Patch (informatique)

Un article de Wikipédia, l'encyclopédie libre.
Sauter à la navigation Sauter à la recherche
Page d'aide sur l'homonymie Pour les articles homonymes, voir Patch.
Un ruban perforé de l'un des premiers ordinateurs, le Harvard Mark I de 1944. On voit les patchs physiques utilisés pour corriger les perforations.

Un patch ou correctif, est une section de code que l'on ajoute à un logiciel, pour y apporter des modifications : correction d'un bug, traduction, crack.

Terminologie[modifier | modifier le code]

Les termes recommandés en France par la DGLFLF sont « retouche » ou « correctif »[1]. Au Canada, le terme recommandé par l'OQLF est « correctif », le mot « rustine » étant également accepté[2].

Origine[modifier | modifier le code]

L'origine de l'expression provient de l'utilisation des rubans perforés sur lesquels on ajoutait une rustine pour corriger un bug (voir figure). L'idée est celle d'ajouter un emplâtre comme on le fait sur un vêtement, un bateau ou un toit, avec la connotation que l'emplâtre ne correspond pas parfaitement à l'original. L'usage du terme s'est étendu assez naturellement au logiciel. Le terme est courant dans la communauté des programmeurs à la fin des années 1950. Par exemple, le noyau de Multics, appelé BOS, a une commande autorisant les patchs[3].

Nature[modifier | modifier le code]

Bien qu'à l'origine, un patch était une modification du code machine, il se présente normalement comme une séquence de modifications à apporter au code source du logiciel traité, après quoi le code devra être recompilé et les bibliothèques liées pour obtenir la version modifiée du logiciel.

Cependant, dans certains cas, notamment quand l'éditeur du logiciel ne désire pas que les utilisateurs aient accès à son code source, le correctif peut se présenter comme un programme autonome qui va greffer sur le logiciel original une modification sous la forme d'un ajout de code exécutable et de la mise en place d'une instruction de branchement vers la section de code ajoutée.

Plusieurs correctifs peuvent être distribués simultanément et sont alors regroupés dans un Service Pack (SP).

Par abus de langage, on appelle parfois patch les corrections de bugs livrés sous forme de code compilé (binaire) annulant et remplaçant un exécutable ou une bibliothèque.

Limites du principe[modifier | modifier le code]

Le principe des patchs offre donc un palliatif aux manques d'un logiciel, mais il a des limites. L'accumulation de patchs, surtout de sources différentes, peut, à l'image du patchwork, poser un problème de cohérence globale et surtout un problème de sécurité. Par ailleurs, l'ordre d'application des patches peut s'avérer essentiel : passer un patch avant un autre peut conduire à une situation difficilement récupérable. Une approche prévoyante consiste à prévoir ce qui peut évoluer et de standardiser l'évolutivité en suivant par exemple une approche à base de plugins.

Notes et références[modifier | modifier le code]

  1. Journal officiel du 27/02/2003, voir FranceTerme
  2. Grand dictionnaire terminologique
  3. Voir BV.1.05, en date du 24 juillet 1968, dans Multics System Programmers' Manual (MSPM)

Voir aussi[modifier | modifier le code]

Sur les autres projets Wikimedia :

Articles connexes[modifier | modifier le code]