Le Rêve de la femme du pêcheur

Un article de Wikipédia, l'encyclopédie libre.
Aller à : navigation, rechercher
Le Rêve de la femme du pêcheur
Tako to ama retouched.jpg

Le Rêve de la femme du pêcheur

Artiste
Date
Type
Technique

Le Rêve de la femme du pêcheur est le nom donné généralement à une estampe érotique sans titre de Hokusai, qui ouvrait le recueil Kinoe no Komatsu[1] publié en 1814. Au Japon, elle est connue sous le nom de L’Ama et le Poulpe (蛸と海女, Tako to ama?).

Sujet[modifier | modifier le code]

Elle représente une femme enlacée par les tentacules de deux pieuvres. La plus petite étreint l'un de ses seins et l'embrasse alors que la plus grande pratique un cunnilingus. Hokusai créa cette estampe lors de l'époque d'Edo (1600-1868), période pendant laquelle le shintoïsme faisait une résurgence qui a parfois été donnée comme explication à la dimension animiste de la scène. Le corps entièrement dévêtu du personnage féminin fait de cette gravure une exception parmi les shunga d'où le nu était généralement absent, la familiarité des Japonais avec la nudité la privant à leurs yeux de caractère érotique[2].

Postérité[modifier | modifier le code]

C'est un des exemples les plus connus de shunga (gravures érotiques), elle a inspiré de nombreux artistes et est l'une des pièces fondatrices du style de hentai appelé shokushu (触手?, lit. « tentacule »)[3].

Elle est notamment l’œuvre de référence que Patrick Grainville transpose en littérature dans son livre Le Baiser de la pieuvre (2010).

Bibliographie[modifier | modifier le code]

  • (en) Bru, Ricard (2010). "Tentacles of love and death: from Hokusai to Picasso". Secret Images. Picasso and the Japanese Erotic Print, Thames & Hudson, London, p. 50-77. ISBN 978-0-500-09354-2
  • (en) Mathi Forrer, Hokusai: Prints and Drawings, Prestel 1992, ill. 124
  • (en) Richard Lane, Images from the Floating World, Koneckey & Konecky 1978, p. 163
  • (en) Talerico, Danielle (2001). “Interpreting Sexual Imagery in Japanese Prints: A Fresh Approach to Hokusai’s Diver and Two Octopi”. In Impressions, The Journal of the Ukiyo-e Society of America, Vol. 23.

Notes et références[modifier | modifier le code]

  1. Cette œuvre est conservée au British Museum, département Asie, sous la référence OA+,0.109
  2. Sylvie Blin, « Le Printemps des sens », RMN-Grand Palais,‎
  3. Simon Clair, « Sexe et tentacules : l’improbable combinaison du Shokushu », sur Les Inrocks,‎