Mertzen

Un article de Wikipédia, l'encyclopédie libre.
Aller à : navigation, rechercher
Mertzen
La mairie
La mairie
Blason de Mertzen
Blason
Administration
Pays Drapeau de la France France
Région Alsace
Département Haut-Rhin
Arrondissement Altkirch
Canton Masevaux
Intercommunalité Communauté de communes de la Vallée de la Largue
Maire
Mandat
Joseph Wininger
2014-2020
Code postal 68210
Code commune 68202
Démographie
Population
municipale
222 hab. (2012)
Densité 110 hab./km2
Géographie
Coordonnées 47° 35′ 28″ N 7° 07′ 52″ E / 47.5911111111, 7.1311111111147° 35′ 28″ Nord 7° 07′ 52″ Est / 47.5911111111, 7.13111111111  
Altitude Min. 329 m – Max. 400 m
Superficie 2,01 km2
Localisation

Géolocalisation sur la carte : Haut-Rhin

Voir sur la carte administrative du Haut-Rhin
City locator 14.svg
Mertzen

Géolocalisation sur la carte : Haut-Rhin

Voir sur la carte topographique du Haut-Rhin
City locator 14.svg
Mertzen

Géolocalisation sur la carte : France

Voir la carte administrative de France
City locator 14.svg
Mertzen

Géolocalisation sur la carte : France

Voir la carte topographique de France
City locator 14.svg
Mertzen

Mertzen est une commune française située dans le département du Haut-Rhin, en région Alsace.

Ses habitants sont appelés les Mauriciens.

Géographie[modifier | modifier le code]

Mertzen est un village du Sundgau faisant partie de l'arrondissement d'Altkirch et du canton de Hirsingue.

Cours d'eau[modifier | modifier le code]

  • la Largue

Histoire[modifier | modifier le code]

Le village est à l'origine administré par les comtes d'Eguisheim et serait apparu vers le XIIe siècle sous le nom de Morenze. Dès l'origine, le couvent de Sainte-Croix-en-Plaine possède des biens dans le village. Ensuite, les possessions passent au comté de Ferrette qui les garde jusqu'au traité de Westphalie. À cette époque, il existe sans doute déjà une église qui est transformée en 1780 par le curé de l'époque, Ristenhueber. Pendant la Révolution, il est obligé de se cacher pour échapper aux poursuites des révolutionnaires. Il est remplacé par le curé Kachler, un prêtre jureur.

Héraldique[modifier | modifier le code]

Blason de Mertzen

Les armes de Mertzen se blasonnent ainsi :
« De gueules à la croix tréflée d'argent. »[1]

Politique et administration[modifier | modifier le code]

Liste des maires successifs
Période Identité Étiquette Qualité
mars 2001 2014 Charles Schwartzentruber    
mars 2014 en cours Joseph Wininger    
Les données manquantes sont à compléter.

Démographie[modifier | modifier le code]

En 2012, la commune comptait 222 habitants. L'évolution du nombre d'habitants est connue à travers les recensements de la population effectués dans la commune depuis 1793. À partir du XXIe siècle, les recensements réels des communes de moins de 10 000 habitants ont lieu tous les cinq ans, contrairement aux autres communes qui ont une enquête par sondage chaque année[Note 1],[Note 2].

           Évolution de la population  [modifier]
1793 1800 1806 1821 1831 1836 1841 1846 1851
154 149 173 219 257 235 209 210 210
1856 1861 1866 1871 1875 1880 1885 1890 1895
198 206 210 204 209 179 170 187 201
1900 1905 1910 1921 1926 1931 1936 1946 1954
191 194 201 185 187 172 174 183 160
1962 1968 1975 1982 1990 1999 2006 2008 2012
154 168 170 185 185 189 205 209 222
De 1962 à 1999 : population sans doubles comptes ; pour les dates suivantes : population municipale.
(Sources : Ldh/EHESS/Cassini jusqu'en 1999[2] puis Insee à partir de 2004[3].)
Histogramme de l'évolution démographique

Lieux et monuments[modifier | modifier le code]

Église Saint-Maurice[modifier | modifier le code]

L'église Saint-Maurice

Il s'agit d'une église dont l'origine remonte au XIIIe siècle et qui renferme des vestiges de l'époque romaine dans les fondations du beffroi qui font partie de l'église primitive. Les parties saillantes de la tour sont constituées de pierres à bosse que l'on remarque surtout dans les châteaux forts. Depuis 1802, les villages de Fulleren, Saint-Ulrich et Strueth font partie de la paroisse de Mertzen.

Chapelle Théobald Bilger[modifier | modifier le code]

Chapelle Théobald Bilger de Mertzen
Intérieur de la chapelle

Lors de la guerre de Crimée, le choléra se répandit dans toute l'Europe et fit de nombreuses victimes. Cette maladie se répandit comme une trainée de poudre et toucha le Sundgau, principalement les villages de Fulleren et Mertzen. Théobald Bilger (1813-1894) né en 1813 à Fulleren, entrepreneur de travaux publics édifia plusieurs églises dont celle de Florimont (Territoire de Belfort). Pendant l'épidémie, il fit un vœu, celui d'aller en pèlerinage prier sur les lieux saints à Jérusalem. Accompagné du curé de Mertzen, Johan Meyer, tous deux firent le trajet à pied et arrivèrent dans la ville sainte le 15 avril 1859. Ayant exaucé son vœu, l'entrepreneur construisit en 1878 une modeste chapelle au bord de la route. Un sceau marquant cet évènement et portant la date du 10 mai 1859 est conservé dans les archives de l'Association.

Moulin Bilger[modifier | modifier le code]

Le Sundgau comportait un nombre important de moulins, surtout l'arrondissement d'Altkirch où l'on en dénombrait jusqu'à quatre-vingt-douze. Ces moulins connurent une grande prospérité du XIXe siècle jusqu'à la Seconde Guerre mondiale. Le moulin de Mertzen était en activité jusqu'en 1966.

Oratoire (1920)[modifier | modifier le code]

Cet oratoire a été implanté par un soldat français ou sa famille. On découvre une niche à l'intérieur de l'oratoire représentant une scène biblique avec l'apparition du Christ à Sainte Marguerite-Marie à Paray-le-Monial (Saône-et-Loire).

Voir aussi[modifier | modifier le code]

Notes et références[modifier | modifier le code]

Notes[modifier | modifier le code]

  1. Au début du XXIe siècle, les modalités de recensement ont été modifiées par la loi no 2002-276 du 27 février 2002, dite « loi de démocratie de proximité » relative à la démocratie de proximité et notamment le titre V « des opérations de recensement », afin de permettre, après une période transitoire courant de 2004 à 2008, la publication annuelle de la population légale des différentes circonscriptions administratives françaises. Pour les communes dont la population est supérieure à 10 000 habitants, une enquête par sondage est effectuée chaque année, la totalité du territoire de ces communes est prise en compte au terme de la même période de cinq ans. La première population légale postérieure à celle de 1999 et s’inscrivant dans ce nouveau dispositif est entrée en vigueur au 1er janvier 2009 et correspond au recensement de l’année 2006.
  2. Dans le tableau des recensements et le graphique, par convention dans Wikipédia, le principe a été retenu, pour les populations légales postérieures à 1999 de n’afficher dans le tableau des recensements et le graphique que les populations correspondant à l'année 2006, première population légale publiée calculée conformément aux concepts définis dans le décret no 2003-485 du 5 juin 2003, et les années correspondant à une enquête exhaustive de recensement pour les communes de moins de 10 000 habitants, et aux années 2006, 2011, 2016, etc. pour les communes de plus de 10 000 habitants, ainsi que la dernière population légale publiée par l’Insee pour l'ensemble des communes.

Références[modifier | modifier le code]


Liens externes[modifier | modifier le code]

Sur les autres projets Wikimedia :