Musique malgache

Un article de Wikipédia, l'encyclopédie libre.
Sauter à la navigation Sauter à la recherche

La musique malgache est riche d'influences proches et lointaines dans le temps et l'espace. En effet, elle a su conserver son patrimoine ancien austronésien de l'Asie du Sud-Est (l'archipel indonésien), mais aussi de la proche Afrique, tout en amalgamant de nouveaux genres beaucoup plus récents dus aux contacts avec l'Europe et les États-Unis.

Musique traditionnelle[modifier | modifier le code]

Historiquement, la musique traditionnelle malgache a bénéficié d'une publicité internationale par le biais des grands ambassadeurs du passé tels Rakoto Frah, Mama Sana, Randafison Sylvestre, etc.

L'ethnomusicologue Julien Mallet considère que Madagascar a constitué le « carrefour musical » de l'Océan Indien dans les années 1960[1].

Actuellement, de nombreux interprètes reconnus de cette musique résident à l'étranger. Ils contribuent au renouvellement et au rayonnement des formes rythmiques et mélodiques traditionnelles à travers le monde : Régis Gizavo (accordéon et chant, musique du Sud), D'Gary (guitare et chant, musique du Sud), Eric Manana (guitare et chant, vakodrazana), Justin Vali (valiha et chant, vakodrazana), Kilema (marovany et chant, musique du Sud), Damily (guitare et chant, tsapiky), etc.

Hiragasy

Variété des genres du Sud au Nord[modifier | modifier le code]

Chanteurs, musiciens instrumentistes, compositeurs de musique traditionnelle[modifier | modifier le code]

Joueur de valiha
2017-fr.wp-orange-source.svg
Cette section ne cite pas suffisamment ses sources (janvier 2019)
Pour l'améliorer, ajoutez des références vérifiables [comment faire ?] ou le modèle {{Référence nécessaire}} sur les passages nécessitant une source.

Musiciens ou compositeurs internationalement reconnus (passés et présents) par leurs albums distribués à l'extérieur de l'île et/ou les représentations internationales (festivals, world tour) auxquels ils ont participé durant leur carrière :

Autres musiciens :

Instruments[modifier | modifier le code]

Cithares bagobo philippine et valiha malgache.

Vents :

Cordes :

Percussions :

Musique classique[modifier | modifier le code]

Le compositeur français Raymond Loucheur (1899-1979) a écrit en 1946 une Rapsodie malgache[3], qui utilise des thèmes folkloriques. Quatre mouvements : Musiciens, Piroguiers, Sorciers, Guerriers.

Actuellement, Madagascar voit se former de nombreux académies, instituts, et orchestres tels l'OCPAA (Orchestre Philharmonique d'Analamanga) associé avec l'Orchestre des Jeunes récemment créé, le Jejy Music Institute, l'Anglican Music Institute (AMI), Talenta Rajaofetra, Laka association, Maestria, Harmonia Rajaofetra, le Chœur Artistique et Symphonique de Tananarive, la Camerata de Madagascar.

Njava, groupe venant de Fianarantsoa, pratique la musique traditionnelle classique.

Quelques compositeurs classiques :

  1. Ratany
  2. Rabary
  3. Gilles Ramiarison
  4. Razakamahefa
  5. Rasolompiakarana José
  6. Randrianarivelo Lucien
  7. Dr Razafintsambaina Olivier José
  8. Andriamarofara Seta Mialiaritiana
  9. Randriamanga Ravalomanjato
  10. Lala Andriantsoa
  11. Yohl Rakotomamonjy

Musique actuelle[modifier | modifier le code]

Musique improvisée : jazz, ethno-jazz et blues[modifier | modifier le code]

Article détaillé : Le jazz à Madagascar.

Parmi toutes les musiques modernes pratiqués par les artistes à Madagascar, le jazz est, pour l'instant, la seule musique à bénéficier d'un festival annuel internationalement reconnu et primé : le "Madajazzcar", scène labellisée "Djangodor - Trophées internationaux du Jazz" en 2010.

Par ailleurs, de nombreux musiciens malagasy de jazz internationalement reconnus et résidants à l'étranger se réclament aussi de la tradition malagasy : ils contribuent ainsi au renouvellement et au rayonnement des formes rythmiques et mélodiques traditionnelles à travers le monde : "Jeanot" et Lalao Rabeson (piano et chant, jazz), Serge et Nivo Rahoerson (piano et chant, jazz), Tony Rabeson (batteur de jazz) et Arly Rajaobelina (piano, jazz), Sylvain Marc (basse, jazz et variété), Julio Rakotonanahary (basse et vocal) et Charles Kely (guitare et vocal).

2017-fr.wp-orange-source.svg
Cette section ne cite pas suffisamment ses sources (janvier 2019)
Pour l'améliorer, ajoutez des références vérifiables [comment faire ?] ou le modèle {{Référence nécessaire}} sur les passages nécessitant une source.

Quelques musiciens instrumentistes, chanteurs, compositeurs de musique actuelle (jazz, world jazz et blues) :

Variétés[modifier | modifier le code]

La musique de variété malagasy s'est fait connaître internationalement -dans le monde francophone surtout- par Les Surfs, longtemps en tête du hit parade français. Plus récemment par Rakoto, Tizy Bone. Les Mahaleo et Eric Manana peuvent aussi être intégré dans cette catégorie des groupes de variétés qui ont eu un impact international dans la mesure ils ne font pas seulement appel aux formes traditionnelles dans leur musique mais également aux autres genres de variétés (folk, pop, etc).

2017-fr.wp-orange-source.svg
Cette section ne cite pas suffisamment ses sources (janvier 2019)
Pour l'améliorer, ajoutez des références vérifiables [comment faire ?] ou le modèle {{Référence nécessaire}} sur les passages nécessitant une source.

Chanteurs et chanteuses de variétés :

Notes et références[modifier | modifier le code]

  1. « Julien Mallet : Dans les années 60, Madagascar était le carrefour musical de l’océan Indien », sur Libération.fr, (consulté le 4 février 2019).
  2. Anne Bocandé, « Julien Mallet - Le tsapiky, une jeune musique de Madagascar », Cahiers d’études africaines, no 205,‎ (lire en ligne, consulté le 4 février 2019).
  3. « Loucheur - Rapsodie malgache, par l'Orchestre National de la Radiodiffusion Française », sur forgottenrecords.com, (consulté le 15 janvier 2019).

Voir aussi[modifier | modifier le code]

Bibliographie[modifier | modifier le code]

Discographie[modifier | modifier le code]

  • (en) The music of Madagascar : classic traditional recordings from the 1930s, Yazoo, 1995
  • (en) Songs from Madagascar : chants malgaches, Sunset-France, distrib. Mélodie, 2005
  • Chants et Danses en Imerina, Arion Music, 2000
  • Madagascar Pays Merina, Ocora Radio France, 2001
  • Madagascar : Antandroy, Antanosy, Bara, Betsileo, Betsimisaraka, Mahafaly, Merina, Sakalava (collec. Charles Duvelle), Universal Division Mercury, Antony, 1999
  • Madagascar : accordéons et esprits ancestraux, Archives internationales de musique populaire, Musée d'ethnographie, Genève ; VDE-Gallo, Lausanne, 2001
  • Madagascar : chants et musique traditionnelle du Sud-Ouest, Frémeaux & associés, Vincennes ; distrib. Night & day, 2005

Filmographie[modifier | modifier le code]

  • Songs for Madagascar (2017) de Cesar Paes, avec Dama Mahaleo, Erick Manana, Jaojoby, Justin Vali, Régis Gizavo, Ricky Olombelo
  • Les larmes de la rivière piment I/II "Terre Promise"(52 min). FMC/Antenne Réunion. Auteur : Luc Bongrand. Réalisation : Luc Bongrand
  • Les larmes de la rivière piment II/II "Terre Brrûlée"(52 min). FMC/Antenne Réunion. Auteur : Luc Bongrand. Réalisation : Luc Bongrand
  • Savika Madagascar 2009 (52 min) FMC/RFO Archipels un film de Luc Bongrand
  • Polyphonies paysannes Betsileo (2000) 26 min (SFRS) /France 5 ; réalisation : Luc Bongrand. Auteurs : Luc Bongrand avec Victor Randrianary
  • Hiragasy théâtre africain (99). 13 min SFRS /France 5 ; réalisation : Luc Bongrand. Auteurs : Luc Bongrand avec Victor Randrianary
  • Nosy Hira : l’île-chant (98). 26 min SFRS/France 5. Prix au festival art et pédagogie Paris 98- ; réalisation : Luc Bongrand. Auteurs : Luc Bongrand avec Victor Randrianary
  • Solo le décodeur de la brousse (99).11 min Les Films du Village/Canal Plus ; réalisation : Luc Bongrand. Auteurs : Luc Bongrand avec Victor Randrianary
  • Remanindry, de la brousse à la scène (97). 54 min les Films du Village/ FR3, TV5, RFO ; réalisation : Luc Bongrand. Auteurs : Luc Bongrand avec Victor Randrianary
  • Salegy : le rythme de Madagascar, film documentaire de Christophe Champclaux et Marie-Claude Lui Van Sheng, Ciné Horizon, Paris ; RFO Réunion, 2000, 54 min (DVD)
  • Rouge fanfare, film documentaire de Luc Bongrand, Centre de ressources et d'information sur les multimédias pour l'enseignement supérieur, Vanves, 2006, 52 min (DVD)
  • Les Tromba de Zalifat, film documentaire de Raymond Arnaud, L'Harmattan vidéo, Paris, 2007, 45 min (DVD)
  • Rary, entre deux scènes, entre deux mondes, film documentaire de Raymond Arnaud, L'Harmattan vidéo, Paris, 2007, 80 min (DVD)

Articles connexes[modifier | modifier le code]

Liens externes[modifier | modifier le code]

Sur les autres projets Wikimedia :