Parti de la social-démocratie brésilienne

Un article de Wikipédia, l'encyclopédie libre.
Aller à : navigation, rechercher
image illustrant la politique au Brésil
Cet article est une ébauche concernant la politique au Brésil.

Vous pouvez partager vos connaissances en l’améliorant (comment ?) selon les recommandations des projets correspondants.

Parti de la social-démocratie brésilienne
(pt) Partido da Social Democracia Brasileira
Image illustrative de l'article Parti de la social-démocratie brésilienne
Logotype officiel.
Présentation
Président Aécio Neves
Fondation
Siège Brasilia, District fédéral
Drapeau du Brésil Brésil
Positionnement Centre à centre gauche
Idéologie Social-libéralisme
Libéralisme
Affiliation internationale Organisation démocrate-chrétienne d'Amérique (membre observateur)
Couleurs Bleu et jaune
Site web psdb.org.br
Représentation
Députés
53 / 513
Sénateurs
11 / 81

Le Parti de la social-démocratie brésilienne (PSDB) (en portugais : Partido da Social Democracia Brasileira) est un parti politique du Brésil de centre gauche mais pendant les élections il prend la tête d'une coalition de centre droit. Il a été créé par des sociaux-démocrates et a effectué une transition idéologique similaire à celle du Parti social-démocrate d'Allemagne.

Il est, avec les Démocrates, l'un des deux principaux partis d'opposition au Parti des travailleurs au pouvoir.

Son numéro électoral est le 45 et son symbole est un toucan.

Historique[modifier | modifier le code]

Le parti a été fondé le par des dissidents du PMDB, insatisfaits de la politique du gouvernement José Sarney. Ce groupe fut composé par des intellectuels sous la conduite de Fernando Henrique Cardoso, Mário Covas, José Serra, Geraldo Alckmin, Aécio Neves, entre autres.

Lors des élections de 2010, le PSDB prend la tête d'une coalition de centre droit et présente la candidature présidentielle de José Serra.

Profils des cadres du parti[modifier | modifier le code]

Selon le chercheur Christophe Ventura, les candidats du parti sont souvent des évangéliques, multimillionnaires et entrepreneurs. Ils se présentent comme des « gestionnaires » opposés aux « politiques »[1].

Notes et références[modifier | modifier le code]

  1. « Christophe Ventura : « Au Brésil, la question est de savoir si le Parti des travailleurs survivra » », regards.fr,‎ (lire en ligne)

Lien externe[modifier | modifier le code]