Musique israélienne

Un article de Wikipédia, l'encyclopédie libre.

La musique israélienne est à l'image de l'histoire du peuplement en Israël : à un fond liturgique d'origine sémitique ancien s'est greffé une influencé de la musique arabe environnante, mais aussi des musiques traditionnelles venant de toutes parts du monde où la diaspora juive s'était disséminée, notamment en Europe de l'Est. Ainsi, à la musique juive s'est rajoutée la musique hébraïque (composée de la musique séfarade judéo-arabe et de la musique arabo-andalouse ainsi que de la musique ashkénaze ou klezmer).

Histoire[modifier | modifier le code]

Dans les années 1920 , les compositeurs Mordechai Zeira , Emmanuel Amiran et Yedidya Admon , jouent un rôle important dans le façonnement de la nouvelle culture israélienne, en s'inspirant de leurs prédécesseurs de la diaspora. Ils ont puissés dans les mélodies russes, hassidiques et des poèmes liturgiques des synagogues combiné au rythme méditerranéen et orientale.

Le compositeur Joel Engel, qui a émigré de l'URSS en 1924 ( la quatrième Aliyah ), qui a apporter une grande contribution à la musique du pays. Parmi les chansons bien connues qu'il a composées: les chansons pour enfants " Nomi Nomi mon enfant " et " Jurassic " ("Pluie venue du ciel, le son de beaucoup de gouttes d'eau"). Enfin, la jeunesse était marquée par la musique anglo-saxonne.

D'autres compositeurs comme Nahum Nadri avec une influence orientale, David Zahavi qui donne la mélodie de la chanson Eli, Eli de Hannah Szenes ou encore Matityahou Shelem qui écrit pour les festivités du Kibboutz.

Lors de la guerre d'indépendance, des chanteurs apporte leurs soutiens et écrivent des musiques, comme celle Croyez qu'un jour viendra qui deviendra célèbre.

Après l'indépendance, les chants sionistes restent populaires. Mais de nombreux nouveaux chanteurs se partagent la scène musicale : Moshe Wilensky et Sasha Argov , puis Naomi Shemer, Yair Rosenblum, Dubi Zeltzer, Mooney Amarilio, Nachum Heiman, John Zarai, Nurit Hirsch, Uzi Hitman, Yoram Tehrlev , Rachel Shapiro , Nathan Yonatan et Ehud Manor.

Cour de flûte avec des enfants à Neot Mordechai en 1953

Les spectacles de chant public sont également devenus très courants en Israël. Ainsi que les groupes militaires, de jeunes soldats qui influence la musique israélienne jusqu'aux années 1980. À cela, s'ajoute les comédies musicales ainsi que les compétitions de chant qui gagnent en popularité.

Style et influence[modifier | modifier le code]

Musique traditionnelle[modifier | modifier le code]

Danse et musique du kibboutz Dahlia, 1951

Un très fort courant de nationalisme s'est développé autour de chants folkloriques fameux tel Hava Nagila. Plus récemment, dans les années 1980 un courant d'inspiration orientale s'est développé. Le mizrahit muzika incorpore des éléments de musique arabe à des chants en hébreu ou en araméen. Appelé aussi mizika yam tikhonit, il s'inscrit dans la musique méditerranéenne avec des artistes tels Haïm Moshé, Ofer Lévi, Ofra Haza, Zohar Argov, Yair Dalal, Émile Zrihan et Zehava Ben. On trouve également plusieurs exemplaires de ce courant musical dans le documentaire musical D'une seule voix (Xavier de Lauzanne, 2009).

Musique classique[modifier | modifier le code]

Les musiciens juifs sont toujours très actifs aussi bien en Israël qu'en Amérique ou en Europe, et ils comptent parmi les instrumentistes de renom dans le domaine de la musique classique, notamment les violonistes Itzhak Perlman et Shlomo Mintz et les chefs d'orchestre Daniel Barenboim et Eliahu Inbal.

Orchestre israélien

Musique arabe, bédouine et druze[modifier | modifier le code]

Musique bédouine

Musique orientale[modifier | modifier le code]

Bracha Zippora et Shoshana Damari apportent un style yéménite à la musique israélienne dans les années 1930. Jusqu'aux années 1980, la musique orientale reste une musique communautaire, et ne sera popularisé qu'avec Zohar Argov.

Joe Amar et Pilpel Al-Masri jouent de la musique égyptienne, et Avihu Medina connaît également un succès.

La musique grecque est popularisée depuis les années 1970, avec des chanteurs comme Aris San ou Yehuda Poliker, qui combine des airs grecs avec de la musique rock .

Plus récemment le chanteur Eyal Golan, commence sa carrière à la fin des années 1990.

Un autre style musique, de la « musique dépressive » est représenté par le chanteur Ofer Levy.

Pop[modifier | modifier le code]

À partir des années 1970, la pop israélienne est influencée par le Pop américain et britannique. le groupe The Churchills connaît un succès dès la fin des années 60. Et ils sont suivis de Shmulik Krauss, Arik Einstein et Shalom Hanoch.

Rock[modifier | modifier le code]

Le groupe de rock Hadag Nahash

Bezalel Yongreaz est considéré comme pionnier du rock israélien, et Uzi Fox connaît un succès. Apparait par la suite le rock psychédélique. Le groupe Kaveret est l'un des précurseurs à chanter de la musique rock en hébreu. Dans le heavy rock, le groupe Stella Maris, dans le rock alternatif, par exemple Barry Sakharov et plus récemment le groupe Beth Aboubot, joue une musique rock plus mélodique. Un genre rock oriental c'est également développé dans le pays.

Hip-hop et rap[modifier | modifier le code]

l'hip-hop et le rap apparaît à partir du début des années 1990, comme le groupe Subliminal.

Chansons pour enfants[modifier | modifier le code]

Les chansons pour enfants constituent une catégorie importante de chanson en Israël. De nombreuses chansons ont été tirées du yiddish, des mélodies hassidiques, des airs des juifs yéménites, des juifs du pays de l'islam, des airs folkloriques arabes ou bien d'enfants eux mêmes.

De nos jours[modifier | modifier le code]

Dans les années 1990, un courant de world music a suivi avec des groupes tels Habrera Hativit, Bustan Abraham, East-West Ensemble et Arabandi notamment. Ces mouvements regroupent des Juifs venant de divers horizons et nations, et il s'exprime en hébreu moderne dans une musique alliant tout autant des thèmes traditionnels juifs qu'arabes, persans ou indiens... Comme si la musique montrait le chemin d'une paix inespérée en ce lieu.

Par ailleurs, la population jeune est naturellement influencée par le modèle américain présent sous la forme du rock israélien. On retrouve de nombreux groupes de musique actuelle s'exprimant en anglais comme Asaf Avidan, TheAngelcy, ou encore le groupe Buttering Trio mêlant jazz et musique funk dans leur musique pop[1].

La musique électronique est également bien représentée et plus particulièrement un courant underground, spécifique à Israël ; la Trance de Goa ou trance psychédélique, développée en Angleterre, importée d'Inde et plus précisément des plages de Goa au début des années 1990 par de jeunes israéliens ; se démarque actuellement et la popularité des groupes et artistes comme Astral Projection, Vini Vici ou encore Infected Mushroom est aujourd'hui, internationale.

Notes et références[modifier | modifier le code]

  1. (en) « Introducing... Buttering Trio », sur Clash Magazine (consulté le 15 septembre 2020).

Voir aussi[modifier | modifier le code]