AKERON MP

Un article de Wikipédia, l'encyclopédie libre.
(Redirigé depuis Missile moyenne portée)

AKERON MP
AKERON MP
Exposition d'un missile AKERON MP au Salon aéronautique de Dubaï de 2021.
Présentation
Type de missile Missile antichar
Constructeur MBDA
Déploiement 2017
Caractéristiques
Moteurs Moteur-fusée à propergol solide
Masse au lancement 11 kg
Longueur 1,3 m
Diamètre 140 mm
Vitesse 160 m/s
Portée 4 000 m
Charge utile charge creuse en tandem
Guidage Capteur optique infrarouge et TV
Plateforme de lancement soldats ou véhicules terrestres
Pays utilisateurs
France

L'AKERON MP (Moyenne Portée), anciennement appelé Missile Moyenne Portée (MMP) est un missile antichar développé par MBDA pour remplacer le Milan dans l'armée de terre française à partir de 2017.

Historique[modifier | modifier le code]

Exposition des missiles MLP et MMP au Salon de Bourget de 2011.

En 2009, l'Armée de terre française cherche à remplacer ses missiles Milan. En effet, le retour d'expérience d'Afghanistan a conduit l'état-major à faire évoluer le besoin opérationnel. La nécessité d'avoir des missiles de type « tire et oublie » capables d'être tirés à partir de milieux confinés (maisons, terrains accidentés) conduit, au détriment du projet Milan ER de MBDA, à l'achat en urgence opérationnelle de missiles[1] Javelin. Pour répondre à cette nouvelle exigence, MBDA décide de développer une toute nouvelle gamme de missiles, dont un premier membre, le MMP (pour Missile Moyenne Portée), sera lancé sur fonds propres[2]. Une première proposition non sollicitée est transmise à la DGA en .

Parallèlement, une version longue portée est envisagée. Elle devrait remplacer, à compter de 2021, les missiles Hellfire sur le Tigre.

Le , les programmes MMP et ANL font l'objet d'un contrat de levée de risques avec la direction générale de l'Armement (DGA)[3], mais les lancements sont décalés en raison de l'alternance politique. Quelques mois plus tard, le projet de loi de financement du Budget de la Défense énumère les caractéristiques attendues par la DGA : « Le système de combat Missile moyenne portée (MMP) est destiné à équiper les unités de combat au contact et les forces spéciales d’une capacité d’agression polyvalente et précise. Pouvant agir seules, à pied et sans appui immédiat, dans des environnements caractérisés par leur complexité (actions jour-nuit, imbrication et multiplicité des acteurs…) et leur variété (zone urbaine, montagne…), ces unités font face à une forte diversité des menaces. Le MMP doit pouvoir détruire des cibles terrestres, fixes ou mobiles dont des chars de dernière génération, des véhicules légers, mais également neutraliser du personnel débarqué ou abrité dans des postes de défense bâtis ou de circonstance. Il garantira la sauvegarde du tireur dans des phases d’engagement grâce à sa simplicité de mise en œuvre ainsi qu’à ses capacités « tire et oublie » et de tir en espace confiné. »[4]

Le , le général Bertrand Ract-Madoux, alors chef d’état-major de l’armée de terre, est auditionné par la Commission de la défense nationale et des forces armées au sujet du projet de loi de finances pour 2014. Devant la commission, il relève que « l’acquisition de cet armement, qui constituera un élément majeur de nos unités de combat d’infanterie et de cavalerie, permettra de remplacer trois armements par deux. Ce programme contribue donc à l’effort général d’économie sur les moyens et de rationalisation de l’armée de terre. »[5]

Le , la DGA notifie à la société MBDA France le contrat de développement et production du missile[6],[7],[8],[9],[10],[11]. Quelques jours plus tard, le , la Loi de programmation militaire 2014-2019 confirme que le missile antichar Milan sera remplacé à partir de 2017 par le missile moyenne portée (MMP)[12].

Le , la DGA réalise avec succès le premier tir d'essai du MMP, le missile détruisant une cible fixe distante de plus de quatre kilomètres sur le site de la DGA Techniques terrestres de Bourges[13]. Le , on annonce deux tirs réussis sur des cibles à cinq km[14].

Au total, une vingtaine de tirs de développement et de qualification et de nombreux essais au sol ont permis de valider l’ensemble des performances requises par les forces armées françaises. Un dernier tir réalisé le ouvre la voie à la qualification du missile.

L'armée française a reçu ses 20 premiers postes de tir et ses 50 premiers missiles entre le 15 et le . Le système d’arme remplacera progressivement les missiles Milan, ainsi que le VAB Mephisto et en partie l’Eryx. Il équipera les unités d’infanterie et de cavalerie de l’armée de Terre dont les EBRC Jaguar, ainsi que les forces spéciales des trois armées. Les premiers matériels livrés avec leurs moyens de simulation servent à la formation des futurs utilisateurs.

En 2018, du au , la DGA, la Section Technique de l'Armée de Terre (STAT) et MBDA ont organisé une campagne de test afin d’évaluer les performances du MMP en environnement chaud. Neuf tirs au cours de scénarios opérationnels ont été effectués et tous les missiles ont atteint leur cible. La force maritime des fusiliers marins et commandos en a profité pour conduire, avec succès, deux tirs depuis l’embarcation commando à usage multiple embarquable (ÉCUME)[15].

L’armée de terre a déployé le MMP en opérations à partir de décembre 2018 lors d’une opération menée par le Groupement tactique Désert [GT-D] « Picardie », constitué autour du 1er Régiment d’Infanterie au Sahel, dans la zone dite des trois frontières, car située aux confins du Mali, du Niger et du Burkina Faso. Le premier tir opérationnel est effectué au printemps 2019 par la Task Force Hydra[16].

Début 2019, en Suède, la DGA et la STAT ont organisé une campagne dite « Temps Froid » afin d’évaluer les performances du MMP dans un environnement aux températures comprises entre −15 °C et −30 °C. Trois tirs ont été effectués avec succès[17].

Au début du mois de juin 2022, MDBA renomme le MMP en AKERON, une famille de missiles antichars qui comprend l'AKERON MP (Moyenne Portée) et l'AKERON LP (Longue Portée).

Concepts, défis techniques...[modifier | modifier le code]

Lors de son lancement commercial, pour marquer le saut technico-opérationnel réalisé par le MMP, MBDA a présenté celui-ci comme étant le premier missile de combat terrestre de 5e génération[18].

Caractéristiques des différentes générations de missiles

Pour cela, il a fallu résoudre un grand nombre de défis techniques :

  • le pilotage/navigation et la propulsion permettant des trajectoires basses ou hautes pour des portées allant de moins de 200 m à plus de 4 kilomètres lors d’un tir opéré par un fantassin, éventuellement à partir d’un espace confiné ;
  • les capteurs et le traitement d’images infrarouges et visibles en temps réel (utilisation d’un imageur non refroidi pour la voie infrarouge et TV pour la voie visible, utilisation de la simulation numérique pour la mise au point et la validation des algorithmes)[19] ;
  • les algorithmes de traitement d’images permettant d’accrocher et de poursuivre dans des scénarios très variés, à la fois en visible et en infrarouge, des cibles de tous types, sur désignation avant tir comme sur désignation en cours de vol grâce à la transmission des images de l’autodirecteur du missile, ce qui permet à l’opérateur, s’il le souhaite, de conserver la totale maîtrise du missile pendant tout son vol[20] ;
  • l’intégration d’une centrale inertielle dans la chaine de guidage confère au missile une capacité de tir au-delà des vues directes, sur coordonnées, d’autant plus pertinente que, le système étant entièrement numérisé, il s’intègre parfaitement au « Network Centric Warfare »;
  • la numérisation du missile pour disposer d’une charge militaire programmable et donc polyvalente.

En reconnaissance de l’importance du saut technologique accompli, le , l’Association de l’Armement Terrestre (AAT) décernait le prix Ingénieur général Chanson, au Responsable du programme MMP chez MBDA et au Directeur du programme MMP à la DGA pour leurs travaux sur le « système d’armes Missile Moyenne Portée MMP ». Ce prix est attribué tous les ans à des travaux ayant fait progresser le domaine de l'armement terrestre, comportant une part certaine d'innovation, mais suffisamment concrets pour être susceptibles d'applications pratiques[21],[22],[23],[24],[25].

Description[modifier | modifier le code]

Exposition des autodirecteurs des missiles FASGW(H)/ANL et MMT, fabriqués par Sagem Défense Sécurité.

Le guidage du missile MMP est assuré par un autodirecteur bi-mode, visible et infrarouge, qui assure, selon ses fabricants, en toute circonstance des capacités d’accrochage inégalées, même en zone désertique où la cible et son environnement sont pratiquement à la même température. Le senseur infrarouge est du type microbolomètre « non-refroidi » ; cela évite la présence d’un système cryogénique avec réserve de gaz qu’il faut percuter plusieurs secondes avant le tir, et cela repousse jusqu’à la dernière limite les actions irréversibles de la séquence de tir[25].

Autre innovation marquante, le missile intègre une unité de mesure inertielle réalisée en technologie MEMS (Micro-ElectroMechanical Systems) dont les informations alimentent à la fois l'autodirecteur et le missile pour les fonctions de pilotage et de navigation[19]. Combiné à la présence d’une liaison de données par fibre optique avec le poste de tir, ce capteur permet une multiplicité de trajectoires (tir tendu ou attaque par le haut, ce deuxième mode permettant d’attaquer les chars par leur tourelle qui est plus vulnérable), et de modes de tir (tire-et-oublie, homme dans la boucle, accrochage avant ou après tir) avec une efficacité optimale constante, y compris pour le tir au-delà de la vue directe.

Les capteurs visible et infrarouge de cet autodirecteur bi-mode sont montés dos à dos sur un axe réversible, un arrangement original qui a pour effet de doubler le champ de vision du missile par rapport à un arrangement où les deux capteurs seraient montés côte à côte. Avec un champ de vision plus large, l’autodirecteur du MMP est capable de détecter et poursuivre des cibles rapides ou à fort défilement pendant son vol.[26]

Enfin, le missile emporte une nouvelle charge militaire tandem de 2 kg aux performances remarquables et qui intègre au choix deux modes de fonctionnement avec effet anti personnel dans les 2 modes : anti-blindage ou anti-infrastructure avec une capacité de détruire des épaisseurs de plus de 2 mètres de béton armé ou plus d’un mètre de blindage homogène laminé RHA (Rolled Homogenous Armour) après ERA (Explosive Reactive Armour)[27],[28].

Le poste de tir du fantassin dispose d'un capteur infrarouge haute définition et d'une voie vidéo jour multi-champs, d'un GPS, d'un chercheur de Nord, et, en option, d'un télémètre laser. Ces équipements intégrés distinguent le MMP des missiles de générations antérieures[29]. Pour les tirs à vue directe, la désignation cible est originale et unique. Elle se fait grâce à la corrélation automatique entre les images du poste de tir et celles de l’autodirecteur missile, diminuant le temps de mise en œuvre avant tir, améliorant la capacité de verrouillage sur cible en particulier à portée longue, et limitant de fait les risques d’erreurs[30].

Le pilotage est permis par quatre gouvernes déployables, et le missile utilise un système d'éjection permettant la mise en sécurité du tireur en cas de tir en espace confiné. Le propulseur (Roxel) est déclenché plus tard (lancement froid) et emporte le missile à une vitesse de croisière de 160 m/s.

Il permet ainsi des progrès notables par rapport au Milan, qui n'a pas de mode « tire et oublie » et qui ne permet pas le tir en espace confiné[8].

Le système MMP est portable par fantassin, le missile ne pesant que 15 kg dans son tube avec ses bouchons de protection et le poste de tir 11 kg avec sa batterie et son trépied. Le même missile MMP est tirable depuis un véhicule blindé[20].

Emplois potentiels[modifier | modifier le code]

Missile destiné initialement au combattant débarqué, le MMP remplacera les missiles antichars Milan et Javelin dans l’armée de Terre et dans les forces spéciales[31]. Grâce aux technologies numériques dont sont dotés le missile et son poste de tir, le système MMP est capable d’engager les cibles hors de la portée visuelle aussi bien que les cibles en vue directe et s’intègre parfaitement dans l'environnement numérique du champ de bataille défini par les programmes de combattant du futur FELIN et de mise en réseau SCORPION de l'Armée de terre, aussi bien que sur tout véhicule de combat moderne[32],[33].

Outre son utilisation en remplacement de l'actuel missile Milan, le MMP pourrait être intégré sur la tourelle du Multi Purpose Combat Vehicle (MPCV), capable d'emporter 2 ou 4 munitions[28], ainsi la tourelle T40 de l'Engin blindé de reconnaissance et de combat Jaguar emporte deux missiles MMP sous blindage, dans un lanceur rétractable, avec deux autres munitions disponibles en soute[34].

Pour faciliter l’intégration du MMP sur véhicule de combat, les fonctionnalités du poste de tir fantassin sont regroupées dans un boîtier BEIM (Boîtier Électronique d’Interface Munition), qui assure la communication avec les ensembles de visée optronique et la centrale de navigation déjà présents sur le véhicule.

Lors du salon Eurosatory 2016 à Paris, MBDA dévoilait également la tourelle IMPACT, conçue pour les blindés légers, présentée sur un Panhard PVP Dagger[35]. Cette tourelle de 250 kg emporte les mêmes capteurs que le poste de tir fantassin ainsi que deux missiles MMP et une mitrailleuse d’autoprotection de 7,62 mm avec son chargeur.

Dans le courant de 2017, MBDA a également proposé son MMP sur Patria/BAE Systems AMV35 8x8 (intégré à une tourelle 35 mm de BAE Hägglunds) et sur Rheinmetall Boxer 8x8 vehicle (intégré à une tourelle Lance 30 mm), deux véhicules de combat connectés en compétition dans le cadre du programme Land 400 de l’armée australienne[36].

Lors du salon Eurosatory 2018, MBDA et Milrem Robotics annoncent le lancement d’une étude de faisabilité pour intégrer le MMP et la tourelle IMPACT sur la plateforme THeMIS (Tracked Hybrid Modular Infantry System) et ce dans le but de développer le premier « drone terrestre antichar »[37],[38]. Huit mois plus tard, les partenaires en ont présenté une première version grandeur nature du en précisant avoir atteint la phase de concept exploratoire[39].

À la suite de la réussite de deux tirs (mer-terre et mer-mer) d’expérimentation, MBDA et la société Zodiac Milpro ont présenté, à l’occasion du salon Euronaval 2018, la première configuration navale du système MMP[40]. Le missile, monté sur un poste de tir, y était intégré sur une embarcation semi-rigide de type ECUME[41]. Cette première application navale ouvre la voie à d’autres évolutions du système qui pourrait être adapté, avec une tourelle stabilisée portant quatre munitions prêtes au tir dans des conteneurs lanceurs assurant la protection des missiles contre les environnements marins, pour une intégration sur des vedettes rapides[42].

Le concept Lynkeus présenté au salon SOFINS 2019, associe le MMP au micro-drone Novadem NX70. L’idée sous-jacente est que le chef d’équipe du poste de tir puisse récupérer les données récoltées par le drone, les traiter et les intégrer pour pouvoir réaliser des tirs hors de la vue directe (BLOS)[43].

Lors du salon IDEX 2019, en partenariat avec le groupe Siham Al Khaleej Technology (SAKT), MBDA a dévoilé une nouvelle solution basée sur son missile. Intégré sur un tourelleau Ghibili elle-même montée sur un buggy de la marque Saluki Motorsport, le MMP entend ainsi répondre aux besoins spécifiques des forces spéciales. Selon le fabricant, la solution n’en est qu’à la phase d’étude exploratoire[39].

Utilisateurs[modifier | modifier le code]

Fixées dans un premier temps à 3 000 missiles, les commandes par la DGA sont réduites par la loi de programmation militaire de 2013. Le contrat initial prévoit une cible de 400 postes de tir et 2 850 missiles. Durant la période 2014-2019, 175 postes de tir et 450 missiles devraient être livrés[10]. Le parc interarmées devait atteindra 400 postes de tir et 1 750 missiles d’ici 2025 selon les prévisions de [44], chiffre porté a 1 950 missiles selon les prévisions de [45].

En , le Qatar entre en négociations avec le missilier européen MBDA pour l'achat de missiles antichar MMP (missile moyenne portée) pour un montant pouvant atteindre 400 millions d'euros. Le Qatar est actuellement en phase de renouvellement de ses missiles antichar, dont certains doivent bientôt être démantelés. Doha a alors environ 650 missiles à détruire, essentiellement des missiles HOT et quelques dizaines de Milan d'ancienne génération[46].

L'Armée belge doit en recevoir à partir de 2025[47].

MBDA vise 9 000 commandes à l'export pour assurer la rentabilité du programme[8].

Utilisateurs actuels[modifier | modifier le code]

  • Drapeau de la France France[48] : 1000e livré le 25 novembre 2021[49], 1 950 prévus en 2025.

Versions futures[modifier | modifier le code]

En , MBDA créait une société commune en Inde avec Larsen & Toubro destinée à développer et produire localement divers systèmes de missiles[50]. Dans ce cadre, un dérivé du MMP serait développé pour répondre au besoin ATGM5 (Anti Tank Guided Munition 5th Generation) de l’armée indienne[51].

Notes et références[modifier | modifier le code]

  1. « Projet de loi de finances pour 2010 : Défense - Equipement des forces », sur www.senat.fr (consulté le )
  2. (en) « MMP missile set for integration testing », UPI,‎ (lire en ligne, consulté le )
  3. « https://www.defense.gouv.fr/dga/actualite/la-succession-du-missile-milan-en-preparation », sur www.defense.gouv.fr (consulté le )
  4. DICoD, Projet de loi de Finances - Budget de la Défense 2012, Paris, BEDI SIPAP, , 56 p. (lire en ligne)
  5. « Assemblée nationale ~ Compte rendu de réunion de la commission de la défense nationale et des forces armées », sur www.assemblee-nationale.fr (consulté le )
  6. « Audition, ouverte à la presse, de M. Antoine Bouvier, président de MBDA, sur le projet de loi de programmation militaire, Commission de la défense nationale et des forces armées de l’Assemblée nationale française, mercredi 18 septembre 2013, séance de 16 heures 30 », sur www.assemblee-nationale.fr
  7. Michel Cabirol, « Défense : le missile tactique de MBDA est enfin sur orbite », sur www.latribune.fr,
  8. a b et c Guillaume Steuer, « La succession du Milan est en marche », Air et Cosmos, no 2366,‎
  9. François Julian, « La DGA lance le développement du Missile Moyenne Portée », sur www.air-cosmos.com,
  10. a et b « La DGA notifie le programme du missile moyenne portée (MMP) », sur www.defense.gouv.fr,
  11. « N° 1428 annexe 10 - Rapport sur le projet de loi de finances pour 2014 (n°1395) », sur www.assemblee-nationale.fr (consulté le )
  12. « https://www.defense.gouv.fr/portail/enjeux2/politique-de-defense/le-livre-blanc-sur-la-defense-et-la-securite-nationale-2013/livre-blanc-2013 », sur www.defense.gouv.fr (consulté le )
  13. Laurent Lagneau, « La DGA a procédé avec succès à son premier tir du Missile Moyenne Portée », Zone militaire (Opex360.com), (consulté le )
  14. http://www.opex360.com/2018/06/10/missile-moyenne-portee-de-larmee-de-terre-atteindre-cibles-a-5-000-metres-de-distance/
  15. « FFDj : campagne d’évaluation du système d’armes missile moyenne portée », sur www.defense.gouv.fr (consulté le )
  16. Mamouth Leader, « Le mamouth: Un premier tir de MMP en opex », sur Le mamouth, (consulté le )
  17. « Le Missile Moyenne Portée qualifié pour opérer dans des conditions de froid extrême », sur Zone Militaire, (consulté le )
  18. (en) « MBDA presents MMP, the market’s only 5th generation land combat missile - MBDA », MBDA,‎ (lire en ligne, consulté le )
  19. a et b « Autodirecteurs », Safran Electronics & Defense,‎ (lire en ligne, consulté le )
  20. a et b « Intégration du MMP sur l’EBRC Jaguar - Opérationnels – Soutien, Logistique, Défense, Sécurité », Opérationnels – Soutien, Logistique, Défense, Sécurité,‎ (lire en ligne, consulté le )
  21. Laurent Lagneau, « Les responsables du programme « Missile Moyenne Portée » lauréats du prix « Ingénieur général Chanson » », Zone Militaire,‎ (lire en ligne, consulté le )
  22. « https://www.defense.gouv.fr/dga/actualite/le-prix-chanson-distingue-les-pyro-mems* », sur www.defense.gouv.fr (consulté le )
  23. global business press, « Asia Defence Industry & Security Latest News », sur www.gbp.com.sg (consulté le )
  24. « The MBDA MMP programme receives the AAT – Ingénieur Général Chanson Award - MBDA », MBDA,‎ (lire en ligne, consulté le )
  25. a et b « N°113 Bénévolat », Le magazine des ingénieurs de l'armement,‎ (lire en ligne)
  26. (en-US) « Fifth element: MMP goes live | DFNS.net Air », DFNS.net Air,‎ (lire en ligne, consulté le )
  27. Julien Bergounhoux, « Le nouveau missile moyenne portée de MBDA : », Industrie et Technologies,‎ (lire en ligne, consulté le )
  28. a et b Laurent Lagneau, « MBDA met en avant la modularité du Missile Moyenne Portée », sur www.opex360.com,
  29. « Sagem fournira l’autodirecteur et l’optronique du poste de tir du futur missile MMP de MBDA », Safran,‎ (lire en ligne, consulté le )
  30. « N°109 Terrestre : la mutation », Le magazine des ingénieurs de l'armement,‎ (lire en ligne)
  31. « Projet de loi de finances pour 2016 : Défense : équipement des forces », sur www.senat.fr (consulté le )
  32. « Sagem partenaire de MBDA pour le projet de futur Missile Moyenne Portée », Safran,‎ (lire en ligne, consulté le )
  33. Michel Cabirol, « Armement : le contrat Scorpion bientôt signé », La Tribune,‎ (lire en ligne, consulté le )
  34. Jean-Marc Tanguy, « Le Jaguar n'a que 2 MMP : la faute à la... SNCF », sur http://lemamouth.blogspot.fr/, (consulté le ).
  35. (en) « MBDA unveils the MMP missile integrated on four different combat platforms - MBDA », MBDA,‎ (lire en ligne, consulté le )
  36. « AMV35 proposé à l’Australie | Strategic Bureau of Information », sur www.strategic-bureau.com (consulté le )
  37. « MBDA s'allie avec l'estonien Milrem pour mettre au point un robot "tueur" de blindés », sur Zone Militaire, (consulté le )
  38. « Drones, chars de combat... A Eurosatory, l'impressionnante montée en puissance des robots armés », sur Challenges (consulté le )
  39. a et b « FOB – Forces Operations Blog » IDEX 2019: le MMP s’ouvre de nouveaux fronts », sur forcesoperations.com (consulté le )
  40. « MBDA prépare une version navale de son Missile Moyenne Portée », sur Zone Militaire, (consulté le )
  41. « Euronaval 2018 : Le MMP prend la mer - Air&Cosmos », sur Air & Cosmos (consulté le )
  42. (en-US) « MBDA Introduces Naval Versions of the MMP 5th Generation Missiles System », sur MBDA (consulté le )
  43. Nathan Gain, « DSEI 2019: Le point sur le missile MMP », sur Forces Operations Blog, (consulté le ).
  44. « https://www.defense.gouv.fr/dga/actualite/le-ministere-des-armees-recoit-ses-premiers-mmp », sur www.defense.gouv.fr (consulté le )
  45. http://www.opex360.com/2019/01/15/barkhane-deploye-pour-la-premiere-fois-au-sahel-le-missile-moyenne-portee-donne-satisfaction/
  46. « Après le Rafale, le Qatar intéressé par le missile MMP », Challenges,‎ (lire en ligne, consulté le )
  47. Nathan Gain, « Feu vert politique pour le projet de missile antichar européen », (consulté le ).
  48. French army takes delivery of first MMP Medium Range Missile
  49. https://mobile.twitter.com/ForcesOperation/status/1463840931929632774
  50. (en-US) « Larsen & Toubro and MBDA establish Joint Venture for development of sophisticated missile systems - MBDA », MBDA,‎ (lire en ligne, consulté le )
  51. (en) Livefist, « MMP ATGM 5 presentations made to Indian Army's Deputy Chief recently. Army team to be invited to see live firing by December in France.pic.twitter.com/7fZFcL0x5Y », sur @livefist, (consulté le )

Annexes[modifier | modifier le code]

Articles connexes[modifier | modifier le code]

Liens externes[modifier | modifier le code]