Musique colombienne

Un article de Wikipédia, l'encyclopédie libre.
Aller à : navigation, rechercher

La musique colombienne est un mélange d'expressions issues du mélange des cultures des colons espagnols, des esclaves africains et des amérindiens jouant un rôle fondamental dans la préservation de la culture populaire. Chaque région a ses propres danses et mers d'une multitude de rythmes : merecumbé, porro, mapalé, currulao, cumbia et valenato sur les côtes ; bambuco, pasillo, vals, bunde, guabina et sanjuanero à l'intérieur du pays ; joropo et galerón dans les plaines. Cet héritage culturel se maintient dans les nombreux festivals de toutes les régions. Les instruments de musique communément utilisés sont les tambours (influence africaine), la harpe et le cuatro (petite guitare à quatre cordes) d'origine européenne.

La Cumbia[modifier | modifier le code]

C'est une musique entraînante pratiquée dans un premier temps sur la côte atlantique colombienne par des esclaves africains vers la fin du XVIIIe siècle. Plusieurs variations ont été développées à travers les années, mais les pas essentiels de cette danse dérivent directement des pas des esclaves dansant avec des chaînes et des boulets (Exemples: El Mundo et El Boga de Sonora Santenera, A Mover la Colita de Sonara Dinamita, Juana la cubana de Fito Olivares).

La Champeta[modifier | modifier le code]

La Champeta est un mélange explosif de Sukus, de Mbaqanga et de Highlife associé aux brûlantes vibrations caraïbéennes (Rap-Ragga-Reggae, Compas haïtien, Soca et Calypso). Elle est née, il y a trente ans, quand quelques marins ramenèrent les premiers disques africains à Carthagène, port de la côte caraïbe colombienne. Les afro-colombiens l'ont fusionné avec les rythmes de leurs tambours et lui ont donné toute la saveur de la musique latine. Depuis, chaque année, une trentaine d'artistes afro-colombiens se disputent le titre de Roi de la Champeta, dans de légendaires duels musicaux parrainés par des Sounds Systems aussi puissants et téméraires que ceux de Jamaïque. Cette musique fait un tabac à Porto Rico, en République dominicaine et dans les autres îles, où elle règne en maître sur les pieds des danseurs les plus exigeants. Pourtant cette musique, qui est l'une des plus inventives de notre époque, est aussi l'une des plus méconnues du public européen.

Le Vallenato[modifier | modifier le code]

Issue de la côte atlantique de la Colombie, cette musique douce et folklorique utilise des accordéons, des « guarachas » et des « cajas » (une sorte de tambour). Cette musique est souvent mélancolique et s'apparente au boléro. (Exemples : Sal y Agua de Los Vallenatos, Como te Voy a Olvidar de Los Angeles Azules, Caballito de Palo de Aniceto Molina, A besitos de Los Diablitos). Alejandro Durán est l'un des plus grand accordéoniste et compositeur de Vallenato. Parmi les autres compositeurs importants de Vallenato on peut citer: Guillermo de Jesús Buitrago Enríquez, Rafael Escalona, Emiliano Zuleta.

La Carranga[modifier | modifier le code]

La carranga est un genre musical issu de l'altiplano Cundiboyacense, la région centrale de la Colombie, plus spécifiquement du département de Boyacá dans les années 70. Elle a été développée principalement par le vétérinaire Jorge Veloza. La carranga est interprétée avec de la guitare, du tiple, du requinto et de la guacharaca. Ses paroles parlent de la vie paysanne, de l'écologie et de la critique social. Depuis que la carranga a été connue dans les principales villes colombiennes plusieurs groupes l'ont interprété, de tel sorte qu'aujourd'hui on trouve des groupes de musique carranga-rock comme Velo de Oza.

Liens externes[modifier | modifier le code]