Walter Rodney

Un article de Wikipédia, l'encyclopédie libre.
Aller à : navigation, rechercher
Walter Rodney

Walter Rodney (né le 23 mars 1942, assassiné à Georgetown le 13 juin 1980) était un militant de la cause noire, un historien et un homme politique guyanais.

Biographie[modifier | modifier le code]

Rodney est surtout connu pour son œuvre How Europe Underdeveloped Africa (Comment l'Europe sous-développa l'Afrique : Analyse historique et politique du sous-développement), un livre sur l'histoire de l'Afrique écrit en 1972.

Il a beaucoup voyagé et est devenu célèbre comme militant pan africaniste. Il a étudié à la School of Oriental and African Studies (SOAS) de l'Université de Londres. Il a enseigné dans les années (1966-67 et 1969-74) à Dar es Salaam, Tanzanie.

Rodney en Jamaïque[1][modifier | modifier le code]

En 1968 il enseigne l'histoire africaine à l'Université des West Indies (UWI) dans le quartier de Mona à Kingston en Jamaïque. Mais, afin de ne pas se couper du peuple, il organise régulièrement des conférences informelles au cœur des différents ghettos de Kingston-ouest, au cours desquelles il diffuse ses idées afrocentristes, anti-colonialistes et marxistes auprès de la population. Ses débats et échanges avec les adeptes rastafariens lui inspirent l'écriture du livre The Gounding with my Brother qui devient la bible du mouvement Black Power caribéen. Dans ce livre, Walter Rodney dénonce notamment l'attitude du gouvernement jamaïcain qui, d'après lui, sert les intérêts des États capitalistes occidentaux au détriment de la population noire de l'île. En octobre 1968, le premier ministre Hugh Shearer profite du voyage de Walter Rodney au Canada ou il doit participer au Congrès des écrivains noirs, pour émettre à son encontre une interdiction de séjour en Jamaïque. Apprenant la nouvelle, les étudiants du campus de l'Université à Mona organisent une manifestation de protestation et se dirigent vers le centre-ville, rejoints en chemin par des milliers de personnes. La foule en colère est stoppée par les nervis du BITU qui, de leur QG de Duke Street tirent sur les manifestants. Les émeutes qui s'ensuivent, appelées Rodney riots, font trois morts, de nombreux blessés et provoquent de nombreux incendies[2].

Retour en Guyana[modifier | modifier le code]

Au milieu des années 1970, Walter Rodney, rentre dans sa Guyana natale où il fonde la ''Working People Alliance'' avec laquelle il s'oppose farouchement au pouvoir dictatorial en place. Il est assassiné, sans doute avec la complicité de la CIA[réf. nécessaire], le 13 juin 1980, à Georgetown.

Sources et références[modifier | modifier le code]

  1. voir le livre de Jérémie Kroubo Dagnini: "Les origines du reggae" (Editions L'Harmattan pages 154-155)
  2. Hélène Lee: "Voir Trench Town et mourir" (Flammarion 2004, p. 138-139)

Liens externes[modifier | modifier le code]