Tri Yann

Un article de Wikipédia, l'encyclopédie libre.
Aller à : navigation, rechercher
Tri Yann
Description de cette image, également commentée ci-après

Tri Yann, au complet, saluant les spectateurs à la fin de leur spectacle lors du festival de Cornouaille en juillet 2012.

Informations générales
Pays d'origine Nantes (France)
Genre musical chanson bretonne - Folk rock d'inspiration musique bretonne (rock celtique)
Années actives Depuis le 27 décembre 1970
Labels Sony
Déclic
Marzelle
Site officiel tri-yann.com
Composition du groupe
Membres Jean Chocun, Jean-Paul Corbineau, Jean-Louis Jossic, Gérard Goron, Jean-Luc Chevalier, Konan Mevel, Freddy Bourgeois, Christophe Peloil
Anciens membres Christophe Le Helley, Bruno Sabathé, Louis-Marie Séveno, Christian Vignoles, Jérôme Gasmi, Mylène Coué, Bleunwenn Mevel, Bernard Baudriller
logo de Tri Yann

Logo de Tri Yann.

Tri Yann (en breton : « An Tri Yann », en français : « Les trois Jean ») est un groupe français de chanson bretonne et de musique folk rock influencée par la musique bretonne.

En 1970, Jean-Louis Jossic, Jean Chocun et Jean-Paul Corbineau forment Tri Yann an Naoned qui signifie littéralement « les trois Jean de Nantes » en rapport avec le prénom « Jean » commun aux trois musiciens chanteurs. Leur première apparition publique a lieu à Plouharnel le , le jour de la Saint-Jean[1]. Tri Yann an Naoned est né dans le sillage du mouvement de modernisation et de promotion de la musique bretonne et celtique lancé à partir de 1966 par Alan Stivell. À ses débuts, le groupe réinterprétait des chansons traditionnelles bretonnes (surtout du pays gallo). Par la suite, il créera son propre répertoire original en français et en breton.

Tri Yann est l'un des groupes de musique celtique les plus connus en France. Il a contribué à la popularisation d'airs traditionnels comme La Jument de Michao (également connu sous le nom Le Loup, le Renard et la Belette), Les Filles des forges ou Dans les prisons de Nantes.

Formé en 1970, le groupe est toujours resté actif depuis lors, ce qui en fait le groupe français ayant la plus grande longévité avec 45 années de carrière ininterrompue — ses trois membres fondateurs sont toujours présents. Le précédent record était détenu jusqu'en 2008 par les Frères Jacques (avec 37 ans de carrière).

Histoire[modifier | modifier le code]

Les années 1970[modifier | modifier le code]

Le 19 décembre 1970, à Plouharnel, Jean Chocun, assistant administratif à la Compagnie générale transatlantique, Jean-Paul Corbineau, responsable des achats pour un hypermarché et Jean-Louis Jossic, professeur d’histoire et de géographie au collège de Savenay, interprètent devant quelques amis la Pastourelle de Saint-Julien - Maraîchine. La semaine suivante, ils jouent dans un bal breton à Nantes. On les surnomme « les Trois Jean de Nantes », « Tri Yann an Naoned ». Le surnom restera.

En octobre 1971, Bernard Baudriller, professeur d’anglais à Savenay, rejoint ses amis. Jouant déjà du violon et du violoncelle, il apprend la contrebasse. La méthode de travail du groupe n’a pas changé depuis : si la composition des musiques et leurs arrangements est un travail collectif de tous les membres de Tri Yann, l’écriture des textes est en général confiée à Jean-Louis Jossic.

En juin 1972 sort le premier album, Tri Yann an Naoned, enregistré grâce à Gilles Servat rencontré en mars 1972. Sans aucune promotion, le tirage est épuisé en quelques semaines. En décembre, les quatre amis se produisent à l’Olympia en première partie de Juliette Gréco.

Le 1er janvier 1973, le groupe passe professionnel sous le nom de « Tri Yann ». Le second album, Dix ans, dix filles paraît en mars. Les spectacles s’enchaînent, dont un « Musicorama » à l’Olympia (qui réunit également d'autres artistes produit par Kelenn) et une semaine de concerts toujours à l’Olympia, cette fois en tête d'affiche du spectacle « Keltia ‘73 ». Durant l'été 1973, tous les artistes de Kelenn se retrouvent sous un chapiteau Spécial Bretagne pour une tournée de 40 jours.

Tri Yann crée en 1974 son propre label, « Marzelle » et intensifie ses tournées en peu partout dans l'hexagone. La même année sort le troisième album Suite gallaise, plus orienté musique de Haute-Bretagne et chant gallo.

Avec la parution en juin 1976 de son quatrième album La Découverte ou l'Ignorance (disque d'or en 1979), Tri Yann intègre musicalement batterie et guitare électrique aux côtés des instruments plus traditionnels. Ce métissage deviendra la « marque de fabrique » du groupe. Jérôme Gasmi tient la batterie pour les concerts.

En 1977, le parisien Gérard Goron, batteur de culture variétés et rock remplace Jérôme Gasmi.

En 1978 paraît Urba, le premier album-concept du groupe, qui dénonce les dangers de la modernisation sauvage, avec entre autres Le soleil est noir, chant de colère après le naufrage de l’Amoco Cadiz. En 1978-1979, Tri Yann tourne désormais en Allemagne, en Belgique et en Suisse.

En mai 1979, Christian Vignoles, ancien élève des cours de guitare de Jean-Luc Chevalier, intègre le groupe (basse, guitares acoustiques et électriques, claviers). Il y reste jusqu'à son départ le après un concert à Saint-Dizier.

Les années 1980[modifier | modifier le code]

La prise de conscience environnementale marque l’esprit du nouvel album (leur sixième) qui paraît en 1981 : An heol a zo glaz (Le soleil est vert). Récemment intégré au groupe, Christian Vignoles collabore aux arrangements avec Bernard Baudriller. À noter qu’un autre guitariste, dont on reparlera plus tard, participe ponctuellement à l'enregistrement de cet album : c’est Jean-Luc Chevalier. Jean-Paul Corbineau est remplacé pendant quelques mois par Mylène Coué.

Un bar de Nantes, le Café du bon coin, donne son nom à l’album qui paraît en 1983 (leur septième). Tri Yann obtient la même année le Prix de la Critique du Disque décerné par la presse allemande.

En 1985, le groupe connaît des changements importants : Christian Vignoles parti, Bruno Sabathé arrive avec ses claviers et en fin d’année Bernard Baudriller s’en va à son tour, remplacé par Louis-Marie Séveno (violon et basse). Tri Yann fête ses quinze ans à Nantes et enregistre pour l’occasion son premier album en public Anniverscène. C’est aussi vers cette époque que la mise en scène des spectacles s’étoffe avec des costumes spécifiques et des contes, souvent fantastiques, introduisant certaines chansons.

Tri Yann met en scène, en 1988, la bande dessinée de Pierre Christin et Enki Bilal Le Vaisseau de pierre. Les spectacles, pourtant grandioses, sont prématurément arrêtés car trop lourds à gérer, mais l’expérience musicale et scénique est inoubliable. Jean-Luc Chevalier, ancien guitariste de Magma, rejoint Tri Yann.

Les années 1990[modifier | modifier le code]

Un nouvel album aux sonorités plus jazz paraît en 1991 : Belle et rebelle, consacré à la ville de Nantes, est dédié au cinéaste Jacques Demy. Le groupe fête ses 20 ans à Nantes.

Bruno Sabathé est remplacé en 1992 par Christophe Le Helley aux claviers, mais aussi aux instruments traditionnels (cornemuses, harpe, flûtes médiévales).

L’album Portraits, galerie de personnages bretons, enregistré à l’Abbaye de Fontevraud, paraît en 1995. Plusieurs titres sont consacrés à l’évocation de Guillaume Seznec. Bernard Baudriller participe, à titre amical, à l’enregistrement. En fin d’année, deux concerts donnés dans l’ancienne usine Lu de Nantes sont l’occasion pour tous les anciens musiciens de Tri Yann de se retrouver pour les 25 ans du groupe.

Après une décennie un peu plus calme, 1996 marque un net regain d’intérêt du public pour la culture bretonne. Tri Yann tourne sans cesse (Printemps de Bourges, Olympia, festival de Saint-Chartier avec la participation de Bernard, Zénith de Paris…) et enregistre un double album live : Tri Yann en concert.

En 1997, Tri Yann est nominé pour les Victoires de la musique.

La veillée du troisième millénaire paraît en 1998. Ce double CD rassemble des extraits de concerts, côté scène et côté coulisses et des entretiens avec les membres de Tri Yann. À l’été 1998, Christophe Le Helley décide de quitter Tri Yann. Bruno Sabathé revient assurer l’intérim en attendant le remplacement définitif de Christophe. C’est chose faite en fin d’année avec l’arrivée de Frédéric « Freddy » Bourgeois (claviers) puis de Konan Mevel (cornemuse, flûtes). C’est aussi en 1998 qu’est enregistré l’album en public La tradition symphonique, avec l’Orchestre national des Pays de la Loire (ONPL), dirigé par Hubert Soudant.

En 1999, Tri Yann participe pour la saint Patrick au spectacle Bretagnes à Bercy au coté d' autres artistes comme Armens, Gilles Servat, Alan Stivell ainsi que Dan Ar Braz et l'Héritage des celtes puis ils participe à l’enregistrement d’Excalibur, un album-concept d’Alan Simon, aux côtés de Dan Ar Braz, Angelo Branduardi, Roger Hodgson, Gabriel Yacoub… Fin novembre, Louis-Marie Séveno s’en va à son tour, remplacé « poste pour poste » par Christophe Peloil.

Les années 2000[modifier | modifier le code]

En 2000, les trois « fondateurs » du groupe sont nommés Chevaliers dans l’Ordre des Arts et des Lettres. Jean-Paul Corbineau est contraint de prendre du recul pendant une bonne partie de l’année 2000 ; il est alors remplacé par Bleunwenn Mevel, sœur de Konan.

L’année 2001 démarre sur les chapeaux de roues : en janvier paraît l’album Le Pélégrin, racontant le voyage d’un écossais vers Saint-Jacques-de-Compostelle. Tri Yann dispose désormais de son propre studio d’enregistrement à Savenay, le studio « Marzelle ». Dans la foulée, Tri Yann fête ses trente ans avec le retour de Jean-Paul et deux concerts exceptionnels à Nantes. En décembre, sortie d’un double album en public 30 ans au Zénith, enregistré à Paris, avec la participation exceptionnelle de nombreux invités, dont Bleunwenn et Hugues Aufray.

En 2003, le nouvel album du groupe arrive dans les bacs des disquaires : Marines est consacré à la mer et aux marins. Tri Yann investit pour quatre jours le Casino de Paris.

En 2004, Hubert Soudant quitte la direction de l’Orchestre national des Pays de la Loire. Pour cette occasion, Tri Yann et l’ONPL donnent une série de concerts ; l’album correspondant, La Tradition symphonique 2, paraît en fin d’année. C’est à la même époque que sort le combiné CD-DVD Les racines du futur, avec un compilation de titres, un concert inédit au Festival interceltique de Lorient et des images d’archives du groupe.

Tri Yann participe en 2006, aux côtés d’autres artistes dont Nolwenn Leroy, au conte musical pour enfants Le secret du vieux coquillage blanc.

Suite logique à Marines, le nouvel album du groupe, Abysses, paru en octobre 2007, explore les fonds sous-marins avec leurs dieux, leurs légendes mais aussi leurs événements historiques.

Le 29 janvier 2008, le groupe donne un concert unique à guichets fermés à l’Olympia. Tri Yann bat cette année-là le record de longévité pour un groupe français[2].

En 2009, Alan Simon, qui avait déjà monté Excalibur, crée l’opéra-rock Anne de Bretagne, auquel participe Tri Yann.

Les années 2010[modifier | modifier le code]

Tri Yann fête ses 40 ans en 2011. En février est édité l’album Rummadoù (Générations) qui raconte l’épopée d’une famille, du Ve siècle à nos jours, de l’Écosse à la Bretagne. De nombreux concerts sont au programme, dont le traditionnel anniversaire décennal à Nantes, le Zénith de Paris et le Festival Interceltique de Lorient.

Le concert au Festival Interceltique de Lorient, sous une pluie torrentielle, donne lieu à l’enregistrement d’un combiné double CD et DVD : Le concert des 40 ans qui paraît en 2012. Tri Yann publie également un album de chansons de marins, mêlant d’anciennes chansons et des morceaux inédits sur la même thématique. Entre fin 2014 et début 2016, le groupe Tri Yann travaille sur son nouvel album initialement baptisé Légende, qui aura comme thème « Les contes et légendes bretonnes ». Finalement intitulé La Belle enchantée, il sort le et comprend 12 titres[3].

Le 12 mars 2016, le groupe donne un concert exceptionnel au Palais des Congrès de Paris pour la Fête de la Saint-Patrick et de la Bretagne.

Tri Yann en 2016[modifier | modifier le code]

De gauche à droite : Jean Chocun, Fred Bourgeois, Jean-Louis Jossic, Gérard Goron, Christophe Peloil, Jean-Paul Corbineau, Jean-Luc Chevalier.
Jean Chocun, Jean-Louis Jossic et Jean-Paul Corbineau au Zénith de Paris le 6 mai 2011.
Konan Mevel, Christophe Peloil et Jean-Louis-Jossic, Fred Bourgeois aux claviers, Gérard Goron à la batterie, Jean-Luc Chevalier à la guitare

Jean Chocun[modifier | modifier le code]

Jean Chocun[Note 1].

Membre fondateur du groupe, il se définit comme « mandoliniste-comptable » du fait de son implication dans la gestion de Tri Yann qui le sollicite autant que la scène ou les enregistrements. Commençant par jouer dans des orchestres de bal en 1965, il rencontre Jean-Paul Corbineau l'année suivante pour un répertoire orienté vers le folksong américain et des reprises d'Hugues Aufray.

Jean-Paul Corbineau[modifier | modifier le code]

Jean-Paul Corbineau[Note 1].

Né en 1948, il est l'un des membres fondateurs du groupe, en 1970, après 4 ans de parcours artistique avec Jean Chocun. Son timbre de voix le destine généralement à chanter les complaintes et les ballades du groupe ; sur scène, il joue également de la guitare acoustique.

  • Rôle : lead vocal, chœurs, guitare acoustique

Jean-Louis Jossic[modifier | modifier le code]

Article détaillé : Jean-Louis Jossic.
Jean-Louis Jossic[Note 2].

Membre fondateur du groupe, il en est considéré comme la « locomotive ». Il est le principal auteur des textes en français des chansons, des intermèdes parlés (« contes ») dans les spectacles et des textes additionnels sur les pochettes des albums. Il est également très impliqué dans l'élaboration de la scénographie des concerts et dans la conception des costumes de scène. Il a été longtemps adjoint à la culture à la mairie de Nantes. Sa culture musicale est héritée des cercles celtiques dont il fit partie à ses débuts.

Gérard Goron[modifier | modifier le code]

Gérard Goron (au centre)[Note 3].

Influencé par la musique rock, il rejoint le groupe en 1977 en tant que batteur après avoir accompagné Gilles Servat. Multi-instrumentisme lui aussi, il joue également du mandoloncelle, de la guitare et des claviers. Gérard participe aussi au mixage et à l'enregistrement des albums de Tri Yann au studio Marzelle à Savenay en collaboration étroite avec Pascal Mandin (ingénieur du son). Il s'implique dans le suivi des arrangements musicaux et dans la coordination des interventions des membres du groupe lors des préparations de nouveaux titres ou de ré-interprétations de titres plus anciens. En 2016, il est également adjoint au maire de Plessé[4].

  • Rôle : chœurs, batterie, percussions, mandoloncelle, dulcimer, guitare électrique

Jean-Luc Chevalier[modifier | modifier le code]

Konan Mevel (cornemuse) et Jean-Luc Chevalier (guitare)[Note 3].

Jean-Luc Chevalier est un guitariste français né à Cholet en 1948. Il a aussi fait partie de Magma de 1977 à 1983 comme guitariste et bassiste. On peut l'entendre sur les albums Attahk (1977), Retrospektïẁ I-II et Retrospektïẁ III (1981), Bobino 1981 et Merci (1984). Il rejoint le groupe Tri Yann en 1988. Il est intervenant dans les conservatoires de Jazz et les écoles de musique. Jean-Luc Chevalier joue également avec de nombreux groupes comme Cernunos dont il est le cofondateur avec « Loumi » (Louis-Marie Séveno), un ancien musicien du groupe Tri Yann. Il participe activement aux arrangements collectifs de Tri Yann notamment en ce qui concerne l'écriture harmonique. Il a sorti deux albums sous son nom sur le label Seventh Records : Km 5 à Bangui en 1994 (réf. A13) et Hommage à Jaco en 1996 (réf. A21).

Konan Mevel[modifier | modifier le code]

Dès l'âge de 10 ans, il est sonneur de cornemuse dans un bagad. Il rejoint le groupe en janvier 1999 où il a intégré ses instruments celtiques (whistles, cornemuses) et instruments électroniques (sax midi, samples). Il a également créé les groupes Kad et Belshama, avec sa sœur Bleunwenn et son frère Gurvan, avec qui il joue également dans le groupe Skilda avec la chanteuse Kohann.

Freddy Bourgeois[modifier | modifier le code]

Freddy Bourgeois (en haut)[Note 3].

Frédéric Bourgeois de son vrai nom, a intégré le groupe en janvier 1999 avec ses claviers. Il a commencé à jouer à l'âge de 20 ans, il a aussi créé un groupe « Fred Bourgeois Group » qui a deux albums à son actif. Il apporte au groupe Tri Yann une influence un peu plus jazz car c'est là d'où il vient. Il se responsabilise plus particulièrement au niveau des arrangements vocaux.

  • Rôle : chœurs, piano, claviers

Christophe Peloil[modifier | modifier le code]

Christophe Peloil[Note 1].

Il rejoint le groupe en décembre 1999 au violon et à la basse. Il a pris la suite de Louis-Marie Séveno. Christophe a fait les arrangements pour grand orchestre de certaines chansons pour les concerts de Tri Yann et l'orchestre national des Pays de la Loire (ONPL) en 2004. Ses qualités d'arrangeur sont précieuses pour le groupe. Il officie aussi dans le groupe Troellenn avec Pierrick Lemou entre autres. Sa participation à l'opéra-rock Anne de Bretagne avec Tri Yann l'amène à collaborer avec des artistes du spectacle, comme Pat O'May (Celtic Wings) et Tristan Décamps (Le Bruit des Humains[5]) en 2013.

Anciens membres[modifier | modifier le code]

  • Bernard Baudriller : membre du groupe de 1971 à 1985, chant, basse, contrebasse, violon, violoncelle, flûte traversière ;
  • Jérome Gasmi : membre du groupe de 1975 à 1977, batterie ;
  • Mylène Coué : en remplacement de Jean-Paul Corbineau en 1978, chant ;
  • Christian Vignoles : membre du groupe de 1979 à 1984, guitares, basse, claviers ;
  • Bruno Sabathé : membre du groupe de 1985 à 1992, chœurs, claviers ;
  • Louis-Marie (Loumi) Séveno : membre du groupe de 1986 à 1999, chœurs, alto, violon, basse, whistles ;
  • Christophe Le Helley : membre du groupe de 1992 à 1998, instruments médiévaux, harpe celtique et claviers ;
  • Bleunwenn Mevel : en remplacement de Jean-Paul Corbineau en 2000-2001, chant.

Chronologie du groupe[modifier | modifier le code]

Les membres de Tri Yann



Discographie[modifier | modifier le code]

Albums Studio[modifier | modifier le code]

Albums Live[modifier | modifier le code]

Compilations[modifier | modifier le code]

  • 1981 : Si mort a mors (collection « Succès 2 disques »)
  • 1982 : Collection Tri Yann
  • 1986 : Master Serie (incluant 2 titres inédits)
  • 1994 : Inventaire 1970-1993
  • 1995 : Inventaire Volume 2
  • 1996 : Ar Gwellañ gant Tri Yann - Le Meilleur de Tri Yann (2 CD)
  • 1998 : Trilogie (3 CD)
  • 1999 : L'essentiel en concert
  • 2000 : CD Story - Best of
  • 2003 : La musique a une histoire. Anthologie Tri Yann (3 CD)
  • 2007 : Tri Yann - Best of (1972-1990)
  • 2007 : Morceaux de Choix (compilation entièrement réalisée par le groupe)
  • 2011 : Double Best Of 40e anniversaire (Mercury)
  • 2012 : Chansons de Marins (Marzelle) (incluant 3 titres inédits)
  • 2015 : Les incontournables 1970 - 2015 - Double CD (Marzelle) (incluant 3 titres inédits)[6]

Vidéographie[modifier | modifier le code]

VHS & DVD[modifier | modifier le code]

  • 1993 : Inventaire le concert (réalisation : Christian Robin). (Uniquement VHS)
  • 1996 : Les coulisses de Tri Yann Tournée été 1996 (un film de Christophe Dagobert). (Uniquement VHS)
  • 2001 : Trente ans au Zénith (DVD)
  • 2004 : Les racines du futur (DVD + CD audio compilation)
  • 2012 : Le concert des 40 ans (DVD/CD)

Participations filmées[modifier | modifier le code]

  • 2012-2013 : participation en qualité d'invités à la tournée Âge tendre.

Récompenses et distinctions[modifier | modifier le code]

Notes et références[modifier | modifier le code]

Notes[modifier | modifier le code]

  1. a, b et c Festival de Cornouaille, .
  2. Zénith de Paris, (40 ans de Tri Yann).
  3. a, b et c Aymon Folk festival, .

Références[modifier | modifier le code]

  1. Les Musiciens actuels de Tri Yann, consulté le 15 août 2012
  2. « Biographie de Tri Yann », sur Closer, paroles de chansons (consulté le 21 avril 2016).
  3. Valentin Gaborieau, « Tri Yann sort son nouvel album "La Belle enchantée" », sur France3 région Pays de la Loire (consulté le 15 avril 2016)
  4. « Découvrez la composition du conseil municipal », sur le site de Plessé (consulté le 21 avril 2016).
  5. site "Le Bruit des Humains" de Tristan Décamps
  6. « Les incontournables 2015 », sur tri-yann.com (consulté le 12 juillet 2015)
  7. Aoura, relations presse
  8. « La petite histoire de Tri Yann », sur Le site de Tri Yann (consulté le 21 avril 2106).
  9. Frédéric Jambon, SACEM. Dan Ar Braz décroche le Grand Prix, Le Télégramme, 16 novembre 2004
  10. « Le Trophée Marianne décerné à Amel Bent », Gala, 24 juin 2014
  11. « Le groupe Tri Yann sociétaire définitif de la Sacem », Ouest-France,‎ (lire en ligne).

Bibliographie[modifier | modifier le code]

  • Didier Convenant, La musique celtique, Hors Collection, , 76 p. (ISBN 2258044464), « Tri Yann », p. 31-32
  • Dominique Le Guichaoua, « Tri Yann. Longue distance », Trad Magazine, no 47,‎ , p. 8-14
  • Jean Théfaine, « Tri Yann an Naoned », ArMen, n°96, août 1998, p. 14-22
  • Daniel Morvan (photogr. Bernard Galéron), Bretagne, Terre de musiques, e-Novation, , 144 p. (ISBN 978-2-9516936-0-9), « Métisser / Meskañ : Breizh ardente et feeling glazik. Tri Yann, une longévité légendaire », p. 74-75
  • Jean Théfaine (photog. Anthony Voisin), Histoire de Jean(s), Editions Tournon, 143 p., 2005, Coll. « Sur la Musique » (ISBN 2914237464) Document utilisé pour la rédaction de l’article
  • Tri Yann, "éclats de vivre", Ed Vivre tout simplement (photographe Xavier Trochu, mise en forme texte Sophie Denis), collection Les Remarquables. Nov 2014, 136 pages (ISBN 979-10-91951-01-2)

Voir aussi[modifier | modifier le code]

Sur les autres projets Wikimedia :

Articles connexes[modifier | modifier le code]

Liens externes[modifier | modifier le code]