Trad Magazine

Un article de Wikipédia, l'encyclopédie libre.
Sauter à la navigation Sauter à la recherche

Trad Magazine
image illustrative de l’article Trad Magazine

Pays Drapeau de la France France
Langue Français
Date de fondation 1988
Date du dernier numéro 2017

TRAD Magazine était une revue bimestrielle spécialisée dans les musiques et danses traditionnelles, créée en 1988, dont le siège se situait à Saint-Venant (62)[1]. A partir de l'année 2006, la rédaction se déplace en Île-de-France (91), puis en 2009 à Paris (75). Les Éditions Emile reprennent les commandes du magazine en juillet 2015, le siège se déplace à Orléans (45) et enfin dépose le bilan en juillet 2017, mettant un terme à la publication de cette revue.

Dans ses 120 pages, elle propose des articles de fond, des reportages, des dossiers sur les régions ou les instruments, partitions et tablatures. S'intéressant au patrimoine musical de la France, avec une ouverture aux autres musiques d'Europe et du monde, elle traite de l'actualité des groupes comme des musiciens, les chroniques de nouveaux disques ou de compilations... Des coups de cœur des rédacteurs sont attribués aux disques sélectionnées sous forme de « Bravos TRAD MAG ». Les CD édités peuvent être commandés.

Historique[modifier | modifier le code]

Roland Delassus lance en 1980 un bulletin mensuel régional sur les musiques traditionnelles de sa région du Nord-Pas de Calais qui s'appelait « Le Tambourineur ». En 1986, Philippe Krümm, qui venait de lancer un bulletin sur l'accordéon nommé « Anche Libre », lui demande d'en assurer la frappe et la prémaquette. Constatant qu'une grande partie des informations étaient communes aux deux fanzines, ils ont l'idée en juillet 1988 aux rencontres de Saint-Chartier d'insérer " Anche Libre" dans un "Tambourineur". Ils apprennent qu'une association lyonnaise, Bramabiau, qui gérait elle aussi un bulletin régional en Rhône-Alpes, « Le Collophone », a envie de souffler un peu. Ils décident alors de fusionner les trois bulletins et leurs abonnés, ce qui fait un potentiel de départ d'un petit millier d'abonnés[2].

Le premier TRAD Magazine est lancé en novembre 1988. Le nom est trouvé par Philippe Krümm, constatant qu'au dos des pochettes de musique traditionnelle, dans toutes les langues, l'abréviation « trad » était utilisée comme dénomination du genre de musique enregistrée. La présentation se voulait professionnelle pour donner une bonne image à l'intérieur de ce milieu et aussi à l'extérieur (médias, acteurs culturels)[2].

La première période est celle où le magazine se fait connaître. Philippe Krümm écrit plus de la moitié des articles jusqu'à l'intégration de quelques journalistes professionnels de la presse musicale parisienne ainsi qu'un photographe très impliqué sur ce patrimoine visuel (Patrice Dalmagne, contacté dès fin Juillet 1988 pour travailler sur le N°1). L'ouverture à d'autres formes musicales marque une nouvelle période où l'orientation est plus world music. Parallèlement, en 1991 la revue passe à la vente en kiosque et Maison de la Presse par le réseau NMPP. Cette distribution devait amener des recettes publicitaires plus importantes mais le premier numéro en kiosque correspond avec le conflit de la guerre du Golfe, c'est le début de la crise... Faute de moyens, la vente en kiosque est arrêtée en novembre 1992[2].

La deuxième période est marquée par le départ de Philippe Krümm dont la gestion du temps et la multiplicité de ses fonctions de conseiller sur divers projets, dont le lancement de son label de disques "Silex", ne lui permette plus d'assurer le rythme de la parution du magazine.Il reste membre "honoraire" en tant que rédacteur en chef, assurant plutôt un rôle de « relations publiques ». Roland Delassus est donc contraint de gérer l'ensemble avec une équipe réduite . Au vu de l'échec "kiosque", il recentre le contenu sur des musiques moins "world" et le nombre d'abonnés ré-augmente. Avec la participation de collaborateurs sérieux et réguliers pour les articles et les photographes comme Patrice Dalmagne depuis 1988 et Jeff Dantin à partir de 1991 qui assurent la couverture iconographique de manière originale très proche des gens et des artistes , TRAD Magazine prend sa place dans le monde des musiques traditionnelles urbaines.

En 2006, à la suite du départ à la retraite de Roland Delassus, la revue est rachetée par le petit groupe de presse ABC Communication. Guillaume Veillet devient rédacteur en chef et permet à la revue de franchir encore un palier (nouvelle maquette, multiplication des articles de fond, arrivée de nouveaux rédacteurs, présence dans les médias nationaux). En 2009, il quitte son poste pour se consacrer à ses activités de recherche en ethnomusicologie et de direction artistique (disques, festivals). Il est remplacé par Philippe Krümm qui effectue ainsi son retour à la tête de la revue, racheté par MVM éditions sise à Paris (75).

La longévité de "Trad Mag" fait référence, fêtant ses 25 ans en 2013[2]. Le dernier numéro, le 173, parait en mai 2017. La liquidation judiciaire est annoncée le 31 juillet 2017 par les Éditions Émile, pour divers ennuis dont conjoncture humaine et économique, abonnements en régression et autres baisses des supports publicitaires.

Notes et références[modifier | modifier le code]

  1. Sommaires des numéros depuis 1989
  2. a, b, c et d Trad Magazine n°58, mars-avril 1998, 10e année !, p.34-36

Voir aussi[modifier | modifier le code]

Bibliographie[modifier | modifier le code]

Numéros spéciaux[modifier | modifier le code]

  • TRAD Magazine, n°1, novembre-décembre 1988
  • « 1988-2008 : 20 ans », n° 122, novembre-décembre 2008
  • « 1988-2017 : 29 ans », dernier n° 173, mai-juin 2017

Lien externe[modifier | modifier le code]