Frank Butler

Un article de Wikipédia, l'encyclopédie libre.
Aller à : navigation, rechercher
Page d'aide sur l'homonymie Pour les articles homonymes, voir Frank Butler (scénariste) et Butler.

Frank Butler

Description de cette image, également commentée ci-après

Frank Butler

Informations générales
Naissance
Wichita (Kansas)
Décès (à 56 ans)
Los Angeles (Californie)
Activité principale Batteur
Genre musical Jazz
Instruments Batterie

Frank Butler est un batteur américain, né le à Wichita (Kansas) et décédé le à Los Angeles (Californie).

C'est à Kansas City où est installé sa famille que Frank Butler rencontre le jazz, et à Omaha (Nebraska), pendant sa scolarité, qu'il étudie la batterie. Il fait ses débuts à treize ans, se produisant avec des musiciens de Kansas City. En 1949, il est à San Francisco où il accompagne Billie Holiday puis Dave Brubeck, qui l'engage l'année suivante. Après un long séjour (1951-53) dans les Stardusters d'Edgar Hayes en compagnie de Curtis Counce, il constitue son propre groupe. Après un bref passage chez Duke Ellington (1954), il est engagé par Perez Prado (1955). De retour à Los Angeles, il collabore au groupe de Curtis Counce (1956-58) et, en free-lance, accompagne aussi bien Ben Webster, Big Miller, Jimmy Witherspoon que Helen Humes ou Art Pepper. Il codirige un groupe avec Curtis Amy (1961), forme son propre quintette (1962), travaille brièvement avec Miles Davis (1963) et joue le rôle de second batteur-percussionniste dans le groupe de John Coltrane (1965) avant d'être remplacé par Rashied Ali. Sa carrière connaît une série d'éclipses dues à des défaillances de santé liées à la toxicomanie. Ces problèmes surmontés, il revient épisodiquement à la scène dans les années 70[1].

Grand technicien, Frank Butler ne doit pas sa réputation à sa seule habileté. Son jeu est d'une extrême musicalité : précision de la frappe, contrôle des timbres et de la dynamique, nuance dans les ponctuations, organisation de rythmes composés, sens de la construction… Il sait faire varier l'intensité de son jeu et en modifier imperceptiblement le tempo pour aider des solistes à développer leurs improvisations (Summer Nights, pour le solo de piano de Victor Feldman, 1963). Quant à ses solos – où il combine frappe aux baguettes et frappe à mains nues − ils sont avant tout élaboration et construction de formes. Sans tonitruer, Frank Butler a marqué l'emploi de la batterie dans le jazz moderne[1].

Travaillant surtout comme sideman, sa discographie en tant leader ne compte que deux albums.

Discographie[modifier | modifier le code]

  • The Stepper, 1977
  • Wheelin' and Dealin', 1978

Notes et références[modifier | modifier le code]

  1. a et b Philippe Carles, André Clergeat, Jean-Louis Comolli, Dictionnaire du Jazz, Éditions Robert Laffont, 2002 (ISBN 2-221-07822-5)