School of Oriental and African Studies

Un article de Wikipédia, l'encyclopédie libre.
School of Oriental and African Studies
SOAS-Open-London.jpg
Image dans Infobox.
Histoire et statut
Fondation
Type
Régime linguistique
Directeur
Valerie Amos
Devise
Knowledge is power (La connaissance est le pouvoir)
Membre de
Site web
Chiffres-clés
Étudiants
5 235 (en 2012)
Budget
45,1 millions de £
Localisation
Campus
Russell Square & Vernon Square.
Ville
Pays
Localisation sur la carte de Londres
voir sur la carte de Londres
Red pog.svg
Localisation sur la carte d’Angleterre
voir sur la carte d’Angleterre
Red pog.svg

La School of Oriental and African Studies (École des études orientales et africaines), souvent appelée simplement par son acronyme SOAS, est une école constituante de l'université de Londres spécialisée dans les arts, humanités, langues, cultures, droit et sciences sociales en relation avec l'Asie, l'Afrique et le Proche-Orient. Son équivalent en France est l' INALCO. La SOAS propose environ trois cents variations de Bachelor (licences) et plus de soixante-dix cours de master. Les doctorats sont aussi proposés dans toutes les facultés de l'établissement. Située au cœur de Londres, la SOAS est souvent présentée comme « le meilleur centre de recherche au monde concernant les matières en relation avec l'Asie, l'Afrique et le Moyen-Orient[1] ».

Historique[modifier | modifier le code]

L'institution a été fondée en 1916 sous le nom de School of Oriental Studies (École des études orientales) au 2 Finsbury Circus, Londres, Angleterre. L'école reçut sa Charte royale le , et admit ses premiers bacheliers le . Elle fut formellement inaugurée en présence du roi George V, de marquis Curzon de Kedleston et d'autres membres du gouvernement le . Le mot «Afrique» fut ajouté au nom de l'école en 1938 et le campus déplacé à son emplacement actuel, sur Thornhaugh Street, entre Malet Street et Russell Square.

Au milieu des années 1930, l'école fut déplacée à Vandon House. Elle y resta plus longtemps que prévu étant donné la reconstruction des bâtiments touchés durant le blitzkrieg de . L'école fut alors, sur ordre du gouvernement, évacuée à Cambridge et retourna à Londres en . La majorité des « collèges » de l'université de Londres furent évacués de Londres en 1939 et relocalisés dans les locaux des universités de province. La SOAS fut transférée, sans sa bibliothèque, au Christ's College de Cambridge. L'école trouva refuge pour quelques mois en 1940-1941 dans onze salles sur Broadway Court, 8 Broadway.

La vocation première de l'école était la formation des futurs administrateurs et cadres britanniques destinés à officier au sein de l'empire. Depuis l'école est devenue un centre d'enseignement et de recherches spécialisé sur l'Asie, l'Afrique et le Proche-Orient. Partie constituante de l'université de Londres, la SOAS propose de nombreuses disciplines dont le droit, les sciences sociales, les humanités, les études culturelles et les langues.

L'école a considérablement grandi ces trente dernières années, passant de 1 000 étudiants en 1970[2] à plus de 4 500 , en 2018 dont environ la moitié étudient en master[3]. La SOAS est souvent considérée en Angleterre comme l'équivalent de ses partenaires de longue date: en France de l’Institut national des langues et civilisations orientales (INALCO) ou de l’Institut d'études politiques de Paris (Sciences Po Paris) et en Italie de l'Université Ca' Foscari de Venise[4],[5],[6],[7].

En , des associations étudiantes exigent que des philosophes comme Platon et Kant soient retirés du programme parce qu'ils sont blancs. Le syndicat étudiant a déclaré que cette demande faisait partie d'une campagne plus large visant à «décoloniser» l'université, dans la mesure où il cherche à «s'attaquer à l'héritage structurel et épistémologique du colonialisme»[8].

Gouvernance[modifier | modifier le code]

Depuis sa fondation, l'école a eu neuf directeurs. Le directeur inaugural était le célèbre linguiste Sir Edward Denison Ross (en) et sous la direction de Sir Cyril Philips (en), l'école a connu une croissance et une modernisation considérables[9]. Sous Colin Bundy (en) dans les années 2000, l'école est devenue l'une des universités les mieux classées au niveau national et international[10]. L'ancienne directrice Valerie Amos sera remplacée par le professeur Adam Habib (en) en [11].


Nomination Président(e) Nomination Président(e)
1916 Sir Edward Denison Ross (en) 1996 Sir Tim Lankester (en)
1937 Sir Ralph Lilley Turner (en) 2001 Colin Bundy (en)
1956 Sir Cyril Philips (en) 2006 Paul Webley (en)
1976 Sir Jeremy Cowan 2015 Baroness Valerie Amos
1989 Sir Michael McWilliam 2021 Adam Habib (en)

Bâtiments[modifier | modifier le code]

La SOAS fut séparée en deux campus, l'un situé à Islington et l'autre à côté de Russel Square. En 2017, le campus d'Islington ferma puis fut incorporé dans le campus de Russel Square. L’école possède aussi deux musées : le Percival David Foundation of Chinese Art, l’une des collections de porcelaines chinoises les plus complètes d’Europe, et la Brunei Gallery, achevée en 1995, qui propose des expositions temporaires sur les religions et autres disciplines étudiées à la SOAS. L’actuel bâtiment de la bibliothèque (par Sir Denys Lasdun) fut ajouté en 1973, la Brunei Gallery en 1995, et l’extension de la bibliothèque ouvrit en 2004 (la seconde phase de l’expansion débutant en 2006).

Campus de Russell Square[modifier | modifier le code]

Campus de Vernon Square[modifier | modifier le code]

Bibliothèque de SOAS[modifier | modifier le code]

SOAS University library London.jpg
SOAS Library interior view.jpg

La bibliothèque universitaire de SOAS, conçue par l'architecte brutaliste Sir Denys Lasdun et construite en 1973[12], héberge plus de 1,2 million de volumes et de ressources électroniques pour l'étude de l'Afrique, de l'Asie et du Moyen-Orient[13] attirant des universitaires du monde entier et fut désignée par le Higher Education Funding Council for England (en) en 2011 comme l'une des cinq bibliothèques nationales de recherche du Royaume-Uni[14],[15]. En 2010, la bibliothèque a subi un programme de modernisation de 12 millions de livres sterling et est connue des non-académiques comme lieu de tournage de productions cinématographiques et télévisuelles telles que le film Criminal : Un espion dans la tête (2016) avec Kevin Costner, Gary Oldman, Tommy Lee Jones et Ryan Reynolds[16]. Les étudiants de SOAS bénéficient également d'un accès total à la Senate House située à quelques pas du campus de Russell Square[17],[18].

Réputation[modifier | modifier le code]

La SOAS est régulièrement classée parmi les premières universités du Royaume-Uni par le quotidien britannique The Guardian[19]. La SOAS est classée troisième en anthropologie, quatrième en économie, troisième en histoire & histoire de l’art, sixième en droit, cinquième en musique, troisième en études politiques, et troisième en théologie et études religieuses.

Le Times Higher Education Supplement décrit la SOAS comme une institution axée sur une approche personnelle des matières étudiées avec un ratio moyen de seulement onze élèves par enseignant. En 2007, la SOAS serait parmi les cinquante meilleures universités au monde en arts, sciences sociales et humanités[20].

Direction[modifier | modifier le code]

En , Valerie Amos[21] succède à Paul Webley[22] à la direction de la SOAS.

Facultés à SOAS[modifier | modifier le code]

Faculté de Droit et des Sciences sociales[modifier | modifier le code]

La 'Faculté de Droit et des Sciences Sociales (en anglais: Faculty of Law and Social Sciences) consiste en cinq départements académiques, un centre spécialisé et huit départements :

Départements académiques

Centres spécialisés

Faculté des Arts et Humanités[modifier | modifier le code]

La 'Faculté des Arts et Humanités' (en anglais: Faculty of Arts and Humanities) consiste en cinq départements académiques, un centre spécialisé et neuf départements :

Départements

Centres spécialisés

Départements

Faculté des Langues et Cultures[modifier | modifier le code]

La 'Faculté des Langues et Cultures' (en anglais: Faculty of Languages and Cultures) consiste en huit départements académiques, un centre spécialisé et quatre départements :

Départements

Centres spécialisés

  • Centre pour les études de genre.

Départements

Note : Une nouvelle école des langues au sein de SOAS devrait voir le jour prochainement, notamment grâce à l’augmentation des investissements privés et public dus à l’excellence et la spécialisation de l’école dans l’enseignement des langues asiatiques, africaines et orientales.

IFCELS[modifier | modifier le code]

Le 'Centre international des cours préparatoires et de l’enseignement de l’anglais' - IFCELS se situe dans le Faber Building en dehors du campus principal de l’université et propose un large éventail de cours préparatoires pour les étudiants souhaitant intégrer l’éducation supérieure au Royaume-Uni.

Centres régionaux et interdisciplinaires[modifier | modifier le code]

La SOAS comprend aussi des observatoires régionaux partagés en 6 centres régionaux principaux en lien avec les 28 centres interdisciplinaires au sein de ses facultés et centres départementaux. Ils sont responsables d'un grand nombre d’activités et de programme comme des conférences, colloques, séminaires et publications.

Langues[modifier | modifier le code]

Les langues inculquées à SOAS sont les suivantes:

Logements étudiants[modifier | modifier le code]

La plupart des étudiants de la SOAS logent sur l’une des résidences de l'École : Dinwiddy House (située sur Pentonville Road près de la gare de King's Cross) et Paul Robeson House, située à quelques pas de Dinwiddy House. La plupart des étudiants en résidences sont des undergraduates de première année. La majorité des seconde, troisième, quatrième et post-gradués vivent en dehors de l'école.

Syndicat étudiant[modifier | modifier le code]

La SOAS a un syndicat étudiant politisé, présent dans un grand nombre de mouvements contemporains comme la guerre en Irak, la protection de l’environnement, la protection des minorités, etc. Deux fois par trimestre se tient une assemblée où différentes propositions censées améliorer la vie estudiantine sont votées.

L’union élit trois coprésidents par an, chacun ayant des responsabilités particulières. Une récente révision des statuts de l’union a cependant rendue possible l’élection d’un président d’un an à titre honorifique. Le poste a été tenu par le maire de Londres Ken Livingstone ou encore la femme politique birmane, prix Nobel de la paix et ancienne élève de SOAS Aung San Suu Kyi.

OpenAir Radio[modifier | modifier le code]

La SOAS possède sa propre station radio, OpenAir Radio, abritée dans des locaux du 5e étage du bâtiment principal de Russell Square. La station diffuse ses programme sur 101.4FM dans un rayon de plus de trois miles. Elle diffuse énormément de musique étrangère, avec des programmes politiques et culturels centrés sur l’Afrique, l’Asie, le Moyen-Orient et l’Amérique du Sud. Les programmes d'OpenAir incluent un large éventail d’émissions : de recettes culinaires à de la politique internationale ou des revues de presse.

OpenAir peut aussi être écouté sur internet[26].

Anciens élèves[modifier | modifier le code]

Page principale: Étudiant de l'École des études orientales et africaines.

Royauté[modifier | modifier le code]

Gouvernement et politique[modifier | modifier le code]

Magistrature[modifier | modifier le code]

Médias/écrivains[modifier | modifier le code]

Universitaires[modifier | modifier le code]

Musique et arts[modifier | modifier le code]

Affaires et finance[modifier | modifier le code]

Religion[modifier | modifier le code]


Professeurs[modifier | modifier le code]

Page principale: Professeur à l'École des études orientales et africaines.

Économie[modifier | modifier le code]

Droit[modifier | modifier le code]

Anthropologie[modifier | modifier le code]

Développement et Relations Internationales[modifier | modifier le code]

Environnement[modifier | modifier le code]

Caucase[modifier | modifier le code]

Asie du Sud-Est[modifier | modifier le code]

Asie de l'Est (ou Asie orientale)[modifier | modifier le code]

Asie centrale[modifier | modifier le code]

Afrique[modifier | modifier le code]

Inde[modifier | modifier le code]

Moyen-Orient[modifier | modifier le code]

Islam[modifier | modifier le code]

Iran[modifier | modifier le code]

Judaïsme et hébreux[modifier | modifier le code]

Linguistique[modifier | modifier le code]

Notes et références[modifier | modifier le code]

  1. (en) « home page » (consulté le )
  2. (en) Ian Brown, The School of Oriental and African Studies : Imperial Training and the Expansion of Learning, Cambridge University Press, , 344 p. (ISBN 978-1-107-16442-0, lire en ligne)
  3. (en) « Transparency Information | SOAS University of London », sur www.soas.ac.uk (consulté le )
  4. (en) « Exchange Partnerships | SOAS University of London », sur www.soas.ac.uk (consulté le )
  5. « Partenariats », sur Inalco, (consulté le )
  6. « School of Oriental and African Studies », sur Inalco, (consulté le )
  7. « Universités partenaires | Sciences Po International », sur universites-partenaires.html, (consulté le )
  8. University students demand philosophers such as Plato and Kant are removed from syllabus because they are white, telegraph.co.uk, 8 janvier 2017
  9. (en) « Professor Sir Cyril Philips », sur The Independent, (consulté le )
  10. (en-GB) Matthew Taylor et education correspondent, « Oxford topples Cambridge from top spot », The Guardian,‎ (ISSN 0261-3077, lire en ligne, consulté le )
  11. (en-GB) SOAS University of London, « Professor Adam Habib to be next Director of SOAS University of London », sur FE News (consulté le )
  12. (en) « New Library (1973-1985) | SOAS University of London », sur www.soas.ac.uk (consulté le )
  13. « SOAS Library Missionary Collections, University of London | International Leprosy Association - History of Leprosy », sur leprosyhistory.org (consulté le )
  14. (en-US) Amy Qin et Tiffany May, « To ‘Protect Young Minds,’ Hong Kong Moves to Overhaul Schools », The New York Times,‎ (ISSN 0362-4331, lire en ligne, consulté le )
  15. (en) « Brief Overview of the Collection », sur www.soas.ac.uk (consulté le )
  16. (en) Fionnuala Halligan et Chief Film Critic2016-04-07T23:00:00+01:00, « 'Criminal': Review », sur Screen (consulté le )
  17. (en) David Baker et Wendy Evans, Innovation in Libraries and Information Services, Bingley (GB), Emerald Group Publishing, , 318 p. (ISBN 978-1-78560-730-1, lire en ligne)
  18. (en) « SOAS university library cuts prompt student backlash », sur The National (consulté le )
  19. (en) « Institution-wide », The Guardian, (consulté le )
  20. Site topuniversities.com (lien mort).
  21. (en) « Valerie Amos to be ninth Director of SOAS, University of London » [1], consulté le 17 décembre 2015
  22. (en) « Professor Paul Webley, CBE » [2], consulté le 17 décembre 2015
  23. (en) Dióg O'Connell, New Irish Storytellers: Narrative Strategies in Film, Intellect Books, (ISBN 978-1-84150-312-7, lire en ligne)
  24. (en) V. Crisp, G. Menotti Gonring et R. C. Jasper, Besides the Screen: Moving Images through Distribution, Promotion and Curation, Springer, (ISBN 978-1-137-47102-4, lire en ligne)
  25. (en) « Screen Studies Group », sur Goldsmiths, University of London (consulté le )
  26. [3]
  27. (en) Sara Cywinski, Kate : Style Princess, Kings Road Publishing, , 330 p. (ISBN 978-1-84358-446-9, lire en ligne)
  28. (de) Roland Blümel et Karin Dürmeyer, Porträts mutiger Frauen : In Aquarellen und Worten, BoD – Books on Demand, , 100 p. (ISBN 978-3-7528-3107-8, lire en ligne)
  29. (en-GB) « Anthony Brooke », The Telegraph,‎ (ISSN 0307-1235, lire en ligne, consulté le )
  30. « Albert II inquiet pour sa petite-fille », sur Édition digitale de Mons, (consulté le )
  31. (en) Ulrike Freitag et William G. Clarence-Smith, Hadhrami Traders, Scholars and Statesmen in the Indian Ocean, 1750s to 1960s, BRILL, (ISBN 978-90-04-10771-7, lire en ligne)
  32. « Qu'aiti - Current Royal Family », sur www.liquisearch.com (consulté le )
  33. (en) Hans Günter Brauch, Navnita Chadha Behera, Patricia Kameri-Mbote et John Grin, Facing Global Environmental Change: Environmental, Human, Energy, Food, Health and Water Security Concepts, Springer Science & Business Media, (ISBN 978-3-540-68488-6, lire en ligne)
  34. (en) Theses and Dissertations Accepted for Higher Degrees, University of London., (lire en ligne)
  35. (en) Marlon Sway, Odyssey of hope : Evans Atta Mills, 2008* (lire en ligne)
  36. (en) Joseph Hanlon, A Decade of Mozambique : Politics, Economy and Society 2004-2013, BRILL, , 150 p. (ISBN 978-90-04-31105-3, lire en ligne)
  37. (en) Rainer Hermann, Where is Turkey Headed? : Culture Battles in Turkey, Blue Dome Press, , 316 p. (ISBN 978-1-935295-72-3, lire en ligne)
  38. (en) Jameel Ahmed, Mohammed Yakoob Siyal, Freeha Adeel et Ashiq Hussain, Optical Signal Processing by Silicon Photonics, Springer Science & Business Media, (ISBN 978-981-4560-11-5, lire en ligne)
  39. (en) Congress for Cultural Freedom et University of London Contemporary China Institute, The China Quarterly, London, etc. Contemporary China Institute of the School of Oriental and African Studies, London University, (lire en ligne)
  40. Antoine C. Sfeir, Histoire de la Birmanie: Des rois de Pagan à Aung San Suu Kyi, Editions Tallandier, (ISBN 979-10-210-3243-9, lire en ligne)
  41. (en) Ant Bagshaw et Debbie McVitty, Influencing Higher Education Policy : A Professional Guide to Making an Impact, Routledge, , 180 p. (ISBN 978-0-429-79301-1, lire en ligne)
  42. (en) Tor Sellstrom et Tor Sellström, Sweden and National Liberation in Southern Africa : Solidarity and assistance, 1970-1994, Nordic Africa Institute, , 914 p. (ISBN 978-91-7106-448-6, lire en ligne)
  43. (en) Camilla Schofield, Enoch Powell and the Making of Postcolonial Britain, Cambridge University Press, , 384 p. (ISBN 978-1-107-00794-9, lire en ligne)
  44. (en) Rasheed Kidwai, Sonia : A Biography, Penguin Books India, , 231 p. (ISBN 978-0-14-341686-9, lire en ligne)
  45. Amzat Boukari-Yabara, Walter Rodney : Un historien engagé, 1942-1980, Présence Africaine, , 336 p. (ISBN 978-2-7087-0956-0, lire en ligne)
  46. (en) « Francis Butagira », sur prabook.com (consulté le )
  47. (en) Frank Herrmann et Michael Allen, Travellers' Tales, Castlereagh, (ISBN 978-1-901825-01-5, lire en ligne)
  48. SANTANDER Sebastian, L'Afrique, nouveau terrain de jeu des émergents, KARTHALA Editions, (ISBN 978-2-8111-1161-8, lire en ligne)
  49. (tr) Hüseyin Çelik, Osmanlı yanlısı İngiliz dış işler komiteleri, İnkılâb Yayınları, (ISBN 978-975-7560-37-1, lire en ligne)
  50. (en) « ASEAN Parliamentarians for Human Rights mourns loss of Kraisak Choonhavan », sur Prachatai English (consulté le )
  51. Amzat Boukari-Yabara, Walter Rodney: Un historien engagé, 1942-1980, Présence Africaine, (ISBN 978-2-7087-0956-0, lire en ligne)
  52. (en) Ian Brown, The School of Oriental and African Studies: Imperial Training and the Expansion of Learning, Cambridge University Press, (ISBN 978-1-107-16442-0, lire en ligne)
  53. (en) Institute of Development Studies (Brighton England), Annual Report ... and ... Handbook, The Institute, (lire en ligne)
  54. (en) Dan Plesch, America, Hitler and the UN: How the Allies Won World War II and Forged a Peace, Bloomsbury Publishing, (ISBN 978-0-85771-861-7, lire en ligne)
  55. (en) Sue Bruley, Women in Britain since 1900, Macmillan International Higher Education, (ISBN 978-1-349-27743-8, lire en ligne)
  56. (en) Francis Pike, Empires at War: A Short History of Modern Asia Since World War II, Bloomsbury Publishing, (ISBN 978-0-85773-029-9, lire en ligne)
  57. (en) Piers Dudgeon, The Virgin Guide to British Universities 2012, Random House, (ISBN 978-0-7535-4640-6, lire en ligne)
  58. (en) « Book Launch: Rethinking the Role of African National Courts in Arbitration », sur WilmerHale,
  59. (en) « Sufiah Yusof - child genius revealed as prostitute », The Guardian, (consulté le )
  60. « Subscribe to read | Financial Times », sur www.ft.com (consulté le )
  61. (en) Kaushik Deka New Delhi February 14 et 2020 ISSUE DATE: February 24, « V For Vikas », sur India Today (consulté le )
  62. (en) « Financial Times: What Abkhazia’s crypto dalliance teaches us about monetary sovereignty. », sur ftalphaville.ft.com, (consulté le )
  63. (en) Timothy H. Barrett, « Speaking up for Superstition: A Note on the Ethics of Chinese Popular Belief », Journal of Chinese Philosophy, vol. 41, no S1,‎ , p. 709–722 (ISSN 1540-6253, DOI 10.1111/1540-6253.12149, lire en ligne, consulté le )
  64. (en) « Professor Richard Fardon FBA », sur The British Academy (consulté le )
  65. (en) « The Late Dr Thomas Mensah (1) », sur Modern Ghana (consulté le )
  66. (en) Bloomsbury.com, « Bloomsbury - Bassam Fattouh - Bassam Fattouh », sur www.bloomsbury.com (consulté le )


Voir aussi[modifier | modifier le code]

Sur les autres projets Wikimedia :

Bibliographie[modifier | modifier le code]

  • (en) Catrine Clay, Hugh Baker, Charles Tripp, SOAS: A Celebration in Many Voices, Third Millennium Pub. Limited, Londres, 2007, 192 p. (ISBN 9781903942581)
  • (en) Cyril Henry Philips, The School of Oriental & African Studies, University of London, 1917-1967: an introduction, University School of Oriental & African Studies, Londres, 1967, 66 p.

Articles connexes[modifier | modifier le code]

Liens externes[modifier | modifier le code]