Ryūsai Shigeharu

Un article de Wikipédia, l'encyclopédie libre.
Sauter à la navigation Sauter à la recherche
Ryūsai Shigeharu est un nom japonais traditionnel ; le nom de famille (ou le nom d'école), Ryūsai, précède donc le prénom (ou le nom d'artiste).
Ryūsai Shigeharu
Naissance
1802 ou 1803
Décès
Nationalité
Activités

Ryūsai Shigeharu (柳窗重春/柳斎重春?), 1802 ou 1803 – , est un artiste japonais d'estampes de l'ukiyo-e basé à Osaka, actif durant la première moitié du XIXe siècle. Membre de l'école Utagawa, il fait partie du groupe très restreint de peintres de kamigata-e (estampe de la région de Kamigata) en mesure de subvenir à leurs besoins uniquement comme artistes professionnels.

Biographie[modifier | modifier le code]

Shigeharu naît avec le nom Yamaguchi Yasuhide à Nagasaki dans la province de Hizen en 1803, (2e année de l'ère Kyōwa). Son père, Yamaguchi Zenzaemon (山口善右衛門?) travaille dans le commerce d'argent Ōshima-ya (大島屋?). Il s'installe dans le district Mitsudera-machi (三津寺町?) d'Osaka vers 1820 pour étudier la fabrication des estampes avec son premier maître, Utagawa (Takigawa) Kunihiro (歌川国広?) (fl. c.1815-1841)[1]. Son maître suivant est Yanagawa Shigenobu (柳川重信?) (1787–1832), avec qui il collabore à plusieurs projets d'envergure. Certains ont suggéré que Shigeharu a également étudié auprès du maître Hokusai; Cependant, il n'y a pas de preuve définitive à l'appui de cette idée[2].

Comme il est habituel pour les artistes de l'ukiyo-e, Shigeharu emploie différents pendant toute sa carrière. Il publie sa première estampe en 1820 sous le nom Nagasaki Kunishige (長崎国重?), reconnaissant à la fois son lieu de naissance et son premier professeur. Il adopte le nom Ryūsai Shigeharu, qui incorpore deux caractères (kanji) du nom de son second maître, au printemps 1825[3].

En conséquence des conflits politiques de l'époque, Shigeharu retourne à Nagasaki au début des années 1840[2]. Il meurt le âgé seulement de 51 ans[3]. Sa fille, Yonejo, est une peintre dont les œuvres sont particulièrement recherchées par les collectionneurs étrangers[4]. Il existe un différend relatif à l'activité de Shigeharu dans les dernières années de sa vie. Certains suggèrent qu'il peut être retourné à Osaka à la fin des années 1840 où il a continué à produire des impressions sous le nom Kunishige de 1849 jusqu'à sa mort[2]. D'autres font valoir que le portrait en buste ōkubi-e signé de Kunishige et autres travaux portant la même signature et datant de c.1849 à 1851 sont probablement dus à d'autres artistes[4].

Dates c.1802-1853
Dates de carrière c.1820-1849
Nom de naissance Yamaguchi Yasuhide [安秀]
Nom personnel Yamaguchi Jinjirō [山口甚治郎]
[5] Nagasaki Kunishige [長崎国重] (1821), Kunishige [国重], Nagasaki Shigeharu [長崎重春] (1821), Baigansai Kunishige [梅丸斎国重] (1821), Takigawa Kunishige [滝川国重] (1825), Ryūsai Shigeharu [柳窗重春/柳斎重春] (1825), Gyokuryūtei [玉柳亭] (1830), Gyokuryūtei Shigeharu [玉柳亭重春] (c. 1830-32), Gokuryūsai Shigeharu [玉柳斎重春]
Noms professionnels Yamaguchi Shigeharu [山口重春], Hōzan Shigeharu [烽山重春], Kiyoutei [崎陽亭], Nichika [日華]
Sceaux Ryū [柳], Yamaguchi-uji Shigeharu [山口氏重春][6], Haru [春][7]
Maîtres Utagawa Kunihiro, Yanagawa Shigenobu
Élèves Shigenao, Shigefusa, Shigeyasu, Shigetoyo, Shigeyoshi, Shigehiro, Shigemasa

Œuvres[modifier | modifier le code]

signature & sceau

Au cours de l'ère Bunsei (文政?) (4/1818-12/1830), Shigeharu commence à travailler sur plusieurs supports, dont des impressions sur feuille unique, des illustrations de livres, des affiches de théâtre et des peinture[4]. Sa production artistique est généralement datée de la période c.1820-1849, avec les années 1829 à 1831 marquant l'apogée de son travail dans le dessin d'estampe sur feuille unique ichimai-e (一枚絵?)[4]. Il existe plusieurs périodes en blanc dans sa carrière dont aucune ou très peu de gravures sont connues, notamment la mi-1822 jusqu'à la mi-1825 et 1838.

À partir de 1831, Shigeharu fournit des illustrations pour un certain nombre de livres dont « Les Trois Royaumes des usages des acteurs » Yakusha fūzoku sangokushi (役者風俗三国志?). Le travail qu'il fait avec son maître Shigenobu sur un livre de modèles à la mode pour les vêtements de courtisanes Ryūko moyō chakui tayū no zu (竜虎紋様着衣太夫の?) lui vaut une réputation particulière[8]. Il collabore également sur des illustrations pour livres avec les artistes Gion Seitoku (祇園井特?) et Mihata Jōryū (三畠上龍?)[8]. Il travaille souvent en association avec les maisons d'édition tenki (天喜?) ou Tenmaya Kihei (天満屋喜兵衛?)[9]. Opérant sous le nom commercial Kinkadō (金華堂?), Tenki est actif de 1816 jusqu'aux années 1850[10].

Renommée[modifier | modifier le code]

Les estimations contemporaines du travail de Shigeharu ont tendance à être favorables. Selon un recueil des potins d'Osaka publié en 1835, Shigeharu était « bon en tout ». Un manuscrit de biographies d'artistes du milieu des années 1840 le caractérise comme « meilleur que le reste » et note son statut professionnel[4]. Les critiques modernes, cependant, sont moins positives, le décrivant comme « un artiste indifférent »[2]. Ce nonobstant, Shigeharu était, sinon le seul artiste professionnel de l'ukiyo-e à Osaka à la fin du XIXe siècle, l'un des très rares sur une scène dominée par les amateurs[11].

Collections[modifier | modifier le code]

Onoe Kikugorō & Sawamura Kintarō

Les œuvres de Ryūsai Shigeharu se trouvent dans de nombreuses collections, dont celles des institutions suivantes :

Notes et références[modifier | modifier le code]

  1. The British Museum date son activité de c.1816 à 1835, Oxford Reference de c.1821-1841 et Ujlaki de c.1821 à 1841.
  2. a, b, c et d Roberts 1980, 145
  3. a et b Japan Arts Council
  4. a, b, c, d et e Lyon 2013
  5. Japan Arts Council 2012
  6. Ujlaki
  7. Yonemura 2002, 346
  8. a et b Kodansha 2009, 1972
  9. Newland 2005, 561
  10. Keyes and Mizushima 1973, 311
  11. Davis 2007, 18

Bibliographie[modifier | modifier le code]

  • James R. Brandon et Samuel L. Leiter, Kabuki Plays on Stage: Darkness and Desire, 1804-1864, University of Hawai'i, , 63–90 p. (ISBN 0824824555)
  • British Museum, Utagawa Kunihiro (国広歌川): Biographical details, Trustees of the British Museum (lire en ligne)
  • Judy Nelson Davis, Dramatic Impressions: Japanese Theatre Prints from the Gilbert Luber Collection, Philadelphia, University of Pennsylvania, , 13–35 p. (ISBN 0812219856)
  • JAANUS, Kamigata-e, Japanese Architecture and Art Net Users System (lire en ligne)
  • Japan Arts Council, Jinbutsu Rireki: Ryūsai Shigeharu [人物履歴:柳斎重春] (Biography: Ryūsai Shigeharu), Bunka Digital Library,‎ (lire en ligne)
  • Roger S. Keyes et Keiko Mizushima, The Theatrical World of Osaka Prints, Boston, Philadelphia Museum of Art, (ISBN 0879230711)
  • Hiroko Kitagawa, The Hotei Encyclopedia of Japanese Woodblock Prints, vol. 1, Hotei, , 229–232 p. (ISBN 9074822657)
  • Kodansha, 講談社日本人名大辞典 (Kodansha NihonjinMei Daijiten), Kodansha,‎ , 1972 p. (ISBN 4062108003)
  • Mike Lyon, Ryusai Shigeharu, Lyon Collection of Japanese Woodblock Prints, (lire en ligne)
  • Amy Reigle Newland, The Hotei Encyclopedia of Japanese Woodblock Prints, vol. 2, Amsterdam, Hotei, (ISBN 9074822657)
  • Oxford Reference, Kunihiro, Oxford University Press, (lire en ligne)
  • Laurance, P. Roberts, A Dictionary of Japanese Artists, New York, Weatherhill, , 145 p. (ISBN 083480235X)
  • Samurai Archives, Arashi Rikan II, Samurai Archives (lire en ligne)
  • Aragorō Shōriya, Arashi Rikan II, Kabuki 21, (lire en ligne)
  • Aragorō Shōriya, Some Moyô Imose no Kadomatsu, Kabuki 21 (lire en ligne)
  • Peter Ujlaki, Biography: Kunihiro, OsakaPrints.com (lire en ligne)
  • Peter Ujlaki, Biography: Shigeharu, OsakaPrints.com (lire en ligne)
  • Ann Yonemura, Masterful Illusions: Japanese Prints from the Anne van Biema Collection, Washington, D.C., University of Washington, (ISBN 0295982713)

Liens externes[modifier | modifier le code]

Sur les autres projets Wikimedia :

Voir aussi[modifier | modifier le code]