Tolochenaz

Un article de Wikipédia, l'encyclopédie libre.
Aller à : navigation, rechercher
Tolochenaz
Blason de Tolochenaz
Héraldique
Administration
Pays Drapeau de la Suisse Suisse
Canton Drapeau du canton de Vaud Vaud
District Morges
Communes limitrophes
(voir carte)
Chigny, Morges, Saint-Prex, Lully (VD)
Syndic Salvatore Guarna
NPA 1131
N° OFS 5649
Démographie
Gentilé Tolochinois
Population 1 859 hab. (31 décembre 2015)
Densité 1 169 hab./km2
Géographie
Coordonnées 46° 30′ 18″ nord, 6° 28′ 23″ est
Altitude 418 m
Superficie 159 ha = 1,59 km2
Divers
Langue Français
Localisation

Géolocalisation sur la carte : canton de Vaud

Voir sur la carte administrative du Canton de Vaud
City locator 14.svg
Tolochenaz

Géolocalisation sur la carte : Suisse

Voir la carte administrative de Suisse
City locator 14.svg
Tolochenaz

Géolocalisation sur la carte : Suisse

Voir la carte topographique de Suisse
City locator 14.svg
Tolochenaz
Liens
Site web www.tolochenaz.ch
Sources
Référence population suisse[1]
Référence superficie suisse[2]

Tolochenaz est une commune suisse du canton de Vaud, située dans le district de Morges.

Situation[modifier | modifier le code]

Tolochenaz 110717

Tolochenaz se situe dans le sud du canton de Vaud, entre Morges et Saint-Prex. Le village occupe un terrain bordant le lac Léman. Le territoire tolochinois est globalement plat, mais incliné en direction du lac. L'embouchure du Boiron de Morges, une rivière passant dans les parages, y forme une plage. Cette même rivière détermine une grande partie de la frontière de la commune avec Saint-Prex.

Patrimoine bâti[modifier | modifier le code]

L'église réformée a été bâtie en 1930 par l'architecte Alfred de Goumoëns[3].

La villa Riond-Bosson, élevée en 1882, a été habitée de 1898 à 1940 par le pianiste virtuose polonais Ignace Paderewski[3]. De cette maison de maître, démolie, ne subsiste qu'une dépendance, l'ancien pigeonnier. On trouve aujourd'hui à cet emplacement l'École de la construction, centre de compétence pour la formation dans les métiers du bâtiment, élevée en 1985-1988 par les architectes Bernard Gachet et Patrick Mestelan. Un bâtiment administratif, au nord, avec grand portique, date de 1994-1997, tandis qu'une extension, au sud, de 2001-2003, est due aux mêmes constructeurs[4].

Sur la route du lac, au passage du cours d'eau du Boiron de Morges, le pont bâti en 1785 présente, côté nord, une borne miliaire datant de l'époque de l'empereur romain Marc Aurèle. Elle provient de Villars-sous-Yens, où passait l'ancienne route romaine[3].

Une colonne en pierre, non loin du Boiron de Morges, au voisinage de la route du lac, est le dernier vestige de l'ancien gibet de Morges.

Transports[modifier | modifier le code]

Le village se trouve sur le tracé de l'autoroute A1, ce qui permet un accès rapide à Lausanne et Genève. L'aéroport international le plus proche est celui de Genève, alors que l'aéroport de Lausanne-Blécherette est le terrain d'aviation le plus proche.

Le village est desservi par les bus de la région de Morges (MBC).

Économie[modifier | modifier le code]

Paysannerie[modifier | modifier le code]

À ses origines, le village était uniquement agricole. Aujourd'hui, il conserve une importante part de son activité économique dans les exploitations agricoles, notamment la pommiculture. Sur la partie nord du village, de nombreux hectares sont recouverts de pommiers et de poiriers, et ce, jusqu'à l'autoroute.

Entreprises[modifier | modifier le code]

  • Medtronic. Depuis 1997, son siège européen se trouve à Tolochenaz où travaillent, en 2010, quelque 700 salariés.
  • Planzer Transport.
  • Friderici Special.
  • Philos, assurance.
  • Uvavins.
  • Robert Aebi SA.
  • La Maison de la Rivière

Personnalités[modifier | modifier le code]

Références[modifier | modifier le code]

  1. « Population résidente permanente au 31 décembre 2015 », sur Statistiques Vaud (consulté le 6 mars 2017)
  2. « Statistique de la superficie 2004/09 : Données communales », sur Office fédéral de la statistique (consulté le 23 septembre 2010)
  3. a, b et c Hans Jenny (dir.), Kunstführer durch die Schweiz : Genf, Neuenburg, Waadt, Wallis, Tessin, vol. 2, Zurich, Société d’histoire de l’art en Suisse /Büchler Verlag, , 725 p. (ISBN 3-71-700165-5), p. 200
  4. Guide artistique de la Suisse : Jura, Jura bernois, Neuchâtel, Vaud, Genève, vol. 4a, Berne, Société d'histoire de l'art en Suisse, , 642 p. (ISBN 978-3-906131-98-6), p. 283.

Sur les autres projets Wikimedia :