comme pour des points de mascarade, la perte de tous les points d'humanité met fin au jeu, le vampire devenant une bête incontrôlable[7],[I 2]. Le joueur peut également gagner des points d'humanité au cours de la partie en réalisant des missions.

Le personnage possède en sus un quatrième facteur, une barre de santé qui diminue si le joueur subit des dégâts de la part de ses adversaire. Boire du sang permet de régénérer cette barre.

Bande-son[modifier | modifier le code]

La bande-son de Vampire: The Masquerade - Bloodlines est composée par Rick Schaffer, et comporte également plusieurs chansons utilisées sous licence. La chanson Bloodlines de Ministry est spécialement créée pour le jeu[20]. L'ambiance est Heavy metal ou gothique, électro-industriel avec notamment Ministry, Tiamat, Genitortures ou Lacuna Coil[21],[22].

Développement[modifier | modifier le code]

Selon Computer Power User, le jeu a plus d'intérêt que de simplement utiliser le moteur Source[23].

Accueil[modifier | modifier le code]

Critiques[modifier | modifier le code]

Aperçu des notes reçues
Presse papier
Média Note
Canard PC (FR) 6/10[24]
Computer Gaming World (US) 75%[25]
Computer and Video Games (UK) 8,7/10[26]
Edge (UK) 6/10[27]
GamePro (US) 4/5[28]
Joystick (FR) 7/10[29]
PC Gamer (UK) 77%[30]
PC Zone (US) 8,6/10[17]
Maximum PC (US) 7/10[31]
PC Format (UK) 83 %[32]
Play (US) 7,5/10[33]
Presse numérique
Média Note
1UP.com (US) B[34]
Eurogamer (UK) 7/10[7]
Gamekult (FR) 6/10[35]
GameSpot (US) 7,7/10[3]
GameSpy (US) 4/5[12]
GamesRadar+ (US) 74 %[36]
IGN (US) 8,4/10[5]
Jeuxvideo.com (FR) 16/20[37]
JeuxVideoPC.com (FR) 16/20[38]
Agrégateurs de notes
Média Note
GameRankings 80,56 %[39]
(68 critiques)
Metacritic 80 %[40]
(61 critiques)

Vampire: The Masquerade - Bloodlines totalise une moyenne de notes de 80,56 % sur GameRankings sur la base de 68 critiques[39] et de 80 % sur Metacritic sur la base de 61 critiques[40].

Ventes[modifier | modifier le code]

Bloodlines est un échec commercial[2].

Distinctions[modifier | modifier le code]

En 2007, PC Zone lui octroie la 28e place de son classement des 101e meilleurs jeux PC de tous les temps[41] et PC Gamer le place 80e position de son top 100 des meilleurs jeux PC[42]. En 2019, PC Gamer le désigne 14e meilleur RPG de tous les temps dans une liste de 25 jeux[43].

En 2014, GamesRadar+ place les personnages Therese et Jeanette Voerman en 9e position dans sa liste des meilleurs vampires dans les jeux vidéo[13].

Postérité[modifier | modifier le code]

Suites[modifier | modifier le code]

En 2006, CCP rachète White Wolf Publishing et lance la création d'un MMORPG basé sur la licence du Monde des ténèbres. Initialement appelé World of Darkness voire World of Darkness Online[44],[45], le développement du jeu est annulé en [46].

Le , Paradox Interactive annonce le rachat complet des licences White Wolf Publishing auprès de CCP pour 1,2 million de dollars[47]. En , Paradox tease le lancement d'une éventuelle nouvelle suite qui pourrait être annoncée le , jour d'ouverture de la Game Developers Conference à San Francisco[48],[49]. La sortie du jeu en 2020 Vampire: The Masquerade - Bloodlines 2 est confirmée le par Paradox Interactive sur PC (Windows), PlayStation 4, Xbox One, lors de la GDC 2019[50].

Le , White Wolf Publishing publie World of Darkness Preludes: Vampire and Mage sur PC (Windows, notamment temporairement sur Steam), Mac et Linux, un jeu vidéo composé de deux fictions interactives se déroulant uniquement sous forme de messages téléphoniques. La première appelée Vampire: The Masquerade - We Eat Blood and All Our Friends Are Dead, écrite par Zak Smith et Sarah Horrocks, prend place dans l'univers Vampire : La Mascarade, et la seconde titrée Mage: The Ascension - Refuge est adapté de Mage : L'Ascension. Les deux fictions sont accessibles séparément sur iOS et Android[51],[52],[53].

D'autre part, le , Big Bad Wolf Studio (qui a notamment développé The Council) annonce être en train de créer une autre adaptation du jeu de rôle. Intitulé Vampire: The Masquerade, ce RPG orienté narration afin de se rapprocher de la version papier, sera dévoilé en lors de la Gamescom[54]. En outre, un autre jeu orienté narration intitulé Vampire: The Masquerade - Coteries of New York est dévoilé le . Prévu sur PC et Nintendo Switch pour le dernier trimestre 2019, il est développé par le studio Draw Distance et met en scène la Camarilla et les Anarchs sur une toile de fond New Yorkaise[55].

Contenu généré par les utilisateurs[modifier | modifier le code]

En , une équipe de fans, ayant déjà créé le mod Bloodlines Resurgences pour le jeu Bloodlines, décide de lancer le projet Project Vaulderie[Notes 1], une refonte complète de Vampire: The Masquerade - Bloodlines, développée sur le moteur Unity[56], mais CCP met fin au développement le , précisant que les droits sont toujours détenus par Activision[57].

Note[modifier | modifier le code]

  1. (en) « Site officiel du projet Project Vaulderie (version archivée) », sur Project Vaulderie (consulté le 5 août 2015).

Références[modifier | modifier le code]

Interview[modifier | modifier le code]

  1. a b c d e et f (en) IGN Staff, « Vampire: The Masquerade - Bloodlines Character System Interview », sur IGN, .
  2. a b c d et e (en) Richard Aihoshi - 'Jonric', « Vampire: The Masquerade - Bloodlines Combat Interview », sur IGN, .

Ressources secondaires[modifier | modifier le code]

  1. (en) Joanna Nelius, « Everything we know about Vampire: The Masquerade—Bloodlines 2 », sur PC Gamer, .
  2. a et b (en) Rollin Bishop, « Looking back at the last games of defunct developers », sur GamesRadar+, .
  3. a b c d e f g h i j k et l (en) Jason Ocampo, « Vampire: The Masquerade - Bloodlines Review », sur GameSpot, .
  4. (en) Jason Ocampo, « Vampire: The Masquerade - Bloodlines Updated Impressions », sur GameSpot, .
  5. a b c d e et f (en) Tom McNamara, « Vampire: The Masquerade - Bloodlines Review », sur IGN, .
  6. (en) Earnest Cavalli, « 10 Years, 10 Great Games: Earnest's picks », sur Joystiq, .
  7. a b c d e f g et h (en) Kieron Gillen, « Vampire: The Masquerade - Bloodlines », sur Eurogamer, .
  8. a et b (en) Kristan Reed, « Vampire: The Masquerade - Bloodlines », sur Eurogamer, .
  9. (en) Dan Adams, « Vampire: The Masquerade - Bloodlines », sur IGN, .
  10. a et b (en) Logan Westbrook, « The Last Masquerade », sur Escapist Magazine, .
  11. (en) Rick Lane, « Reanimated: The story of Vampire: The Masquerade Bloodlines », sur Eurogamer, .
  12. a b c d e et f Allen Rausch, « Vampire: the Masquerade - Bloodlines », sur GameSpy, .
  13. a et b (en) GamesRadar Staff, « The 10 best vampires in video games », sur GamesRadar+, .
  14. a b c et d (en) Tom McNamara, « Vampire: The Masquerade - Bloodlines Review », sur IGN, .
  15. a et b (en) Tom McNamara, « Vampire the Masquerade: Bloodlines Hands-On », sur IGN, .
  16. (en) Kieron Gillen, « Vampire: Bloodlines – Heather and Me », sur Rock, Paper, Shotgun, .
  17. a b et c (en) PC Zone Staff, « Vampire: The Masquerade - Bloodlines », sur PC Zone, .
  18. Allen Rausch, « Vampire: The Masquerade - Bloodlines », sur GameSpy, .
  19. a et b (en) Gamespot Staff, « Vampire: The Masquerade - Bloodlines Designer Diary #6 », sur GameSpot, .
  20. (en) Rainier Van Autrijve, « Vampire: The Masquerade - Bloodlines Soundtrack Revealed », sur GameSpy, .
  21. Chris Cook, « New Vampire: The Masquerade - Bloodlines Soundtrack Details », sur Game Informer, .
  22. Poischich, « Vampire Bloodlines : la bande originale », sur Gamekult, .
  23. (en) « Vampire: The Masquerade - Bloodlines », Computer Power User, vol. 1, no 5,‎ , p. 92 (lire en ligne).
  24. Bob Arctor, « Vampire the Masquerade : Bloodlines - Dans la peau d'un suceur », Canard PC, no 49,‎ , p. 14-16 (lire en ligne).
  25. (en) Robert Coffey, « Vampire: The Masquerade - Bloodlines », Computer Gaming World, no 248,‎ , p. 82-83 (lire en ligne).
  26. (en) CVG Staff, « Vampire: The Masquerade - Bloodlines », sur Computer and Video Games, .
  27. (en) « Vampire: The Masquerade - Bloodlines », Edge, no 145,‎ , p. 89 (lire en ligne).
  28. (en) Funky Zealot, « Vampire: The Masquerade - Bloodlines », sur GamePro, .
  29. Fumble, « Vampire: The Masquerade - Bloodlines », Joystick, no 166,‎ , p. 72-75 (lire en ligne).
  30. (en) Chuck Osborn, « Reviews - Vampire: The Masquerade - Bloodlines », PC Gamer, vol. 12, no 132,‎ , p. 92–94 (lire en ligne).
  31. (en) « Vampire: The Masquerade - Bloodlines », Maximum PC,‎ , p. 91 (lire en ligne).
  32. (en) « Vampire: The Masquerade - Bloodlines », PC Format, no 170,‎ (lire en ligne).
  33. (en) « Vampire: The Masquerade - Bloodlines », sur Play, .
  34. (en) 1UP Staff, « Vampire: The Masquerade - Bloodlines », sur 1UP.com, .
  35. RaHaN, « Test - Bloodlines : il ne sera pas immortel », sur Gamekult, .
  36. (en) GamesMaster, « Vampire: The Masquerade - Bloodlines », sur GamesRadar+, .
  37. Dinowan, « Test du jeu Vampire : The Masquerade : Bloodlines sur PC », sur Jeuxvideo.com, .
  38. Fury, « Vampire : The Masquerade - Bloodlines », sur JeuxVideoPC.com, .
  39. a et b (en) « Vampire: The Masquerade - Bloodlines for PC », sur GameRankings, .
  40. a et b (en) « Vampire: The Masquerade - Bloodlines », sur Metacritic, .
  41. (en) PC Zone Staff, « The 101 best PC games ever, part one », sur PC Zone, .
  42. (en) Staff, « PC Gamer's Top 100: 100-51 », sur PC Gamer, .
  43. (en) Staff, « The best RPGs on PC », sur PC Gamer, .
  44. Hosteel, « CCP engloutit White Wolf », sur Gamekult, .
  45. (en) Emily Gera, « World of Darkness canceled as CCP Atlanta is hit with layoffs », sur Polygon, .
  46. Dinowan, « World of Darkness annulé par CCP », sur Jeuxvideo.com, .
  47. Gautoz, « Vampire : La Mascarade racheté par Paradox », sur Gamekult, .
  48. dafrans, « Vampire : The Masquerade annoncé par Paradox lors de la GDC ? », sur Jeuxvideo.com, .
  49. Clementoss, « Paradox semble teaser un nouveau Vampire The Masquerade avec Tender, une appli de rencontre vampirique », sur Jeuxvideo.com, .
  50. Borvo974, « Bande-annonce Vampire : The Masquerade - Bloodlines 2 : le sang coulera à flot en 2020 », sur Jeuxvideo.com, .
  51. (en) Andy Chalk, « World of Darkness Preludes tells interactive tales of Vampires and Mages », sur PC Gamer, .
  52. (en) Alice O'Connor, « White Wolf release new Vampire: The Masquerade game », sur Rock, Paper, Shotgun, .
  53. (en) Marcus Estrada, « World of Darkness Games Get the Interactive Fiction Treatment », sur Hardcore Gamer, .
  54. MalloDelic, « Big Bad Wolf (The Council) annonce Vampire : The Masquerade », sur Jeuxvideo.com, 15 mzi 2019.
  55. MalloDelic, « Vampire : The Masquerade - Coteries of New York s'annonce en vidéo », sur Jeuxvideo.com, .
  56. Alexandre Combralier, « Un projet de refonte totale pour Vampire La Mascarade : Bloodlines », sur GamAlive, .
  57. (en) Owen S. Good, « Fan-developed remake of Vampire: The Masquerade shut down, loses a year of work », sur Polygon, .

Bibliographie[modifier | modifier le code]

Lien externe[modifier | modifier le code]