Ballersdorf

Un article de Wikipédia, l'encyclopédie libre.
Aller à : navigation, rechercher
Ballersdorf
La mairie-école.
La mairie-école.
Blason de Ballersdorf
Blason
Administration
Pays Drapeau de la France France
Région Alsace
Département Haut-Rhin
Arrondissement Altkirch
Canton Altkirch
Intercommunalité Communauté de communes de la porte d'Alsace
Maire
Mandat
Bernard Boloronus
2014-2020
Code postal 68210
Code commune 68017
Démographie
Gentilé Ballersdorfois, Ballersdorfoises
Population
municipale
808 hab. (2011)
Densité 75 hab./km2
Géographie
Coordonnées 47° 37′ 22″ N 7° 09′ 42″ E / 47.622661, 7.161532 ()47° 37′ 22″ Nord 7° 09′ 42″ Est / 47.622661, 7.161532 ()  
Altitude Min. 292 m – Max. 387 m
Superficie 10,72 km2
Localisation

Géolocalisation sur la carte : Haut-Rhin

Voir sur la carte administrative du Haut-Rhin
City locator 14.svg
Ballersdorf

Géolocalisation sur la carte : Haut-Rhin

Voir sur la carte topographique du Haut-Rhin
City locator 14.svg
Ballersdorf

Géolocalisation sur la carte : France

Voir la carte administrative de France
City locator 14.svg
Ballersdorf

Géolocalisation sur la carte : France

Voir la carte topographique de France
City locator 14.svg
Ballersdorf

Ballersdorf est une commune française située dans le département du Haut-Rhin, en région Alsace.

Ballersdorf fut le lieu du massacre de Ballersdorf.

Ses habitants sont appelés les Ballersdorfois et les Ballersdorfoises.

Géographie[modifier | modifier le code]

Histoire[modifier | modifier le code]

L’origine du village est mal connue[1].

823 : première apparition de celui-ci sous la forme de Balderichsdorff sur un document (controversé).

1188 : un autre document (non contesté celui-là) mentionnerait l’existence du seigneur Johannes de BADRICORT.

1215 : un autre document mentionne le nom de Jordanus de BALERDSTORFF.

1342 : le nom de Pierre de Mettersdorf est également cité.

1365 : les deux villages, Mettersdorf et Baldersdorf, sont dévastés par les Anglais pendant la guerre de Cent Ans.

1375 : Mettersdorf et Ballersdorf sont incendiés.

1441 – 1576 : Mettersdorf disparait et son ban est donné à la commune de Ballersdorf.

1813 – 1815 : Ballersdorf subit d’énormes contraintes financières pour nourrir tour à tour la grande armée de Napoléon et l’armée de ses adversaires. Elle doit emprunter aux villages voisins pour payer les impôts exigés.

1870 – 1918 : le village n'est pas épargné par les 2 guerres consécutives contre l’Allemagne.

1943 : le 12 février, 18 hommes dont 12 Ballersdorfois incorporés de force décident de se soustraire à cette incorporation et sont arrêtés aussitôt dans la nuit. Trois d’entre eux seront tués, un seul s’échappera, les 14 autres seront jugés sommairement et 13 seront fusillés le 17 février 1943.

1944 : le 26 novembre, Ballersdorf est libéré.

En mémoire des 16 fusillés de 1943, une des rues du village a été baptisée : rue du 17 Février.

Les noms successifs du village à travers l’histoire :

823 : Balderichsdorff

1188 : Badricort

1215 : Balerstorf

1325 : Balerdorf

1362 : Baldersdorf

1426 : Baldersdorff

1576 : Baltersdorff

1671 : Ballerstorff

1731 : Badricourt

1845 : Ballersdorff

1915 : Badricourt

Le nom de Ballersdorf fut définitivement adopté en 1921.

Le 12 février 1943, fuyant l'incorporation de force dans la Wehrmacht, un groupe de 19 jeunes hommes originaires principalement de Ballersdorf tente de franchir la frontière avec la Suisse. Au cours de cette tentative, un gendarme allemand et trois réfractaires trouvent la mort. Le lendemain, le reste du groupe, à l'exception d'un qui arriva en Suisse, fut arrêté, puis fusillé dans les jours qui suivent. Les familles des réfractaires sont internées au camp de Schirmeck avant d'être déportées en Allemagne.

Héraldique[modifier | modifier le code]

Blason de Ballersdorf

Les armes de Ballersdorf se blasonnent ainsi :
« D'or à trois bandes d'azur, la première chargée de trois besants d'argent. »[2]

Politique et administration[modifier | modifier le code]

Liste des maires successifs
Période Identité Étiquette Qualité
mars 2001 en cours Bernard Boloronus    
Les données manquantes sont à compléter.

Démographie[modifier | modifier le code]

En 2011, la commune comptait 808 habitants. L'évolution du nombre d'habitants est connue à travers les recensements de la population effectués dans la commune depuis 1793. À partir du XXIe siècle, les recensements réels des communes de moins de 10 000 habitants ont lieu tous les cinq ans, contrairement aux autres communes qui ont une enquête par sondage chaque année[Note 1],[Note 2].

           Évolution de la population  [modifier]
1793 1800 1806 1821 1831 1836 1841 1846 1851
480 416 630 611 717 762 781 806 774
1856 1861 1866 1871 1875 1880 1885 1890 1895
760 777 748 717 724 742 678 649 617
1900 1905 1910 1921 1926 1931 1936 1946 1954
625 671 682 604 583 580 580 550 568
1962 1968 1975 1982 1990 1999 2005 2006 2010
600 602 617 659 642 719 829 845 811
2011 - - - - - - - -
808 - - - - - - - -
De 1962 à 1999 : population sans doubles comptes ; pour les dates suivantes : population municipale.
(Sources : Ldh/EHESS/Cassini jusqu'en 1999[3] puis Insee à partir de 2004[4].)
Histogramme de l'évolution démographique
L'église Saint-Jean-l'Évangéliste.

Lieux et monuments[modifier | modifier le code]

  • Église paroissiale Saint-Jean l'Évangéliste.
  • Chapelle Saint-Martin

La chapelle Saint-Martin[1],[5] est le seul vestige du village de Mettersdorf dont le toponyme serait une altération de « Martinsdorf ». Le vocable Saint-Martin plaiderait en faveur d’une telle hypothèse. Les éléments subsistants (notamment les remplages des fenêtres) permettent de proposer plusieurs périodes de construction : la fenêtre axiale pourrait être datée du XIVe siècle, les fenêtres de la nef du milieu du XVIe siècle, ainsi que l’encadrement de la porte. Toutefois, quelques éléments recueillis sur les lieux laisseraient supposer de l’existence d’une petite église en bois dès le Haut Moyen Âge. Elle fut reconstruite dans la première moitié du XVIIIe siècle et consacrée une nouvelle fois en 1747. Après la guerre de 1914-18, elle est restaurée en 1926, puis en 1951-1952. À noter également qu’il ne reste, hélas, rien de la maison de l’ermite citée au XVIIIe siècle. Aujourd’hui, l’entretien et les travaux de restauration sont pris en charge par l’association spécialement créée pour cela.

Personnalités liées à la commune[modifier | modifier le code]

Notes et références[modifier | modifier le code]

Notes[modifier | modifier le code]

  1. Au début du XXIe siècle, les modalités de recensement ont été modifiées par la loi no 2002-276 du 27 février 2002, dite « loi de démocratie de proximité » relative à la démocratie de proximité et notamment le titre V « des opérations de recensement », afin de permettre, après une période transitoire courant de 2004 à 2008, la publication annuelle de la population légale des différentes circonscriptions administratives françaises. Pour les communes dont la population est supérieure à 10 000 habitants, une enquête par sondage est effectuée chaque année, la totalité du territoire de ces communes est prise en compte au terme de la même période de cinq ans. La première population légale postérieure à celle de 1999 et s’inscrivant dans ce nouveau dispositif est entrée en vigueur au 1er janvier 2009 et correspond au recensement de l’année 2006.
  2. Dans le tableau des recensements et le graphique, par convention dans Wikipédia, et afin de permettre une comparaison correcte entre des recensements espacés d’une période de cinq ans, le principe a été retenu, pour les populations légales postérieures à 1999 de n’afficher dans le tableau des recensements et le graphique que les populations correspondant aux années 2006, 2011, 2016, etc., ainsi que la dernière population légale publiée par l’Insee.

Références[modifier | modifier le code]

  1. a et b Source : "Communauté de Communes de la Porte d'Alsace"
  2. Archives Départementales du Haut-Rhin
  3. Des villages de Cassini aux communes d'aujourd'hui sur le site de l'École des hautes études en sciences sociales.
  4. Fiches Insee - Populations légales de la commune pour les années 2005, 2006, 2010, 2011
  5. Service régional de l'inventaire Alsace - Palais du Rhin - Place de la République 67000 STRASBOURG


Voir aussi[modifier | modifier le code]

Sur les autres projets Wikimedia :

Articles connexes[modifier | modifier le code]

Liens externes[modifier | modifier le code]