Kurdistan iranien

Un article de Wikipédia, l'encyclopédie libre.
Sauter à la navigation Sauter à la recherche
Page d'aide sur l'homonymie Pour les articles homonymes, voir Kurdistan (homonymie).
Kurdistan iranien (en vert)

Le Kurdistan iranien (en kurde : Rojhellatî Kurdistan), aussi appelé le Rojhelat, est un nom non officiel pour les régions d'Iran habitées par les Kurdes, qui a des frontières avec l'Irak et la Turquie. Elles comptent 10 millions d’habitants qui représentent 13 % de la population. Sa capitale est Mahabad. Elle comprend la province iranienne du Kurdistan.

Présentation[modifier | modifier le code]

Elle inclut des parties de la province d'Azerbaïdjan de l'ouest, du Kordestan, de la province de Kermanshah et de la province d'Ilam.

Les Kurdes forment la majorité de la population de cette région qui est estimée à 7,5 millions[1].

Cette région est la partie orientale du grand espace géo-culturel appelé Kurdistan.

La République de Mahabad[modifier | modifier le code]

Article détaillé : République de Mahabad.

La République de Mahabad est proclamée le 22 janvier 1946 par Qazi Muhammad. Mais l’expérience ne sera pas de longue durée, car l'URSS, motivée par une participation dans l'exploitation du pétrole iranien, signe des accords avec l'Iran. Cela signe l'arrêt de mort de la République de Mahabad qui ne résiste pas à l'attaque des troupes iraniennes le 27 novembre 1946. Qazi Muhammad renonce à s'enfuir, il sera jugé et pendu en 1947. La République de Mahabad, bien qu'éphémère reste emblématique dans l'histoire kurde, tout comme Qazi Muhammad, mais surtout son imaginaire collectif.

Aujourd'hui[modifier | modifier le code]

Le peuple est soumis à un siège permanent, il passe de l'oppression des Shah d'Iran à celle des Ayatollah, c'est-à-dire les chiites. L'État reconnaît leur langue et leur culture, mais il n'y a pas d'autonomie politique, ni administrative malgré l'existence de la province du Kurdistan. La répression de toute contestation kurde en Iran donne couramment lieu à des arrestations et à des condamnations, voire des cas de tortures et d'exécutions[2],[3],[4],[5].

Notes et références[modifier | modifier le code]

  1. (The Historical Dictionary of Iran, J. Lorentz, 1995, p. 172)
  2. (en) Hundreds of Kurds reportedly flee Iranian Kurdistan to seek asylum in Turkey, Ekurd Daily, 28 juillet 2017.
  3. Iran : trois activistes condamnés pour avoir protesté contre l’assassinat des kolbers, Roj Info, 22 décembre 2017.
  4. (en) THE STORY OF A KURDISH POLITICAL PRISONER EXECUTED ON HIS BIRTHDAY, Kurdistan Human Rights Network, 18 août 2017.
  5. Kurdish political prisoner executed in Iranian Kurdistan, Ekurd Daily, 2 août 2017.

Voir aussi[modifier | modifier le code]

Article connexe[modifier | modifier le code]