Mauricio Macri

Un article de Wikipédia, l'encyclopédie libre.
Sauter à la navigation Sauter à la recherche
Page d'aide sur l'homonymie Pour les articles homonymes, voir Macri.

Mauricio Macri
Illustration.
Mauricio Macri en 2015.
Fonctions
Président de la Nation argentine
En fonction depuis le
(2 ans, 8 mois et 9 jours)
Élection 22 novembre 2015
Vice-président Gabriela Michetti
Chef du gouvernement Chef de cabinet :
Marcos Peña
Prédécesseur Federico Pinedo (intérim)
Cristina Fernández de Kirchner
Président pro tempore de l'Union des nations sud-américaines
En fonction depuis le
(1 an, 3 mois et 29 jours)
Prédécesseur Nicolás Maduro
Chef du gouvernement de Buenos Aires

(7 ans, 11 mois et 29 jours)
Prédécesseur Jorge Telerman
Successeur Horacio Rodríguez Larreta (es)
Député de la Nation argentine

(1 an, 7 mois et 8 jours)
Circonscription Buenos Aires
Successeur Julián Obiglio
Biographie
Date de naissance (59 ans)
Lieu de naissance Tandil (Argentine)
Nationalité Argentine
Parti politique Engagement pour le changement (2003-2008)
Proposition républicaine (depuis 2010)
Conjoint Juliana Awada (depuis 2010)
Diplômé de Université catholique argentine
Profession Ingénieur civil
Religion Catholique
Résidence Quinta de Olivos

Signature de Mauricio Macri

Mauricio Macri Mauricio Macri
Chefs du gouvernement de la Ville de Buenos Aires
Présidents de la Nation argentine
Président pro tempore de l'Union des nations sud-américaines

Mauricio Macri, né le à Tandil, est un homme d'affaires et homme d'État argentin, président de la Nation argentine depuis le .

En 2003, il fonde le parti de centre-droit Engagement pour le changement, qui adhère à Proposition républicaine (PRO). Il devient député en 2005 et chef de gouvernement (maire) de Buenos Aires en 2007.

Il est élu président de la Nation au second tour de l'élection présidentielle de 2015, avec 51,3 % des voix. Il succède à Cristina Fernández de Kirchner, qui soutenait son adversaire Daniel Scioli, et devient premier chef de l’État du pays élu démocratiquement à ne pas être issu des rangs péronistes ou radicaux.

Origines et enfance[modifier | modifier le code]

Mauricio Macri est issu de l'une des familles les plus riches d’Argentine. Son père, Franco Macri, est un homme d'affaires italien arrivé en 1949 en Argentine qui est devenu chef d’entreprise dans les secteurs du BTP, de l'automobile, de l'énergie et de l'agriculture ; Franco Macri, avec qui il entretient des relations tendues, a été en affaires avec les gouvernements Kirchner et a fait l’objet d’accusations de corruption[1]. Sa mère est Alicia Blanco Villegas[2].

Mauricio Macri grandit à Buenos Aires[1].

Carrière professionnelle[modifier | modifier le code]

Mauricio Macri portant le maillot de Boca Juniors en 2011.

Étudiant à l'université catholique argentine (UCA), dont il sort diplômé en ingénierie civile, il se lance dans une carrière d'homme d'affaires, travaillant pour Citibank et dirigeant durant 12 ans plusieurs sociétés du groupe de son père[1].

Mais il s’écarte du monde des affaires pour se consacrer au domaine sportif. De 1995 à 2007, il est président du club de football de la capitale, le Club Atlético Boca Juniors, qui remporte pendant sa présidence 17 trophées, dont la Copa Libertadores et la Coupe intercontinentale[1].

Vie privée et familiale[modifier | modifier le code]

Il est d’abord marié à Ivonne Bordeu (1981-1991), avec qui il aura trois enfants (Agustina, Jimena and Francisco), puis au mannequin Isabel Menditeguy (1994-2005). En 2010, il épouse Juliana Awada, avec qui il a une fille (Antonia).

Parcours politique[modifier | modifier le code]

Débuts[modifier | modifier le code]

En 2003, il fonde le parti de centre-droit Engagement pour le changement (Compromiso para el Cambio (es)). En 2005, il fait adhérer son parti à la coalition Proposition républicaine (PRO), dont il prend la tête et qui devient un parti politique en 2010.

Député de la Nation[modifier | modifier le code]

Il est élu député en 2005, après avoir fait campagne sur l'insécurité, en proposant d'accroître le nombre de policiers et d'augmenter leurs salaires. En 1991, il avait été victime d'un enlèvement orchestré par une bande d'anciens policiers ; il s’était vu relâcher après deux semaines de captivité, à la suite du paiement d'une rançon[1],[3].

Chef du gouvernement de Buenos Aires[modifier | modifier le code]

Le 24 juin 2007, obtenant 61 % des voix au second tour, il est élu chef de gouvernement (maire) de Buenos Aires, après avoir échoué face à Aníbal Ibarra en 2003.

En tant que chef du gouvernement de la ville, il dote la police métropolitaine de Buenos Aires d’armes de type Taser, ce qui lui vaut le dépôt d’une plainte contre lui à laquelle se joint l’association des Mères de la place de Mai[4]. Son gouvernement voit la démission de deux policiers inculpés d’espionnage : Jorge « Fino » Palacios – également inculpé pour entrave à la justice dans le procès de l'attentat de l'AMIA –, que Mauricio Macri avait désigné en juillet 2009 comme chef de la Police métropolitaine[5], et Osvaldo Chamorro[6]. Le recteur de l'Institut supérieur de Sécurité publique, Daniel Pastor, critique vis-à-vis des organisations des droits de l'homme, a également été contraint à la démission[6].

Il engage des grands travaux dans la capitale dans les domaines de l'urbanisme et des transports. Son bon bilan municipal conforte son image de « gestionnaire pragmatique », qui colle à son parti[7]. Sur le plan sociétal, il oppose son veto à une réglementation municipale permettant des IVG entrant dans le cadre de la loi (viol, malformation du fœtus et danger pour la santé de la femme enceinte), se revendiquant « en faveur de la vie »[8].

Lors des élections de 2011, il est réélu avec 64,3 % des suffrages au second tour face au candidat de centre-gauche, Daniel Filmus[9]. Son bilan à la tête de la ville est généralement jugé positivement[1].

Élection présidentielle de 2015[modifier | modifier le code]

Vainqueur de la primaire organisée en au sein de la coalition de centre-droit et libérale Cambiemos (« Changeons »), Mauricio Macri est candidat à l'élection présidentielle pour succéder à Cristina Fernández de Kirchner, qui ne peut se représenter. Il élargit son socle électoral en s’alliant avec le parti de centre-gauche Union civique radicale (UCR)[1]. Il obtient notamment les faveurs des secteurs patronaux opposés au gouvernement Kirchner[10].

À l'issue du premier tour, le 25 octobre 2015, il déjoue les pronostics initiaux en se qualifiant pour le second tour, avec 34,2 % des suffrages, trois points derrière le candidat soutenu par Cristina Fernández de Kirchner, Daniel Scioli[1]. Il remporte le second tour, le 22 novembre, avec 51,3 % des voix. Il devient le premier président argentin à revendiquer son appartenance à la droite libérale et sa sympathie pour les marchés financiers. Il s'ancre également sur des positions conservatrices sur les sujets sociétaux, exprimant des réticences sur l’homosexualité, qu'il assimile à une « maladie »[11][réf. insuffisante], et l’avortement[12]. Il devient ainsi le premier président du pays élu démocratiquement à ne pas appartenir à appartenir à un parti péroniste ou radical[13].

Après l'élection, des divergences entre le président élu et la présidente sortante interviennent au sujet du protocole de passation de pouvoir, Cristina Fernández de Kirchner souhaitant, contrairement à ce que prévoit le règlement officiel, que la cérémonie se déroule uniquement au Congrès et à aucun moment au palais présidentiel[14],[15]. Elle n'est finalement pas présente à la passation de pouvoir, une première depuis la fin de la dictature militaire[16],[17],[18]. C'est donc Federico Pinedo qui lui transmet le pouvoir en tant que président par intérim[19].

Président de la Nation[modifier | modifier le code]

Mauricio Macri le jour de son investiture.
Mauricio Macri recevant le Premier ministre canadien, Justin Trudeau, en 2016.

Mauricio Macri est investi président de la Nation le 10 décembre 2015, avec pour vice-présidente Gabriela Michetti. Il affirme son souhait de mettre fin à la politique des « arrangements » de la présidente sortante.

Proche des grands groupes médiatiques, notamment de Clarín, l'une de ses premières mesures est de revenir sur la loi du gouvernement précédent de « déconcentration » des médias, qui entendait fixer un « équilibre » entre les médias privés, le service public et le tiers secteur (associations, médias communautaires, etc.)[20].

Selon l'opposition péroniste, la nouvelle administration entend favoriser les intérêts des groupes les plus puissants et se lance dans une « chasse aux sorcières » ; elle estime que des journalistes ont été limogés pour des raisons politiques et que des programmes de la télévision et de la radio publiques ont été supprimés sur pression du gouvernement[21][22].

En matière pénale, il propose l'abaissement de l'âge de responsabilité de 16 à 14 ans[23]. Il intervient par ailleurs directement dans la nomination des magistrats de la cour suprême, ce qui est alors inédit en Argentine[20].

Sa politique économique consiste à passer du régime protectionniste hérité des gouvernements Kirchner (2003-2015) à un système plus libéral[24]. Elle entend être favorable au patronat, aux investisseurs étrangers et aux agriculteurs. L'objectif affiché est de permettre à l’Argentine de retrouver sa position sur les marchés internationaux et de regagner la confiance des investisseurs[25],[26]. Certaines taxes sur les exportations sont levées et un décret d’amnistie pour les exilés fiscaux est promulgué[27].

Il rompt radicalement avec la politique des gouvernements Kirchner, qui avait fait de l'Argentine l’un des seuls pays au monde à avoir réussi à sortir de la dette et à lutter au niveau international pour réguler autrement l’endettement des États[10]. Le Parlement adopte en 2016 une loi permettant au pays de rembourser 4,65 milliards de dollars aux « fonds vautours » – qui mettaient sous pression l’économie argentine depuis 2001 – et d’émettre 12,5 milliards de dollars de dette, ce qui permet au pays de faire son retour sur les marchés financiers, auxquels il n'avait plus accès depuis 15 ans[28]. Cette loi, refusée par le gouvernement précédent, permet au fonds NML de Paul Singer de toucher près de deux milliards de dollars, ce qui représente une plus-value de 2 500 % pour des obligations achetées dans les années 2000[28].

Pour réduire le déficit public, il lance une politique de rigueur. Des subventions publiques accordées aux ménages sont supprimées, ce qui entraîne une augmentation pouvant aller jusqu'à 700 % des prix de l’électricité, de l'eau et du gaz[29], ainsi que la suppression de quelque 200 000 emplois[27]. Dans le même temps, les salaires des principales personnalités politiques sont augmentés de 30 à 50 %[30]. Il procède à une dévaluation du peso argentin, provoquant une hausse de l’inflation de 30 % et impactant directement le pouvoir d'achat[10]. Enfin, il engage une réforme du marché du travail incitant à davantage de flexibilisation et de dérégulation. Après une première année de pouvoir, le niveau de la dette augmente de 30 % pour atteindre 53 %, notamment à la suite de la loi sur les fonds vautours, ce qui suscite l'inquiétude de certains milieux économiques qui lui étaient favorables[31],[32].

Le , la coalition de centre-droit Cambiemos remporte les élections législatives avec 41,7 % des voix, devant la coalition de centre-gauche de Cristina Fernández de Kirchner (22,5 %)[33]. Même s'il n'a pas de majorité absolue au Parlement et doit négocier avec les parlementaires de l’opposition, les gouverneurs des provinces et les syndicats, cette victoire permet à Mauricio Macri de faire passer, en , une loi qui entend lutter contre la forte inflation (25 %) en freinant l’augmentation des pensions de retraites et certaines allocations familiales[34]. Des mobilisations du syndicat CGT contre cette loi entraînent, selon Le Monde, « des scènes de violence et une dure répression policière jamais vues depuis la grave crise financière de 2001 »[34]. Pour autant, d'après RFI, le gouvernement renforce les politiques sociales mises en place par les gouvernements Kirchner[13][Lesquelles ?].

Après une période de récession en 2016 (- 1,8 %), la croissance argentine repart à un rythme de 2,9 % en 2017[35],[36],[37]. Selon les données de l'organisme gouvernemental INDEC la pauvreté recule en 2018 à un taux de 25,7 % après deux ans d'augmentation due à l'inflation et à une politique jugée par l’opposition favorable aux plus riches[38],[39],[40]. En revanche, l'organisme INDEC, dont la directrice avait démissionné en décembre 2017 en dénonçant les pressions subies pour en fausser les données, serait devenu peu crédible[41]. D'après l'Université catholique argentine, la pauvreté a continué de croitre et atteint 33 % de la population[42]. Alors que les agences de notation relève la note des bons souverains argentins, le FMI accorde au pays un prêt de 50 milliards de dollars – soit l'équivalent de 10 % du PIB – et des économistes comme Mario Blejer, qui faisait partie de l'équipe économique de Daniel Scioli lors de la présidentielle de 2015, saluent la politique économique du président Macri[24],[43].

Polémiques[modifier | modifier le code]

Quatre mois après sa prise de fonction, en avril 2016, dans le cadre de l'affaire Panama Papers, il est cité par le quotidien argentin La Nación comme ayant fait partie, entre 1998 et 2009, du directoire de la société écran Fleg Trading Ltd, basée aux Bahamas[44]. Mauricio Macri répond en fournissant à la justice des documents qui tendent à prouver que ce scandale concerne une société familiale dont il était le directeur jusqu'en 2008 mais pas un des actionnaires, n'ayant donc pas perçu de dividendes et ce de façon identique pour une autre société basée aux Bahamas. Sa popularité fléchit néanmoins à la suite de ce scandale[45]. Au moins 30 sociétés offshore sont associées à la famille Macri[46].

Son cousin Angelo Calcaterra est cité dans le scandale de corruption Odebrecht[47].

En 2017, un accord entre l'entreprise de son père et l’État argentin, conclu après son arrivée au pouvoir, provoque une controverse. Dénoncé comme « ruineux » pour l’État par la procureure chargée du dossier, il reviendrait quasiment à une annulation de la dette de l'entreprise[48]. En mars 2017, une enquête est ouverte en raison de soupçons de trafic d'influence après l’attribution, au détriment de la compagnie nationale Aerolíneas Argentinas, de lignes à la compagnie aérienne colombienne Avianca juste après le rachat de celle-ci par le groupe Macri[49].

Distinction[modifier | modifier le code]

En 2016, il fait partie des cent personnes les plus influentes dans le monde selon le magazine Time, qui le désigne comme le plus puissant des chefs d’État d’Amérique latine[50],[51].

Notes et références[modifier | modifier le code]

  1. a, b, c, d, e, f, g et h http://www.leparisien.fr/flash-actualite-monde/argentine-mauricio-macri-de-boca-juniors-a-la-course-a-la-presidentielle-27-10-2015-5222617.php
  2. https://www.lanacion.com.ar/1947637-quien-es-alicia-blanco-villegas-la-madre-de-mauricio-macri
  3. Christine Legrand, « Mauricio Macri fait basculer à droite la municipalité de Buenos Aires », Le Monde, 26 juin 2007
  4. Hebe de Bonafini reclamó ser querellante en la causa por las pistolas Taser, Página/12, 15 février 2010
  5. Raúl Kollmann, Las hazañas del Fino Palacios, Pagina/12, 5 juillet 2009.
  6. a et b Otro de los policías de Macri debió abandonar la Metropolitana, Pagina/12, 25 mars 2010.
  7. Alice Pouyat, « En Argentine, la droite nouvelle menace le péronisme », Le Figaro, 21 / 22 novembre 2015, p. 12.
  8. « Argentine : des centaines de milliers de femmes manifestent contre la politique de Mauricio Macri », sur Le Monde.fr,
  9. https://www.lanacion.com.ar/1393937-macri-establecio-un-nuevo-record-en-la-ciudad%7CMacri
  10. a, b et c « Vers une nouvelle crise économique et sociale en Argentine ? », IRIS,‎ (lire en ligne)
  11. (es) « La vez que Macri dijo que la homosexualidad es una enfermedad », La Tinta,‎ (lire en ligne)
  12. « Macri se manifestó contra el aborto y no descartó legalizar la marihuana medicinal », La Capital,‎ (lire en ligne)
  13. a et b http://www.rfi.fr/ameriques/20171020-legislatives-argentine-test-mauricio-macri-politique-ultra-liberale
  14. Le Figaro.fr avec AFP, « Argentine: Kirchner complique la transition », sur Le Figaro (consulté le 5 décembre 2015)
  15. La présidente sortante argentine Cristina Kirchner a du mal à quitter son poste, France inter.
  16. « L’au-revoir de Cristina Kirchner », sur Courrier international (consulté le 21 décembre 2015)
  17. (en) Cristina Kirchner refuses to attend Mauricio Macris inauguration, Telegraph.co.uk.
  18. « Cristina Kirchner ne veut pas lâcher le pouvoir », sur Courrier international (consulté le 21 décembre 2015)
  19. « Cristina Kirchner refuses to attend Mauricio Macri's inauguration », sur Telegraph.co.uk (consulté le 14 décembre 2015)
  20. a et b « Argentine : comment interpréter les premières décisions du nouveau président Mauricio Macri ? », IRIS,‎ (lire en ligne)
  21. « « Préoccupante régression des libertés en Argentine » », Le Monde.fr,‎ (lire en ligne)
  22. « Médias en Argentine : Macri droit dans ses bottes ! », Acrimed,‎ (lire en ligne)
  23. « Macri quiere bajar la imputabilidad de 16 a 14 años », La Voz del Interior,‎ (lire en ligne)
  24. a et b http://www.lepoint.fr/economie/l-argentine-dans-un-labyrinthe-economique-deficit-inflation-et-dette-20-01-2018-2188184_28.php
  25. « L'Argentine plonge un peu plus dans la dépression, un passage obligé selon le président », Libération.fr,‎ (lire en ligne)
  26. « Argentine - Mauricio Macri : "Je ne suis pas David Copperfield" », Le Point,‎ (lire en ligne)
  27. a et b « Dans une Argentine en crise, le président Macri remanie l’équipe économique de son gouvernement », Le Monde.fr,‎ (lire en ligne)
  28. a et b https://www.lemonde.fr/economie/article/2016/03/31/l-argentine-se-libere-enfin-des-fonds-vautours_4893218_3234.html
  29. « Hausse des prix du gaz et de l'électricité: les Argentins dans la rue », RFI,‎ (lire en ligne)
  30. « Aumentos por encima del promedio para los legisladores », La Nacion,‎ 30 de octobre 2016 (lire en ligne)
  31. https://tradingeconomics.com/argentina/government-debt-to-gdp
  32. (en-GB) Daniel Pardo, « Cuánto aumentó la deuda de Argentina desde que Mauricio Macri asumió la presidencia y por qué puede convertirse en su talón de Aquiles », BBC Mundo,‎ (lire en ligne)
  33. « Argentine: le gouvernement Macri sort vainqueur des élections de mi-mandat », lesechos.fr,‎ (lire en ligne)
  34. a et b Christine Legrand (Buenos Aires correspondante), « Argentine : une réforme des retraites polémique votée dans un climat de violence », Le Monde.fr,‎ (ISSN 1950-6244, lire en ligne)
  35. https://www.worldbank.org/en/country/argentina/overview
  36. https://www.reuters.com/article/argentina-economy/update-1-argentina-grew-2-9-pct-in-2017-avoids-gdp-warrant-payment-source-idUSL1N1PE1PB
  37. http://www.oecd.org/eco/outlook/economic-forecast-summary-argentina-oecd-economic-outlook.pdf
  38. http://www.thebubble.com/argentina-poverty-rate-2017-25-7-percent/
  39. http://www.batimes.com.ar/news/argentina/poverty-level-drops-to-257-percent.phtml
  40. « Argentine: la pauvreté attisée par l'inflation », sur Le Figaro,
  41. (en-US) « Macri lanzó su reelección: ¿Es posible que gane? », El Destape Web,‎ (lire en ligne)
  42. (es) El Tribuno, « La pobreza llegaría al 33% por la devaluación, advirtió la UCA », sur El Tribuno (consulté le 9 août 2018)
  43. http://www.france24.com/fr/20180621-fmi-approuve-pret-50-milliards-dollars-argentine-dette-inflation
  44. (es) Iván Ruiz, Maia Jastreblansky et Hugo Alconada Mon, « Macri fue director de una sociedad offshore de Bahamas », lanacion.com.ar,‎ (lire en ligne).
  45. Alice Pouyat, « Le président argentin dans la tourmente des révélations », Le Figaro, samedi 9 / dimanche 10 avril 2016, page 7.
  46. « Off shore de familia Macri destruyó pruebas antes de elecciones », teleSUR -,‎ (lire en ligne)
  47. (es) « El primo de Macri, envuelto en el pago de coimas de Odebrecht », Perfil.com,‎ (lire en ligne)
  48. « Le président argentin empêtré dans un scandale financier », sur BFM BUSINESS (consulté le 12 février 2017)
  49. « Nouvelle enquête ouverte contre le président argentin, pour conflit d’intérêts », Le Monde.fr,‎ (lire en ligne)
  50. http://time.com/collection/2016-time-100/
  51. http://tn.com.ar/politica/time-incluyo-macri-entre-las-100-personas-mas-influyentes-del-mundo_667489

Liens externes[modifier | modifier le code]