Sainte-Croix-en-Plaine

Un article de Wikipédia, l'encyclopédie libre.

Sainte-Croix-en-Plaine

Heilig-Kreuz

Sainte-Croix-en-Plaine
La mairie.
Blason de Sainte-Croix-en-Plaine Heilig-Kreuz
Blason
Administration
Pays Drapeau de la France France
Région Grand Est
Collectivité territoriale Collectivité européenne d'Alsace
Circonscription départementale Haut-Rhin
Arrondissement Colmar-Ribeauvillé
Intercommunalité Colmar Agglomération
Maire
Mandat
Mario Ackermann
2020-2026
Code postal 68127
Code commune 68295
Démographie
Population
municipale
3 003 hab. (2018 en augmentation de 6,68 % par rapport à 2013)
Densité 117 hab./km2
Géographie
Coordonnées 48° 00′ 33″ nord, 7° 23′ 08″ est
Altitude Min. 190 m
Max. 202 m
Superficie 25,77 km2
Type Commune urbaine
Unité urbaine Sainte-Croix-en-Plaine
(ville isolée)
Aire d'attraction Colmar
(commune de la couronne)
Élections
Départementales Canton de Colmar-2
Législatives Première circonscription
Localisation
Géolocalisation sur la carte : Grand Est
Voir sur la carte administrative du Grand Est
City locator 14.svg
Sainte-Croix-en-Plaine Heilig-Kreuz
Géolocalisation sur la carte : Haut-Rhin
Voir sur la carte topographique du Haut-Rhin
City locator 14.svg
Sainte-Croix-en-Plaine Heilig-Kreuz
Géolocalisation sur la carte : France
Voir sur la carte administrative de France
City locator 14.svg
Sainte-Croix-en-Plaine Heilig-Kreuz
Géolocalisation sur la carte : France
Voir sur la carte topographique de France
City locator 14.svg
Sainte-Croix-en-Plaine Heilig-Kreuz

Sainte-Croix-en-Plaine (en allemand : Heilig-Kreuz) est une commune française située près de Colmar dans la circonscription administrative du Haut-Rhin et, depuis le , dans le territoire de la Collectivité européenne d'Alsace, en région Grand Est.

Cette commune se trouve dans la région historique et culturelle d'Alsace.

Géographie[modifier | modifier le code]

Urbanisme[modifier | modifier le code]

Typologie[modifier | modifier le code]

Sainte-Croix-en-Plaine est une commune urbaine, car elle fait partie des communes denses ou de densité intermédiaire, au sens de la grille communale de densité de l'Insee[Note 1],[1],[2],[3]. Elle appartient à l'unité urbaine de Sainte-Croix-en-Plaine, une unité urbaine monocommunale[4] de 2 978 habitants en 2017, constituant une ville isolée[5],[6].

Par ailleurs la commune fait partie de l'aire d'attraction de Colmar, dont elle est une commune de la couronne[Note 2]. Cette aire, qui regroupe 95 communes, est catégorisée dans les aires de 50 000 à moins de 200 000 habitants[7],[8].

Occupation des sols[modifier | modifier le code]

Carte en couleurs présentant l'occupation des sols.
Carte des infrastructures et de l'occupation des sols de la commune en 2018 (CLC).

L'occupation des sols de la commune, telle qu'elle ressort de la base de données européenne d’occupation biophysique des sols Corine Land Cover (CLC), est marquée par l'importance des territoires agricoles (61 % en 2018), néanmoins en diminution par rapport à 1990 (64,1 %). La répartition détaillée en 2018 est la suivante : terres arables (59,4 %), forêts (25,2 %), zones urbanisées (5 %), zones industrielles ou commerciales et réseaux de communication (4,9 %), milieux à végétation arbustive et/ou herbacée (1,9 %), mines, décharges et chantiers (1,7 %), zones agricoles hétérogènes (1,6 %), eaux continentales[Note 3] (0,3 %)[9].

L'IGN met par ailleurs à disposition un outil en ligne permettant de comparer l’évolution dans le temps de l’occupation des sols de la commune (ou de territoires à des échelles différentes). Plusieurs époques sont accessibles sous forme de cartes ou photos aériennes : la carte de Cassini (XVIIIe siècle), la carte d'état-major (1820-1866) et la période actuelle (1950 à aujourd'hui)[10].

Histoire[modifier | modifier le code]

  • La ville est issue d'une abbaye de femmes, fondée vers 1045 par le comte Hugo d'Eguisheim au sud de son fief, Woffenheim.
  • En 1049, son fils, Bruno, devenu le pape Léon IX, y consacre la première abbesse et fait don notamment de parcelles de la Sainte-Croix (d'où son nom).
  • Sainte-Croix-en-Plaine doit son nom et son origine à une abbaye de moniales bénédictines, située près du village aujourd'hui disparu de Woffenheim.

Cette abbaye fut fondée entre 1006 et 1035 par le Comte Hugo IV d’Eguisheim et par son épouse Heilwige de Dabo.
Leur fils Bruno d’Eguisheim, qui deviendra le pape Léon IX, avait été empoisonné enfant par un crapaud venimeux et resta longtemps entre la vie et la mort.
Sa guérison fut attribuée à un miracle qui est sans doute lié à la fondation du couvent par ses parents.
En 1049, devenu pape, il ordonna en personne la première abbesse et consacra l'église et le cimetière en l'honneur de la Sainte Croix.
Léon IX offrit à l'abbaye son étole, les vêtements liturgiques qu’il portait pour la consécration de l’abbaye, une bannière et un calice.
Mais surtout, il fit don de trois reliques de la Sainte Croix, montées en forme de crucifix, qui sont conservées à l'église aujourd'hui encore. La fondation avait désormais son trésor!
Au début du XIIIe siècle, le couvent et le village furent entourés de murs et de fossés, de sorte que dès 1250 Sainte-Croix-en-Plaine est élevée au rang de la Ville « Oppidum Sanctae Crucis ».
Jadis, trois villages étaient situés autour de Sainte-Croix-en-Plaine : Woffenheim, Dintzheim et Blienschweiller. Mais contrairement à notre cité ils n'ont pas survécu à ces époques troubles et ont aujourd'hui complètement disparu.
De toutes ces périodes, Sainte-Croix-en-Plaine a conservé des vestiges. Ainsi, du mur d'enceinte et du fossé entourant jadis la petite ville, des restes demeurent visibles. L'ancien château, établi sur une motte a disparu à la fin du XVIIIe siècle. Seule une partie en reste, dans l'ancienne école primaire « Le Château ».
Bien avant la période historique, le site occupé aujourd'hui par la ville de Sainte-Croix-en-Plaine avait déjà attiré les hommes[11].

  • Les plus anciennes traces d'occupation remontent à 800 av. J.-C.
  • La colonisation se constate vers 700 avant notre ère et se fait nettement plus dense au Hallstatt final (550-475 av. J.-C.).

Vers 450 avant notre ère, la région semble pourtant désertée. Mais tout laisse supposer que cet abandon ne sera qu'épisodique.
En effet, les découvertes d'objets montrent que la population locale était en contact étroit avec les peuples de Bourgogne et d'Allemagne de l'Ouest. Le site se trouvait à la croisée de cheminements commerciaux déjà très intenses permettant à l'artisanat local d'acheminer ses productions vers des centres lointains.
Située entre l'Ill et la Thur, à une altitude de 196 mètres au-dessus du niveau de la mer, à environ 7 km au sud de Colmar, Sainte-Croix-en-Plaine est déjà, à cette époque, une plaque tournante du commerce.
La population établie sur place se montre friande de produits importés, notamment des bijoux d'ambre et de perles de verre.
Localement des artisans doués fabriquent de lourds bracelets de bronze, décorés de cannelures longitudinales, qui sont exportés.

Héraldique[modifier | modifier le code]


Blason de Sainte-Croix-en-Plaine

Les armes de Sainte-Croix-en-Plaine se blasonnent ainsi :
« D'azur à la croix haussée tréflée au pied fiché d'argent, deux crosses d'or affrontées, futées d'argent, passées en sautoir et brochant sur le tout. »[12]

Politique et administration[modifier | modifier le code]

Tendances politiques et résultats[modifier | modifier le code]

Liste des maires[modifier | modifier le code]

Liste des maires successifs
Période Identité Étiquette Qualité
ca. 1886   François-Joseph Heymann    
? ? Édouard Heymann   Maire en 1920
? ? Léon Rohn   Maire en 1976
mars 1977 mars 2001 Armand Roth[13]    
mars 2001 mai 2020 François Heymann UDI Agriculteur retraité
6e vice-président de Colmar Agglomération
mai 2020 En cours
(au 23 mai 2020)
Mario Ackermann   Fonctionnaire, ancien adjoint au maire
Les données manquantes sont à compléter.

Démographie[modifier | modifier le code]

L'évolution du nombre d'habitants est connue à travers les recensements de la population effectués dans la commune depuis 1793. À partir de 2006, les populations légales des communes sont publiées annuellement par l'Insee. Le recensement repose désormais sur une collecte d'information annuelle, concernant successivement tous les territoires communaux au cours d'une période de cinq ans. Pour les communes de moins de 10 000 habitants, une enquête de recensement portant sur toute la population est réalisée tous les cinq ans, les populations légales des années intermédiaires étant quant à elles estimées par interpolation ou extrapolation[14]. Pour la commune, le premier recensement exhaustif entrant dans le cadre du nouveau dispositif a été réalisé en 2004[15].

En 2018, la commune comptait 3 003 habitants[Note 4], en augmentation de 6,68 % par rapport à 2013 (Haut-Rhin : +0,82 %, France hors Mayotte : +1,78 %).

Évolution de la population  [ modifier ]
1793 1800 1806 1821 1831 1836 1841 1846 1851
1 0311 0331 3501 5191 7291 6881 6091 6451 701
1856 1861 1866 1871 1875 1880 1885 1890 1895
1 6961 6891 6311 5821 4891 4701 4641 3961 325
1900 1905 1910 1921 1926 1931 1936 1946 1954
1 3561 3101 3541 2701 3241 3241 3031 3051 346
1962 1968 1975 1982 1990 1999 2004 2009 2014
1 3541 5022 0141 9331 8952 1212 3622 6612 836
2018 - - - - - - - -
3 003--------
De 1962 à 1999 : population sans doubles comptes ; pour les dates suivantes : population municipale.
(Sources : Ldh/EHESS/Cassini jusqu'en 1999[16] puis Insee à partir de 2006[17].)
Histogramme de l'évolution démographique

Économie[modifier | modifier le code]

La commune comptait 222 entreprises en 2016, dont 69 commerces et services aux particuliers[18].

Lieux et monuments[modifier | modifier le code]

L'orgue Callinet (1840)[modifier | modifier le code]

L'orgue Callinet est, selon les experts, l'un des plus beaux orgues conservés d'Alsace :

« L'orgue [...] est splendide; harmonieux, équilibré. C'est un des plus beaux sinon le plus beau buffet Callinet existant [...]. Ce n'est pas le plus grand orgue Callinet, mais ce fut sans doute le plus parfait. » P. MEYER-SIAT/les Callinet

L'orgue est reçu le par Martin Vogt de Colmar et François-Joseph Rich, l'organiste local.

Il servit de référence aux frères Callinet pour leur production future tant les facteurs d'orgue le considèrent comme une réussite.

Il est l'un des seuls du secteur dont le buffet et la partie instrumentale soient classés monuments historiques : la partie instrumentale a été classée le , le buffet le .

La commune, qui est propriétaire de l'instrument depuis 1838, a donné son accord de principe pour la restauration complète de l'instrument. En effet, si l'harmonie de l'orgue est encore très belle, elle est parfois inégale, et l'accord général est déficient. Le projet de restauration a été mené à bien[19].

L'église Saint-Barthélemy[modifier | modifier le code]

Personnalités liées à la commune[modifier | modifier le code]

  • Georges Stoffel[20], né en 1819 à Sainte-Croix-en-Plaine et décédé à Colmar en 1880[21] . D'abord employé à la préfecture de Colmar puis percepteur en 1845 à Dürlingsdorf et en 1856 à Habsheim. Il fit des recherches sur l'histoire de l'Alsace.
  • Luc Hueber (1888-1974), peintre né à Sainte-Croix-en-Plaine.

Jumelages[modifier | modifier le code]

Drapeau de l'Allemagne Merdingen (Allemagne) depuis 1968.

Les bus Trace[modifier | modifier le code]

La commune est desservie par les lignes et arrêts suivants :

Ligne Parcours Arrêts dans la commune
 22  Ste-Croix-en-Plaine – Gare – Théâtre Maison de l’Agriculture, La Colombe, Ancienne Gare, Ste Croix-en-Plaine Mairie, Calvaire, Ste Croix-en-Plaine Forêt Noire

FlexiTrace[modifier | modifier le code]

Un nouveau service de transport à la demande a été mis en place à Sainte-Croix-en-Plaine depuis le 5 juillet 2010, le service FlexiTrace. Il complète les horaires du service régulier des autocars affrétés par un service à la demande. Il permet de voyager en toute liberté sur simple réservation téléphonique préalable. Ce service fonctionne d’arrêt à arrêt sur l’itinéraire de la ligne   22  au départ ou à destination des arrêts situés à Sainte-Croix-en-Plaine. La tarification est identique à celle en usage dans les bus et autocars (billets ou abonnements).

Notes et références[modifier | modifier le code]

Notes[modifier | modifier le code]

  1. Selon le zonage des communes rurales et urbaines publié en novembre 2020, en application de la nouvelle définition de la ruralité validée le en comité interministériel des ruralités.
  2. La notion d'aire d'attraction des villes a remplacé en octobre 2020 l'ancienne notion d'aire urbaine, pour permettre des comparaisons cohérentes avec les autres pays de l'Union européenne.
  3. Les eaux continentales désignent toutes les eaux de surface, en général des eaux douces issues d'eau de pluie, qui se trouvent à l'intérieur des terres.
  4. Population municipale légale en vigueur au 1er janvier 2021, millésimée 2018, définie dans les limites territoriales en vigueur au 1er janvier 2020, date de référence statistique : 1er janvier 2018.

Références[modifier | modifier le code]

  1. « Typologie urbain / rural », sur www.observatoire-des-territoires.gouv.fr (consulté le ).
  2. « Commune urbaine - définition », sur le site de l’Insee (consulté le ).
  3. « Comprendre la grille de densité », sur www.observatoire-des-territoires.gouv.fr (consulté le ).
  4. « Unité urbaine 2020 de Sainte-Croix-en-Plaine », sur https://www.insee.fr/ (consulté le ).
  5. « Base des unités urbaines 2020 », sur www.insee.fr, (consulté le ).
  6. Vianney Costemalle, « Toujours plus d’habitants dans les unités urbaines », sur insee.fr, (consulté le ).
  7. « Liste des communes composant l'aire d'attraction de Colmar », sur insee.fr (consulté le ).
  8. Marie-Pierre de Bellefon, Pascal Eusebio, Jocelyn Forest, Olivier Pégaz-Blanc et Raymond Warnod (Insee), « En France, neuf personnes sur dix vivent dans l’aire d’attraction d’une ville », sur insee.fr, (consulté le ).
  9. « CORINE Land Cover (CLC) - Répartition des superficies en 15 postes d'occupation des sols (métropole). », sur le site des données et études statistiques du ministère de la Transition écologique. (consulté le )
  10. IGN, « Évolution de l'occupation des sols de la commune sur cartes et photos aériennes anciennes. », sur remonterletemps.ign.fr (consulté le ). Pour comparer l'évolution entre deux dates, cliquer sur le bas de la ligne séparative verticale et la déplacer à droite ou à gauche. Pour comparer deux autres cartes, choisir les cartes dans les fenêtres en haut à gauche de l'écran.
  11. Suzanne Plouin et Cécile Véber, Sainte-Croix-en-Plaine, une des plus grandes nécropoles d'Alsace (1100-400 avant notre ère), Colmar, Musée Unterlinden, , 24 p. (ISBN 978-2-902068-41-8).
  12. Archives Départementales du Haut-Rhin
  13. « 2001. [...] L'ancien maire, Armand Roth, ne réussit pas à se faire réélire après 24 années passées à la tête de la commune. » [1]
  14. L'organisation du recensement, sur insee.fr.
  15. Calendrier départemental des recensements, sur insee.fr.
  16. Des villages de Cassini aux communes d'aujourd'hui sur le site de l'École des hautes études en sciences sociales.
  17. Fiches Insee - Populations légales de la commune pour les années 2006, 2007, 2008, 2009, 2010, 2011, 2012, 2013, 2014, 2015, 2016, 2017 et 2018.
  18. http://www.journaldunet.com/management/ville/sainte-croix-en-plaine/ville-68295/entreprises
  19. « Orgue Callinet de Sainte-Croix-en-Plaine », sur fondation-patrimoine.org (consulté le ).
  20. « Un grand homme aux Journées du patrimoine », sur dna.fr, (consulté le ).
  21. X. Mossmann, « Nécrologie », sur Gallica, (consulté le ).

Voir aussi[modifier | modifier le code]

Liens externes[modifier | modifier le code]

Sur les autres projets Wikimedia :