Mouvement démocratique brésilien

Un article de Wikipédia, l'encyclopédie libre.
Sauter à la navigation Sauter à la recherche
Page d'aide sur l'homonymie Pour les articles homonymes, voir MDB.

Mouvement démocratique brésilien
(pt) Movimento Democrático Brasileiro
image illustrative de l’article Mouvement démocratique brésilien
Logotype officiel.
Présentation
Président Romero Jucá
Fondation (MDB)
(PMDB)
(MDB)
Siège Brasilia, District fédéral (Brésil)
Positionnement Centre droit
Idéologie Social-libéralisme
Libéralisme
Conservatisme
Affiliation internationale COPPPAL
Couleurs Vert et jaune
Site web mdb.org.br
Représentation
Députés
79 / 513
Sénateurs
20 / 81
Affiche commémorant les 48 ans du parti (2014).

Le Mouvement démocratique brésilien (en portugais : Movimento Democrático Brasileiro, MDB), anciennement Parti du mouvement démocratique brésilien (en portugais : Partido do Movimento Democrático Brasileiro, PMDB ) de 1979 à 2017, est un parti politique brésilien centriste[1], membre de la COPPPAL fondé le .

Histoire[modifier | modifier le code]

Mouvement démocratique brésilien (1965-1979)[modifier | modifier le code]

Lors de sa fondation, le Mouvement démocratique brésilien est l'un des deux partis politiques brésiliens autorisés durant la période du régime militaire, dans le cadre du bipartisme imposé par l'Acte institutionnel no 2 de 1965. L'autre parti était l'ARENA. La plupart des membres du MDB venaient du Parti social démocratique (centre) et du Parti travailliste brésilien (centre gauche).

Le Mouvement démocratique brésilien était un parti d'opposition, qui eut une victoire écrasante à la Chambre des députés et au Sénat en 1974. Les militaires de la ligne dure ont eu peur du résultat des urnes. Ils n'étaient pas d'accord avec l'ouverture politique qu'ils considéraient comme une menace à la sécurité nationale. Selon eux, il y avait des agents communistes dans la presse et dans les syndicats. Recherchant ces agents, ils ont arrêté le journaliste Vladimir Herzog et l'ouvrier Manuel Fiel Filho (pt). La mort de ces derniers, dans des conditions suspectes, dans les bâtiments de la deuxième armée, à São Paulo, provoqua une énorme protestation publique et força Ernesto Geisel alors président à démettre de ses fonctions le général Ednardo D'Ávila Melo, commandant du IIe corps de l'armée et principal représentant de l'ultra-droite du régime.

Parti du mouvement démocratique brésilien (1979-2017)[modifier | modifier le code]

Il s'est transformé le , lors de l'abandon du bipartisme au profit du multipartisme, en Parti du mouvement démocratique brésilien (PMDB).

C'est un parti attrape-tout[2],[3] comprenant des politiciens conservateurs comme Eduardo Cunha, des libéraux comme Pedro Simon (en), des politiciens de centre gauche comme Roberto Requião (en), des populistes comme Iris Rezende (en), des nationalistes comme Orestes Quércia (en). Il est avec le PSB (Parti socialiste brésilien) l'un des principaux alliés du Parti de la social-démocratie brésilienne (PSDB) et fait partie de la coalition gouvernementale au niveau fédéral. Michel Temer, membre du parti, devient président du Brésil après avoir contribué à destituer Dilma Rousseff.

Le PMDB est le parti politique brésilien à avoir reçu le plus de pots-de-vin de l'entreprise Odebrecht. Le responsable des « relations institutionnelles » de l'entreprise, Melo Filho, indique pouvoir trouver chez les sénateurs du PMDB « les parlementaires les plus dévoués aux intérêts du groupe », mais également ceux « qui demandaient les contributions les plus élevées »[4].

En novembre 2016, le gouverneur PMDB de Rio de Janeiro, Sergio Cabral, proche de Luiz Inácio Lula da Silva[5], est incarcéré pour avoir détourné l’équivalent de 60,5 millions d’euros[6]. Selon la presse brésilienne, trois députés du PMDB — Edson Albertassi, Paulo Melo et Jorge Picciani — sont impliqués dans l'assassinat de Marielle Franco en mars 2018[7].

Notes et références[modifier | modifier le code]

  1. « Brésil : le parti centriste PMDB pousse Rousseff vers la sortie - Les Echos », sur www.lesechos.fr, (consulté le 19 juin 2018).
  2. (en) Sybil Rhodes, Social Movements and Free-Market Capitalism in Latin America, State University of New York Press, , p. 117.
  3. (en) Tom Lansford, Political Handbook of the World 2014, CQ Press/SAGE, , p. 183.
  4. « Les ramifications du scandale Odebrecht », Le Monde diplomatique,‎ (lire en ligne).
  5. Claire Gatinois, « L’ex-gouverneur de Rio, de la vie de château au cachot », Le Monde.fr,‎ (ISSN 1950-6244, lire en ligne).
  6. « Brésil : Sergio Cabral, ex-gouverneur de Rio, arrêté pour soupçons de corruption », France 24,‎ (lire en ligne).
  7. « Meurtre de Marielle Franco au Brésil : des hommes politiques impliqués », sur lci.fr, .

Voir aussi[modifier | modifier le code]

Liens internes[modifier | modifier le code]

Lien externe[modifier | modifier le code]