Viols-en-Laval

Un article de Wikipédia, l'encyclopédie libre.
Sauter à la navigation Sauter à la recherche

Viols-en-Laval
Viols-en-Laval
Château de Cambous.
Blason de Viols-en-Laval
Héraldique
Administration
Pays Drapeau de la France France
Région Occitanie
Département Hérault
Arrondissement Lodève
Canton Lodève
Intercommunalité Communauté de communes du Grand Pic Saint Loup
Maire
Mandat
Luc Gros
2014-2020
Code postal 34380
Code commune 34342
Démographie
Gentilé Violains en Lavallois
Population
municipale
199 hab. (2017 en diminution de 3,86 % par rapport à 2012)
Densité 12 hab./km2
Géographie
Coordonnées 43° 45′ 15″ nord, 3° 43′ 32″ est
Altitude Min. 186 m
Max. 320 m
Superficie 16,03 km2
Localisation
Géolocalisation sur la carte : Hérault
Voir sur la carte administrative de l'Hérault
City locator 14.svg
Viols-en-Laval
Géolocalisation sur la carte : Hérault
Voir sur la carte topographique de l'Hérault
City locator 14.svg
Viols-en-Laval
Géolocalisation sur la carte : France
Voir sur la carte administrative de France
City locator 14.svg
Viols-en-Laval
Géolocalisation sur la carte : France
Voir sur la carte topographique de France
City locator 14.svg
Viols-en-Laval

Viols-en-Laval (en occitan Viòus en la Val) est une commune française située dans le département de l'Hérault, en région Occitanie.

Géographie[modifier | modifier le code]

Carte

Histoire[modifier | modifier le code]

Le territoire de la commune est occupé dès le Néolithique comme en attestent les nombreux sites archéologiques découverts : plusieurs dolmens et cabanes néolithiques sont encore visibles aux alentours du village préhistorique de Cambous.

Politique et administration[modifier | modifier le code]

Liste des maires successifs
Période Identité Étiquette Qualité
mars 2001 2014 Élisabeth Capillon    
mars 2014 En cours Luc Gros SE Agriculteur
Les données manquantes sont à compléter.

Démographie[modifier | modifier le code]

L'évolution du nombre d'habitants est connue à travers les recensements de la population effectués dans la commune depuis 1793. À partir de 2006, les populations légales des communes sont publiées annuellement par l'Insee. Le recensement repose désormais sur une collecte d'information annuelle, concernant successivement tous les territoires communaux au cours d'une période de cinq ans. Pour les communes de moins de 10 000 habitants, une enquête de recensement portant sur toute la population est réalisée tous les cinq ans, les populations légales des années intermédiaires étant quant à elles estimées par interpolation ou extrapolation[1]. Pour la commune, le premier recensement exhaustif entrant dans le cadre du nouveau dispositif a été réalisé en 2004[2].

En 2017, la commune comptait 199 habitants[Note 1], en diminution de 3,86 % par rapport à 2012 (Hérault : +6,24 %, France hors Mayotte : +2,36 %).

Évolution de la population  [ modifier ]
1793 1800 1806 1821 1831 1836 1841 1846 1851
1116265475857545846
1856 1861 1866 1872 1876 1881 1886 1891 1896
433232524537415348
1901 1906 1911 1921 1926 1931 1936 1946 1954
405841363333423584
1962 1968 1975 1982 1990 1999 2004 2009 2014
3123263282177189201203
2017 - - - - - - - -
199--------
De 1962 à 1999 : population sans doubles comptes ; pour les dates suivantes : population municipale.
(Sources : Ldh/EHESS/Cassini jusqu'en 1999[3] puis Insee à partir de 2006[4].)
Histogramme de l'évolution démographique

Lieux et monuments[modifier | modifier le code]

Patrimoine préhistorique[modifier | modifier le code]

Monuments remarquables[modifier | modifier le code]

Lavogne de Cambous


Personnalités liées à la commune[modifier | modifier le code]

Notes et références[modifier | modifier le code]

Notes[modifier | modifier le code]

  1. Population municipale légale en vigueur au 1er janvier 2020, millésimée 2017, définie dans les limites territoriales en vigueur au 1er janvier 2019, date de référence statistique : 1er janvier 2017.

Références[modifier | modifier le code]

Voir aussi[modifier | modifier le code]

Bibliographie[modifier | modifier le code]

  • Jean Claparède, « Le portail du château de Cambous (Hérault) », Études héraultaises, Montpellier, Association Études sur l'Hérault, no 1,‎ , p. 11-29 (lire en ligne)
  • Roland Pécout, « Cambous, la résurrection de l'âge des garrigues », Connaissance du pays d'Oc, no 81,‎ , p. 76-82
  • Christian Pioch, « Le château de Cambous (Viols-en-Laval, Hérault) à la mort de Marguerite Rigal, ou l'intérieur des demeures aristocratiques vers 1800 », Cercle généalogique de Languedoc : bulletin, no 147,‎ , p. 34-61
  • Christian Pioch, « Le château de Cambous (Viols-en-Laval, Hérault) : de l'Aliyah des jeunes à nos jours 1950-2010 », Cahiers d'arts et traditions rurales,‎
  • Christian Pioch, « La Révolution nationale et l'Armée nouvelle dans l'Hérault, 1 », Études héraultaises, Montpellier, Association Études sur l'Hérault, no 42,‎ , p. 151-194
  • Jean-Louis Roudil et Henri Canet, Cambous : village préhistorique, Viols en Laval Hérault, Montpellier, éd. Société languedocienne de préhistoire, , 40 p.
  • Yaramila Tchérémissinoff et Jean-Paul Cazes, « Nouvelles sépultures individuelles du bronze ancien dans le Sud de la France : contextes et problématiques », Bulletin de la Société préhistorique française, t. 107, no 2,‎ , p. 331-351

Fonds d'archives[modifier | modifier le code]

Articles connexes[modifier | modifier le code]

Liens externes[modifier | modifier le code]

Sur les autres projets Wikimedia :