Gui Ier de Rochefort

Un article de Wikipédia, l'encyclopédie libre.
(Redirigé depuis Gui le Rouge)
Aller à : navigation, rechercher
Page d'aide sur l'homonymie Pour les articles homonymes, voir Gui Ier.



Gui de Montlhéry, dit le Rouge[1], connu comme Gui Ier de Rochefort (né v. 1055, mort en 1108) était un seigneur français du Moyen Âge, qui exerça des charges importantes sous Philippe Ier. Il était comte de Rochefort, seigneur de Chevreuse, de Châteaufort, de Gournay-sur-Marne et de Crécy-en-Brie. Il était le fils de Gui Ier de Montlhéry et d'Hodierne de Gometz.

Biographie[modifier | modifier le code]

Guy le Rouge, dont le père était seigneur de Montlhéry, hérite le domaine de Rochefort de sa première femme, Adeline, et il prend le nom de Guy Ier de Rochefort. En 1091, il gagne la confiance du roi Philippe Ier et il en devient le sénéchal (de 1091 à 1095. Il part en 1096 pour la première croisade, dont il revient en 1104. À cette époque, il fiance sa fille Lucienne avec le dauphin, futur Louis VI le Gros. Cette alliance conforte son influence sur la couronne, mais elle provoque la jalousie des autres grands du royaume qui parviennent à faire annuler les fiançailles pour consanguinité. Les Garlande montent une cabale et persuadent le pape Pascal II d'annuler l'union. Gui le rouge rompt avec le roi et organise alors les révoltes des petits vassaux, mais Louis VI finira par le mater[2]. Accablé par ces événements, Guy le Rouge s'éteint entre 1108 et 1109. Durant toute sa vie, il s'est évertué à propager le culte de saint Arnoult autour de Paris, en particulier à Gournay-sur-Marne et à Marolles-en-Brie.

Vie familiale[modifier | modifier le code]

Gui de Montlhéry épouse en premières noces Adélaïs de Rochefort (actuellement Rochefort-en-Yvelines).

Il épouse en secondes noces, Élisabeth de Crécy qui lui apporta la seigneurie de Crécy-en-Brie. Ils eurent :

Notes et références[modifier | modifier le code]

  1. Père Anselme, Histoire généalogique de la maison royale de la France et des grands officiers de la couronne, vol. III, p. 666 et vol. VI, p. 29 et 83.
  2. Cartulaire de l'abbaye de Saint-Martin de Pontoise, page 320, édité de Joseph Depoin.