Le gorille a bonne mine (album)

Un article de Wikipédia, l'encyclopédie libre.
Sauter à la navigation Sauter à la recherche

Le gorille a bonne mine
11e album de la série Spirou et Fantasio
Auteur Franquin
Genre(s) Franco-Belge
Aventure

Personnages principaux Spirou
Fantasio
Spip
Le Marsupilami

Éditeur Dupuis
Première publication 1959
ISBN 2-8001-0013-3
Nb. de pages 61

Prépublication Spirou
Albums de la série

Le gorille a bonne mine est un album de bande dessinée, le onzième de la série Les Aventures de Spirou et Fantasio. Il contient deux aventures: Le gorille a bonne mine et Vacances sans histoires.

Le Gorille a bonne mine[modifier | modifier le code]

Synopsis[modifier | modifier le code]

Un gorille des montagnes, cible photographique de Spirou et Fantasio.

Spirou et Fantasio se rendent en Afrique avec l'espoir de photographier des gorilles sur les flancs du mont Kilimakali. Sur place, les ingénieurs de la mine locale, Lebon et Leblond, leur annoncent qu'il n'y a pas de gorilles, cependant que les indigènes sont inquiets de disparitions répétées de leurs congénères, enlèvements attribués aux gorilles, précisément.

Leur guide est l'administrateur Badman. Cependant, les accidents qui surviennent contre l'expédition, en réalité soigneusement provoqués par les deux ingénieurs, font renoncer Badman et Spirou et Fantasio continuent seuls. Ils doivent encore affronter l'hostilité des indigènes Wagundus avant de parvenir enfin aux gorilles dont ils font des photographies sensationnelles. Progressant encore, ils découvrent le fin mot de l'histoire : le docteur Zwart, le premier à avoir disparu, exploite avec l'aide des deux ingénieurs une mine d'or clandestine ; et les autres disparus sont exploités à l'état d'esclaves. Les deux héros libèrent ces malheureuses victimes.

Ne prétendant pas jouer le rôle d'auxiliaires de la police, Spirou et Fantasio laissent libres les bandits, sachant qu'indépendamment de la justice ils régleront leurs comptes entre eux (pour le partage du butin…).

Publication[modifier | modifier le code]

Le gorille a bonne mine est publié pour la première fois dans le journal de Spirou du no 944 () au no 966 () sous le titre Le gorille a mauvaise mine.

Un ton de vérité[modifier | modifier le code]

Cet intérêt que démontrent Spirou et Fantasio pour les gorilles fait écho au travail que fera Dian Fossey quelques années plus tard en 1963. Journaliste au National Geographic, elle deviendra célèbre avec son livre Gorilles dans la brume qui lui permettra de fonder un institut contribuant ainsi à pérenniser l'espèce. Ici, Spirou et Fantasio sont en free-lance, ils ne sont employés ni par le Moustique ni par le Journal Spirou : c'est du grand reportage. D'ailleurs cette expédition photographique donne lieu dans Le Nid des marsupilamis à un projet de ciné-conférence pour « Découverte de notre monde », pastiche à peine caché de l'organisation Exploration du monde, créée en 1950.

Le décor est aussi très bien planté avec la carte du Congo belge sur la 2 CV de nos héros. Un point nous montre où se situe le lieu de l'expédition: l'actuelle province du Kivu. On peut même préciser le site où nos héros opèrent : 100 km au nord du Mont Karisimbi (cité planche 7, case 4), qui fait partie de la chaîne des Montagnes de la Virunga, futur champ de recherche de Dian Fossey. Franquin s'est d'ailleurs basé sur des détails révélés par des proches ayant vécu au Congo[1]. Les populations locales parlent Swahili dans l'album, langue en effet usitée dans cette partie de l'Afrique. Franquin s'étant basé sur le Petit cours de Kiswahili pratique de A. Verbeken[1].

Vacances sans histoires[modifier | modifier le code]

Synopsis[modifier | modifier le code]

Après avoir connu quelques déboires sociaux Fantasio n'a qu'une envie : prendre des vacances au soleil, loin des soucis. Parvenu dans une région provençale en compagnie de Spirou, au volant de leur Turbotraction, il laisse par distraction la clé de contact au tableau de bord. Le roi du pétrole Ibn-Mah-Zoud, daltonien, confond leur Turbotraction (bleue) avec la sienne (rouge). Piètre conducteur, et danger public sur la route, l'émir finit par avoir un accident qui désintègre littéralement la voiture. Fantasio transforme une De Dion-Bouton 1912[2],[3] en y incluant des gadgets insolites et tente de convaincre Spirou de garder cette voiture, ce que celui-ci refuse. C'est alors qu'Ibn-Mah-Zoud survient avec leur vieil ami Roulebille, des automobiles Turbot, et leur offre le dernier modèle, la Turbot 2, pour compenser son méfait. En échange il se permet de repartir avec la voiture bricolée de Fantasio, car ne pouvant (soi-disant) dépasser le 40 à l'heure, il ne présentera plus un danger à son volant.

Publication[modifier | modifier le code]

Vacances sans histoires est publié pour la première fois dans le journal de Spirou du no 1023 (paru le ) au no 1033[4] (paru le ).

Personnages[modifier | modifier le code]

Traductions[modifier | modifier le code]

Notes et références[modifier | modifier le code]

  1. a et b Franquin : Chronologie d’une œuvre
  2. acquise d'occasion par son oncle Gustave en 1918
  3. plus vraisemblablement de 1908, une version cabriolet du landaulet 1908
  4. sur Bdoubliees.com (consulté le 12 novembre 2016)