Musique omanie

Un article de Wikipédia, l'encyclopédie libre.
Aller à : navigation, rechercher

La musique omanie est située à un carrefour culturel entre l'Arabie, l'Afrique de l'Est, la Perse, le Balouchistan et le Portugal... Ce petit pays désertique et montagneux, aux longues côtes, abrite une riche variété de musique ; 130 styles (funun) ont été répertoriés. La rythmique y joue un rôle prépondérant avec des mesures allant jusqu'à 108 battements. La musique jouit en Oman d'une popularité sans égale et toute la population y participe activement. On y retrouve par ailleurs des caractéristiques similaires à celles de la musique yéménite.

Musique savante[modifier | modifier le code]

C'est la musique arabe classique qui fait office de musique savante avec sa théorie des maqâmat. L'oud y est l'instrument de prédilection.

Musique traditionnelle[modifier | modifier le code]

Caractérisée par un ambitus d'à peine quatre notes, et des mélodies simples, la musique folklorique trouve dans la rythmique (simple, boiteuse, complexe, entremêlée ou ornementée) son véritable accomplissement. On peut classer les nombreux styles en chants de marins ou de pêcheurs (midemah et shubani), chants de célébrations (dont celles religieuses : malid, mauled, taumina, shabaniya, tahlula et ahmad al-kabir), chants de Bédouins ('ayyâla) et chants de montagnards. Parmi eux, nombre de chants en swahili à échelles pentatoniques trahissent une origine africaine de même que les genres Liwa, Fann at-Tanbura et zâr qui sont des rites populaires de possessions et d'exorcismes. Une polyrythmie est créée en croisant plusieurs rythmes de tambours et différents rythmes de battements de mains qui s'y superposent.

Par ailleurs, il existe aussi un riche patrimoine de danses martiales musicales (aiyalah, razhah, lewah) où les danseurs jouent un rôle d'instrumentistes en créant des structures rythmiques à l'aide de leur corps.

Le Centre omani pour la musique traditionnelle a été créé en 1984 afin de la préserver.

Instruments de musique[modifier | modifier le code]

Vents :

Oud

Cordes :

Percussions :


Cliquez sur une vignette pour l’agrandir

Musique actuelle[modifier | modifier le code]

L'influence occidentale (classique, rock, ou folk) est prépondérante et l'artiste dominant est Salem Al-Araimi.

Voir aussi[modifier | modifier le code]

Bibliographie[modifier | modifier le code]

  • (ar)(en) Issam El-Mallah (dir.), The complete documents of the International Symposium on the Traditional Music of Oman = al-Wathāʾiq al-kāmilah lil-nadwah al-duwalīyah li-mūsīqá ʻUmān al-taqlīdīyah : October 6-16, 1985, Florian Noetzel, Wilhelmshaven, 1995, 3 vol. (ISBN 3795906881)
  • (ar)(de)(en) Issam El-Mallah, The role of women in Omani musical life, Hans Schneider Verlag, Tutzing, 1997, 84 + 76 p. (ISBN 379520884X)
  • (en) Khalfon Al-Barwani, « Music and dance in Oman », in Smithsonian Folklife Festival (Washington), 2005, p. 76-79
  • (en) Said bin Nasser Al-Khusaibi, The use of traditional music in the development of mass media in Oman, University of Beverly Hills, Californie, 1985, 83 p. (travail académique)
  • (en) Issam El-Mallah, Omani traditional music and the Arab heritage, H. Schneider, Tutzing, 2002, 197 p. + pl. (ISBN 3-7952-0986-2)
  • (en) Ian Kendrick, The bands and orchestras of Oman, Diwan of Royal Court, Ruwi, 1995, 199 p.
  • (en) Yūsuf Shawqī, Dictionary of traditional music in Oman, Florian Noetzel, Wilhelmshaven ; C.F. Peters Corp., New York, N.Y., 1994, 224 p. (ISBN 3-7959-0674-1)
  • (fr) Michel Malherbe et Amaury Rosa de Poullois, « Oman », in Les musiques de l'humanité, Critérion, Paris, 1997, p. 152 (ISBN 2-7413-0115-8)
  • Traditional Arts in Southern Arabia. Music and Society in Sohar, Sultanate of Oman / Dieter Christensen, Salwa El-Shawan Castelo-Branco.- Intercultural Music Studies Vol. 14, 248 p., 118 photos , graphics and musical transcriptions, 2 CDs + 1 DVD.
  • Maho Sebiane, « Dieter Christensen et Salwa El-Shawan Castelo-Branco : Traditional Arts in Southern Arabia. Music and Society in Sohar, Sultanate of Oman » , Chroniques yéménites 17 | 2012]

Liens externes[modifier | modifier le code]

Sur les autres projets Wikimedia :