Musique israélienne

Un article de Wikipédia, l'encyclopédie libre.
Aller à : navigation, rechercher

La musique israélienne est à l'image de l'histoire du peuplement eN Israël : à un fond liturgique d'origine sémitique ancien s'est greffé une influencé de la musique arabe environnante, mais aussi des musiques traditionnelles venant de toutes parts du monde où la diaspora juive s'était disséminée, notamment en Europe de l'Est. Ainsi, à la musique juive s'est rajoutée la musique hébraïque (composée de la musique séfarade judéo-arabe et de la musique arabo-andalouse ainsi que de la musique ashkénaze ou klezmer).

Il existe aussi au sein d'Israël, une forte communauté arabe qui bénéficie naturellement notamment au sein de la musique palestinienne des apports des pays ou cultures voisins.

Enfin, la jeunesse est très fortement marquée par l'influence des musiques anglo-saxonnes.

Musique traditionnelle[modifier | modifier le code]

Musiicen bédouin.

Un très fort courant de nationalisme s'est développé autour de chants folkloriques fameux tel Hava Nagila. Plus récemment, dans les années 1980 un courant d'inspiration orientale s'est développé. Le mizrahit muzika incorpore des éléments de musique arabe à des chants en hébreu ou en araméen. Appelé aussi mizika yam tikhonit, il s'inscrit dans la musique méditerranéenne avec des artistes tels Haïm Moshé, Ofer Lévi, Ofra Haza, Zohar Argov, Yaïr Dalal, Émile Zrihan et Zehava Ben. On trouve également plusieurs exemplaires de ce courant musical dans le documentaire musical D'une seule voix (Xavier de Lauzanne, 2009).

Musique classique[modifier | modifier le code]

Les musiciens juifs sont toujours très actifs aussi bien en Israël qu'en Amérique ou en Europe, et ils comptent parmi les instrumentistes de renom dans le domaine de la musique classique, notamment les violonistes Itzhak Perlman et Shlomo Mintz et les chefs d'orchestre Daniel Barenboim et Eliahu Inbal.

Musique actuelle[modifier | modifier le code]

Dans les années 1990, un courant de world music a suivi avec des groupes tels Habrera Hativit, Bustan Abraham, East-West Ensemble et Arabandi notamment. Ces mouvements regroupent des Juifs venant de divers horizons et nations, et il s'exprime en hébreu moderne dans une musique alliant tout autant des thèmes traditionnels juifs qu'arabes, persans ou indiens... Comme si la musique montrait le chemin d'une paix inespérée en ce lieu.

Par ailleurs, la population est jeune et naturellement influencée par le modèle américain présent sous la forme du rock israélien, et un courant spécifique, la trance psychédélique formée en Inde par des Israéliens, se démarque actuellement.

Voir aussi[modifier | modifier le code]