Missile moyenne portée

Un article de Wikipédia, l'encyclopédie libre.
Aller à : navigation, rechercher
MMP
Image illustrative de l'article Missile moyenne portée
Exposition des missiles MLP et MMP au Salon de Bourget de 2011.
Présentation
Type de missile Missile antichar
Constructeur MBDA
Déploiement 2017
Caractéristiques
Moteur Moteur-fusée à propergol solide
Masse au lancement 11 kg
Longueur 1,3 m
Diamètre 140 mm
Vitesse 160 m/s
Portée 4 000 m
Charge utile charge creuse en tandem
Guidage Capteur optique infrarouge et TV
Plateforme de lancement soldats ou véhicules terrestres
Pays utilisateurs
France


Le missile moyenne portée (MMP) est un missile antichar en cours de développement par MBDA France. Il devrait remplacer le Milan dans l'armée de terre française à partir de 2017.

Historique[modifier | modifier le code]

En 2009, l'armée de terre française cherche à remplacer ses missiles Milan. Déçue par la nouvelle version proposée par MBDA (Milan ER)[réf. nécessaire], elle acquiert un nombre limité de missiles américains Javelin. MBDA a réagi en décidant de développer sur fonds propres un nouveau missile bâti sur les spécifications de l'armée de terre – la trame missiles/roquettes – : le missile moyenne portée.

Parallèlement, le missile longue portée (MLP) est envisagé. Il devrait remplacer, à compter de 2021, les missiles Hellfire sur le Tigre.

En 2011, les programmes MMP et ANL font l'objet d'un contrat de levée de risques avec la direction générale de l'Armement (DGA), mais les lancements sont décalés en raison de l'alternance politique. Le , la DGA notifie à la société MBDA France le contrat de développement et production du missile[1],[2],[3],[4],[5].

Le , la DGA réalise avec succès le premier tir d'essai du MMP, le missile détruisant une cible mobile distante de plus de quatre kilomètres sur le site de la DGA Techniques terrestres de Bourges[6].

Il est prévu les premières livraisons à l'armée de terre française en 2017.

Description[modifier | modifier le code]

Exposition des autodirecteurs des missiles FASGW(H)/ANL et MMT, fabriqués par Sagem Défense Sécurité.

Le système de guidage et de mesures inertielles est fabriqué par Sagem Défense Sécurité, il associe un capteur infrarouge non refroidi et une caméra TV. Une liaison à fibre optique (Nexans) permet de rapatrier les images vers le lanceur, et de contrôler le missile.

Le pilotage est permis par quatre gouvernes déployables, et le missile utilise un système d'éjection permettant la mise en sécurité du tireur en cas de tir en espace confiné. Le propulseur (Roxel) est déclenché plus tard (lancement froid) et emporte le missile à une vitesse de croisière de 160 m/s. Deux modes sont prévus : une trajectoire directe et une autre « en chandelle », afin de frapper un char de combat sur son point vulnérable : la tourelle. Sa charge militaire est une charge creuse en tandem polyvalente, capable de traiter des cibles variées [7].

Il permet ainsi des progrès notables par rapport au Milan, qui n'a pas de mode « tire et oublie » et qui ne permet pas le tir en espace confiné[3].

Emplois potentiels[modifier | modifier le code]

Outre son utilisation en remplacement de l'actuel missile Milan, le MMP pourrait être intégré sur la tourelle du Multi Purpose Combat Vehicle (MPCV), capable d'emporter 2 ou 4 munitions[7], ainsi la tourelle T40 de l'Engin blindé de reconnaissance et de combat Jaguar emporte deux missiles MMP sous blindage, dans un lanceur rétractable, avec deux autres munitions disponibles en soute[8].

Utilisateurs[modifier | modifier le code]

Fixé dans un premier temps à 3 000 missiles, les commandes par la DGA sont réduites par la loi de programmation militaire de 2013. Le contrat initial prévoit une cible de 400 postes de tir et 2 850 missiles. Durant la période 2014-2019, 175 postes de tir et 450 missiles devraient être livrés[5], les premières livraisons auront lieu en 2017 pour 50 postes de tir et 150 missiles.

MBDA vise 9 000 commandes à l'export pour assurer la rentabilité du programme[3].

Notes et références[modifier | modifier le code]

  1. « Audition, ouverte à la presse, de M. Antoine Bouvier, président de MBDA, sur le projet de loi de programmation militaire, Commission de la défense nationale et des forces armées de l’Assemblée nationale française, mercredi 18 septembre 2013, séance de 16 heures 30 », sur www.assemblee-nationale.fr
  2. Michel Cabirol, « Défense : le missile tactique de MBDA est enfin sur orbite », sur www.latribune.fr,
  3. a, b et c Guillaume Steuer, « La succession du Milan est en marche », Air et Cosmos, no 2366,‎
  4. François Julian, « La DGA lance le développement du Missile Moyenne Portée », sur www.air-cosmos.com,
  5. a et b « La DGA notifie le programme du missile moyenne portée (MMP) », sur www.defense.gouv.fr,
  6. Laurent Lagneau, « La DGA a procédé avec succès à son premier tir du Missile Moyenne Portée », Zone militaire (Opex360.com), (consulté le 30 avril 2016)
  7. a et b Laurent Lagneau, « MBDA met en avant la modularité du Missile Moyenne Portée », sur www.opex360.com,
  8. Jean-Marc Tanguy, « Le Jaguar n'a que 2 MMP : la faute à la... SNCF », sur http://lemamouth.blogspot.fr/, (consulté le 29 avril 2016).

Annexes[modifier | modifier le code]

Articles connexes[modifier | modifier le code]

Liens externes[modifier | modifier le code]