Biodisponibilité (médecine)

Un article de Wikipédia, l'encyclopédie libre.

En pharmacologie, la biodisponibilité est la proportion d'une substance qui atteint la circulation sanguine sous forme inchangée. C'est un outil essentiel en pharmacocinétique, car la biodisponibilité doit être prise en considération lors du calcul des doses pour des voies d'administration autres qu'intraveineuse.

Définition[modifier | modifier le code]

La biodisponibilité est la mesure de la vitesse d'absorption et de la quantité de médicament absorbée.

On utilise aussi le terme de biodisponibilité en nutrition : elle signifie la part d'un nutriment présent dans un aliment qui est effectivement assimilée par l'organisme. Celle-ci varie en fonction de l'aliment et du régime alimentaire de la personne considérée. Paradoxalement, elle est indépendante de la richesse en nutriment : un aliment riche peut avoir une biodisponibilité inférieure à un aliment pauvre pour un nutriment donné (cas du zinc (nutriment) entravé par l'acide phytique).

Biodisponibilité absolue[modifier | modifier le code]

La biodisponibilité absolue mesure la disponibilité de la substance active dans la circulation systémique après une administration autre qu'intraveineuse (i.e rectale, transdermique, sous-cutanée, etc.).

Afin de déterminer la biodisponibilité absolue d'un médicament, une étude pharmacocinétique doit être menée pour obtenir une courbe représentant la concentration plasmatique de la substance active en fonction du temps. Ceci doit être réalisé deux fois : la première en intraveineuse (IV) et la deuxième selon la modalité de prise souhaitée. La biodisponibilité absolue est ainsi le rapport de la seconde sur la première, soit de l'aire sous la courbe (ASC) de la substance active dans la prise souhaitée (i.e rectale, transdermique, sous-cutanée, perlinguale, etc.) sur l'ASC de référence de la substance active en IV.

La biodisponibilité absolue correspond à la quantité et la vitesse qui caractérise le passage du médicament dans la circulation générale.
Le but de cette mesure est d'évaluer la fraction absorbée et l'effet de premier passage.

A noter : un médicament administré par voie intraveineuse aura une biodisponibilité absolue de 1 (F=1), soit 100 %. Les médicaments administrés par une autre voie ont habituellement une biodisponibilité absolue inférieure à 1.

Biodisponibilité relative[modifier | modifier le code]

La biodisponibilité relative évalue la quantité et la vitesse qui caractérise le passage du médicament dans la circulation générale lorsque plusieurs formes pharmaceutiques sont comparées à une forme de référence, ou pour la comparaison de plusieurs modes d'administration (per os versus voie rectale par exemple). Si la référence est l'I.V., cela revient à la biodisponibilité absolue.

La biodisponibilité est souvent notée F avec (0%<F<100 %). L'exemple ci-contre montre différentes courbes pour diverses biodisponibilités avec une dose initiale de 10 mg et une demi-vie équivalente.

Evolution de la dose en fonction de la biodisponibilité

est la demi-vie.


Facteurs influençant la biodisponibilité[modifier | modifier le code]

  • la forme galénique
  • la voie d'administration : si voie orale (per os) :
    • modification de l'absorption intestinale,
    • modification de l'effet de premier passage hépatique (inhibiteur enzymatique, inducteur enzymatique),
    • prise à jeun ou non
    • rythme circadien
    • interactions médicamenteuses ou avec un aliment (jus de pamplemousse, …)
    • activité des transporteurs d'efflux (glycoprotéine P)
    • fonction hépatique altérée (âge, pathologie)

Notes et références[modifier | modifier le code]

Bibliographie[modifier | modifier le code]

  • (en) Shargel, L.; Yu, A.B. (1999) Applied biopharmaceutics & pharmacokinetics (4th éd.). New York: McGraw-Hill. (ISBN 0-83850-278-4).