Seppois-le-Haut

Un article de Wikipédia, l'encyclopédie libre.
Aller à : navigation, rechercher
Seppois-le-Haut
La mairie de Seppois-le-Haut
La mairie de Seppois-le-Haut
Blason de Seppois-le-Haut
Blason
Administration
Pays Drapeau de la France France
Région Alsace
Département Haut-Rhin
Arrondissement Altkirch
Canton Hirsingue
Intercommunalité Communauté de communes de la Vallée de la Largue depuis le 01 01 2014
Maire
Mandat
Fabien Ulmann
2014-2020
Code postal 68580
Code commune 68306
Démographie
Gentilé Seppoisiens, Seppoisiennes
Population
municipale
495 hab. (2011)
Densité 79 hab./km2
Géographie
Coordonnées 47° 32′ 02″ N 7° 11′ 04″ E / 47.5339, 7.1844 ()47° 32′ 02″ Nord 7° 11′ 04″ Est / 47.5339, 7.1844 ()  
Altitude Min. 379 m – Max. 432 m
Superficie 6,27 km2
Localisation

Géolocalisation sur la carte : Haut-Rhin

Voir sur la carte administrative du Haut-Rhin
City locator 14.svg
Seppois-le-Haut

Géolocalisation sur la carte : Haut-Rhin

Voir sur la carte topographique du Haut-Rhin
City locator 14.svg
Seppois-le-Haut

Géolocalisation sur la carte : France

Voir la carte administrative de France
City locator 14.svg
Seppois-le-Haut

Géolocalisation sur la carte : France

Voir la carte topographique de France
City locator 14.svg
Seppois-le-Haut

Seppois-le-Haut (Owersept en alsacien) est une commune française située dans le département du Haut-Rhin en région Alsace.

Géographie[modifier | modifier le code]

Le village est situé à l'extrême sud-ouest du Sundgau. Il est au confluent de la Largue, qui le traverse, et du Grumbach. Il est plus ou moins à équidistance de Mulhouse au nord, de Belfort au sud-ouest et de Bâle à l'est.

Il forme une agglomération continue avec le village voisin de Seppois-le-Bas.

Toponymie[modifier | modifier le code]

  • Sept (1303), Obersept (1793), Seppois-le-Haut (1801).
  • En allemand: Obersept[1].

Histoire[modifier | modifier le code]

Héraldique[modifier | modifier le code]

Blason de Seppois-le-Haut

Les armes de Seppois-le-Haut se blasonnent ainsi :
« D'azur au cœur d'or. »[2]

Économie[modifier | modifier le code]

Malgré sa localisation à proximité du pôle de compétitivité « automobile du futur » (Mulhouse, Belfort, Sochaux-Montbéliard) et du site bâlois en pleine expansion économique, le village demeure largement rural.

Politique et administration[modifier | modifier le code]

Liste des maires successifs
Période Identité Étiquette Qualité
1995 2008 Maxime Koeberlé - -
mars 2008 2014 Patrick Mercier - -
mars 2014 en cours Fabien Ulmann - -
Les données manquantes sont à compléter.

Démographie[modifier | modifier le code]

En 2011, la commune comptait 495 habitants. L'évolution du nombre d'habitants est connue à travers les recensements de la population effectués dans la commune depuis 1793. À partir du XXIe siècle, les recensements réels des communes de moins de 10 000 habitants ont lieu tous les cinq ans, contrairement aux autres communes qui ont une enquête par sondage chaque année[Note 1],[Note 2].

           Évolution de la population  [modifier]
1793 1800 1806 1821 1831 1836 1841 1846 1851
368 320 333 380 421 451 443 473 478
1856 1861 1866 1871 1875 1880 1885 1890 1895
400 404 421 367 373 387 351 321 348
1900 1905 1910 1921 1926 1931 1936 1946 1954
312 346 339 250 281 272 281 298 290
1962 1968 1975 1982 1990 1999 2006 2007 2011
306 293 322 345 335 508 518 519 495
De 1962 à 1999 : population sans doubles comptes ; pour les dates suivantes : population municipale.
(Sources : Ldh/EHESS/Cassini jusqu'en 1999[3] puis Insee à partir de 2004[4].)
Histogramme de l'évolution démographique

Lieux et monuments[modifier | modifier le code]

  • la chapelle Sainte-Croix, dressée au milieu du village. Mentionnée pour la première fois en 1620, elle est certainement plus ancienne car elle dispose d'un chœur en architecture gothique avec une voûte en plein cintre ; aménagée en centre socio-culturel, des expositions et conférences s'y tiennent régulièrement ;
  • l'église Saint-Hubert, détruite pendant la Première Guerre mondiale et reconstruite en 1928. Elle remplace la première église de 1859 ; on peut y voir des sculptures et peintures remarquables (chemin de croix, banc de communion, maître-autel, tableaux représentant Saint Sébastien et Saint Roch) ;
  • de belles fontaines, réparties sur l'axe principal ;
  • le tilleul de Kreuzengarten, abattu, situé dans le jardin de l'ancienne chapelle Sainte-Croix, était plusieurs fois centenaire.
L'église Saint-Hubert.
La chapelle Sainte-Croix.

Liste des rues[modifier | modifier le code]

  • Rue de Bâle
  • Rue des bergers
  • Rue de la chapelle
  • Rue de l'église
  • Rue des fontaines
  • Rue de la forêt
  • Rue du Kreuzengarten
  • Rue de Moos
  • Rue du Moulin
  • Rue de Pfetterhouse
  • Rue des prés
  • Rue des sapins

Personnalités liées à la commune[modifier | modifier le code]

Voir aussi[modifier | modifier le code]

Sur les autres projets Wikimedia :

Articles connexes[modifier | modifier le code]

Liens externes[modifier | modifier le code]

Notes et références[modifier | modifier le code]

Notes[modifier | modifier le code]

  1. Au début du XXIe siècle, les modalités de recensement ont été modifiées par la loi no 2002-276 du 27 février 2002, dite « loi de démocratie de proximité » relative à la démocratie de proximité et notamment le titre V « des opérations de recensement », afin de permettre, après une période transitoire courant de 2004 à 2008, la publication annuelle de la population légale des différentes circonscriptions administratives françaises. Pour les communes dont la population est supérieure à 10 000 habitants, une enquête par sondage est effectuée chaque année, la totalité du territoire de ces communes est prise en compte au terme de la même période de cinq ans. La première population légale postérieure à celle de 1999 et s’inscrivant dans ce nouveau dispositif est entrée en vigueur au 1er janvier 2009 et correspond au recensement de l’année 2006.
  2. Dans le tableau des recensements et le graphique, par convention dans Wikipédia, et afin de permettre une comparaison correcte entre des recensements espacés d’une période de cinq ans, le principe a été retenu, pour les populations légales postérieures à 1999 de n’afficher dans le tableau des recensements et le graphique que les populations correspondant aux années 2006, 2011, 2016, etc., ainsi que la dernière population légale publiée par l’Insee.

Références[modifier | modifier le code]

  1. Dictionnaire topographique du département du Haut-Rhin - Georges Stoffel (1868)
  2. Archives Départementales du Haut-Rhin
  3. Des villages de Cassini aux communes d'aujourd'hui sur le site de l'École des hautes études en sciences sociales.
  4. Fiches Insee - Populations légales de la commune pour les années 2006, 2007, 2011