Parti des travailleurs (Brésil)

Un article de Wikipédia, l'encyclopédie libre.

Parti des travailleurs
(pt) Partido dos Trabalhadores
Image illustrative de l’article Parti des travailleurs (Brésil)
Logotype officiel.
Présentation
Présidente Gleisi Hoffmann
Fondation
Siège São Paulo, État de São Paulo (Brésil)
Positionnement Centre gauche à gauche[1],[2]
Idéologie Social-démocratie
Progressisme
Populisme de gauche[3]
Affiliation nationale Brésil de l'espoir
(depuis 2022)
Affiliation internationale Alliance progressiste
Forum de São Paulo
Adhérents 1 534 315 (2020)[4]
Couleurs Rouge Blanc
Site web pt.org.br
Représentation
Députés
68  /  513
Sénateurs
9  /  81

Le Parti des travailleurs (en portugais : Partido dos Trabalhadores, PT) est un parti politique brésilien de centre gauche fondé en 1980. Le Parti des travailleurs est membre de la COPPPAL.

Du parti sont issus Luiz Inácio Lula da Silva, président de la République de 2003 à 2011, et Dilma Rousseff, présidente de 2011 à 2016.

Historique[modifier | modifier le code]

Lancement[modifier | modifier le code]

Le PT a été fondé le , lorsque se réunirent les représentants de 17 États du Brésil au Collège de Sion, dans la ville de São Paulo. Le Manifeste de Fondation du PT était lancé, signé par 101 délégués de tout le pays.

Depuis la fin de 1978, syndicalistes, intellectuels, dirigeants de mouvements populaires, étudiants, discutaient de la nécessité de créer au Brésil un nouveau parti, indépendant et socialiste. Seuls deux partis existaient à cette époque, créés par la dictature : l'Alliance rénovatrice nationale, parti conservateur soutenant le régime militaire, et le Mouvement démocratique brésilien unique parti d'opposition autorisé par le pouvoir militaire.

Le PT est né de la dure et sanglante résistance pour la fin de la dictature militaire, dans le processus de la campagne pour la libération des prisonniers politiques et dans l’ambiance des grèves dures de la région de São Paulo.

Luis Inácio Lula da Silva, dirigeant des métallurgistes en grève de la région de São Paulo, en 1978, président du pays de 2003 à 2011, et Olívio Dutra, responsable du syndicat des employés de banque à l’époque et ancien Gouverneur de l’État du Rio Grande do Sul, ont été les deux principaux initiateurs du mouvement.

Au pouvoir[modifier | modifier le code]

L’arrivée au pouvoir de Lula, en 2003, s’inscrit dans un certain basculement à gauche qui s'opérait sur une partie du continent sud-américain, notamment en Argentine et au Venezuela. Le PT affichait sa volonté de rupture avec des décennies de difficultés sociales et de corruption.

Après deux mandats présidentiels de Lula, Dilma Rousseff est élue présidente en 2010. Elle est réélue en 2014, et voit rapidement sa popularité chuter. Elle est destituée en 2016.

Dans l'opposition[modifier | modifier le code]

Lors des élections générales de 2018, le PT subit un revers historique. S'il parvient à rester la première force politique au Parlement en termes d’élus malgré une forte baisse, il est devancé en nombre de voix par le Parti social-libéral (extrême droite) de Jair Bolsonaro. En particulier, l’ancienne présidente Dilma Rousseff est battue aux élections sénatoriales dans son État natal du Minas Gerais, n’arrivant qu’en quatrième position[5],[6]. À l’élection présidentielle, Fernando Haddad est largement devancé par Jair Bolsonaro.

La popularité du PT s'est émoussée surtout à partir des années 2010. Auprès du patronat d'abord : « la base syndicale du PT a dès le début inquiété les secteurs entrepreneuriaux habitués à la répression du régime militaire », estime Ricardo Musse, professeur de sociologie à l’université de São Paulo (USP). S’y ajoute un sentiment de « frustration relative » qui se diffuse dans les classes moyennes. « L’image du PT comme une possibilité de transformation de la société s’épuise. Le modèle conciliant du “lulisme” n’a pas modifié la concentration des rentes. Les plus pauvres sont un peu moins pauvres, mais les riches beaucoup plus riches », souligne Vladimir Safatle, professeur de philosophie à l’USP[7].

Présidents du parti[modifier | modifier le code]

Affaires[modifier | modifier le code]

Plusieurs personnalités du PT sont mêlées à des affaires de corruption sous les mandats du président Lula (scandale des mensualités, qui aboutit à la condamnation, par exemple, de José Dirceu, le plus haut membre du gouvernement), et sous son successeur Dilma Rousseff, impliquant Lula lui-même.

La lutte contre la corruption a fait l'objet d'une instrumentalisation à des fins politiques par les médias et des magistrats. Des universitaires ont calculé que 95 % des articles traitant de la corruption à la veille des élections présidentielles de 2010 et de 2014 concernaient le Parti des travailleurs[8]. Le Comité des droits de l'homme de l'ONU conclut en 2022 que l'enquête ayant conduit Lula en prison en 2016, alors qu'il était en tête des sondages pour l'élection présidentielle de 2018, n’a pas respecté ses droits[9]. L’enquête Lava Jato est désormais considérée comme « le plus grand scandale judiciaire de l’histoire du Brésil »[10]. Des enquêtes ont démontré comment les procédures furent entachées de nombreuses irrégularités et de confusions, révélé des messages compromettants échangés entre les procureurs et le juge Moro en dehors de tout cadre légal, et souligné les motivations politiques de magistrats qui ont instrumentalisé l’enquête afin de neutraliser le Parti des travailleurs[10].

Résultats électoraux[modifier | modifier le code]

Élections présidentielles[modifier | modifier le code]

Année Candidat 1er tour 2d tour
Voix % Rang Voix % Rang
1989 Luiz Inácio Lula da Silva 11 622 673 17,18 2e 31 076 364 46,97 2e
1994 Luiz Inácio Lula da Silva 17 122 127 27,07 2e
1998 Luiz Inácio Lula da Silva 21 475 218 31,71 2e
2002 Luiz Inácio Lula da Silva 39 455 233 46,44 1er 52 793 364 61,27 1er
2006 Luiz Inácio Lula da Silva 46 662 365 48,61 1er 58 295 042 60,83 1er
2010 Dilma Rousseff 47 651 434 46,91 1er 55 752 529 56,05 1er
2014 Dilma Rousseff 43 267 668 41,59 1er 54 501 118 51,64 1er
2018 Fernando Haddad 31 342 005 29,28 2e 47 040 906 44,87 2e
2022 Luiz Inácio Lula da Silva 57 259 504 48,43 1er 60 345 999 50,90 1er

Élections parlementaires[modifier | modifier le code]

Année Chambre des députés Sénat
Voix % Sièges Voix % Sièges Total des sièges[a 1]
1982 1 458 719 3,5
8  /  479
1 538 786 3,6
1986 3 253 999 6,9
16  /  487
1990 4 128 052 10,2
35  /  502
1  /  31
1  /  81
1994 5 959 854 13,1
49  /  513
13 198 319 13,8 4
5  /  81
1998 8 786 528 13,2
59  /  513
11 392 662 18,4
3  /  27
7  /  81
2002 16 094 080 18,4
91  /  513
32 739 665 21,3
10  /  54
14  /  81
2006 13 989 859 15,0
83  /  513
16 222 159 19,2
2  /  27
11  /  81
2010 16 289 199 16,9
88  /  513
39 410 141 23,1
11  /  45
14  /  81
2014 13 554 166 14,0
70  /  513
15 155 818 17,0
2  /  27
12  /  81
2018 10 126 611 10,4
56  /  513
24 785 670 14,5
4  /  54
6  /  81
  1. Total des sièges : sièges renouvelés cette année-là plus les sièges non renouvelés.

Notes et références[modifier | modifier le code]

  1. (en) Claire Rigby, « How Lula’s party fell from grace: the toppling of the Brazilian left », sur New Statesman, .
  2. (en) Daniel Gallas, « Dilma Rousseff and Brazil face up to decisive month », sur bbc.co.uk, .
  3. (en) Eduardo Porter, « Populist Policies Let Brazil’s Tomorrow Slip Away », The New York Times, (consulté le ).
  4. (pt) « Eleitores filiados », sur inter04.tse.jus.br (consulté le ).
  5. « Brésil: l'ex-présidente Dilma Rousseff échoue à être élue sénatrice », RTL Info,‎ (lire en ligne, consulté le ).
  6. (pt) Diario de Pernambuco, « Quatro anos depois, Aécio se elege e Dilma fica sem mandato », Diario de Pernambuco,‎ (lire en ligne, consulté le ).
  7. Jean-Mathieu Albertini, « Comment le Parti des travailleurs s’est fait détester », sur Mediapart (consulté le )
  8. Benoît Bréville et Renaud Lambert, « Sermonner le monde ou le changer », Le Monde diplomatique,‎ (lire en ligne)..
  9. « Brésil | L’enquête ayant conduit Lula en prison n’a pas respecté ses droits selon l’ONU », sur La Presse, (consulté le )
  10. a et b « Le naufrage de l’opération anticorruption « Lava Jato » au Brésil », Le Monde.fr,‎ (lire en ligne, consulté le )

Voir aussi[modifier | modifier le code]

Bibliographie[modifier | modifier le code]

  • (pt) Carlos Henrique Metidieri Menegozzo, Dainis Karepovs, Aline Fernanda Maciel, Patrícia Rodrigues da Silva et Rodrigo Cesar, Partido dos Trabalhadores : bibliografia comentada (1978–2002), Sao Paulo, Editora Fundação Perseu Abramo, 413 p., pdf (lire en ligne)
  • Lincoln Secco (trad. du portugais par Paula Salnot et Isabelle Pivert), Histoire du Parti des travailleurs au Brésil, Paris, éditions du Sextant, , p. 240.

Articles connexes[modifier | modifier le code]

Lien externe[modifier | modifier le code]