Cool jazz

Un article de Wikipédia, l'encyclopédie libre.

Le cool jazz, ou jazz cool, est un style de musique jazz apparu vers la fin des années 1940.

Jazz Cool
Origines stylistiques Jazz, musique baroque, musique modale
Origines culturelles Américaine et afro-américaine
Instruments typiques instruments à vent et section rythmique
Voir aussi Jazz, Birth of the Cool, Miles Davis

Sous-genres

Smooth jazz, West coast

Présentation[modifier | modifier le code]

L'appellation cool jazz' [1],[2]recouvre différents courants Jazz West Coast, Smooth Jazz, des musiques très différentes ont été étiquetées comme du « cool jazz » par les journalistes et critiques (des innovations pianistiques de Lennie Tristano aux improvisations contrapuntiques héritées de la musique baroque du Modern Jazz Quartet en passant par l'inclassable quartet de Dave Brubeck). Le point commun à ces différentes musiques est un style immédiatement reconnaissable, style dépouillé de tout expressionnisme, de lyrisme, de rubato, de staccato, de groove, donc qualifiée de cool en opposition au style hot, et également en rupture avec la virtuosité complexe, la polytonalité, et la polyrythmie du bebop.

Par tradition, on considère que le « cool jazz » est né en 1949, sous la direction de musiciens regroupés par Miles Davis[3] pour élaborer la musique de son nonette[4] composé, entre autres, de Lee Konitz, Gerry Mulligan, Bill Barber (musician) (en), J. J. Johnson, Kai Winding, Mike Zwerin, Al Haig, John Lewis, Nelson Boyd, Al McKibbon, Max Roach, Kenny Clarke sur des arrangements de Gil Evans, Gerry Mulligan, John Carisi, et John Lewis, les titres enregistrés pour 78 tours sont regroupés plus tard sur l'album intitulé « Birth of the cool »)[5]. Cet enregistrement marque une date majeure de l'histoire du Jazz[6],[7].

Les enregistrements de Gerry Mulligan avec son quartet ou son tentet, certains disques en petites formations de Shorty Rogers (« Modern sounds » pour Capitol) sont représentatives de cette esthétique.

La musique du nonette de Miles Davis possède sa généalogie dans les instrumentations et le style de jeu déjà exploités par le big-band de Claude Thornhill[8] (absence de vibrato, son feutré, phrasé peu accentué, improvisation contrapuntique...). On peut même considérer que des éléments de cette approche « cool » du jazz étaient préfigurés chez des musiciens "impressionnistes" des années 1920 comme Bix Beiderbecke et Frankie Trumbauer, ou des jazzmen des années 1930 comme Lester Young[9].

Le « cool jazz » est souvent associé au mouvement « jazz West Coast »[10],[11], jazz joué, dans les années 1950, par les musiciens — la plupart du temps blancs — comme Lee Konitz[12] Dave Brubeck, Shorty Rogers, Shelly Manne, Jimmy Giuffre , Stan Getz, Bill Evans[13],[14], etc., qui exerçaient alors en Californie[15] et travaillaient, entre autres, pour les studios cinématographiques[16],[17].

Les écrivains beatniks, en particulier Jack Kerouac, ont été des chanteurs de ce style de jazz[18].

Le cool Jazz nourrit désormais également l'inspiration de compositeurs tels que Nujabes[19],[20], et trouve un public dans le hip-hop expérimental, ou une forme de hip-hop répétitif[21].

Bibliographie (sélection)[modifier | modifier le code]

Française[modifier | modifier le code]

Anglophone[modifier | modifier le code]

  • (en-US) Ted Gioia, The Birth (and Death) of the Cool, Fulcrum Publishing, , 256 p. (ISBN 978-1-933108-31-5),
  • (en-US) Kathleen Cornell Berman,, Birth of the Cool : How Jazz Great Miles Davis Found His Sound, Page Street Kids, , 40 p. (ISBN 978-1-62414-690-9)

Notes et références[modifier | modifier le code]

  1. (en) « Cool jazz | music », sur Encyclopedia Britannica (consulté le )
  2. « DownBeat Home », sur downbeat.com (consulté le )
  3. (en) « Miles Davis | Biography, Albums, & Facts », sur Encyclopedia Britannica (consulté le )
  4. (en-US) Richard Havers, « reDiscover Miles Davis’ Seminal Birth Of The Cool | uDiscover », sur uDiscover Music, (consulté le )
  5. (en-US) « Cool Jazz », sur New Directions In Music, (consulté le )
  6. (en-GB) John Fordham, « 50 great moments in jazz: Birth of the Cool », The Guardian,‎ (ISSN 0261-3077, lire en ligne, consulté le )
  7. (en-US) Glenn Whipp, « Review: 'Miles Davis: Birth of the Cool' sees jazz legend with empathy and honesty », sur Los Angeles Times, (consulté le )
  8. (en) « Jazz - Cool jazz enters the scene », sur Encyclopedia Britannica (consulté le )
  9. (en) Len Weinstock, « The Birth of the Cool 1927 », sur redhotjazz.com (consulté le )
  10. (en) « West Coast Cool: The Jazz Sound Of '50s California », sur NPR.org (consulté le )
  11. Encyclopædia Universalis, « COOL, jazz », sur Encyclopædia Universalis (consulté le )
  12. (en-US) Marc Myers, « Jazz's King of Cool », Wall Street Journal,‎ (ISSN 0099-9660, lire en ligne, consulté le )
  13. (en) Alexander Hunter, « Explainer: the history of jazz », sur The Conversation (consulté le )
  14. « Groupe cool jazz - musiciens jazz cool - orchestre jazz cool - Jazz Around Midnight », sur www.jazz-around-midnight.com (consulté le )
  15. (en-US) Sean J. O'Connell, « Five Historic L.A. Jazz Spots », sur LA Weekly, (consulté le )
  16. (en-US) Basic Books next year, « The West Coast Jazz Revival », sur City Journal, (consulté le )
  17. « Eduthèque - Birth of the Cool de Miles Davis », sur edutheque.philharmoniedeparis.fr (consulté le )
  18. « Jack Kerouac et le Jazz », sur Electrophone (consulté le )
  19. Ben, « Hirateuchi : Nujabes, un bon trip japonais ! », sur La Fessée Musicale, (consulté le )
  20. « Nujabes - Retour sur un DJ d'exception », sur Dynam'Hit Webradio & Magazine, (consulté le )
  21. (en-GB) John Lewis, « The new cool: how Kamasi, Kendrick and co gave jazz a new groove », The Guardian,‎ (ISSN 0261-3077, lire en ligne, consulté le )

Voir aussi[modifier | modifier le code]

Articles connexes[modifier | modifier le code]

Liens externes[modifier | modifier le code]