Passy (Yonne)

Un article de Wikipédia, l'encyclopédie libre.
Aller à : navigation, rechercher
Page d'aide sur l'homonymie Pour les articles homonymes, voir Passy.
Passy
La mairie & le bar-épicerie.
La mairie & le bar-épicerie.
Administration
Pays Drapeau de la France France
Région Bourgogne
Département Yonne
Arrondissement Sens
Canton Sens-Sud-Est
Intercommunalité sans
Maire Pascal Crou
Code postal 89510
Code commune 89291
Démographie
Population
municipale
333 hab. (2011)
Densité 58 hab./km2
Géographie
Coordonnées 48° 06′ 38″ N 3° 18′ 12″ E / 48.1105555556, 3.30333333333 ()48° 06′ 38″ Nord 3° 18′ 12″ Est / 48.1105555556, 3.30333333333 ()  
Altitude Min. 69 m – Max. 185 m
Superficie 5,74 km2
Localisation

Géolocalisation sur la carte : France

Voir la carte administrative de France
City locator 14.svg
Passy

Géolocalisation sur la carte : France

Voir la carte topographique de France
City locator 14.svg
Passy

Passy est une commune française située dans le département de l'Yonne en région Bourgogne.

Géographie[modifier | modifier le code]

Communes limitrophes[modifier | modifier le code]

Rose des vents Véron Rose des vents
Marsangy N
O    Passy    E
S
Villeneuve-sur-Yonne

Histoire[modifier | modifier le code]

L'occupation du site est très ancienne et remonte au moins jusqu'au Néolithique moyen (vers 4600 à 3500 av. J.-C.), de nombreux tumuli ont été découverts, mis au jour par des fouilles, alors que ceux-ci apparaissaient jusqu'alors comme des anomalies géologiques. La typologie caractéristique de ces sépultures a donné le type dit « de Passy »[1].

Sur cette précédente occupation est situé un site protohistorique plus récent dit Les Prés pendus qui apparaît comme étant être un important complexe funéraire de crémation et inhumation, où deux campagnes de fouilles en 1996 et 1997 ont permis de retrouver une vaste nécropole datant de la fin de l'âge du bronze (vers 1200 av. J.-C.)[2].

En 2006, sur le lieu-dit La Truie Pendue une zone funéraire allant du Néolithique (-4000) à la fin de l’âge du bronze (-800) a été découverte lors de l’agrandissement d’une carrière de granulats sur la rive droite de l’Yonne[3]

Économie[modifier | modifier le code]

Politique et administration[modifier | modifier le code]

Liste des maires successifs
Période Identité Étiquette Qualité
         
avant 2007 réélu en mars 2008 Pascal Crou[4]    

Démographie[modifier | modifier le code]

En 2011, la commune comptait 333 habitants. L'évolution du nombre d'habitants est connue à travers les recensements de la population effectués dans la commune depuis 1793. À partir du XXIe siècle, les recensements réels des communes de moins de 10 000 habitants ont lieu tous les cinq ans, contrairement aux autres communes qui ont une enquête par sondage chaque année[Note 1],[Note 2].

           Évolution de la population  [modifier]
1793 1800 1806 1821 1831 1836 1841 1846 1851
615 589 595 553 591 571 580 568 562
1856 1861 1866 1872 1876 1881 1886 1891 1896
509 536 538 481 449 432 414 366 328
1901 1906 1911 1921 1926 1931 1936 1946 1954
299 316 326 342 277 246 231 219 215
1962 1968 1975 1982 1990 1999 2006 2007 2011
188 169 219 197 223 301 303 304 333
De 1962 à 1999 : population sans doubles comptes ; pour les dates suivantes : population municipale.
(Sources : Ldh/EHESS/Cassini jusqu'en 1999[5] puis Insee à partir de 2004[6])
Histogramme de l'évolution démographique


Culture locale et patrimoine[modifier | modifier le code]

Lieux et monuments[modifier | modifier le code]

  • Le château de Passy à Passy 89

Personnalités liées à la commune[modifier | modifier le code]

Pour approfondir[modifier | modifier le code]

Sur les autres projets Wikimedia :

Bibliographie[modifier | modifier le code]

Articles connexes[modifier | modifier le code]

Liens externes[modifier | modifier le code]

Notes et références[modifier | modifier le code]

Notes[modifier | modifier le code]

  1. Au début du XXIe siècle, les modalités de recensement ont été modifiées par la loi no 2002-276 du 27 février 2002, dite « loi de démocratie de proximité » relative à la démocratie de proximité et notamment le titre V « des opérations de recensement », afin de permettre, après une période transitoire courant de 2004 à 2008, la publication annuelle de la population légale des différentes circonscriptions administratives françaises. Pour les communes dont la population est supérieure à 10 000 habitants, une enquête par sondage est effectuée chaque année, la totalité du territoire de ces communes est prise en compte au terme de la même période de cinq ans. La première population légale postérieure à celle de 1999 et s’inscrivant dans ce nouveau dispositif est entrée en vigueur au 1er janvier 2009 et correspond au recensement de l’année 2006.
  2. Dans le tableau des recensements et le graphique, par convention dans Wikipédia, et afin de permettre une comparaison correcte entre des recensements espacés d’une période de cinq ans, le principe a été retenu, pour les populations légales postérieures à 1999 de n’afficher dans le tableau des recensements et le graphique que les populations correspondant aux années 2006, 2011, 2016, etc., ainsi que la dernière population légale publiée par l’Insee.

Références[modifier | modifier le code]

  1. Jean-Paul Delor, « Le Néolithique de la vallée de l'Yonne (France) à travers la prospection aérienne », dans Revue archéologique de Picardie, Volume 17, numéro 17, 1999.
  2. « ICAUNA L'Archéologie dans l'Yonne », no 1, avril-mai-juin 2000, Conseil Général de l'Yonne
  3. Inrap rapport d'activité 2006 page 14
  4. Conseil général de l’Yonne, Ma Commune, consulté le 27 décembre 2013.
  5. Des villages de Cassini aux communes d'aujourd'hui sur le site de l'École des hautes études en sciences sociales.
  6. Fiches Insee - Populations légales de la commune pour les années 2006, 2007, 2011
  7. « D'abord repérée d'avion, puis fouillée sur l'emprise d'une gravière, la nécropole néolithique de Passy couvre plus de 20 hectares. Elle se compose d'une trentaine de grands monuments allongés, orientés à l'Est, et construits de terre et de bois. Les défunts, déposés sur le dos dans de probables coffres, reposaient dans des fosses profondes creusées dans l'axe des monuments. Les dépôts funéraires, qui comprennent des objets anthropomorphes, permettent d'attribuer ces sépultures au groupe de Cerny. », P. Duhamel, La nécropole monumentale Cerny de Passy, Mémoires du Musée de préhistoire d'Île-de-France, 1988