Opération Beit ol-Moqaddas

Un article de Wikipédia, l'encyclopédie libre.
Sauter à la navigation Sauter à la recherche

Opération Beit ol-Moqaddas
Description de cette image, également commentée ci-après
Prisonniers de guerres irakiens à Khorramshahr.
Informations générales
Date 24 avril-
Lieu Khouzistan, sud-ouest de l'Iran
Issue Victoire décisive iranienne
Belligérants
Drapeau de l'Iran IranFlag of Iraq (1963–1991); Flag of Syria (1963–1972).svg Irak
Commandants
Drapeau de l'Iran Ali Sayad Shirazi
Drapeau de l'Iran Hossein Kharrazi
Drapeau de l'Iran Massoud Monfared Niyaki
Flag of Iraq (1963–1991); Flag of Syria (1963–1972).svg Saddam Hussein
Forces en présence
70 000 soldats70 000 soldats
Pertes
6 000 tués
24 000 blessés
16 000 tués
19 000 capturés

Guerre Iran-Irak

Batailles

Invasion irakienne (1980)
Impasse (1981)
Offensives iraniennes (1982)
Guerre de positions (1983-1986)
Offensives irakiennes finales (1988)
Guerre des pétroliers
Incidents internationaux

L’opération Beit ol-Moqaddas est une opération militaire iranienne menée du 24 avril au pendant la guerre Iran-Irak. Véritable succès, elle permet de sécuriser la ville de Khorramshahr de la présence irakienne. Couplée avec l'opération Tariq al-Qods et l'opération Victoire Indéniable, elle conduit à repousser les Irakiens hors du sud de l'Iran.

Les nombres des pertes iraniennes et irakiennes ne sont pas connus mais il est probable qu'elles soient similaires, les deux camps ayant disposé d'un rapport de force équitable (artillerie et soutien aérien équivalents).

Les Iraniens célèbrent chaque année l'anniversaire de la libération de Khorramshahr[1],[2].

Contexte historique[modifier | modifier le code]

Le , Saddam Hussein déclare la guerre à l'Iran et envahit le sud du pays avec pour objectif de contrôler le Chatt-el-Arab, les opérations n'ayant pas lieu ailleurs sur la frontière irako-iranienne. Fort de ce succès initial, il ordonne à ses troupes de se retrancher. Les Iraniens mettent alors au point une série d'opérations de contre-offensives afin de déloger les forces irakiennes du sud de l'Iran.

Déroulement de l'opération[modifier | modifier le code]

Les Iraniens mobilisent pas moins de 70 000 combattants qui prennent la région de Ahvaz-Susangerd. Les Irakiens battent en retraite et préparent des positions défensives à Khorramshahr.

Le , les Irakiens tentent une contre-offensive qui est cependant repoussée par l'armée iranienne. Le , la ville stratégique portuaire de Khorramshahr est libérée. 12 000 soldats irakiens sont capturés ainsi qu'une quantité considérable de matériel militaire.

Des appels à un cessez-le-feu dans la guerre Iran-Irak ont été lancés trois jours [3] après la libération de Khorramshahr, et les dirigeants des deux pays ont commencé à discuter d'une telle possibilité[4].

Dans les médias populaires[modifier | modifier le code]

La libération de Khorramshahr avait été le sujet qui a attiré l'attention de certains films de ville en temps de guerre tels que le pasdaran Army Television Unit reprenant Khorramshahr en 1983, Another Growth de Homayun Purmand en 1982, quarante témoins et le deuxième récit: [5] libération de Khorramshahr par Kiumarth Monazzah[6].

Voir également[modifier | modifier le code]

Notes et références[modifier | modifier le code]

  1. Staff, « Iran celebrates anniversary of liberating Khorramshahr », Alalam
  2. Staff, « Iran-Iraq War off-limits to historians in Iran », al-monitor
  3. James G. Blight, Janet M. Lang, Hussein Banai, Malcolm Byrne et Tirman, Becoming Enemies: U.S.-Iran Relations and t, Rowman & Littlefield Publishers, (ISBN 978-1-4422-0831-5, lire en ligne)
  4. Bayram Sinkaya, The Revolutionary Guards in Iranian Politics: Elites and Shifting Relations, Routledge, (ISBN 978-1-138-85364-5, lire en ligne)
  5. Oliver Leaman, Companion Encyclopedia of Middle Eastern and North African Film, Routledge, (ISBN 978-0415757553, lire en ligne)
  6. Hamid Naficy, A Social History of Iranian Cinema, Volume 4: The Globalizing Era, 1984–2010, Duke University Press Books, , 664 p. (ISBN 978-0822348788, lire en ligne)

Bibliographie[modifier | modifier le code]

  • (en) Efraim Karsh, The Iran–Iraq War 1980-1988, Osprey Publishing, 2002.