Cent vues du mont Fuji

Un article de Wikipédia, l'encyclopédie libre.
Sauter à la navigation Sauter à la recherche
Trois caractères japonais Cette page contient des caractères japonais. En cas de problème, consultez Aide:Unicode ou testez votre navigateur.
Kaijo no fuji, estampe tirée du second volume des Cent vues du mont Fuji.

Les Cent vues du mont Fuji (Fugaku-hyakkei) est une série d'estampes réalisées par Katsushika Hokusai (1760-1849), alors âgé de 74 ans, et dont les dates d'édition s'étendent entre 1834 et 1840[1]. Cette série fait suite à la célèbre série des Trente-six Vues du mont Fuji (Fugaku-sanjûrokkei), publiée entre 1830-31 et 1833.

Postface[modifier | modifier le code]

Dans la postface de cette œuvre, Hokusai écrit un texte resté célèbre :

« Depuis l’âge de six ans, j’avais la manie de dessiner les formes des objets. Vers l’âge de cinquante, j’ai publié une infinité de dessins ; mais je suis mécontent de tout ce que j’ai produit avant l’âge de soixante-dix ans. C’est à l’âge de soixante-treize ans que j’ai compris à peu près la forme et la nature vraie des oiseaux, des poissons, des plantes, etc. Par conséquent, à l’âge de quatre-vingts ans, j’aurai fait beaucoup de progrès, j’arriverai au fond des choses ; à cent, je serai décidément parvenu à un état supérieur, indéfinissable, et à l’âge de cent dix, soit un point, soit une ligne, tout sera vivant. Je demande à ceux qui vivront autant que moi de voir si je tiens parole. Écrit, à l’âge de soixante-quinze ans, par moi, autrefois Hokusai, aujourd’hui Gakyo Rojin, le vieillard fou de dessin[2]. »

Notes et références[modifier | modifier le code]

  1. Hokusaï, les cent vues du Mont Fuji, présentation du livre de Nelly Delay, Éditions Hazan, (ISBN 9782754102797).
  2. Hokusai, « l'affolé de son art », présentation de la première rétrospective du fonds d’art graphique, présentée au musée des arts asiatiques Guimet, du 21 mai au 4 août 2008.

Voir aussi[modifier | modifier le code]

Articles connexes[modifier | modifier le code]

Liens externes[modifier | modifier le code]