Tanavelle

Un article de Wikipédia, l'encyclopédie libre.

Tanavelle
Tanavelle
Le bourg de Tanavelle.
Administration
Pays Drapeau de la France France
Région Auvergne-Rhône-Alpes
Département Cantal
Arrondissement Saint-Flour
Intercommunalité Saint-Flour Communauté
Maire
Mandat
Gilbert Chevalier
2020-2026
Code postal 15100
Code commune 15232
Démographie
Population
municipale
234 hab. (2017 en diminution de 2,5 % par rapport à 2012)
Densité 17 hab./km2
Géographie
Coordonnées 45° 01′ 25″ nord, 2° 59′ 57″ est
Altitude Min. 943 m
Max. 1 089 m
Superficie 13,58 km2
Unité urbaine Commune rurale
Aire d'attraction Saint-Flour
(commune de la couronne)
Élections
Départementales Canton de Saint-Flour-2
Législatives Deuxième circonscription
Localisation
Géolocalisation sur la carte : Auvergne-Rhône-Alpes
Voir sur la carte administrative de Auvergne-Rhône-Alpes
City locator 14.svg
Tanavelle
Géolocalisation sur la carte : Cantal
Voir sur la carte topographique du Cantal
City locator 14.svg
Tanavelle
Géolocalisation sur la carte : France
Voir sur la carte administrative de France
City locator 14.svg
Tanavelle
Géolocalisation sur la carte : France
Voir sur la carte topographique de France
City locator 14.svg
Tanavelle
Liens
Site web tanavelle.fr

Tanavelle est une commune française située dans le département du Cantal, en région Auvergne-Rhône-Alpes.

Géographie[modifier | modifier le code]

Le village est situé sur la planèze de Saint-Flour, haut plateau formé par l'ancien volcan du Cantal.

Communes limitrophes[modifier | modifier le code]

Tanavelle est limitrophe de cinq autres communes.

À l'est, son territoire est distant d'environ 400 mètres de celui de Saint-Flour.

Communes limitrophes de Tanavelle
Valuéjols Roffiac
Paulhac Tanavelle Villedieu
Les Ternes

Urbanisme[modifier | modifier le code]

Typologie[modifier | modifier le code]

Selon la terminologie définie par l'Insee et le zonage publié en 2020, Tanavelle est une commune rurale, car elle n'appartient à aucune unité urbaine[Note 1],[1],[2].

Par ailleurs la commune fait partie de l'aire d'attraction de Saint-Flour, dont elle est une commune de la couronne[Note 2]. Cette aire, qui regroupe 36 communes, est catégorisée dans les aires de moins de 50 000 habitants[3],[4].

Toponymie[modifier | modifier le code]

Histoire[modifier | modifier le code]

Situé avec le bourg sur l'une des deux hauteurs qui dominent de plusieurs dizaines de mètres la planèze, il y avait un château fort qui a donné le nom à une famille importante attestée en 1160. Le château fut rasé en 1572 par ordre du roi car il n'était plus en état de soutenir un siège[5].

Politique et administration[modifier | modifier le code]

Liste des maires successifs
Période Identité Étiquette Qualité
Les données manquantes sont à compléter.
         
mars 2001 En cours Gilbert Chevalier[6] DVD Cadre

Démographie[modifier | modifier le code]


L'évolution du nombre d'habitants est connue à travers les recensements de la population effectués dans la commune depuis 1793. À partir de 2006, les populations légales des communes sont publiées annuellement par l'Insee. Le recensement repose désormais sur une collecte d'information annuelle, concernant successivement tous les territoires communaux au cours d'une période de cinq ans. Pour les communes de moins de 10 000 habitants, une enquête de recensement portant sur toute la population est réalisée tous les cinq ans, les populations légales des années intermédiaires étant quant à elles estimées par interpolation ou extrapolation[7]. Pour la commune, le premier recensement exhaustif entrant dans le cadre du nouveau dispositif a été réalisé en 2007[8].

En 2017, la commune comptait 234 habitants[Note 3], en diminution de 2,5 % par rapport à 2012 (Cantal : -1,54 %, France hors Mayotte : +2,36 %).

Évolution de la population  [ modifier ]
1793 1800 1806 1821 1831 1836 1841 1846 1851
705563678676674617513508520
1856 1861 1866 1872 1876 1881 1886 1891 1896
466454408421450405437423475
1901 1906 1911 1921 1926 1931 1936 1946 1954
410403389379380346336309300
1962 1968 1975 1982 1990 1999 2006 2007 2012
270259240213219250251251240
2017 - - - - - - - -
234--------
De 1962 à 1999 : population sans doubles comptes ; pour les dates suivantes : population municipale.
(Sources : Ldh/EHESS/Cassini jusqu'en 1999[9] puis Insee à partir de 2006[10].)
Histogramme de l'évolution démographique

Culture locale et patrimoine[modifier | modifier le code]

Lieux et monuments[modifier | modifier le code]

Cliquez sur une vignette pour l’agrandir.

Personnalités liées à la commune[modifier | modifier le code]

Voir aussi[modifier | modifier le code]

Articles connexes[modifier | modifier le code]

Liens externes[modifier | modifier le code]

Sur les autres projets Wikimedia :

Notes et références[modifier | modifier le code]

Notes[modifier | modifier le code]

  1. Une commune rurale est une commune n'appartenant pas à une unité urbaine. Les autres communes sont dites urbaines.
  2. La notion d'aire d'attraction des villes a remplacé en octobre 2020 l'ancienne notion d'aire urbaine, pour permettre des comparaisons cohérentes avec les autres pays de l'Union européenne.
  3. Population municipale légale en vigueur au 1er janvier 2020, millésimée 2017, définie dans les limites territoriales en vigueur au 1er janvier 2019, date de référence statistique : 1er janvier 2017.

Références[modifier | modifier le code]

  1. « Base des unités urbaines 2020 », sur https://www.insee.fr/, (consulté le 7 novembre 2020)
  2. Vianney Costemalle, « Toujours plus d’habitants dans les unités urbaines », sur https://www.insee.fr/, (consulté le 7 novembre 2020)
  3. « Base des aires d'attraction des villes 2020 », sur https://www.insee.fr/, (consulté le 7 novembre 2020)
  4. Marie-Pierre de Bellefon, Pascal Eusebio, Jocelyn Forest, Olivier Pégaz-Blanc, Raymond Warnod (Insee), « En France, neuf personnes sur dix vivent dans l’aire d’attraction d’une ville », sur https://www.insee.fr/, (consulté le 7 novembre 2020)
  5. Jean-Baptiste Bouillet, Nobiliaire d'Auvergne, 1858, Ve "de Tanavelle".
  6. Liste des maires du Cantal, site de la préfecture du Cantal (consulté le 17 août 2014).
  7. L'organisation du recensement, sur insee.fr.
  8. Calendrier départemental des recensements, sur insee.fr.
  9. Des villages de Cassini aux communes d'aujourd'hui sur le site de l'École des hautes études en sciences sociales.
  10. Fiches Insee - Populations légales de la commune pour les années 2006, 2007, 2008, 2009, 2010, 2011, 2012, 2013, 2014, 2015, 2016 et 2017.
  11. L’église, site de la mairie de Tanavelle, consulté le 13 juillet 2016.
  12. « retable de l'Adoration des Mages », notice no PM15000487, base Palissy, ministère français de la Culture, consultée le 13 juillet 2016.