Sœurs Goadec

Un article de Wikipédia, l'encyclopédie libre.
Aller à : navigation, rechercher
Les sœurs Goadec
Description de cette image, également commentée ci-après

Les sœurs Goadec (Eugénie dite Tanie, Maryvonne dite Tanon, et Anasthasie dite Tasie)

Informations générales
Surnom C'hoarezed Goadeg
Pays d'origine Côtes-d'Armor, Bretagne
Genre musical chanson bretonne
Années actives 1958-1983
Labels Mouez Breiz, Coop Breizh
Influences musique bretonne

Les sœurs Goadec (Ar C'hoarezed Goadeg en breton) sont un trio de chanteuses bretonnes originaires de Treffrin (Côtes-d'Armor).
Trois sœurs constituent le trio : Maryvonne (1900-1983), Eugénie (1909-2003) et Anastasie Goadec (1913-1998). Elles commencent à animer des festoù-noz en 1956, parmi les couples de sonneurs et les chanteurs. Accompagnées jusqu'en 1964 de leurs deux autres sœurs, Louise (1903-1964) et Ernestine (1911-1964), leur répertoire est principalement constitué de gwerzioù. En trio, elles tentent d'intégrer le chant à danser et développent une nouvelle technique de kan ha diskan.

La vague « pop celtic » et l'engouement pour la musique folk les propulsent en 1972 et 1973 sur le devant de la scène, à la suite d’Alan Stivell, un de leurs grands admirateurs. Les trois sœurs ont beaucoup apporté à la culture bretonne et à sa pérennisation[1].

Biographie[modifier | modifier le code]

Nées au début du siècle vers Carhaix (le Poher en Centre-Bretagne), les trois sœurs Goadec sont initiées dès leur plus jeune âge à l'art du chant traditionnel breton : gwerz, kan ha diskan… Né à Nantes puis sacristain à Treffrin, leur père Jean-Louis Goadec ne connaissait pas le répertoire des paysans[2] mais devient un chanteur réputé et transmet naturellement sa passion à ses treize enfants[3]. Leur mère Victorine Claude et leur tante sont couturières et chantent à la maison, dans l'église ou au travail[2]. Elles ont deux autres sœurs et huit frères, dont un de leurs frères, très bon chanteur, est tué lors de la guerre de 14-18[4]. Plus tard, le travail, les mariages et les contraintes familiales les séparent en tant que famille chantante[5].

Une carrière de chanteuses traditionnelles dans les festoù-noz[modifier | modifier le code]

Après leur mariage, les trois Goadec prennent le nom de leurs conjoints : Maryvonne L'Hopital, Eugénie Ebrel et Anastasie Le Bras. En 1956, les festoù-noz modernisés « réapparaissent » et reprennent de l'ampleur. Elles animent alors avec leurs sœurs Ernestine (Tine) et Louise les festoù-noz de la région du centre-Bretagne et dont la première soirée a lieu en décembre 1958 à Châteauneuf-du-Faou, où vit Louise Le Bournot de son nom d'épouse[6]. Dès 1958, elles accompagnaient également le cercle celtique Ahès de Carhaix dans ses déplacements, à la demande d’Albert Trévidic, premier président du cercle[7]. Par ailleurs, elles participent aux concours de chant mis en place lors du renouveau du fest-noz et remportent un prix pour leur interprétation de Gousperoù ar raned au concours organisé à Gourin par Loeiz Ropars le 15 novembre 1959[7].

Le chant à écouter est fréquemment sollicité par les organisateurs en Haute Cornouaille ou le public, qui en profite pour faire une pause dans la soirée de danse, ce qui fait qu'elles partagent l’affiche des festoù-noz avec les autres chanteurs et sonneurs invités à l’occasion pendant toute la décennie 1960[7]. Mais en 1964, Louise et Ernestine Gouesnou meurent. Elles forment un trio et animent de nouvelles nuits dansantes. Leur renommée, tout comme celle des frères Morvan, est telle qu'elles se rendent presque chaque week-end à une fête de nuit. Chanteuses de mélodies et de gwerz à l'origine, elles s'essayeront aussi avec succès au chant à danser, dans une version personnelle du Kan ha diskan, à trois voix.

Un statut de “vedettes” sur scène parmi les groupes électrifiés[modifier | modifier le code]

Chanteuses traditionnelles, elles sont remises à l'honneur au moment du revival breton (fin des années 1960 et début des années 1970), notamment par Alan Stivell, qui s'inspire de leur répertoire pour le bagad Bleimor, et une complicité naît entre eux[8]. Il les accompagne plusieurs fois sur scène. Comme le souligne Jacques Vassal dans son ouvrage sur la chanson bretonne, « elles représentent un exemple-type, rarissime dans l'Hexagone, d'artistes de la tradition rurale, « redécouvertes » à l'occasion d'un mouvement de « revival » urbain »[9].

Lorsque l'engouement pour la musique bretonne pointe au tout début des années 1970, les sœurs Goadec ont déjà une bonne expérience de la scène. Elles se produisent en décembre 1972 à La Mutualité à Paris, en compagnie de Glenmor, Les Leprechauns et le Bagad Bleimor. En 1972 et 1973, elles sont invitées à se produire au Festival de Kertalg à Moëlan-sur-Mer, où sont présents plusieurs groupes des années 1960, comme Les Leprechauns, Happy Traum, Alan Stivell, entre autres ; les deux concerts donnent lieu à des enregistrements[n 1]. Lors de la deuxième édition, elles interprètent Elysa – thème inspiré d'Enez Eusa, fille d'Ouessant –, accompagnées par Alan Stivell à la harpe.

Cette même année, elles se rendent à Bobino, mythique temple du music-hall de Paris Montparnasse, pour un récital exceptionnel, bénéficiant d'un enregistrement reflétant l'ambiance apportée par les danseurs qui remplissent les allées[4]. Elles se produisent trois soirs de suite dans une salle plus habituée à recevoir Georges Brassens et le succès est au rendez-vous, malgré le scepticisme de certains[10]. Pour René Abjean, dans un article paru dans la revue Autrement en 1979, cette mis en spectacle du fest-noz touche à l'absurde et qu'en faisant venir à Paris « les trois vieilles paysannes de Carhaix [...] le folk est redevenu folklore ». Pour Yann Le Meur, « cette extravagance offrit à la Bretagne l'occasion de montrer combien elle était étrangère à la normalité esthétique, et de quelle façon elle pouvait se démarquer de l'uniformité culturelle qu'imposait ce vingtième siècle totalitaire »[11].

Un patrimoine culturel en héritage familial[modifier | modifier le code]

Leur popularité n'a pas affecté leur vie quotidienne, refusant le statut de « vedettes »[12]. Elles poursuivent leur carrière et animent une quantité de festoù-noz jusqu'à l'arrêt du trio en 1983, à la mort de Maryvonne, l'aînée des trois sœurs. Thasie décède à son tour en 1998. Les chanteuses laissent derrière elles une discographie très importante à l'époque pour des chanteurs traditionnels : trois 33 tours enregistrés dans la collection Mouez Breiz en 1967 et 1972, un 33 tours enregistré lors de leur passage à Bobino en 1973, un autre édité par Keltia III (label de Stivell) en 1975 et un disque 45 tours édité chez Barclay en 1975, sans compter de nombreuses présences sur des albums collectifs ou des compilations ainsi que les nombreuses archives sonores rassemblées par les collecteurs[13].

À la demande de sa fille Louise Ebrel, Eugénie rechante sur scène lors de son quatre-vingt-cinquième anniversaire et réenregistre un disque en compagnie de sa fille en 1994 (Gwerzioù)[14]. En décembre 1997, Eugénie et Louise participent aux vingt-cinq ans de scène de Yann-Fañch Kemener. Le 18 janvier 2003, Eugénie Goadec décède à son tour, à l'âge de 93 ans, laissant son trio familial entrer définitivement dans la légende[15].

Répertoire et caractéristiques musicales[modifier | modifier le code]

Les sœurs Goadec interprètent des gwerzioù, des complaintes qui évoquent des faits historiques le plus souvent tragiques ou tristes et parfois mythologiques. Parmi les plus célèbres de leur répertoire, il y a Gousperou ar raned (Les vêpres des grenouilles), E Ti Eliz Iza (La maison d'Eliz Iza), Ar sorserez, Ar gornadonez, Janedig ar Rouz... Certains de leurs chants seront repris et largement diffusés par divers artistes ou bagadoù, comme E ti Eliziza et Deus ganin-me plac’h yaouank[16]. Le chercheur Donatien Laurent remarque qu'au fil des années, leur répertoire s'étoffe : « Chants enfantins, chants à danser, chants satiriques et lyriques, chants dialogués, gwerzioù de tous âges ». Il a lui-même les a enregistré chantant des chants de circonstance comme Igenane et Boked eured. Elles pratiquent également le chant à danser, rythmé pour les danses, en animant à cappella des festoù-noz avec la technique du kan-ha-diskan, chant tuilé pour lequel la fin de phrase est reprise par un ou plusieurs autres chanteurs[17].

Le spécialiste René Abjean met en avant les particularités qui constituent leur façon de chanter : « Lorsqu'on entend des chanteuses comme les sœurs Goadec de Carhaix, on peut se demander en tout bonne foi si elles chantent juste. On aura en effet tendance à juger comme juste ce qui est conforme à une musique répandue chaque jour et chaque nuit à force de haut-parleurs, radios, transistors et autres. Mais quand le défaut de gamme tempérée tombe toujours au même endroit de la même façon, il est permis de douter... et de rêver par quel miracle certaines oreilles pourtant sensibles ont pu jusqu'à ce jour être préservées de la règle uniformisante »[18]. Et le physicien acousticien Emile Leipp explique : « Ces musiques ne sont évidemment ni meilleurs ni moins bonnes que la musique occidentale. Elles sont autre chose et exploitent d'autres échelles, tout simplement »[19].

Discographie[modifier | modifier le code]

  • 1972 : Ar c'hoarezed Goadec (Mouez Breiz 30370 GU)
  • 1972 : Les sœurs Goadec de Carhaix (Mouez Breiz 33523)
  • 1973 : Ha Bobino, enregistré au festival de Bobino (Label Kertalg chez Chant du Monde LDX 74 535, réédité sous le CD Enregistrement public en 1997)
  • 1973 : Elysa 45t "Label Kertalg chez Barclay"
  • 1975 : Ar c'hoarezed Goadec, Kanerezed deus Treffrin, Kernew-Uhel (Keltia III/Arfolk, réédité en CD en 1990)
  • 1990 : Moueziou bruded a Vreiz, Les voix légendaires de Bretagne (Keltia musique)[20]

Participations[modifier | modifier le code]

  • 1972 : Premier Festival Kertalg de Pop Celtic' 72, 33t "Label Kertalg chez Chant du Monde "
  • 1973 : Deuxième Festival Kertalg 73, Double 33t "Label Kertalg chez Barclay"
  • 1974 : Troisième Festival Kertalg 74, 33t " "Label Kertalg chez Barclay"
  • 1976 : Skoazell Vreizh, Soutien aux familles des détenus politiques bretons, 33t Iris (Coop Breizh)
  • 1978 : Ils se meurent nos oiseaux (Konskried Sant Nikolas), 33t Vélia
  • 1994 : Gwerzioù, Eugénie Goadec avec Louise Ebrel, CD Coop Breizh

Filmographie[modifier | modifier le code]

  • 1974 : apparaissent dans leur propre rôle dans le film "Vos gueules les mouettes !" chantant l'air traditionnel « E Garnison ».

Compilations, hommages...[modifier | modifier le code]

DJ Miss Blue

Hommages[modifier | modifier le code]

Nombreux sont les artistes à avoir bénéficié comme exemple du patrimoine oral des sœurs. Les sœurs Goadec, mémoire vive de toute une culture, « princesses de la mémoire », sont « parmi les trésors importants à sauvegarder si on veut que l'expression musicale de la nouvelle Bretagne soit vraiment bretonne » assure Alan Stivell[21]. Pour le sonneur Roland Becker, elles ont « apporté une complémentarité non négligeable à la montée d'une musique bretonne « jeune ». Elles personnifiaient le passé mythique dont chacun se réclamait alors »[22]. En 2016, il concrétise son projet de rejouer les mélodies de leur répertoire en quatuor sur scène[2].

En 1995, un hommage leur est rendu par la Kevrenn Alré, dirigée par Roland Becker, au stade du Moustoir, lors du Festival interceltique de Lorient[23]. Denez Prigent a écrit Gavotenn an Aeled, la « gavotte des Anges », air créé dans sa voiture, alors qu'il traversait les monts d'Arrée au retour de l'enterrement d'Eugénie, partie rejoindre ses sœurs[24]. Alan Stivell leur rend un hommage avec le titre Goadec Rock, figurant sur son album Emerald.

Sculptures des Sœurs Goadec à Carhaix
Sculptures des Sœurs Goadec à Carhaix

En 2012, Dastum leur consacre un double CD de sa collection « Grands interprètes de Bretagne » coédité par Coop Breizh. Les deux CD sont accompagnés d'un ample livret de 145 pages, abondamment illustré de photos pour la plupart prises lors de leur forte médiatisation après 1972, par des photographes professionnels tels que Hervé Antoine et Claude Jarroir. Il comporte l'ensemble des textes des chants et leur traduction française, une biographie, un hommage de Donatien Laurent à « Marivon Goadeg et ses sœurs » datant de 1986, les témoignages de Louise et Renée Ebrel, filles d'Eugénie Goadec, ou encore de Jeannot Le Coz, qui les côtoya régulièrement en fest-noz[16].

Plusieurs rues en Bretagne portent aujourd'hui leur nom, comme à Quimper (Allée des Sœurs Goadeg) ou à Pontivy (rue des Sœurs Goadec - Straed ar C'hoarezed Gwadeg). La ville de Carhaix a fait sculpter par l'artiste rennaise Annick Leroy les effigies des trois chanteuses dans du bronze à l'échelle 1,25. L’œuvre statuaire, installée sur la place du Champ-de Foire, est inaugurée le 11 juin 2014[25]. Un poème, signé Garlonn, leur est dédié (An Eured, 1975).

Notes et références[modifier | modifier le code]

Notes[modifier | modifier le code]

  1. L'organisatrice du premier festival Pop Celtic de Kertalg, Gwen Ar Goarnig, une admiratrice des Goadec, écrit à leur sujet : « Les sœurs Goadec sont très « grandes dames », elles ont la politesse, la simplicité exquises que seuls savent encore avoir les paysans. ». Dans un dossier du magazine Best, consacré à la deuxième édition du festival Pop Celtic, Christian Lebrun dira à leur propos : « Les sœurs Goadec furent pour nous, pauvres Français ignares, la grande révélation de ce festival. Jamais nous n'aurions pensé prendre une telle claque. Leurs voix réunies ou alternées ont l'efficacité et le swing du plus électrique des groupe de hard-rock. Les refrains claquent sèchement, les mots-clés sont martelés inlassablement et le tout recèle un rythme incroyable. », Christian Lebrun, Best, n°62, septembre 1973, « Le second festival de Kertalg », p. 28

Références[modifier | modifier le code]

  1. Anarvorig.com « Les légendaires voix des sœurs Goadec »
  2. a, b et c Éliane Faucon-Dumont, « Goadec Project. Roland Becker et ses musiciens touchent au but », Le Télégramme,‎ (lire en ligne)
  3. Elegoet 2006, p. 333
  4. a et b Vassal 1980, p. 61
  5. Jacques Vassal, livret de l'album Enregistrement public à Bobino.
  6. Fanch Postic, Aux origines du fest-noz, ArMen no 93, avril 1998
  7. a, b et c Ifig Troadec 2012, p. 40
  8. Stivell « Sœurs Goadec », sur Dailymotion
  9. Vassal 1980, p. 60
  10. Armel Morgant, « Eugénie Goadec », Musique bretonne, n°177, mars-avril 2003, p. 11
  11. « Quand les cinq sœurs Goadec chantaient », Ar Soner, n°345, octobre-décembre 1997, p.14
  12. Jean-Yves Quemener, « Sœurs Goadec : vers un « panthéon breton » ? », Ouest-France, 14 juillet 2014
  13. Ifig Troadec 2012, p. 41
  14. Elegoet 2006, p. 336
  15. « Mort de la dernière sœur Goadec », Libération, 20 janvier 2003
  16. a et b Ifig Troadec 2012, p. 42
  17. « Le kan-ha-diskan atypique des sœurs Goadec », Ouest-France, 12 décembre 2012
  18. René Abjean, La musique bretonne, Ed. Jos Le Doaré, Châteaulin, 1975, p. 6
  19. Acoustique et musique, Emile Leipp, 1971, Ed. Masson, Paris
  20. Ar c'hoarezed Goadec, Musique bretonne (revue), septembre 1990, p. 21
  21. André-Georges Hamon, Chantres de Toutes les Bretagnes : 20 ans de chanson bretonne, Jean Picollec, Paris, 1981, p. 232
  22. « Entretien avec Roland Becker », Ar Soner, no 330, septembre-octobre 1994, p. 7
  23. Nicolas Milliot, « La Kevrenn Alré », ArMen, no 105,‎ , p. 2-13 (ISSN 0297-8644)
  24. Jean-Luc Padellec, Musique : Louise et Ifig captent l'air bigouden, Le Télégramme, 10 avril 2004
  25. Patrimoine culturel breton. Les sœurs Goadec immortalisées à Carhaix, Ouest-France, 12 juin 2014

Voir aussi[modifier | modifier le code]

Bibliographie[modifier | modifier le code]

  • Didier Convenant, La musique celtique, Hors Collection, , 76 p. (ISBN 2258044464), p. 20
  • Ronan Gorgiard, L'étonnante scène musicale bretonne, Palantines, coll. « Culture et patrimoine », , 255 p. (ISBN 9782911434983), « Les passeurs de mémoire », p. 22-25
  • Thierry Jigourel (préf. Pascal Lamour), Festoù-Noz: Histoire et actualité d'une fête populaire, CPE, coll. « Reflets de terroir », (ISBN 2845036833), « Ar c'hoarezed Goadec : Celtiques !!! », p. 76-77
  • Jacques Vassal, La chanson bretonne, Albin Michel, coll. « Rock & Folk », , 190 p. (ISBN 2226009744)
  • Patrice Elegoet, La musique et la chanson bretonnes : de la tradition à la modernité, ANRT, thèse en études celtiques à l'Université de Rennes 2, , 468 p. (ISBN 2729569871), p. 333-336
  • Ifig Troadec, « Les sœurs Goadec : Un double CD hommage », Musique bretonne, no 233,‎ , p. 40-42

Articles connexes[modifier | modifier le code]

Liens externes[modifier | modifier le code]

Sur les autres projets Wikimedia :