Montreux-Jeune

Un article de Wikipédia, l'encyclopédie libre.
Aller à : navigation, rechercher
Page d'aide sur l'homonymie Pour les articles homonymes, voir Montreux (homonymie).
Montreux-Jeune
La Maison Péronne, la mairie et Maison commune
La Maison Péronne, la mairie et Maison commune
Blason de Montreux-Jeune
Blason
Administration
Pays Drapeau de la France France
Région Alsace
Département Haut-Rhin
Arrondissement Altkirch
Canton Masevaux
Intercommunalité Communauté de communes de la porte d'Alsace
Maire
Mandat
Michel Herrgott
2014-2020
Code postal 68210
Code commune 68214
Démographie
Population
municipale
341 hab. (2012)
Densité 101 hab./km2
Géographie
Coordonnées 47° 36′ 41″ N 7° 01′ 58″ E / 47.6114, 7.032847° 36′ 41″ Nord 7° 01′ 58″ Est / 47.6114, 7.0328
Altitude Min. 338 m – Max. 377 m
Superficie 3,36 km2
Localisation

Géolocalisation sur la carte : Haut-Rhin

Voir sur la carte administrative du Haut-Rhin
City locator 14.svg
Montreux-Jeune

Géolocalisation sur la carte : Haut-Rhin

Voir sur la carte topographique du Haut-Rhin
City locator 14.svg
Montreux-Jeune

Géolocalisation sur la carte : France

Voir la carte administrative de France
City locator 14.svg
Montreux-Jeune

Géolocalisation sur la carte : France

Voir la carte topographique de France
City locator 14.svg
Montreux-Jeune

Montreux-Jeune est une commune française située dans le département du Haut-Rhin, en région Alsace.

Géographie[modifier | modifier le code]

Carte de la commune.

Toponymie[modifier | modifier le code]

  • Munstero (1576), Montreux le Jeune (1793).
  • En alsacien : Jungmìnschtràl ; en allemand : Jung-Münsterol[1].

Histoire[modifier | modifier le code]

Montreux-Jeune a été créé en 1090 sous une abbaye.

Au XVIIe siècle le chanoine de l'église abbatiale de Grandval, Wolfgang de Staal de Soleure, construisit une cure paroissiale et des granges.
En 1792, cette cure fut vendue comme bien national à Joseph Perronne alors maire de la commune. La maison fut léguée à la commune en 1923. En 1971, le bâtiment fut restauré et en 1986, la mairie intégra le bâtiment.

Au début de la première guerre mondiale des combats s'y sont déroulés 13 août 1914.

Héraldique[modifier | modifier le code]

Blason de Montreux-Jeune

Les armes de Montreux-Jeune se blasonnent ainsi :
« Coupé d'argent et de gueules au lion rampant à la queue fourchue, à la bordure engrelée, de l'un dans l'autre. »[2]

Politique et administration[modifier | modifier le code]

Liste des maires successifs[3]
Période Identité Étiquette Qualité
1789 1794 Jacques Thévenot    
1794 1795 Henri Hamlard    
1795 1797 Joseph Perronne (Montreux-Château-1772 / Montreux-Jeune-1829)   Cultivateur, Premier suppléant du Juge de Paix
1797 1806 Louis Boron    
1806 1821 Joseph Perronne (Montreux-Château-1772 / Montreux-Jeune-1829)   Cultivateur, Premier suppléant du Juge de Paix
1821 1826 Jean-Jacques Mauvais    
1826 1829 Joseph Perronne (Montreux-Château-1772 / Montreux-Jeune-1829)   Cultivateur, Premier suppléant du Juge de Paix
1829 1862 Louis Perronne Père (Montreux-Jeune-1792 / Montreux-Jeune-1862)    
1862 1871 Louis Perronne Fils (Montreux-Jeune-1810 /)   Cultivateur
1871 1875 Louis Viron    
1875 1876 Jean-Pierre Mauvais    
1876 1887 Jules Perronne (Montreux-Jeune-1845 /)   Cultivateur
1887 1897 Célestin Thiebaud    
1897 1902 Louis Perronne    
1902 1915 Emile Dinet    
1915 1925 Henri Schaker    
1925 1929 Louis Walther (Hirtzbach-1876 / Mulhouse-1962)   Employé des chemins de fer
1929 1935 Jules Viron    
1935 1944 François Dietlin    
1944 1945 Eugène Boyat    
1945 1959 Paul Lentz    
1959 1977 Camille Comtesse    
1977 1983 Pierre Chauvin    
1983 1995 Etienne Geiss    
1995 mars 2001 Jean-Joël Gallet    
mars 2001 en cours Michel Herrgott    
Les données manquantes sont à compléter.

Démographie[modifier | modifier le code]

En 2012, la commune comptait 341 habitants. L'évolution du nombre d'habitants est connue à travers les recensements de la population effectués dans la commune depuis 1793. À partir du XXIe siècle, les recensements réels des communes de moins de 10 000 habitants ont lieu tous les cinq ans, contrairement aux autres communes qui ont une enquête par sondage chaque année[Note 1],[Note 2].

           Évolution de la population  [modifier]
1793 1800 1806 1821 1831 1836 1841 1846 1851
118 224 287 253 312 329 301 284 286
1856 1861 1866 1871 1875 1880 1885 1890 1895
279 252 260 225 292 302 288 273 277
1900 1905 1910 1921 1926 1931 1936 1946 1954
268 282 341 261 237 218 203 215 212
1962 1968 1975 1982 1990 1999 2006 2011 2012
198 202 240 260 262 274 320 341 341
De 1962 à 1999 : population sans doubles comptes ; pour les dates suivantes : population municipale.
(Sources : Ldh/EHESS/Cassini jusqu'en 1999[4] puis Insee à partir de 2004[5].)
Histogramme de l'évolution démographique

Lieux et monuments[modifier | modifier le code]

  • la Maison Péronne dans laquelle est installée la mairie est la plus ancienne maison du village.
  • Église Saint Denis

Personnalités liées à la commune[modifier | modifier le code]

PERRONNE Louis[Qui ?]

Voir aussi[modifier | modifier le code]

Notes et références[modifier | modifier le code]

Notes[modifier | modifier le code]

  1. Au début du XXIe siècle, les modalités de recensement ont été modifiées par la loi no 2002-276 du 27 février 2002, dite « loi de démocratie de proximité » relative à la démocratie de proximité et notamment le titre V « des opérations de recensement », afin de permettre, après une période transitoire courant de 2004 à 2008, la publication annuelle de la population légale des différentes circonscriptions administratives françaises. Pour les communes dont la population est supérieure à 10 000 habitants, une enquête par sondage est effectuée chaque année, la totalité du territoire de ces communes est prise en compte au terme de la même période de cinq ans. La première population légale postérieure à celle de 1999 et s’inscrivant dans ce nouveau dispositif est entrée en vigueur au 1er janvier 2009 et correspond au recensement de l’année 2006.
  2. Dans le tableau des recensements et le graphique, par convention dans Wikipédia, le principe a été retenu, pour les populations légales postérieures à 1999 de n’afficher dans le tableau des recensements et le graphique que les populations correspondant à l'année 2006, première population légale publiée calculée conformément aux concepts définis dans le décret no 2003-485 du 5 juin 2003, et les années correspondant à une enquête exhaustive de recensement pour les communes de moins de 10 000 habitants, et aux années 2006, 2011, 2016, etc. pour les communes de plus de 10 000 habitants, ainsi que la dernière population légale publiée par l’Insee pour l'ensemble des communes.

Références[modifier | modifier le code]

  1. Dictionnaire topographique du département du Haut-Rhin - Georges Stoffel (1868)
  2. Archives Départementales du Haut-Rhin
  3. Archives départementales du Haut-Rhin
  4. Des villages de Cassini aux communes d'aujourd'hui sur le site de l'École des hautes études en sciences sociales.
  5. Fiches Insee - Populations légales de la commune pour les années 2006, 2011, 2012.


Liens externes[modifier | modifier le code]

Sur les autres projets Wikimedia :