JBS Friboi

Un article de Wikipédia, l'encyclopédie libre.
Aller à : navigation, rechercher
Page d'aide sur l'homonymie Pour les articles homonymes, voir JBS.
JBS
logo de JBS Friboi

Création 1953
Fondateurs José Batista Sobrinho
Forme juridique Société anonymeVoir et modifier les données sur Wikidata
Action BM&F Bovespa: JBSS3
Slogan Uma história feita de gente
Siège social São Paulo, SP
Drapeau du Brésil Brésil
Direction Joesley Mendonça Batista
Activité agroalimentaire
Produits viande bovine, porcine, volaille
Filiales JBS USA, Pilgrim's Pride
Effectif 200 000
Site web www.jbs.com.br

Chiffre d’affaires 47 milliards de dollars (2014)

JBS-Friboi est la principale multinationale brésilienne de l'industrie agroalimentaire, qui représente environ un quart du marché mondial du bœuf[1]. Elle distribue principalement des produits à base de viande (essentiellement du bœuf, du poulet et du porc), soit fraîches, soit réfrigérées. Elle est basée à São Paulo, mais fut fondée en 1953 à Anápolis, dans l'État de Goiás. JBS possède des usines notamment au Brésil, en Argentine, aux États-Unis et en Australie, et exporte vers près de 110 pays. Elle est impliquée dans plusieurs affaires de corruption au Brésil.

Historique[modifier | modifier le code]

La société s'est imposée comme l'un des leaders mondiaux dans le secteur de la viande avec l'acquisition de plusieurs magasins et entreprises de l'agroalimentaires au Brésil et dans le monde. Elle a notamment mis l'accent sur les États-Unis, via l'acquisition en 2007, pour 225 millions de dollars de la firme américaine Swift & Company. Cette dernière était notamment le troisième producteur de viande porcine aux États-Unis. JBS est le leader mondial en termes de capacité d'abattage, avec 51 400 têtes par jour, et continue de se concentrer sur les opérations de production, de transformation et d'exportation, au niveau national et international.

Avec cette acquisition, JBS est entrée sur le marché du porc, permettant de devenir à la fin de l'année le troisième producteur et transformateur de ce type de viande aux États-Unis. L'acquisition a élargi le portefeuille de la société, via l'obtention des droits à travers le monde de la marque Swift.

L'année suivante, JBS acquiert Smithfield Foods, dans le segment de la viande bovine. L'entreprise a alors été rebaptisée JBS Packerland.

Le , JBS acquiert l'activité d'exploitation alimentaire de Grupo Bertin, l'un des trois leaders du marché brésilien, consolidant sa position de plus grand producteur de viande bovine dans le monde. Les banques JP Morgan Chase et Santander Brasil ont participé à la transaction. Le même jour, il a été annoncé que la compagnie avait acquis 64 % de Pilgrim's Pride pour une offre de 2,8 milliards de dollars, renforçant la position de JBS dans la distribution de volaille. Cette participation est depuis passée à 67,2 %. La même année, la tentative de racheter National Beef, basé à Kansas City (Missouri), fut bloquée par les autorités américaines pour des raisons de concurrence[1].

En novembre 2014, JBS acquiert Primo Group, une entreprise spécialisée dans la production de jambon et de sauces en Australie et en Nouvelle-Zélande pour 1,25 milliard de dollars[2].

En juin 2015, JBS acquiert Moy Park, filiale britannique spécialisée dans l'aviculture du groupe Marfrig Global Foods, pour 1,2 milliard de dollars et une reprise de dette de 200 millions de dollars[3]. En juillet 2015, JBS fait une offre d'acquisition de 1,85 milliards de dollars sur les activités américaines d'élevage porcin de Cargill[4].

En septembre 2017, Pilgrim's Pride annonce l'acquisition de Moy Park, pour environ 1 milliard de dollars à JBS, qui elle-même détient toujours une participation majoritaire dans Pilgrim's Pride[5].

Corruption[modifier | modifier le code]

La multinationale aurait versé des pots-de-vin entre 2010 et 2017 au vice-président (2010-2016) puis président du Brésil (2016- ) Michel Temer, impliqué dans de nombreux scandales de corruption[6]. Elle aurait également cherché à acheter l'un des juges de la Cour suprême chargé d'affaires la concernant[7]. Elle aurait investi au total près de 350 millions de dollars en onze ans (2006-2017) pour acheter des hommes politiques[8].

JBS dans le monde[modifier | modifier le code]

JBS est présente sur les cinq continents. Elle est principalement présente en Amérique Latine (Brésil, Mexique, Chili, Argentine, Paraguay, Uruguay), mais aussi en Europe (Angleterre, Russie, Italie) aux États-Unis ou encore en Chine. Les États-Unis sont d'ailleurs le premier pays du groupe en termes d'employés, avec plus de 54 000 employés (contre près de 45 000 au Brésil).

Références[modifier | modifier le code]

  1. a et b Juan Forero, Brazilian company JBS dominates world beef industry from farm to fork, Washington Post, 14 avril 2011
  2. Brazil's JBS looking for deals in Americas, Australia: CEO, Tom Polansek, Reuters, 20 mai 2015
  3. Brazil's JBS to pay $1.5 billion for Marfrig's Moy Park, Reuters, 21 juin 2015
  4. JBS to purchase U.S. Cargill pork assets for $1.45 billion, Reuters, 1er juillet 2015
  5. « Pilgrim's Pride buys poultry supplier for $1 billion », sur Reuters,
  6. « Acusan a Michel Temer de recibir propinas de JBS desde 2010 », TeleSUR,‎ (lire en ligne)
  7. « Au Brésil, la justice rattrapée par le scandale politique », La Libre,‎ (lire en ligne)
  8. « 349,3 millones de dólares pagó JBS en sobornos a Michel Temer », TeleSUR,‎ (lire en ligne)

Voir aussi[modifier | modifier le code]

Liens internes[modifier | modifier le code]

Liens externes[modifier | modifier le code]