Valdieu-Lutran

Un article de Wikipédia, l'encyclopédie libre.
Aller à : navigation, rechercher
Valdieu-Lutran
Mairie et Foyer communal
Mairie et Foyer communal
Blason de Valdieu-Lutran
Blason
Administration
Pays Drapeau de la France France
Région Alsace
Département Haut-Rhin
Arrondissement Altkirch
Canton Dannemarie
Intercommunalité Communauté de communes de la porte d'Alsace
Maire
Mandat
Florent Lachaussée
2014-2020
Code postal 68210
Code commune 68192
Démographie
Population
municipale
402 hab. (2012)
Densité 78 hab./km2
Géographie
Coordonnées 47° 37′ 39″ N 7° 03′ 33″ E / 47.6275, 7.059247° 37′ 39″ Nord 7° 03′ 33″ Est / 47.6275, 7.0592  
Altitude Min. 321 m – Max. 386 m
Superficie 5,17 km2
Localisation

Géolocalisation sur la carte : Haut-Rhin

Voir sur la carte administrative du Haut-Rhin
City locator 14.svg
Valdieu-Lutran

Géolocalisation sur la carte : Haut-Rhin

Voir sur la carte topographique du Haut-Rhin
City locator 14.svg
Valdieu-Lutran

Géolocalisation sur la carte : France

Voir la carte administrative de France
City locator 14.svg
Valdieu-Lutran

Géolocalisation sur la carte : France

Voir la carte topographique de France
City locator 14.svg
Valdieu-Lutran

Valdieu-Lutran est une commune française, située dans le département du Haut-Rhin en région Alsace.

Géographie[modifier | modifier le code]

Echelle d'écluses sur le canal du Rhône au Rhin à Valdieu-Lutran

Le village de Valdieu-Lutran se situe dans le Sundgau, au sud de l’Alsace, à l’entrée de la trouée de Belfort, sur la ligne de partage des eaux entre les bassins du Rhin et de la Saône. Le seuil de Valdieu est ainsi le point le plus bas de la trouée de Belfort, entre les massifs du Jura et des Vosges. De par cette situation géographique il a été longtemps un point de passage obligé entre le sud de l’Alsace et la Franche-Comté, ce qui explique la présence conjuguée de trois voies de communication : la route de Belfort à Bâle en Suisse, la voie ferrée reliant Belfort à Mulhouse et le canal du Rhône au Rhin.

La localité se trouve au cœur de la frontière linguistique qui sépare les habitants qui s’exprimaient autrefois en patois roman (et plus tard en français) de ceux qui parlent encore assez fréquemment le dialecte alsacien.

Le centre de l’ancien village de Lutran est implanté à un kilomètre au sud de Valdieu.

Toponymie[modifier | modifier le code]

  • Valdieu: Zu Ponnern (1456), Zu Bronnern oder Grun bey Getzthal (1562), Gotstal (1576), Vallis Dei ordinis Sancti Benedicti (1320), Gruen (1394), Grůn (1421), Vauldieu (1580), Vauldey (1402), en allemand: Grun im Gottesthal[1].
  • Lutran: Ludra (1249), Luttram (XVe siècle), Lutran (1418), Lutter (1458), Lutter bei Gotzthal (1564), Luttrans (1793), en allemand: Lutteren[1].
  • En alsacien : Grüene-Lüttre ou Grien-Lüttre.

Histoire[modifier | modifier le code]

La commune est créée le 1er janvier 1973 par fusion des anciennes communes de Valdieu et de Lutran.

Les deux entités ont une histoire commune bien antérieure à la fusion administrative de 1973. Les deux paroisses sont réunies en une seule dès 1775. L'église commune est érigée à Lutran entre 1774 à 1775. Par ailleurs, l’actuelle mairie et ancienne école intercommunale, construite en 1910, a longtemps été isolée à mi-chemin entre les deux villages. Ces bâtiments, comme la salle des fêtes, étaient partagés et administrés par les deux communes bien avant la fusion.

La Lutter, petit ruisseau qui traverse le village, a donné son nom à Lutran. Cette localité était mentionnée pour la première fois au XIIe siècle. Au XIIIe siècle fut fondée l’abbaye bénédictine Notre-Dame de Valdieu par Agnès de Commercy. La petite agglomération qui s’est développée autour de cette abbaye prit le nom de Valdieu. La construction de l’abbaye a été achevée vers 1258 et le site abandonné vers 1560. Vendu puis détruit lors de la révolution française, il n’en subsiste de nos jours aucun vestige visible.

Le réel développement de la localité de Valdieu a été consécutif au creusement du canal du Rhône au Rhin au début du XIXe siècle. Un petit port, le bassin de Valdieu, achevé en 1829, permettait d’amarrer des péniches. La construction, entre 1855 et 1858, de la voie ferrée qui se trouvait à proximité immédiate apporta au village un certain essor.

Après la guerre franco-prussienne de 1870, et malgré le fait qu’ils appartenaient à l’époque à l’arrondissement de Belfort, les villages de Lutran et de Valdieu deviennent allemands comme toute l’Alsace et une partie de la Lorraine. À la suite du traité de Francfort du 10 mai 1871, l’administration est confiée à l’empire allemand comme dans le reste du Haut-Rhin. La langue allemande est alors imposée progressivement.

Lors du premier conflit mondial, en 1914, le village se situe à quelques kilomètres seulement d'un front assez calme où se déroulera néanmoins une bataille meurtrière au lieu-dit le Moulin de la Gaille à Magny.

Après le traité de Versailles, le 28 juin 1919, les deux communes redeviennent françaises mais sont rattachées à l’arrondissement d'Altkirch dans le Haut-Rhin et non plus à celui de Belfort comme avant 1870.

Dès le début de la Seconde Guerre mondiale en 1940, le village est à nouveau occupé puis annexé au Troisième Reich allemand. Au cours de sa retraite, l'armée française fait sauter le pont du canal à Valdieu. Commence alors la germanisation comme dans le reste de l'Alsace. Le village est regroupé en une seule commune sous le nom de Gottesthal. Les noms patronymiques à consonance française sont germanisés dans les actes d'état civil et même le port du béret basque est prohibé.

La libération du village par la 1re armée française intervient le 27 novembre 1944 après une semaine de combats environ.

Les activités liées à la présence du canal du Rhône au Rhin se maintiennent jusqu'au déclin du trafic dans les années soixante-dix. La fermeture puis la destruction de la gare ferroviaire interviennent en 1970.

Le projet de construction d'un nouveau canal à grand gabarit, lancé en 1961 et déclaré d'utilité publique en 1978, fait naître une opposition importante dans la commune et les environs, sous l'impulsion des mouvements écologistes et des défenseurs de la nature. Le site de Valdieu était particulièrement concerné car sa situation géographique imposait la construction d'une nouvelle écluse en aval du village. En 1997, ce projet est définitivement abandonné sur décision du ministre de l'Environnement et de l'Aménagement du territoire.

Le village vit désormais au rythme de la navigation de plaisance et des activités sportives et de loisirs développées aux abords du canal, avec notamment la piste cyclable aménagée sur l'ancien chemin de halage. Cette piste fait partie intégrante de la véloroute EuroVelo 6 reliant Saint-Nazaire à Constanţa. Elle permet de rejoindre de nombreux autres itinéraires cyclables en Alsace, Franche-Comté, Suisse et Allemagne. Elle est partiellement fermée depuis septembre 2013 pour cause d'effondrement, mais une déviation a été mise en place sur quelques kilomètres.

Les activités de la commune sont essentiellement agricoles (élevage, céréales).

Héraldique[modifier | modifier le code]

Blason de Valdieu-Lutran

Les armes de Valdieu-Lutran se blasonnent ainsi :
« Parti, au 1er d'argent à la rose à quatre pétales de gueules barbée et boutonnée d'or, au 2nd d'azur à la fleur de lys d'or, le bâton pastoral d'or de saint Robert posé sur la partition. »[2]

Politique et administration[modifier | modifier le code]

Liste des maires successifs.

Maires de l'ancienne commune de LUTRAN

  • 1800-1803 : Louis FAUDROT
  • 1803-1805 : Joseph VIRON
  • 1805-1820 : Louis GAUTHERAT
  • 1820-1830 : Jean-Pierre BEURET
  • 1830-1835 : François COUCHOT
  • 1835-1837 : Joseph VIRON
  • 1837-1856 : Denis GAUTHERAT
  • 1856-1857 : Louis BARNABE
  • 1857-1860 : François GAUTHERAT
  • 1860-1871 : Denis GAUTHERAT
  • 1871-1876 : Auguste VIRON
  • 1876-1884 : Pierre Célestin BEUGLET
  • 1884-1887 : Joseph BARNABE
  • 1887-1902 : François COUCHOT
  • 1902-1929 : Célestin GAUTHERAT
  • 1929-1941 : Camille BOUVIER
  • 1941-1945 : néant
  • 1945-1971 : Camille BOUVIER
  • 1971-1972 : Paul BARNABE

Maires de l'ancienne commune de VALDIEU

  • 1800-1804 : Thiébaut LEMMELET
  • 1804-1816 : Joseph LEMMELET
  • 1816-1819 : Joseph FAIVRE
  • 1819-1844 : Jean Joseph FAIVRE
  • 1845-1848 : Louis LEMMELET
  • 1848-1851 : Jean-Pierre BOUVIER
  • 1851-1865 : Louis BARNABE
  • 1865-1871 : Jacques PACLEZ
  • 1871-1876 : Denis LEMMELET
  • 1876-1885 : Célestin FAIVRE
  • 1885-1896 : Louis BARNABE
  • 1896-1919 : Alfred FAIVRE
  • 1919-1945 : Louis CENTLIVRE
  • 1945-1964 : Justin GAUTHERAT
  • 1964-1971 : Joseph FAIVRE
  • 1971-1972 : Julien THIEBAUD

Maires de la commune de VALDIEU-LUTRAN

  • 1973-2001 : Julien THIEBAUD
  • 2001-2014 : Daniel BARNABE
  • 2014 : Florent LACHAUSSEE

Démographie[modifier | modifier le code]

En 2012, la commune comptait 402 habitants. L'évolution du nombre d'habitants est connue à travers les recensements de la population effectués dans la commune depuis 1793. À partir du XXIe siècle, les recensements réels des communes de moins de 10 000 habitants ont lieu tous les cinq ans, contrairement aux autres communes qui ont une enquête par sondage chaque année[Note 1],[Note 2].

           Évolution de la population  [modifier]
1793 1800 1806 1821 1831 1836 1841 1846 1851
241 265 270 262 291 269 239 243 259
1856 1861 1866 1871 1875 1880 1885 1890 1895
223 214 206 186 178 148 146 141 128
1900 1905 1910 1921 1926 1931 1936 1946 1954
136 120 118 122 122 131 137 131 133
1962 1968 1975 1982 1990 1999 2005 2006 2010
143 132 245 259 274 305 358 349 391
2012 - - - - - - - -
402 - - - - - - - -
De 1962 à 1999 : population sans doubles comptes ; pour les dates suivantes : population municipale.
(Sources : Ldh/EHESS/Cassini jusqu'en 1999[3] puis Insee à partir de 2004[4].)
Histogramme de l'évolution démographique
L'église Saint-Joseph à Lutran.

Lieux et monuments[modifier | modifier le code]

Principale curiosité du village, l'échelle d'écluses du canal du Rhône au Rhin. Constituée de 12 écluses entre Valdieu et Wolfersdorf, elle permet aux péniches de franchir un dénivelé de 30 mètres sur trois kilomètres.

Personnalités liées à la commune[modifier | modifier le code]

Notes et références[modifier | modifier le code]

Notes[modifier | modifier le code]

  1. Au début du XXIe siècle, les modalités de recensement ont été modifiées par la loi no 2002-276 du 27 février 2002, dite « loi de démocratie de proximité » relative à la démocratie de proximité et notamment le titre V « des opérations de recensement », afin de permettre, après une période transitoire courant de 2004 à 2008, la publication annuelle de la population légale des différentes circonscriptions administratives françaises. Pour les communes dont la population est supérieure à 10 000 habitants, une enquête par sondage est effectuée chaque année, la totalité du territoire de ces communes est prise en compte au terme de la même période de cinq ans. La première population légale postérieure à celle de 1999 et s’inscrivant dans ce nouveau dispositif est entrée en vigueur au 1er janvier 2009 et correspond au recensement de l’année 2006.
  2. Dans le tableau des recensements et le graphique, par convention dans Wikipédia, le principe a été retenu, pour les populations légales postérieures à 1999 de n’afficher dans le tableau des recensements et le graphique que les populations correspondant à l'année 2006, première population légale publiée calculée conformément aux concepts définis dans le décret no 2003-485 du 5 juin 2003, et les années correspondant à une enquête exhaustive de recensement pour les communes de moins de 10 000 habitants, et aux années 2006, 2011, 2016, etc. pour les communes de plus de 10 000 habitants, ainsi que la dernière population légale publiée par l’Insee pour l'ensemble des communes.

Références[modifier | modifier le code]

  1. a et b Dictionnaire topographique du département du Haut-Rhin - Georges Stoffel (1868)
  2. Archives Départementales du Haut-Rhin
  3. Des villages de Cassini aux communes d'aujourd'hui sur le site de l'École des hautes études en sciences sociales.
  4. Fiches Insee - Populations légales de la commune pour les années 2005, 2006, 2010, 2012

Voir aussi[modifier | modifier le code]

Articles connexes[modifier | modifier le code]

Liens externes[modifier | modifier le code]

Sur les autres projets Wikimedia :