Alfred Greven

Un article de Wikipédia, l'encyclopédie libre.
Aller à : navigation, rechercher
Alfred Greven
Naissance
Elberfeld
Nationalité Drapeau d'Allemagne Allemand
Décès (à 75 ans)
Profession Réalisateur, producteur de cinéma

Alfred Greven, né le à Elberfeld et mort le 9 février 1973 à Cologne, fut le directeur de la Continental-Films à sa création le 3 octobre 1940[1].

Greven devient membre de la Jagdgeschwader II en 1917.

Afred Greven était devenu l'ami d'Hermann Göring durant la Première Guerre mondiale et avait été Directeur de production à la UFA dans les années 1930[1].

La Continental-Films était la société de production de cinéma français mise en place par les Allemands durant l'Occupation. Nommé par Joseph Goebbels, il arrive à Paris en septembre 1940 pour diriger la Continental. Il crée ensuite la SOGEC, société d'exploitation des réseaux de salles de cinéma qu'elle « acquiert » des Juifs, puis l'ACE, filiale de la UFA dédiée à la distribution de films depuis 1926[1].

En tant que producteur, il finança des films audacieux comme Le Corbeau de Henri-Georges Clouzot ou Au bonheur des dames d'André Cayatte d'après Émile Zola, auteur mis à l'index par les nazis (voir des détails dans l'article Continental-Films).

Il n'aurait pas été inquiété à la Libération et aurait continué à exercer le métier de producteur après la guerre[2].

Interprétation[modifier | modifier le code]

Christian Berkel interprète son rôle dans Laissez-passer de Bertrand Tavernier.

Notes et références[modifier | modifier le code]

  1. a, b et c La politique cinématographique de la France en Allemagne occupée, 1945-1949, Laurence Thaisy, Presses universitaires du Septentrion, Villeneuve d'Ascq, 2006
  2. Jean Cosmos, dans La continental , Le cinéma français dans la main du diable, documentaire de Pierre-Henri Gibert, (en bonus du DVD La main du diable, Gaumont Vidéo, 2010

Liens externes[modifier | modifier le code]