Marsangy

Un article de Wikipédia, l'encyclopédie libre.

Marsangy
Marsangy
La mairie-école de Marsangy.
Blason de Marsangy
Héraldique
Administration
Pays Drapeau de la France France
Région Bourgogne-Franche-Comté
Département Yonne
Arrondissement Sens
Intercommunalité Communauté d'agglomération du Grand Sénonais
Maire
Mandat
Philippe Fontenel
2020-2026
Code postal 89500
Code commune 89245
Démographie
Population
municipale
849 hab. (2017 en augmentation de 4,69 % par rapport à 2012)
Densité 58 hab./km2
Géographie
Coordonnées 48° 06′ 40″ nord, 3° 15′ 29″ est
Altitude Min. 68 m
Max. 185 m
Superficie 14,68 km2
Élections
Départementales Canton de Villeneuve-sur-Yonne
Législatives Troisième circonscription
Localisation
Géolocalisation sur la carte : Bourgogne-Franche-Comté
Voir sur la carte administrative de Bourgogne-Franche-Comté
City locator 14.svg
Marsangy
Géolocalisation sur la carte : Yonne
Voir sur la carte topographique de l'Yonne
City locator 14.svg
Marsangy
Géolocalisation sur la carte : France
Voir sur la carte administrative de France
City locator 14.svg
Marsangy
Géolocalisation sur la carte : France
Voir sur la carte topographique de France
City locator 14.svg
Marsangy
Liens
Site web www.mairie-marsangy.fr

Marsangy est une commune française située dans le département de l'Yonne et la région de Bourgogne-Franche-Comté. Ses habitants sont appelés les Maximiacusiens.

Géographie[modifier | modifier le code]

La commune, située à environ 120 km de Paris et 12 km de Sens, est divisée en trois hameaux : Chaumes, Roussemeau et les Roches. L'altitude maximale de la commune est de 185 m aux Roches.

L’Yonne passe à l’est de la commune.

Marsangy est aisément accessible grâce à la proximité des autoroutes A5 et A6.

Communes limitrophes[modifier | modifier le code]

Toponymie[modifier | modifier le code]

Histoire[modifier | modifier le code]

Les grottes de Villiers-Toursol sont un site archéologique du Bronze final[1].

Selon certaines sources, à l'époque romaine, Maximus, un lieutenant de César, avait établi ici un camp permanent qui permettait de surveiller à la fois les vallées de l’Yonne et du Gâtinais. Ce camp prit le nom de Maximi Vicus (le village de Maximus).

Selon d'autres traditions, le village aurait été fondé par l’empereur Maximin lors de son expédition en Gaule contre les Germains en l’an 235, d’où l’appellation village de Maximin.

Ce nom est attesté sous la forme Maximiacus, au (VIIe siècle), puis Massengiacum, Massengi (1189), Marsengi (1212), Marsengiacum en 1257, Marsangiacum et enfin en 1275, Marsangy.

Quoi qu'il en soit, Ernest Nègre, dans sa Toponymie générale de la France (TGF), indique (§ 9277) que Marsangy est formé du nomen Maximius (porté par un autochtone) et du suffixe -acum et qu'il y a eu attraction par le nomen Marcianus ; et cite les formes anciennes suivantes : Maximiacus (857), Massengiacum (1188) et Marsengiacum (1257). Ce n'est du reste pas la seule commune dont le nom provient d'une forme *Maximiacum pas forcément attestée et qu'on fait donc précéder d'un astérisque selon l'usage des linguistes.

Le gentilé Maximiacusiens d'allure savante (encore que la désinence casuelle a été conservée : un gentilé tel que *Maximiaciens était attendu) est formé à partir de Maximiacus.

Marsangy aurait été une donation de Saint Tétrice, évêque d'Auxerre au VIIe siècle à la Cathédrale Saint-Étienne de Sens[2]. Elle a vu se développer au fil des siècles moulins, tuileries, forges et exploitation du grès[3].

Au XIIIe siècle, les terres de Marsangy appartenaient au Chapitre cathédral de Sens et à l'Abbaye Saint-Rémi de Sens. Au XVIIe siècle, c'est un fief de la seigneurie de Bray-sur-Seine lui même dépendant de la Commanderie de Roussemeau.

Au XVIIIe siècle, c'est une coseigneurie que se partagent Guillaume de Marsangy, Crépy-Champmillon, l'intendant Berthier de Sauvigny et le Maréchal Xavier de Saxe, oncle du Roi de France Louis XVI[4].

La famille de Marsangy du nom du dit village, originaire de Champagne, est célèbre dans la région, notamment Cécile de Marsangy dont une rue porte le nom à Sens. Les origines de la noblesse de la famille remontent au XVIe siècle. Christophe-Guillaume de Marsangy était bailli et gouverneur de Sens en 1562 ainsi que commissaire des guerres en 1570 durant les Guerres de religion qui ont touché la région[5]. Mademoiselle Cécile-Guillaume de Marsangy y possédait en effet des biens et maisons au XVIIe siècle où elle accueillit les nécessiteuses et orphelines des faubourgs vers 1680. Elle fonda notamment dans le faubourg d'Yonne un hospice des Orphelines[6].

Économie[modifier | modifier le code]

Politique et administration[modifier | modifier le code]

Liste des maires depuis la Libération
Période Identité Étiquette Qualité
         
1947 1956 Paul Potherat    
1956 1965 Camille Guinot    
1965 1989 Pierre Girault    
1989 1995 Raymond Marin    
1995 2016 Jean-Claude Faynot[7]    
2016 En cours Philippe Fontenel    

Démographie[modifier | modifier le code]

L'évolution du nombre d'habitants est connue à travers les recensements de la population effectués dans la commune depuis 1793. À partir de 2006, les populations légales des communes sont publiées annuellement par l'Insee. Le recensement repose désormais sur une collecte d'information annuelle, concernant successivement tous les territoires communaux au cours d'une période de cinq ans. Pour les communes de moins de 10 000 habitants, une enquête de recensement portant sur toute la population est réalisée tous les cinq ans, les populations légales des années intermédiaires étant quant à elles estimées par interpolation ou extrapolation[8]. Pour la commune, le premier recensement exhaustif entrant dans le cadre du nouveau dispositif a été réalisé en 2007[9].

En 2017, la commune comptait 849 habitants[Note 1], en augmentation de 4,69 % par rapport à 2012 (Yonne : -1,06 %, France hors Mayotte : +2,36 %).

Évolution de la population  [ modifier ]
1793 1800 1806 1821 1831 1836 1841 1846 1851
803649649738786763798856914
1856 1861 1866 1872 1876 1881 1886 1891 1896
842789808815738723766778756
1901 1906 1911 1921 1926 1931 1936 1946 1954
697695629514522506433446366
1962 1968 1975 1982 1990 1999 2006 2007 2012
303345372384538692801816811
2017 - - - - - - - -
849--------
De 1962 à 1999 : population sans doubles comptes ; pour les dates suivantes : population municipale.
(Sources : Ldh/EHESS/Cassini jusqu'en 1999[10] puis Insee à partir de 2006[11].)
Histogramme de l'évolution démographique

Monuments[modifier | modifier le code]

Église Saint-Germain de Marsangy.
  • Église Saint-Germain: fondée au IXe siècle; l'église possède une porte romane sous le porche. La tour-porche date de 1768. Les vitraux sont du XIIIe siècle et du XIVe siècle. L'un d'eux représente saint Germain, patron de l'église et d'autres religieux, évêques et abbés dont un certain Maître Bovo et un maître Guido[2]. Son autel avec un retable sont du XVIIIe siècle. On y trouve également un tableau représentant Saint Germain.
  • La commanderie hospitalière de Roussemeau : Elle est située dans le fond de vallée menant à Égriselles-le-bocage[2]. Elle dépendait de l'Ordre de Saint-Jean de Jérusalem, Rhodes et Malte et est citée dès 1150. Elle fut rattachée à Launay en 1474[12].
  • Le château, construit au cœur du village par Robert de Marsangy à partir de 1616. Il appartenait à la famille des Bonneville de Marsangy. Il en reste aujourd'hui un pigeonnier, des fossés, un pont-levis et des communs transformés en ferme[4].

Personnages liés à la commune[modifier | modifier le code]

Équipement collectif, enseignement[modifier | modifier le code]

  • Depuis 1993, les classes primaires se trouvent à Marsangy et les classes maternelles à Rousson.

Animation et vie locale[modifier | modifier le code]

Le village a plusieurs associations, en particulier Agissons ensemble pour Marsangy qui organise de nombreuses animations culturelles, sportives (gymnastique, marche nordique, vtt) et festives (vide-grenier, marche dînatoire, repas anîmés...).

La bibliothèque municipale organise des expositions et des animations culturelles liées à l'histoire de Marsangy.

Pour approfondir[modifier | modifier le code]

Les ouailles ont déposé une plainte contre le maire pour avoir fait sonner les cloches à Marsangy quand elles étaient à Rome « La Lanterne » 1er mai 1908

Sur les autres projets Wikimedia :

Bibliographie[modifier | modifier le code]

Articles connexes[modifier | modifier le code]

Liens externes[modifier | modifier le code]

Notes et références[modifier | modifier le code]

Notes[modifier | modifier le code]

  1. Population municipale légale en vigueur au 1er janvier 2020, millésimée 2017, définie dans les limites territoriales en vigueur au 1er janvier 2019, date de référence statistique : 1er janvier 2017.

Références[modifier | modifier le code]

  1. (1979) Bernard Poitout et Claude Mordant, « Les incinérations du Bronze final des Milosiottes à Noyers (Yonne) », Bulletin de la Société préhistorique française, vol. 76, no 2,‎ , p. 55-62 (lire en ligne, consulté le 9 juillet 2018), p. 56.
  2. a b et c Annuaire historique de l'Yonne, volume 12, p.186
  3. Site officiel du Grand Sénonais
  4. a et b Maurice Pignard-Peguet, Histoire des communes de l'Yonne, tome IV : Arrondissement de Sens, 1913
  5. Dictionnaire de la noblesse de l'Yonne
  6. Histoire de Sens et du Sénonais
  7. Conseil général de l’Yonne, Ma Commune, consulté le 27 décembre 2013.
  8. L'organisation du recensement, sur insee.fr.
  9. Calendrier départemental des recensements, sur insee.fr.
  10. Des villages de Cassini aux communes d'aujourd'hui sur le site de l'École des hautes études en sciences sociales.
  11. Fiches Insee - Populations légales de la commune pour les années 2006, 2007, 2008, 2009, 2010, 2011, 2012, 2013, 2014, 2015, 2016 et 2017.
  12. Archives départementales de l'Yonne