Aller au contenu

Seppois-le-Haut

Un article de Wikipédia, l'encyclopédie libre.

Seppois-le-Haut
Seppois-le-Haut
La mairie de Seppois-le-Haut.
Blason de Seppois-le-Haut
Blason
Administration
Pays Drapeau de la France France
Région Grand Est
Collectivité territoriale Collectivité européenne d'Alsace
Circonscription départementale Haut-Rhin
Arrondissement Altkirch
Intercommunalité Communauté de communes Sud Alsace Largue
Maire
Mandat
Fabien Ulmann
2020-2026
Code postal 68580
Code commune 68306
Démographie
Gentilé Seppoisiens
Population
municipale
504 hab. (2021 en augmentation de 3,28 % par rapport à 2015)
Densité 80 hab./km2
Géographie
Coordonnées 47° 32′ 02″ nord, 7° 11′ 04″ est
Altitude Min. 379 m
Max. 432 m
Superficie 6,27 km2
Type Commune rurale
Aire d'attraction Commune hors attraction des villes
Élections
Départementales Canton de Masevaux
Législatives Troisième circonscription
Localisation
Géolocalisation sur la carte : France
Voir sur la carte topographique de France
Seppois-le-Haut
Géolocalisation sur la carte : France
Voir sur la carte administrative de France
Seppois-le-Haut
Géolocalisation sur la carte : Haut-Rhin
Voir sur la carte topographique du Haut-Rhin
Seppois-le-Haut
Géolocalisation sur la carte : Grand Est
Voir sur la carte administrative du Grand Est
Seppois-le-Haut

Seppois-le-Haut (Owersept en alsacien) est une commune française située dans la circonscription administrative du Haut-Rhin et, depuis le , dans le territoire de la Collectivité européenne d'Alsace, en région Grand Est.

Cette commune se trouve dans la région historique et culturelle d'Alsace.

Géographie[modifier | modifier le code]

Le village est situé à l'extrême sud-ouest du Sundgau. Il est au confluent de la Largue, qui le traverse, et du Grumbach. Il est plus ou moins à équidistance de Mulhouse au nord, de Belfort au sud-ouest et de Bâle à l'est.

Il forme une agglomération continue avec le village voisin de Seppois-le-Bas.

Communes limitrophes de Seppois-le-Haut
Seppois-le-Bas Largitzen
Seppois-le-Haut Bisel
Pfetterhouse Mooslargue

Hydrographie[modifier | modifier le code]

Réseau hydrographique[modifier | modifier le code]

La commune est dans le bassin versant du Rhin au sein du bassin Rhin-Meuse. Elle est drainée par la Largue, le Grumbach, le ruisseau de l'Étang de St Antoine[1], le ruisseau des Étangs de Gerschwiller[2] et le Dorfbach[3],[4],[Carte 1].

La Largue, d'une longueur de 51 km, prend sa source dans la commune de Oberlarg et se jette dans l'Ill à Illfurth, après avoir traversé 28 communes[5].

Le Grumbach, d'une longueur de 12 km, prend sa source dans la commune de Bendorf et se jette dans la Largue sur la commune, après avoir traversé cinq communes[6].

Carte en couleur présentant le réseau hydrographique de la commune
Réseau hydrographique de Seppois-le-Haut[Note 1].

Cinq plans d'eau complètent le réseau hydrographique : Blaisyweiher, d'une superficie totale de 2,3 ha (1 ha sur la commune), Mariagrube (0,5 ha), Metzgerweiher (1,5 ha), Schilligweiher, d'une superficie totale de 1 ha (0,8 ha sur la commune) et Septer Weiher, d'une superficie totale de 1,9 ha (0,8 ha sur la commune)[Carte 1],[7].

Gestion et qualité des eaux[modifier | modifier le code]

Le territoire communal est couvert par le schéma d'aménagement et de gestion des eaux (SAGE) « Largue ». Ce document de planification concerne le bassin versant de la Largue et une zone située à l'ouest du périmètre (la région de Montreux). Ce territoire s'étend sur 385 km2. Le périmètre a été arrêté le 4 mars 1996 et le SAGE proprement dit a été approuvé le puis révisé le . La structure porteuse de l'élaboration et de la mise en œuvre est le Syndicat mixte pour l'aménagement et la renaturation du bassin versant de la Largue et du secteur de Montreux, qui a évolué en Epage le , sous le nom de Epage Largue[8].

La qualité des cours d’eau peut être consultée sur un site dédié géré par les agences de l’eau et l’Agence française pour la biodiversité[Carte 2].

Climat[modifier | modifier le code]

En 2010, le climat de la commune est de type climat de montagne, selon une étude du Centre national de la recherche scientifique s'appuyant sur une série de données couvrant la période 1971-2000[9]. En 2020, Météo-France publie une typologie des climats de la France métropolitaine dans laquelle la commune est dans une zone de transition entre le climat semi-continental et le climat de montagne et est dans la région climatique Vosges, caractérisée par une pluviométrie très élevée (1 500 à 2 000 mm/an) en toutes saisons et un hiver rude (moins de °C)[10].

Pour la période 1971-2000, la température annuelle moyenne est de 9,6 °C, avec une amplitude thermique annuelle de 17,5 °C. Le cumul annuel moyen de précipitations est de 969 mm, avec 10,7 jours de précipitations en janvier et 10 jours en juillet[9]. Pour la période 1991-2020, la température moyenne annuelle observée sur la station météorologique de Météo-France la plus proche, « Carspach », sur la commune de Carspach à 9 km à vol d'oiseau[11], est de 11,0 °C et le cumul annuel moyen de précipitations est de 827,7 mm. La température maximale relevée sur cette station est de 38,1 °C, atteinte le ; la température minimale est de −17,7 °C, atteinte le [Note 2],[12],[13].

Les paramètres climatiques de la commune ont été estimés pour le milieu du siècle (2041-2070) selon différents scénarios d'émission de gaz à effet de serre à partir des nouvelles projections climatiques de référence DRIAS-2020[14]. Ils sont consultables sur un site dédié publié par Météo-France en novembre 2022[15].

Urbanisme[modifier | modifier le code]

Typologie[modifier | modifier le code]

Seppois-le-Haut est une commune rurale, car elle fait partie des communes peu ou très peu denses, au sens de la grille communale de densité de l'Insee[Note 3],[16],[17],[18]. La commune est en outre hors attraction des villes[19],[20].

Occupation des sols[modifier | modifier le code]

L'occupation des sols de la commune, telle qu'elle ressort de la base de données européenne d’occupation biophysique des sols Corine Land Cover (CLC), est marquée par l'importance des territoires agricoles (63,3 % en 2018), une proportion identique à celle de 1990 (62,6 %). La répartition détaillée en 2018 est la suivante : terres arables (55,1 %), forêts (31,6 %), zones agricoles hétérogènes (8,1 %), zones urbanisées (5,1 %), espaces verts artificialisés, non agricoles (0,1 %), prairies (0,1 %)[21]. L'évolution de l’occupation des sols de la commune et de ses infrastructures peut être observée sur les différentes représentations cartographiques du territoire : la carte de Cassini (XVIIIe siècle), la carte d'état-major (1820-1866) et les cartes ou photos aériennes de l'IGN pour la période actuelle (1950 à aujourd'hui)[Carte 3].

Carte en couleurs présentant l'occupation des sols.
Carte des infrastructures et de l'occupation des sols de la commune en 2018 (CLC).

Toponymie[modifier | modifier le code]

  • Sept (1303), Obersept (1793), Seppois-le-Haut (1801).
  • En allemand : Obersept[22].

Histoire[modifier | modifier le code]

Seppois-le-Bas a été durement touché durant les conflits de la Première Guerre mondiale.

La commune a été décorée le de la croix de guerre 1914-1918[23].

Héraldique[modifier | modifier le code]


Blason de Seppois-le-Haut

Les armes de Seppois-le-Haut se blasonnent ainsi :
« D'azur au cœur d'or. »[24]

Économie[modifier | modifier le code]

Malgré sa localisation à proximité du pôle de compétitivité « automobile du futur » (Mulhouse, Belfort, Sochaux-Montbéliard) et du site bâlois en pleine expansion économique, le village demeure largement rural.

Politique et administration[modifier | modifier le code]

Liste des maires[modifier | modifier le code]

Liste des maires successifs
Période Identité Étiquette Qualité
1995 2008 Maxime Koeberlé - -
mars 2008 2014 Patrick Mercier - -
mars 2014 En cours Fabien Ulmann - -
Les données manquantes sont à compléter.

Budget et fiscalité 2015[modifier | modifier le code]

En 2015, le budget de la commune était constitué ainsi[25] :

  • total des produits de fonctionnement : 382 000 , soit 774  par habitant ;
  • total des charges de fonctionnement : 320 000 , soit 648  par habitant ;
  • total des ressources d'investissement : 202 000 , soit 409  par habitant ;
  • total des emplois d'investissement : 167 000 , soit 338  par habitant ;
  • endettement : 793 000 , soit 1 605  par habitant.

Avec les taux de fiscalité suivants :

  • taxe d’habitation : 17,94 % ;
  • taxe foncière sur les propriétés bâties : 13,29 % ;
  • taxe foncière sur les propriétés non bâties : 51,01 % ;
  • taxe additionnelle à la taxe foncière sur les propriétés non bâties : 50,60 % ;
  • cotisation foncière des entreprises : 19,66 %.

Démographie[modifier | modifier le code]

L'évolution du nombre d'habitants est connue à travers les recensements de la population effectués dans la commune depuis 1793. Pour les communes de moins de 10 000 habitants, une enquête de recensement portant sur toute la population est réalisée tous les cinq ans, les populations légales des années intermédiaires étant quant à elles estimées par interpolation ou extrapolation[26]. Pour la commune, le premier recensement exhaustif entrant dans le cadre du nouveau dispositif a été réalisé en 2007[27].

En 2021, la commune comptait 504 habitants[Note 4], en augmentation de 3,28 % par rapport à 2015 (Haut-Rhin : +0,59 %, France hors Mayotte : +1,84 %).

Évolution de la population  [ modifier ]
1793 1800 1806 1821 1831 1836 1841 1846 1851
368320333380421451443473478
1856 1861 1866 1871 1875 1880 1885 1890 1895
400404421367373387351321348
1900 1905 1910 1921 1926 1931 1936 1946 1954
312346339250281272281298290
1962 1968 1975 1982 1990 1999 2006 2007 2012
306293322345335508518519484
2017 2021 - - - - - - -
511504-------
De 1962 à 1999 : population sans doubles comptes ; pour les dates suivantes : population municipale.
(Sources : Ldh/EHESS/Cassini jusqu'en 1999[28] puis Insee à partir de 2006[29].)
Histogramme de l'évolution démographique

Lieux et monuments[modifier | modifier le code]

  • La chapelle Sainte-Croix[30], dressée au milieu du village. Mentionnée pour la première fois en 1620, elle est certainement plus ancienne car elle dispose d'un chœur en architecture gothique avec une voûte en plein cintre ; aménagée en centre socio-culturel, des expositions et conférences s'y tiennent régulièrement ;
  • l'église Saint-Hubert[31], détruite pendant la Première Guerre mondiale et reconstruite en 1928. Elle remplace la première église de 1859 ; on peut y voir des sculptures et peintures remarquables (chemin de croix, banc de communion, maître-autel, tableaux représentant saint Sébastien et saint Roch) et son orgue de Frédéric Haerpfer[32] ;
  • de belles fontaines, réparties sur l'axe principal ;
  • les monuments commémoratifs[33] :
  • le tilleul de Kreuzengarten, abattu, situé dans le jardin de l'ancienne chapelle Sainte-Croix, était plusieurs fois centenaire.
L'église Saint-Hubert.
La chapelle Sainte-Croix.

Liste des rues[modifier | modifier le code]

  • Rue de Bâle
  • Rue des bergers
  • Rue de la chapelle
  • Rue de l'église
  • Rue des fontaines
  • Rue de la forêt
  • Rue du Kreuzengarten
  • Rue de Moos
  • Rue du Moulin
  • Rue de Pfetterhouse
  • Rue des prés
  • Rue des sapins

Personnalités liées à la commune[modifier | modifier le code]

Voir aussi[modifier | modifier le code]

Sur les autres projets Wikimedia :

Articles connexes[modifier | modifier le code]

Bibliographie[modifier | modifier le code]

Liens externes[modifier | modifier le code]

Notes et références[modifier | modifier le code]

Notes[modifier | modifier le code]

  1. Les ruisseaux intermittents sont représentés en traits pointillés.
  2. Les records sont établis sur la période du au .
  3. Selon le zonage des communes rurales et urbaines publié en novembre 2020, en application de la nouvelle définition de la ruralité validée le en comité interministériel des ruralités.
  4. Population municipale légale en vigueur au 1er janvier 2024, millésimée 2021, définie dans les limites territoriales en vigueur au 1er janvier 2023, date de référence statistique : 1er janvier 2021.

Cartes[modifier | modifier le code]

  1. a et b « Réseau hydrographique de Seppois-le-Haut » sur Géoportail (consulté le 15 juin 2024).
  2. « Qualité des eaux de rivière et de baignade. », sur qualite-riviere.lesagencesdeleau.fr/ (consulté le )
  3. IGN, « Évolution comparée de l'occupation des sols de la commune sur cartes anciennes », sur remonterletemps.ign.fr (consulté le ).

Références[modifier | modifier le code]

  1. Sandre, « le ruisseau de l'Étang de St Antoine »
  2. Sandre, « le ruisseau des Étangs de Gerschwiller »
  3. Sandre, « le Dorfbach »
  4. « Fiche communale de Seppois-le-Haut », sur le système d'information pour la gestion des eaux souterraines Rhin-Meuse (consulté le )
  5. Sandre, « la Largue »
  6. Sandre, « le Grumbach »
  7. « Le millésime 2022 de la BD TOPAGE® métropole est disponible », sur eaufrance.fr (consulté le ).
  8. « SAGE Largue », sur https://www.gesteau.fr/ (consulté le )
  9. a et b Daniel Joly, Thierry Brossard, Hervé Cardot, Jean Cavailhes, Mohamed Hilal et Pierre Wavresky, « Les types de climats en France, une construction spatiale », Cybergéo, revue européenne de géographie - European Journal of Geography, no 501,‎ (DOI 10.4000/cybergeo.23155, lire en ligne, consulté le )
  10. « Zonages climatiques en France métropolitaine. », sur pluiesextremes.meteo.fr (consulté le ).
  11. « Orthodromie entre Seppois-le-Haut et Carspach », sur fr.distance.to (consulté le ).
  12. « Station Météo-France « Carspach », sur la commune de Carspach - fiche climatologique - période 1991-2020. », sur donneespubliques.meteofrance.fr (consulté le )
  13. « Station Météo-France « Carspach », sur la commune de Carspach - fiche de métadonnées. », sur donneespubliques.meteofrance.fr (consulté le )
  14. « Les nouvelles projections climatiques de référence DRIAS-2020. », sur drias-climat.fr (consulté le )
  15. « Climadiag Commune : diagnostiquez les enjeux climatiques de votre collectivité. », sur meteofrance.com, (consulté le )
  16. « Typologie urbain / rural », sur www.observatoire-des-territoires.gouv.fr (consulté le ).
  17. « Commune rurale - définition », sur le site de l’Insee (consulté le ).
  18. « Comprendre la grille de densité », sur www.observatoire-des-territoires.gouv.fr (consulté le ).
  19. « Base des aires d'attraction des villes 2020. », sur insee.fr, (consulté le ).
  20. Marie-Pierre de Bellefon, Pascal Eusebio, Jocelyn Forest, Olivier Pégaz-Blanc et Raymond Warnod (Insee), « En France, neuf personnes sur dix vivent dans l’aire d’attraction d’une ville », sur insee.fr, (consulté le ).
  21. « CORINE Land Cover (CLC) - Répartition des superficies en 15 postes d'occupation des sols (métropole). », sur le site des données et études statistiques du ministère de la Transition écologique. (consulté le )
  22. Dictionnaire topographique du département du Haut-Rhin - Georges Stoffel (1868)
  23. Communes décorées de la Croix de guerre 1914-1918
  24. Archives Départementales du Haut-Rhin
  25. Les comptes de la commune « Copie archivée » (version du sur Internet Archive).
  26. L'organisation du recensement, sur insee.fr.
  27. Calendrier départemental des recensements, sur insee.fr.
  28. Des villages de Cassini aux communes d'aujourd'hui sur le site de l'École des hautes études en sciences sociales.
  29. Fiches Insee - Populations légales de la commune pour les années 2006, 2007, 2008, 2009, 2010, 2011, 2012, 2013, 2014, 2015, 2016, 2017, 2018, 2019, 2020 et 2021.
  30. « Chapelle de-la-Sainte-Croix », notice no IA68003007, sur la plateforme ouverte du patrimoine, base Mérimée, ministère français de la Culture.
  31. « église paroissiale Saint-Hubert », notice no IA68003006, sur la plateforme ouverte du patrimoine, base Mérimée, ministère français de la Culture.
  32. Seppois-le-Haut, St Hubert inventaire de l'orgue de Frédéric Haerpfer, 1929
  33. Monument commémoratif du 414e R.I. et de la 154e division, Stèle commémorative, Plaque commémorative 1939-1945, Plaque commémorative