Saint-Bauzille-de-Montmel

Un article de Wikipédia, l'encyclopédie libre.
Sauter à la navigation Sauter à la recherche
Ne doit pas être confondu avec Saint-Bauzille-de-Putois ou Saint-Bauzille-de-la-Sylve.

Saint-Bauzille-de-Montmel
Saint-Bauzille-de-Montmel
Vue sur le village depuis le Puech des Mourgues.
Blason de Saint-Bauzille-de-Montmel
Blason
Administration
Pays Drapeau de la France France
Région Occitanie
Département Hérault
Arrondissement Lodève[1]
Canton Saint-Gély-du-Fesc
Intercommunalité Communauté de communes du Grand Pic Saint-Loup
Maire
Mandat
Françoise Matheron
2014-2020
Code postal 34160
Code commune 34242
Démographie
Gentilé Saint-Bauzillois
Population
municipale
1 012 hab. (2016 en augmentation de 5,97 % par rapport à 2011)
Densité 47 hab./km2
Géographie
Coordonnées 43° 46′ 14″ nord, 3° 57′ 22″ est
Altitude Min. 62 m
Max. 320 m
Superficie 21,52 km2
Localisation

Géolocalisation sur la carte : Hérault

Voir sur la carte administrative de l'Hérault
City locator 14.svg
Saint-Bauzille-de-Montmel

Géolocalisation sur la carte : Hérault

Voir sur la carte topographique de l'Hérault
City locator 14.svg
Saint-Bauzille-de-Montmel

Géolocalisation sur la carte : France

Voir la carte administrative de France
City locator 14.svg
Saint-Bauzille-de-Montmel

Géolocalisation sur la carte : France

Voir la carte topographique de France
City locator 14.svg
Saint-Bauzille-de-Montmel

Saint-Bauzille-de-Montmel est une commune française située dans le département de l'Hérault en région Occitanie.

Géographie[modifier | modifier le code]

Carte

Histoire[modifier | modifier le code]

Politique et administration[modifier | modifier le code]

Liste des maires successifs
Période Identité Étiquette Qualité
juin 1995 mars 2014 Jacques Daudé SE  
mars 2014 en cours Françoise Matheron SE Professeure
Les données manquantes sont à compléter.

Démographie[modifier | modifier le code]

L'évolution du nombre d'habitants est connue à travers les recensements de la population effectués dans la commune depuis 1793. À partir de 2006, les populations légales des communes sont publiées annuellement par l'Insee. Le recensement repose désormais sur une collecte d'information annuelle, concernant successivement tous les territoires communaux au cours d'une période de cinq ans. Pour les communes de moins de 10 000 habitants, une enquête de recensement portant sur toute la population est réalisée tous les cinq ans, les populations légales des années intermédiaires étant quant à elles estimées par interpolation ou extrapolation[2]. Pour la commune, le premier recensement exhaustif entrant dans le cadre du nouveau dispositif a été réalisé en 2008[3].

En 2016, la commune comptait 1 012 habitants[Note 1], en augmentation de 5,97 % par rapport à 2011 (Hérault : +6,63 %, France hors Mayotte : +2,44 %).

Évolution de la population  [ modifier ]
1793 1800 1806 1821 1831 1836 1841 1846 1851
342325319298347357353403374
1856 1861 1866 1872 1876 1881 1886 1891 1896
374407431422401294282321283
1901 1906 1911 1921 1926 1931 1936 1946 1954
377415402401400424409390360
1962 1968 1975 1982 1990 1999 2006 2007 2008
330354370456479734883905926
2013 2016 - - - - - - -
9851 012-------
De 1962 à 1999 : population sans doubles comptes ; pour les dates suivantes : population municipale.
(Sources : Ldh/EHESS/Cassini jusqu'en 1999[4] puis Insee à partir de 2006[5].)
Histogramme de l'évolution démographique

Culture locale et patrimoine[modifier | modifier le code]

Lieux et monuments[modifier | modifier le code]

Le puech des Mourgues.
L'église Saint-Bauzille.
Projet d'agrandissement de l'église : élévation, plan et coupes (1873).
  • Église Saint-Bauzille. Édifice roman, fortement remanié dans les années 1870. Son puissant clocher porche de façade surmonté d'une flèche recouverte d'ardoise atteint 26,50 mètres. Il renferme deux cloches dont la plus petite, classée MH, date de 1651 et fut exécutée par le maître fondeur montpelliérain Lonar Bordes[6].
  • Temple protestant.
  • Plateau dit du puech des Mourgues ; haute colline dominant le village au nord, reconnaissable à son pourtour de falaises très fréquentées, il abrite différents habitats depuis l'époque préhistorique. On y rencontre également les restes d'un ancien couvent d'augustines qui s'y installa au Moyen Âge sous le vocable de Saint-Léon, qui fut annexé en 1435 à l'abbaye Saint-Félix-de-Montceau, d'obédience bénédictine[7]. Site classé Natura 2000.
  • Puits communal
    Ancien pont à une arche dit romain sur la Bénovie.

Personnalités liées à la commune[modifier | modifier le code]

Héraldique[modifier | modifier le code]

Armes de Saint-Bauzille-de-Montmel

Les armes de Saint-Bauzille-de-Montmel se blasonnent ainsi :

d'azur à un saint Bauzille tenant de sa dextre une palme, le tout d'or[8]


Voir aussi[modifier | modifier le code]

Bibliographie[modifier | modifier le code]

  • Joseph Berthelé, « Mormellicum : Monmel... », Revue des langues romanes, no 44,‎ , p. 462-465
  • Guy Bonnet et Jeannine Raynal, Saint-Bauzille de Montmel, [s.l.], Comité de Développement du Pic St Loup, , 223 p.
  • Capitaine Louis et Daniel Peyrolle, « Vestiges de la voie antique de Mormolacus (Saint-Bauzille-de-Montmel-Hérault) à Cotiacum (Quissac-Gard) », Cahiers d'histoire et d'archéologie, t. 1,‎ , p. 58-64 (lire en ligne)

Fonds d'archives[modifier | modifier le code]

Sur les autres projets Wikimedia :

Articles connexes[modifier | modifier le code]

Notes et références[modifier | modifier le code]

Notes[modifier | modifier le code]

  1. Population municipale légale en vigueur au 1er janvier 2019, millésimée 2016, définie dans les limites territoriales en vigueur au 1er janvier 2018, date de référence statistique : 1er janvier 2016.

Références[modifier | modifier le code]

  1. Depuis le , voir la modification des limites des 3 arrondissements
  2. L'organisation du recensement, sur insee.fr.
  3. Calendrier départemental des recensements, sur insee.fr.
  4. Des villages de Cassini aux communes d'aujourd'hui sur le site de l'École des hautes études en sciences sociales.
  5. Fiches Insee - Populations légales de la commune pour les années 2006, 2007, 2008, 2009, 2010, 2011, 2012, 2013, 2014, 2015 et 2016.
  6. Ministère de la Culture, base du patrimoine mobilier, n° PM34001288. Classée au titre objet le 18 novembre 1942.
  7. Abbé Émile Hollier, Histoire de l'abbaye de Gigean ( Saint-Félix de Montceau), Pézénas, 1925, in -8, pp.51-78/238.p.
  8. Armorial des communes de l'Hérault, Didier Catarina, Jean-Paul Fernon, avec le concours de Jacky David, éd. Artistes en Languedoc, 2004, (ISSN 1264-5354), p. 61.


Liens externes[modifier | modifier le code]