Préverenges

Un article de Wikipédia, l'encyclopédie libre.
Aller à : navigation, rechercher
image illustrant la géographie de la Suisse
Cet article est une ébauche concernant la géographie de la Suisse.

Vous pouvez partager vos connaissances en l’améliorant (comment ?) selon les recommandations des projets correspondants.

Page d’aide sur l’homonymie Pour l’article ayant un titre homophone, voir Préveranges.
Préverenges
Blason de Préverenges
Héraldique
Centre de Préverenges avec le temple de 1791-1792
Centre de Préverenges avec le temple de 1791-1792
Administration
Pays Drapeau de la Suisse Suisse
Canton Vaud
District Morges
Communes limitrophes
(voir carte)
Denges, Saint-Sulpice (VD), Morges, Lonay
Syndic Guy Delacrétaz
Code postal 1028
N° OFS 5643
Démographie
Gentilé Préverengeois
Population 5 184 hab. (31 décembre 2014)
Densité 2 787 hab./km2
Géographie
Coordonnées 46° 31′ 00″ Nord 6° 32′ 00″ Est / 46.5166666667, 6.53333333333
Altitude 411 m
Superficie 186 ha = 1,86 km2
Divers
Langue Français
Localisation

Géolocalisation sur la carte : canton de Vaud

Voir sur la carte administrative du Canton de Vaud
City locator 14.svg
Préverenges

Géolocalisation sur la carte : Suisse

Voir la carte administrative de Suisse
City locator 14.svg
Préverenges

Géolocalisation sur la carte : Suisse

Voir la carte topographique de Suisse
City locator 14.svg
Préverenges
Liens
Site web www.preverenges.ch
Sources
Référence population suisse[1]
Référence superficie suisse[2]

Préverenges est une commune suisse du canton de Vaud, située dans le district de Morges.

Situation[modifier | modifier le code]

Préverenges est située au bord du lac Léman, à 10 km de Lausanne et un peu plus de 50 km de Genève. La commune est traversée par la route du lac (route principale 1) qui prend sur son territoire le nom de rue de Genève.

Au nord de la rue de Genève se trouvent notamment l'église protestante, la chapelle catholique, la rue d'Yverdon (le long de laquelle se trouvent plusieurs commerces, des restaurants et deux hôtels), le bâtiment administratif et le bureau de poste.

Hydrographie[modifier | modifier le code]

Préverenges se situe au bord du lac Léman et possède une plage de sable et une de galets. La commune est longée par la Venoge, qui marque sa frontière avec Saint-Sulpice.

Patrimoine bâti[modifier | modifier le code]

L’église[modifier | modifier le code]

L’église médiévale, anciennement paroissiale Saint-Pierre, est devenue temple réformé à l’époque bernoise, annexe de Lonay. En 1791-1792, la commune souhaite disposer ici d’«une grande salle chauffée, qui servirait l’hiver pour les réunions de la commune, le catéchisme, l’école et les prières du dimanche et du vendredi». Elle fait par conséquent procéder à une importante refonte de l’ancien lieu de culte, en construisant en annexe un bâtiment communal, l’ensemble étant abrité derrière une nouvelle façade principale qui unifie le tout. Un maçon habitant à Morges se charge de l’entreprise, l’ouvrage étant sans doute exécuté selon les plans d’un architecte amateur, un certain «Dr Muret». La famille Muret est originaire de Préverenges, et jusqu’en 1791 le château du lieu est propriété de Jean-François Muret. En outre, c’est un Muret qui, devant le bailli de Morges en décembre 1791, soutient la commune dans ses démêlés avec le maçon Recordon à propos de la «tour de la chapelle»[3].

La majestueuse façade est assez originale. Sa composition frappe par son clocheton axial, son large pignon à ailerons à peine incurvés et appuyés au clocher, et ses ouvertures symétriques, à savoir deux portes coiffées d’une corniche et surmontées d’un œil de bœuf. Malgré l’apparente unité de cette structure, seule l’une des portes donne en fait accès au temple, l’autre sert d’entrée au bâtiment communal annexe. Restaurations : 1844, clocher. ‑ 1930, intérieur. ‑ 1958, simplification de la façade. ‑ 1963, intérieur.

Personnalités liées à la commune[modifier | modifier le code]

Jumelages[modifier | modifier le code]

La commune est jumelée avec la commune française de Préveranges.

Bibliographie[modifier | modifier le code]

  • Marcel Grandjean, Les Temples vaudois. L'architecture réformée dans le Pays de Vaud, Lausanne, Bibliothèque historique vaudoise 89, , 667 p., p. 300-303.

Références[modifier | modifier le code]

  1. « Population résidante permanente au 31 décembre 2014 », sur Statistiques Vaud (consulté le 3 mars 2015)
  2. « Statistique de la superficie 2004/09 : Données communales », sur Office fédéral de la Statistique (consulté le 23 septembre 2010)
  3. Grandjean 1988, p. 300-303

Sur les autres projets Wikimedia :