Ferrières-les-Verreries

Un article de Wikipédia, l'encyclopédie libre.
Aller à : navigation, rechercher
Ferrières-les-Verreries
Image illustrative de l'article Ferrières-les-Verreries
Blason de Ferrières-les-Verreries
Héraldique
Administration
Pays Drapeau de la France France
Région Occitanie
Département Hérault
Arrondissement Lodève[1]
Canton Lodève
Intercommunalité Communauté de communes du Grand Pic Saint-Loup
Maire
Mandat
Pierre-Georges Malfait
2014-2020
Code postal 34190
Code commune 34099
Démographie
Population
municipale
62 hab. (2014)
Densité 3,6 hab./km2
Géographie
Coordonnées 43° 52′ 44″ nord, 3° 47′ 52″ est
Altitude Min. 206 m – Max. 421 m
Superficie 17,42 km2
Localisation

Géolocalisation sur la carte : Hérault

Voir sur la carte administrative de l'Hérault
City locator 14.svg
Ferrières-les-Verreries

Géolocalisation sur la carte : Hérault

Voir sur la carte topographique de l'Hérault
City locator 14.svg
Ferrières-les-Verreries

Géolocalisation sur la carte : France

Voir la carte administrative de France
City locator 14.svg
Ferrières-les-Verreries

Géolocalisation sur la carte : France

Voir la carte topographique de France
City locator 14.svg
Ferrières-les-Verreries

Ferrières-les-Verreries (en occitan Ferrièiras de las Veirièiras) est une commune française située dans le département de l'Hérault en région Occitanie.

Géographie[modifier | modifier le code]

Carte

Ferrières-les-Verreries est située sur le plateau du Causse entre Saint-Martin-de-Londres, Saint-Bauzille-de-Putois et Pompignan. La commune située au nord du Pic-Saint-Loup, sur un éperon rocheux entre le bois du Pous et celui de Monnier, fait partie de la communauté de communes du Grand Pic Saint Loup. Elle se situe à environ 30 km au nord de Montpellier. Elle est positionnée sur la D107E4 qui vient de Claret et sur la D1E6 qui la relie à Saint-Martin-de-Londres et Pompignan. La limite entre les départements du Gard et l'Hérault est assez proche, au nord du village. Celui-ci domine les vestiges de la verrerie de Coulobrines (XVIIe siècle) d'où partait le chemin des Verriers via Claret et Valflaunés vers Sommières.

Toponymie[modifier | modifier le code]

Attestée sous les formes Mansum de Ferreris en 1116, De Ferreriis en 1293[2].

Du pluriel de l'occitan ferrièra, « forge catalane, mine de fer »[2].

Histoire[modifier | modifier le code]

Préhistoire[modifier | modifier le code]

Le site revêt un tel intérêt archéologique spécifique que les spécialistes ont donné le nom de ferrérien à une civilisation originale du âge du cuivre qui s'est développée dans un large secteur.

Lieux et monuments[modifier | modifier le code]

L'église romane Saint-Jean-de-Ferrières date du XIe siècle. Elle possède une cloche fondue par Lonar Bordes en 1646 et classée monument historique.

Politique et administration[modifier | modifier le code]

Liste des maires successifs
Période Identité Étiquette Qualité
mars 1954 mars 1986 Pierre Roustan SE  
mars 1986 mars 2001 Thierry Bresson PS  
mars 2001 mars 2008 Patricia Darellis SE  
mars 2008 en cours Pierre-Georges Malfait SE Retraité
Les données manquantes sont à compléter.

Démographie[modifier | modifier le code]

L'évolution du nombre d'habitants est connue à travers les recensements de la population effectués dans la commune depuis 1793. À partir du , les populations légales des communes sont publiées annuellement dans le cadre d'un recensement qui repose désormais sur une collecte d'information annuelle, concernant successivement tous les territoires communaux au cours d'une période de cinq ans. Pour les communes de moins de 10 000 habitants, une enquête de recensement portant sur toute la population est réalisée tous les cinq ans, les populations légales des années intermédiaires étant quant à elles estimées par interpolation ou extrapolation[3]. Pour la commune, le premier recensement exhaustif entrant dans le cadre du nouveau dispositif a été réalisé en 2005[4],[Note 1].

En 2014, la commune comptait 62 habitants, en augmentation de 0 % par rapport à 2009 (Hérault : 6,81 % , France hors Mayotte : 2,49 %)

           Évolution de la population  [modifier]
1793 1800 1806 1821 1831 1836 1841 1846 1851
59 72 52 39 44 48 42 62 71
1856 1861 1866 1872 1876 1881 1886 1891 1896
72 73 69 70 69 56 54 46 74
1901 1906 1911 1921 1926 1931 1936 1946 1954
60 53 55 46 65 62 45 48 30
1962 1968 1975 1982 1990 1999 2005 2010 2014
14 11 14 26 23 38 55 63 62
De 1962 à 1999 : population sans doubles comptes ; pour les dates suivantes : population municipale.
(Sources : Ldh/EHESS/Cassini jusqu'en 1999[5] puis Insee à partir de 2006[6].)
Histogramme de l'évolution démographique

Lieux et monuments[modifier | modifier le code]

  • Cloche du fondeur montpelliérain Léonard Bordes[7] (1646).
  • Le dolmen. Dans les proches environs de la commune, bien caché dans un petit bois de chênes verts, se trouve le Dolmen de Ferrières[8], dont la construction remonte vers 2500-2300 av. J.-C. par les tribus du groupe de Ferrières. Son couloir fut utilisé pour inhumation par les gens du groupe de Fontbouisse (faciès héraultais) vers 2000 av. J.-C. Des fouilles ont montré l'existence d'un sanctuaire contenant cheveux et os, appartenant à un couple venant probablement du Nord de l'Europe. Le dolmen est composé d’une chambre rectangulaire et d’un long couloir axial dans lequel s’ouvre un second couloir terminé par une autre chambre étroite formant un appendice. Il a livré de nombreux objets archéologiques, vases, parures, lames de silex.

Personnalités liées à la commune[modifier | modifier le code]

Voir aussi[modifier | modifier le code]

Notes et références[modifier | modifier le code]

Notes[modifier | modifier le code]

  1. Par convention dans Wikipédia, le principe a été retenu de n’afficher dans le tableau des recensements et le graphique, pour les populations légales postérieures à 1999, que les populations correspondant à une enquête exhaustive de recensement pour les communes de moins de 10 000 habitants, et que les populations des années 2006, 2011, 2016, etc. pour les communes de plus de 10 000 habitants, ainsi que la dernière population légale publiée par l’Insee pour l'ensemble des communes.

Références[modifier | modifier le code]

  1. Depuis le , voir la modification des limites des 3 arrondissements
  2. a et b Ernest Nègre, Toponymie générale de la France - Volume 2 - Page 1348
  3. L'organisation du recensement, sur le site de l'Insee.
  4. Calendrier départemental des recensements, sur le site de l'Insee
  5. Des villages de Cassini aux communes d'aujourd'hui sur le site de l'École des hautes études en sciences sociales.
  6. Fiches Insee - Populations légales de la commune pour les années 20062007 2008 2009 2010 2011201220132014 .
  7. Ministère de la Culture, base du patrimoine mobilier, n° PM34000220. Classée au titre objet le 22 février 1943.
  8. 43° 52′ 23″ N, 3° 48′ 23″ E, voir dans Bruno Marc (Dolmens et menhirs en Languedoc et Roussillon : 27 circuits de découverte préhistorique, Montpellier, 1999, p. 80 (ISBN 2-85998-190-X)) et des images ici. Cf. (ca) Jean Arnal, Presentación de dólmenes y estaciones del Departamento del Herault, dans Empúries : revista de món clàssic i antiguitat tardana, 15-16 (1953-1954), p. 67-115, part. p. 74-82 (en ligne).


Liens externes[modifier | modifier le code]

Sur les autres projets Wikimedia :