Musique albanaise

Un article de Wikipédia, l'encyclopédie libre.
Aller à : navigation, rechercher

La musique albanaise est celle pratiquée en Albanie, mais aussi par les nombreuses communautés albanaises vivant en Italie, au Kosovo et en Macédoine.

Elle présente des caractéristiques tout autant archaïques, préservées par le relief et le régime, que métissées, par l'influence ottomane, persane, arabe, grecque ou slave. Elle se présente sous deux formes principales : le chant këngë et la danse valle (souvent en rythme aksak à 5, 7 ou 11 temps). Ces deux formes convergent parfois en këngë valle.

La musique folklorique a été encouragée par le régime communiste pour des raisons de lutte idéologique notamment par la création du festival de Gjirokastër.


Musique traditionnelle[modifier | modifier le code]

La musique traditionnelle est schématiquement divisée en deux aires musicales : au nord (correspondant à la zone de peuplement guègue, la musique est majoritairement monodique, de style plutôt héroïque, tandis que dans le sud (correspondant à la zone de peuplement tosque) la polyphonie domine, dans un style plus lyrique et romantique.

Il existe diverses formes de chants polyphoniques à métrique libre et riche ornementation (vibrato et falsetto) :

  • këngë historike, ou chant historique
  • këngë lejendare, ou chant épique
  • këngë lirike, ou chant lyrique
  • kënge trimash, ou ballade héroïque des partisans
  • vjersh, chanté par les Arbëreshes (Albanais réfugiés en Italie)

Ces polyphonies albanaises varient en fonction des ethnies qui les chantent (Tosques proprement dits, Labs ou Chamène). Elles sont à trois ou quatre voix organisées en « preneur » (marësi ou ia merr), entonnant le chant, « rendeur » (kthyesi ou ya pret), le renvoyant et, « lanceur » (hedhesi) qui l'ornemente. Le bourdon iso enrobe l'ensemble. Elles sont dans une échelle quasi pentatonique du fait d'un système de pentacorde similaire au maqâm.

Elles sont parfois entrecoupées d'improvisations instrumentales polyphoniques et modales kaba (« puissant » en turc). La clarinette y joue un rôle de soliste, et le luth y joue celui de bourdon ; le violon ou l'accordéon les soutiennent alors. Lentes et tristes au début, elles s'acheminent vers un air de danse rapide.

Musique folklorique[modifier | modifier le code]

Il faut y ajouter d'autres styles plus folkloriques :

  • maje krabe ou maje krahi, qui est un cri perçant en forme de signal utilisé par les bergers et les partisans
  • me fyt, qui est une forme de yodel polyphonique
  • vajtim, qui est une lamentation funéraire chantée par les femmes
  • kënge kreshnikë est un chant monodique épique et récitatif de la geste de Kreshnik, par les Guèges, avec des échelles heptatoniques. Il est accompagné de la vièle lahutë.

Instruments de musique[modifier | modifier le code]

Les instruments à vent sont tous joués avec la respiration circulaire.

Kavals

Vents :

Cordes :

Percussions :

Autres musiques[modifier | modifier le code]

La musique classique a fait une timide apparition au XIXe siècle avant de prendre un essor au siècle dernier sous l'impulsion du compositeur Çesk Zadeja.

La musique populaire bosniaque sevdalinka est très en vogue chez les jeunes actuellement.

Bibliographie et liens[modifier | modifier le code]

Christian Poché, Dictionnaire des musiques et danses traditionnelles de la Méditerranée, Fayard, 2005.