Musique ouzbèke

Un article de Wikipédia, l'encyclopédie libre.
Aller à : navigation, rechercher

La musique ouzbèke est la musique du peuple turcophone de l'Ouzbékistan. On y trouve une musique savante héritée de la culture islamique et une musique folklorique issue aussi de la culture turco-mongole des bardes.

Elle a subi la très forte influence russe sous l'ère soviétique, et donc une certaine occidentalisation, dans sa forme "akademic". Par ailleurs, il existe différents foyers (Ferghana, Khija, Boukhara, etc.) aux styles très différents.

Joueur de satô

Musique savante[modifier | modifier le code]

La musique savante et l'art d'interpréter les maqôms sont très proches de la pratique turco-persanne et datent du XVe siècle. Elle a de fortes parentées avec la musique ouïghoure et la musique tadjike, toutes proches.

Le maqôm est variable selon plusieurs écoles régionales qui incluent :

  • à Boukhara, le shash maqôm (Buzruk - Dugôh - Irôq - Navô - Rôst - Segôh),
  • à Ferghana, le tchahôr maqôm (Bayôt - Tchahôrgôh - Dugôh-Husayni - Gulyôr-Shahnôz),
  • à Khorezm, l'altiyarim maqôm contient en plus du shash maqôm : Panjgôh.

Le terme maqôm désigne aussi ici un cycle ou une suite de mouvements (comme dans la musique irakienne ou azérie).


Musique folklorique[modifier | modifier le code]

Les bardes sôzanda ou khalifa accompagnent toujours les banquets (toy) à l'occasion des mariages. Il existe plusieurs types de chants :

  • Le beshkarsak :

C'est un chant rythmique d'hommes accompagné par le frappement des mains et un mouvement des épaules et du buste, destiné autant au travail qu'à la méditation.

Tanetsbachi
  • Le destan (ou dastan) :

C'est une ballade épique accompagnée au dotâr ou au ghaychak, narrant les hauts faits légendaires de héros turcs tel Görogly, (cf. Alpamych).

  • Le kata achoula :

C'est un chant d'appel récitatif en solo ou duo, improvisé sur une mélodie simple et non mesurée, et amplifié par une assiette placée devant la bouche du hâfiz en guise de porte-voix.

  • Le khalqui :

C'est un chant lyrique proche du ghazal.

  • Le munâjât :

C'est un chant soufi traditionnellement exécuté pendant le dhikr, mais depuis le XXe siècle, c'est aussi une forme poulaire de chant d'amour mystique proche du ghazal.

  • Le suvâra :

C'est un chant sacré de Khorezm, dont il existe plusieurs variantes, et qui est destiné à provoquer la transe.

  • Le terma et le yalla :

Le terma est un chant féminin en solo accompagné au doyre lors de mariages ou circoncisions. Le yalla est aussi un chant féminin en solo accompagnant les danses au doyre lors de mariages.

Instruments de musique[modifier | modifier le code]

Vents :

Cordes :

Instruments ouzbeks


Percussions :

Sources et liens[modifier | modifier le code]

  • Jean During, Musiques d'Asie centrale, Actes Sud, 1998.
  • Exposé