Pincevent

Un article de Wikipédia, l'encyclopédie libre.
Aller à : navigation, rechercher
Pincevent
Entrée du centre archéologique de Pincevent
Entrée du centre archéologique de Pincevent
Localisation
Pays Drapeau de la France France
Coordonnées 48° 22′ 05″ nord, 2° 53′ 40″ est

Géolocalisation sur la carte : France

(Voir situation sur carte : France)
Pincevent
Pincevent

Le site préhistorique de Pincevent se trouve sur la commune de La Grande-Paroisse, dans la vallée de la Seine en aval de Montereau-Fault-Yonne. Il a livré les vestiges d'un campement de chasseurs de rennes magdaléniens datant d'environ 12 300 ans. Sa découverte en 1964 puis sa fouille sous la direction d'André Leroi-Gourhan ont permis des progrès importants dans la connaissance du Magdalénien mais aussi en ce qui concerne les méthodes de l'archéologie préhistorique.

Historique des découvertes[modifier | modifier le code]

Le site de Pincevent se trouve dans une sablière exploitée depuis 1926. À partir de 1956, des découvertes fortuites y sont réalisées, puis des fouilles de sauvetage concernent un cimetière du Ve siècle. Des édifices gallo-romains, un cimetière gaulois, 10 à 11 foyers probablement néolithiques et les premiers foyers magdaléniens sont détruits par l'exploitation de la carrière entre 1956 et 1964, malgré la surveillance de chercheurs bénévoles dépourvus de moyens d'intervention.

L'un de ces chercheurs, Isabelle Roux-Rath, spécialiste de paléoclimatologie, qui réside à la Grande Paroisse, alerte l'équipe d'André Leroi-Gourhan, le Centre de recherches préhistoriques et protohistoriques de l'université de Paris-I, qui intervient dans un premier temps dans le cadre de fouilles de sauvetage. Compte tenu de l'intérêt et de l'étendue du site, des mesures de protection sont prises puis le terrain est acquis par l'État. Les fouilles peuvent donc continuer dans de meilleures conditions, sous la direction d'A. Leroi-Gourhan jusqu'en 1985, puis par la suite par son équipe.

Importance du site[modifier | modifier le code]

Proposition de reconstitution d'une habitation de Pincevent d'après la répartition spatiale des vestiges archéologiques.

Le site de Pincevent a été occupé il y a environ 12 300 ans, à plusieurs reprises, du début de l’été au début de l’hiver. Le principal gibier chassé par ses habitants était le renne, mais ils consommaient aussi des poissons et des œufs.

L'organisation spatiale des vestiges lithiques et osseux ainsi que les foyers ont été conservés de manière exceptionnelle par de fins limons d'inondation de la Seine. Leur étude a permis de mettre en évidence des aires d'activités circulaires correspondant probablement à l'emplacement d'habitations. Il a donc été proposé à titre d'hypothèse que les habitants vivaient dans des tentes pliables recouvertes de peaux, proches des tipis des Nord-Amérindiens. La réalisation systématique de remontages des blocs de silex, une reconstitution du bloc d'origine comme s'il s'agissait d'un puzzle à trois dimensions, a permis de mettre en évidence des niveaux de compétences différents pour la taille du silex : certains tailleurs étaient expérimentés, d'autres étaient encore en phase d'apprentissage[1]. L'étude des ossements de renne montre que les animaux entiers étaient ramenés au campement avant d'être partagés entre les différentes habitations.

Pincevent a également joué un rôle important dans le développement et l'amélioration des méthodes de fouilles préhistoriques. À la suite des travaux de G. Laplace et L. Méroc dans les Pyrénées[2], A. Leroi-Gourhan y a développé et formalisé des techniques minutieuses de fouille par décapages mais surtout des enregistrements systématiques de tous les objets, traces, macro et microstructures découvertes avec pour objectif de les positionner précisément dans un espace en 3 dimensions.

Avec cette méthode et à partir de l'analyse de dizaine de milliers d'éclats de pierre, de fragments de bois ou d'os éparpillés sur différents horizons, A. Leroi-Gourhan et son équipe ont pu reconstituer l'habitat et la vie quotidienne des magdaléniens qui chassaient le renne et pêchaient sur les rives de la Seine, 9 à 10000 ans avant notre ère. Cette technique, perfectionnée à Pincevent, allait faire école et s'applique depuis dans de nombreux chantiers de fouilles préhistoriques.

Reconstitution[modifier | modifier le code]

Une tente paléolithique a été reconstituée au parc archéologique Asnapio de Villeneuve-d'Ascq d'après les fouilles de Pincevent.

Compléments[modifier | modifier le code]

Bibliographie[modifier | modifier le code]

  • Leroi-Gourhan, A. et Brézillon, M., (1966), « L'habitation magdalénienne n° 1 de Pincevent près Montereau (Seine-et-Marne) », Gallia-Préhistoire, IX, fasc. 2, p. 263-385.
  • Leroi-Gourhan, A. et Brézillon, M., Eds. (1972) Fouilles de Pincevent - Essai d'analyse ethnographique d'un habitat magdalénien (la section 36), Paris, VII° supplément à "Gallia Préhistoire", CNRS.


Film[modifier | modifier le code]

http://www.icronos.org/films/fiche_film.asp?id=102

Note[modifier | modifier le code]

  1. Pincevent : les niveaux de compétences
  2. Laplace, G. et Méroc, L. (1954) « Application des coordonnées cartésiennes à la fouille d'un gisement », Bulletin de la Société préhistorique française, t. LI, n° 1-2, pp. 58-66.

Lien externe[modifier | modifier le code]

* Le musée départemental de Préhistoire d'Île-de-France