Musique péruvienne

Un article de Wikipédia, l'encyclopédie libre.

Le développement de la musique péruvienne va de pair avec l'histoire de la culture au Pérou, à la fois sur la côte, la région andine et dans la jungle amazonienne de ce pays.

Cette musique est le produit d'une histoire qui remonte à près de 5 000 ans, bien avant l'empire des Incas[1]. Retrouver des traces de cette musique (pré-)incaïque est évidemment très difficile du fait qu’il n’existe que de très rares traces écrites (à l’exception des reprises dans des compositions ultérieures faites par les Espagnols au XVIe siècle[2]). Dans des cultures telles que Mochica, Chimú et Paracas sur la côte, il y a des indications primitives de pratiques musicales avec des instruments archaïques qu'ils utilisaient pour célébrer et adorer leurs dieux, toujours accompagnés de danse[3]. Les musiciens de la civilisation Nazca jouissaient d'une réputation[4]. Cette affirmation est soutenue par d'importants musicologues étrangers et péruviens tels que Charles Mead (1924)[5], Raoul et Marguerite d'harcourt (1925)[6],[7], Carlos Vega (1932)[8], Mariano Béjar Pacheco (1935)[9], André Sas Orchassal (1938-1939), Robert Stevenson (1959), Alberto Rossel Castro (1960), César Bolaños (1980-1988), Américo Valencia Chacón (1982), Miguel Oblitas Bustamante (1984-2009), Arturo Ruiz del Pozo (1992), Giuseppe Orefici (1999), Anna Gruczinska (2001), Milano Trejo et Carlos Mansilla (2006).

D'autres instruments de musique trouvés dans les tombes des Nazcas - en céramique - sont les quenas , les trompettes , les grosses caisses et les tambours. Dans le cas des tambours Nazca , la tête était placée en bas et pour la faire sonner, elle était tournée sur le côté. Tous ces instruments de musique sont très artistiquement décorés, avec des scènes ou des dessins mythiques, et des animaux stylisés, tous avec des caractéristiques polychromes. Souvent, les instruments avaient aussi des formes anthropomorphes, comme des têtes de personnes, ou aussi d'animaux.

Miguel Oblitas Bustamante important musicologue, compositeur et chef d'orchestre a interprété plusieurs de ses œuvres avec les différentes gammes de l'ancienne Nasca, comme la symphonie Las Pampas de Nasca , Dance Nasca , entre autres.

Les cérémonies en l'honneur d'une divinité ou les cultes agraires sont l'occasion de jouer de la musique ou d’exécuter des danses. Le calendrier de l'empire inca possède de nombreuses fêtes rituelles en rapport avec l'agriculture où qui marquent les solstices[10]. La cérémonie dédiée au dieu du soleil Inti se déroulait dans la cité sacrée de Cuzco pour célébrer l'union éternelle du soleil avec les hommes qui permettait de renforcer également l'unité de l'empire et des peuples soumis[11].

Les instruments de musique les plus anciens découverts au Pérou ont été trouvés dans la cité de Caral, des instruments à vent faits avec des os de pélicans. Les tambours sont généralement faits de peau de camélidés mais il y en avait certains faits avec de la peau humaine des ennemis vaincus ou des chefs rebelles. On trouve de nombreuses représentations de caja sur les poteries péruviennes[12]. Des trompettes en or, en argent et en cuivre ont également été documentées, ainsi que des instruments fabriqués à partir d'os de cerfs ou de chiens andins[13]. Le cajón est devenu progressivement l’instrument des musiciens noirs du pays, à qui le colon blanc interdisait l’usage du tambour[14]. Plus tard, avec l'arrivée des conquérants européens et le flux des populations africaines et asiatiques, le métissage culturel a créé un vaste paysage musical au Pérou.

Les Andes sont une barrière naturelle qui a permis le développement de danses régionales, dans certaines régions elles sont si nombreuses que chaque village à la sienne, c'est le cas de Cuzco ou Puno.

La caractéristique principale de la musique péruvienne tout comme l’exécution des chorégraphies sont issues du métissage culturel[15]. Un vaste paysage musical s'est créé et subsiste dans tout le Pérou[1]. La plupart des musiques indigènes ont été métissées avec des instruments et des rythmes espagnols ou africains. C'est donc dans les régions des Andes ou d'Amazonie que se perpétuent les mélodies des peuples originaires les plus pures. Elles sont élaborées selon une gamme pentatonique, sans harmonisation ni modulation[16]. Les traits les plus caractéristiques du pentatonique péruvien sont: la courbe descendante des mélodies; la fréquence de l'échelle sol-mi-ré-la-do, caractérisée par l'intervalle de tierce mineure (la-do), qui termine les mélodies de ce mode; les grands sauts d'intervalles au cours du développement[17].

La musique créole, également canción Criolla est un genre varié de musique typique péruvienne de la côte péruvienne qui a des influences et des mélanges musicaux et rythmiques des colonisateurs espagnols, des indigènes iu Pérou et des esclaves africains. Le nom est basé sur le terme criolla et reflète la musique de la côte péruvienne. La Música Criolla apparaît comme un élément intégrateur de la société péruvienne. Elle a été influencée par les menuets français, la valse viennoise, la mazurka polonaise, la jota espagnole et les expressions métisses de la côte centrale[1].

D'autre part, la musique académique ou savante commence également à introduire des éléments populaires, en particulier les andins, initiant une tendance qui a été appelée "indigenista". D'autres courants étaient les diverses écoles romantiques-nationalistes de Cusco, Arequipa, Puno, Lima et le Nord.

Le cajón donne à la musique afro-péruvienne cette sonorité, à la fois grave et puissante. Cet instrument de musique se présente comme une caisse rectangulaire creuse avec un orifice circulaire sur une de ses faces. Le joueur de cajón s'assied dessus et commence à le frapper de façon à obtenir une percussion rapide et rythmée. Il fut introduit dans le flamenco par Paco de Lucía, qui lui-même l'avait reçu de Caitro Soto, musicien de Chabuca Granda. Ne pas confondre avec la caja, grand tambour à main circulaire de faible épaisseur d'origine indigène qui tend à disparaitre.

Parmi les figures historiques du genre, citons Nicomedes Santa Cruz, les musiciens du célèbre groupe Perú Negro, les chanteuses Eva Ayllón, ou encore Susana Baca[1] qui est devenue un symbole des droits des peuples vulnérables en menant au cours de sa carrière musicale des recherches sur les racines afro-péruviennes dans la musique du Pérou[18]. Avec l'aide de son mari, le sociologue Ricardo Pereira, elle lance aussi la construction d'un centre pédagogique de musique inclusive appelée Negrocontinuo, où les enfants et les adolescents peuvent se former aux sonorités musicales péruviennes[18].

La danse nationale est la Marinera, son ancêtre la Zamacueca, la valse péruvienne, dérivée de la valse européenne et le Lando font également partie des danses de la côte.

La montagne péruvienne[modifier | modifier le code]

La musique andine tire ses origines de la musique des peuples de langue quechua, aymara et d'autres peuples de la Cordillère des Andes. Ce terme est souvent utilisé comme synonyme du style musical typique de l'Altiplano des Andes centrales et des régions limitrophes. La richesse de la musique andine dans ce pays est liée au sacré et au lien de ces éléments avec les Andes. Elle agit comme un lien entre l'homme et le cosmos. Les chants de circonstance ou de participation à un rituel, chants d'amour (harawi), d'adieu (cacharpari), de joie (haylli) ou de mélancolie se sont transmis oralement de génération en génération[1].

Le principal genre musical de la montagne du Pérou est le Huayno[19], mais on y trouve également :

Il faut faire remarquer le travail d'extrême finesse de la plupart des costumes folkloriques de cette zone, prouvant la maîtrise de l'art textile dans certaines régions[20].

Amazonie péruvienne[modifier | modifier le code]

Les danses de l'Amazonie sont les suivantes :

  • le Bombobaile ;
  • la Pandilla ;
  • le Sitaracuy ;
  • le Changanacuy[21] ;
  • créole de l'Amazonie péruvienne : La Contamanina, Santa Clotilde, Amanecer Loretano, Guapo Marino ;
  • La cumbia de l'Amazonie péruvienne est un sous-genre populaire de la cumbia péruvienne créée dans les années 1960 en Amazonie péruvienne, prenant en compte des danses typiques de l'Amazonie avec des rythmes afro-latins et du rock psychédélique : Los Ilusionistas[22], Juaneco y su Combo - Mujer hilandera, Vacilando con Ayahuasca, Ya se ha muerto mi abuelo, etc[23],[24].

Musique classique[modifier | modifier le code]

La musique classique a connu un développement important au Pérou pendant la période de la vice-royauté (Renaissance, baroque) avec une nette influence espagnole et italienne.

Hanacpachap cussicuinin (orthographe moderne : Hanaq pachap kusikuynin ) est un hymne anonyme à la Vierge Marie en langue quechua mais dans un style de musique sacrée largement européen. Composé probablement avant 1622 par le frère franciscain Juan Pérez Bocanegra qui l'a publié en 1631, ce qui en fait la première œuvre de polyphonie vocale imprimée dans le Nouveau Monde. Étant donné que Juan Perez de Bocanegra était l'éditeur du Rituel, de nombreuses sources le citent comme le compositeur de cette œuvre, bien que sa paternité reste incertaine[25].

Après la guerre avec le Chili et plus à partir du XXe siècle, le courant nationaliste - appelé indigenismo - a été encouragé par la richesse des motifs mélodiques de la musique de la côte et des Andes (laquelle a contribué à de nombreuses compositions inspirées par le système de pentaphonie tonale immémorial), qui a été omniprésente dans les œuvres de nombreux compositeurs[26].

Musiques actuelles[modifier | modifier le code]

Actuellement au Pérou, grâce à la revalorisation de la culture, les danses péruviennes, se sont encore plus répandues, y compris la fusion entre de nombreux genres musicaux.

Parmi les groupes et musiciens péruviens contemporains les plus en vue en 2020 se trouvent Juan Diego Florez qui est considéré comme l'un des meilleurs ténors du monde et avec tellement de récompenses qu'ils devraient être catalogués dans un article séparé ; Lucho Quequezana, compositeur de musique traditionnelle péruvienne avec la capacité de jouer de 25 instruments et reconnu par le prix national de la culture 2014 en plus d'accréditer divers prix canadiens; Susana Baca, est un symbole vivant des droits des peuples vulnérables dont la musique reste toujours d'actualité, lauréate des Latin Grammy Awards en 2002 et 2011[27]; Laguna Pai, groupe de Reggae[28], lauréat du prix "Meilleur groupe de reggae aux Hollywood music in media awards 2013, et participants aux festivals Rototom 2018 et Miami Reggae 2014 ; et Dengue Dengue Dengue, un groupe électronique expérimental qui, après quelques années, s'est fait remarquer en Amérique latine en 2016, il a émigré en Europe et a rejoint le prestigieux label portugais "enchufada".

Dans les années 1960, non seulement la musique cubaine est entrée au Pérou (avec La Sonora Matancera, Celina et Reutilio, et plus tard le Dúo Los Compadres), mais aussi la cumbia de Colombie, qui connaîtra un succès croissant dans le monde[19].

Il y a la cumbia péruvienne apparue à la fin des années 1960 (Los destellos, los Mirlos), qui donna lieu à la création de la chicha, le rock péruvien (Los Saicos, Mar de Copas, Fragil, Miki Gonzalez, Los Chabelos)[29], mais également du hip-hop (Pedro Mo), de la salsa et du reggaeton. Les principaux musiciens et chanteurs de chicha sont les enfants de migrants andins qui ont grandi à Lima, qui ont appris la tradition musicale andine grâce à l'influence directe de leurs parents. Leur langue est l'espagnol, les groupes sont masculins[19].

Parmi les artistes les plus populaires actuellement, il y a le groupe de cumbia/chicha Grupo 5, et le chanteur de rock péruvien Pedro Suárez-Vértiz.

De jeunes artistes n’hésitent pas à fusionner les sons traditionnels de la musique andine avec des styles tels que le rock, la trap et le hip hop, tout en continuant de chanter en quechua[30]. Renata Flores et Luis Dallamont (qui a signé un contrat avec la multinationale Warner Chappel Music) font notamment partie de ces musiciens les plus représentatifs de cette nouvelle génération. Inspirée par le groupe « Uchpa »[18].

L'expérimentation sonore, avec des résonances cosmiques et rituelles, font partie de la scène expérimentale underground de la capitale. Hamann est l’un des représentants de cette scène[31].

Bibliographie[modifier | modifier le code]

  • Rivera Andía, Juan Javier - Dávila Franke, Adriana: Músicos en los Andes. Testimonios y textos escritos de dos músicos del valle de Chancay (sierra de Lima). Lima, Pontificia Universidad Católica del Perú, 2005.
  • Aretz, Isabel: Música prehispánica de las altas culturas andinas. Editorial: Lumen Argentina, 2003. 208 p. (ISBN 978-987-00-0284-0)
  • Romero, Raúl R. (1993). Música, Danzas y Máscaras en los Andes. Lima: Proyecto de Preservación de la Música Tradicional Andina / Instituto Riva-Agüero PUCP
  • (es) Sótano Beat, Días felices. Contracultura, 2012.
  • (es) Carls Torres Rotondo, Demoler, un viaje personal por la primera escena del rock en el Perú 1957-1975. Revuelta editores, 2009.
  • (es) Guerrero, Juan Carlos : Detrás de la Escena, una experiencia personal con el rock peruano ; Lima-Perú, (Ensayo periodístico que abarca los años 80's, 90's y 2000).
  • (es) Cornejo, Pedro : Alta Tensión: Los cortocircuitos del rock peruano ; Ed. Emedece ediciones. 1re edition, .
  • (es) Alayo Orbegozo, Fernando: Tercer Parlante
  • (es) Magazines Teleguía 1985-1992, Telecolor, RTV
  • (es) El Punk en el Perú (ensayo) - Victor E.
  • (es) Los chicos post 2000 (ensayo) - Victor E.
  • (es) Daniel F: Los Sumergidos Pasos del Amor: El Escenario de las Ocasiones Perdidas Cajamarca-Perú, rumytiana cajamarca

Notes et références[modifier | modifier le code]

  1. a b c d et e « Consulado General del Perú en Rio de Janeiro - Música y Danza », sur www.consuladoperurio.com.br (consulté le )
  2. Éditions Larousse, « Pérou - LAROUSSE », sur www.larousse.fr (consulté le )
  3. « Historia de la Música Peruana », sur calameo.com (consulté le )
  4. « Musique et danses au Pérou », sur Terres Magiques, (consulté le )
  5. « The Musical Instruments of the Incas », sur www.goodreads.com (consulté le )
  6. « Raoul d'Harcourt », Journal de la société des américanistes, vol. 58, no 1,‎ , p. 259–263 (lire en ligne, consulté le )
  7. « Raoul d' Harcourt (1879-1971) », sur data.bnf.fr (consulté le )
  8. Isabel Aretz, « Carlos Vega, 1898-1966 », Ethnomusicology, vol. 10, no 3,‎ , p. 318–321 (ISSN 0014-1836, lire en ligne, consulté le )
  9. Omar Carrazco, « Música académica en el Perú: Mariano Béjar Pacheco », sur Música académica en el Perú, (consulté le )
  10. « L'inti Raymi, la fête du soleil inca à Cusco au Pérou - Pachamama Vgs », sur Pachamama Voyages, (consulté le )
  11. Éditions Larousse, « Empire inca - LAROUSSE », sur www.larousse.fr (consulté le )
  12. Michel Plisson, « Un genre musical du Nord-Ouest argentin : la baguala », Journal de la société des américanistes, no 73,‎ , p. 219-242 (lire en ligne, consulté le )
  13. « La Musica del Peru », sur viajes.machupicchu.org (consulté le )
  14. « Musique : sur les traces du Pérou noir – Jeune Afrique », sur JeuneAfrique.com, (consulté le )
  15. Last Night in Orient- LNO ©, « Les danses péruviennes dans le contexte du métissage culturel », sur Last Night in Orient (consulté le )
  16. « intro_folk », sur daniel.duguay.free.fr (consulté le )
  17. Éditions Larousse, « musique des Incas - LAROUSSE », sur www.larousse.fr (consulté le )
  18. a b et c « L'éveil afro-péruvien à travers la mémoire », sur Equal Times (consulté le )
  19. a b et c (es) Claude Ferrier, « 2. El huayno y sus transformaciones urbanas en el siglo xx », dans El Huayno con Arpa : Estilos globales en la nueva música popular andina, Institut français d’études andines, coll. « Travaux de l'IFEA », (ISBN 978-2-8218-4433-9, lire en ligne), p. 21–45
  20. Last Night in Orient- LNO ©, « Musique péruvienne », sur Last Night in Orient (consulté le )
  21. « El changanacuy | Danzas » (consulté le )
  22. Last Night in Orient- LNO ©, « La colegiala est une chicha péruvienne de Los Ilusionistas qui permit aux ventes de Nescafé d'augmenter de 60% », sur Last Night in Orient (consulté le )
  23. Last Night in Orient- LNO ©, « Juaneco y Su Combo - Parranda Selvática - "Cumbias Pegaditas" », sur Last Night in Orient (consulté le )
  24. (en) « Juaneco y Su Combo | Biography & History », sur AllMusic (consulté le )
  25. « Hanacpachap cussicuinin (Anonymous) — ChoralWiki », sur www.cpdl.org (consulté le )
  26. « Presentan libro sobre historia de la música en el Perú », sur www2.congreso.gob.pe (consulté le )
  27. « L'éveil afro-péruvien à travers la mémoire », sur Equal Times (consulté le )
  28. Last Night in Orient- LNO ©, « Laguna Pai - Falsos Maestros », sur Last Night in Orient (consulté le )
  29. (es) « Top mejores bandas de Rock Peruano (PARTE 1) », sur www.oxigeno.com.pe (consulté le )
  30. « La musique des Andes, nouvelle génération ! », sur lepetitjournal.com (consulté le )
  31. « La scène underground péruvienne vue par Luis Alvarado du label Buh Records - Indie Guides Magazine », sur Indie Guides Magazine - cultures alternatives, musique underground et villes, (consulté le )

Liens externes[modifier | modifier le code]