London School of Hygiene and Tropical Medicine

Un article de Wikipédia, l'encyclopédie libre.
London School of Hygiene & Tropical Medicine
London School of Hygiene and Tropical Medicine (logo).svg
London School of Hygiene & Tropical Medicine building.jpg
Histoire
Fondation
Dates-clés
1899 – London School of Tropical Medicine
1924 – London School of Hygiene and Tropical Medicine fondée par charte royale
Statut
Type
Université de recherche publique (d)Voir et modifier les données sur Wikidata
Forme juridique
Disciplines
Régime linguistique
Fondateur
Directeur
Chancelier
Membre de
Site web
Chiffres-clés
Étudiants
1 345 (2016-17)[1]
Budget
177,7 millions £ (2016-17)[2]
Localisation
Pays
Localisation

La London School of Hygiene & Tropical Medicine (LSHTM) est une Université publique consacrée à la recherche située à Keppel Street, Bloomsbury dans le Borough londonien de Camden.

Elle est l'un des collèges constitutifs de l'université de Londres spécialisée dans les domaines de la santé publique et de la médecine tropicale. Après avoir réussi leurs études, ses étudiants obtiennent un diplôme de l'Université de Londres.

Historique[modifier | modifier le code]

Bâtiment de l'université

L'institution a été fondée en 1899 par Sir Patrick Manson, à la suite d'une donation du philanthrope indien Parsis Bomanjee Dinshaw Petit. Depuis sa fondation, l'école est devenue l'une des institutions les plus haut placées dans les classements mondiaux dans les domaines de la santé publique et des maladies infectieuses[3],[4],[5].

La mission du LSHTM est de contribuer à l'amélioration de la santé dans le monde en recherchant l’excellence dans la recherche, l’enseignement post-universitaire et la formation avancée nationaux et internationaux en santé publique et en médecine tropicale nationaux et internationaux ainsi qu’en informant les politiques et les pratiques dans ces domaines. Le revenu annuel de l'institution pour 2016-2017 s'élevait à 177,7 millions de £, dont 121,9 millions de £ provenant de subventions et de contrats de recherche, avec des dépenses de 176,8 millions de £.

L’école a été fondée en 1899 par Sir Patrick Manson en tant qu’école de médecine tropicale de Londres après que le philanthrope parsi Bomanjee Dinshaw Petit eut fait un don de 6 666 £[6].

Il était initialement situé à l'hôpital Albert Dock Seamen's Hospital, dans les Docklands de Londres. Juste avant cet enseignement, la médecine tropicale avait débuté en 1899 à l'école extramural d'Edimbourg et même avant au Livingstone College de Londres, fondé en 1893 par Charles F. Harford-Battersby (1865-1925). Avant de donner des conférences à l'hôpital St George de Londres en 1895, le Livingstone College donna à Manson sa première occasion d'enseigner des cours de médecine tropicale. Manson a commencé sa carrière en tant que médecin en Extrême-Orient où il a déduit l'étiologie correcte de la filariose, une maladie à vecteur parasitaire transmise par la piqûre d'un moustique. À son retour à Londres, il a été nommé conseiller médical du Colonial Office. Il croyait fermement que les médecins devraient être formés à la médecine tropicale pour traiter les administrateurs coloniaux britanniques et les autres personnes travaillant dans l'empire tropical britannique. Au cours de cette période, il a également encouragé et encadré Ronald Ross à découvrir l'étiologie exacte du paludisme, découverte que ce dernier a découverte par la suite en 1897, en remportant le prix Nobel pour ses efforts. L'école d'origine a été créée dans le cadre de la Seamen's Hospital Society.

En 1902, le bienfaiteur Petit écrivait ce qui suit à propos de l’inscription dans une lettre à Sir Francis Lovell (doyen de l’école), citée dans le Times : « Cette institution, tout en accordant une large place aux étudiants qui étudient les maladies qui ravagent presque l’Orient, sera le moyen de rassembler les esprits occidentaux et orientaux pour apporter une aide à l’Est en souffrance et ainsi consolider cette union des cœurs ».

En 1920, avec l’Hôpital des maladies tropicales, l’école déménage à Endsleigh Gardens, dans le centre de Londres, et reprend l’ancien hôtel ayant servi d’hôpital pour officiers pendant la Première Guerre mondiale. En 1921, le comité Athlone recommanda la création d'un institut de médecine publique fondé sur une proposition de la Fondation Rockefeller visant à créer une institution basée à Londres qui dirigerait le monde dans la promotion de la santé publique et de la médecine tropicale. Cette école élargie, qui s'appelle maintenant la London School of Hygiene & Tropical Medicine, a obtenu sa charte royale en 1924.

L'école a déménagé à son emplacement actuel dans la rue Gower en 1929.

Étudiants notoires[modifier | modifier le code]

Notes et références[modifier | modifier le code]

  1. Higher Education Statistics Agency
  2. « Financial Statements for the Year to 31 July 2017 » [PDF], London School of Hygiene & Tropical Medicine (consulté le ), p. 22
  3. « School ranked third globally for social sciences and public health by US News & World report | London School of Hygiene & Tropical Medicine | LSHTM. », sur www.lshtm.ac.uk (consulté le )
  4. « Top Social Sciences and Public Health Universities in the World | US News Best Global Universities », sur www.usnews.com (consulté le )
  5. « School tops research league tables in 2015 Leiden Ranking | London School of Hygiene & Tropical Medicine | LSHTM. », sur www.lshtm.ac.uk (consulté le )
  6. (en) George Frederick Shrady et Thomas Lathrop Stedman, Medical Record, W. Wood., (lire en ligne)
  7. (sv) Björn Anderson, Kungl Krigsvetenskapsakademien. Svenska Krigsmanna Sällskapet (till 1805), Kungl Krigsvetenskapsakademien. 20 år med akademien och dess ledamöter 1996–2016, Stockholm, Kungliga Krigsvetenskapsakademien, , 61 p. (ISBN 978-91-980878-8-8).
  8. « A l'OMS, Maria Van Kerkhove prise dans le cyclone Covid-19 », sur https://www.challenges.fr, (consulté le )

Liens externes[modifier | modifier le code]